Le FMI prédit une croissance allemande molle en 2010

 |   |  223  mots
Le FMI vient d'abaisser ses prévisions pour l'Allemagne à 1,2% cette année et 1,7% en 2011. La semaine dernière, l'OCDE suggérait à l'Allemagne d'"étendre la réussite du secteur exportateur à l'ensemble de l'économie".

Le Fonds monétaire international (FMI) a revu en baisse, ce mardi, ses prévisions de croissance pour l'Allemagne en 2010 et 2011, jugeant que la reprise devrait rester modérée dans la première économie européenne.

L'économie allemande devrait croître de 1,2% en 2010, estime le FMI qui tablait précédemment sur une progression de 1,5%. Pour 2011, il table sur une croissance du produit intérieur brut (PIB) de 1,7% contre 1,9% précédemment.

La semaine dernière, l'OCDE s'interrogeait sur les moyens pour le pays de parvenir à une "croissance plus équilibrée". Sans réclamer un abandon du modèle exportateur, les économistes du château de la Muette estimaient qu'il fallait à présent "étendre la réussite du secteur exportateur à l'ensemble de l'économie" en engageant des "réformes structurelles" pour favoriser notamment la concurrence et l'innovation.

Par ailleurs, une récente étude de l'institut Ifo a révélé une moindre tentation des industriels à licencier. Du coup, le moral des consommateurs mesuré par GfK, en recul depuis cinq mois, s'est stabilisé en mars. Le deuxième trimestre 2010 devrait donc être vigoureux : une croissance de 1% est probable. Et le gouvernement fédéral pourrrait revoir à la hausse sa prévision de croissance pour 2010 (1,4%) dès la fin du mois prochain, soit plus que ce que vient de prédire le FMI.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2010 à 4:43 :
Décidément l'OCDE est bien peuplée d'économistes intellectuels. "Etendre la réussite du secteur exportateur à l'ensemble de l'économie"? Comme si ça pouvait se décréter. Je crois que ces crânes d'oeuf n'ont pas encore bien saisi ce qui fait la spécificité de l'Allemagne. Le "secteur exportateur" a un nom plus précis: l'industrie. Or si l'industrie allemande est aussi compétitve, c'est parce qu'elle a mené depuis plus de 15 ans une politique intelligente de délocalisation ciblée dans les pays d'Europe centrale avec réimportation des composants pour assemblage en Allemagne où est conservée tout de même la production des éléments essentiels des produits. En fait l'OCDE a totalement raté son rôle d'information en ne s'employant pas à rechercher et à décrire le type de relations nouvelles qui se sont établies entre l'Allemagne et les PECO en matière industrielle.Notamment en ignorant la gigantesque organisation logistique mise en place entre les deux zones. Mais ceci est probablement volontaire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :