France : le moral des consommateurs recule, l'immobilier mitigé

 |   |  514  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le moral des consommateurs français s'est dégradé en avril pour le troisième mois consécutif, selon l'Insee. Côté immobilier, le nombre de mises en chantier de logements neufs a reculé au premier trimestre 2010, tandis que le nombre de permis de construire a augmenté.

Indicateurs mitigés ce mardi pour l'économie française. L'indicateur résumé de l'opinion des ménages sur la situation économique, calculé par l'Insee après une enquête auprès de 2.000 ménages, a chuté de trois points à 37 en avril, pour revenir à son plus bas niveau depuis juillet 2009.

L'opinion des ménages sur le niveau de vie passé en France continue de s'altérer (-1 point), mais ce sont surtout les perspectives d'évolution du niveau de vie en France qui se dégradent (-4 points), après déjà une baisse de six points en mars, signale l'Insee. Les ménages sont également plus pessimistes sur leur propre situation financière : le solde sur les perspectives d'évolution baisse de deux points, celui sur la situation financière passée d'un point. Ils sont aussi moins nombreux à considérer comme opportun de faire des achats importants (-3 points).

Parmi les soldes d'opinion qui n'entrent pas dans le calcul de l'indicateur synthétique, celui sur les perspectives d'évolution du chômage a augmenté d'un point à 63, après une hausse de quatre points en mars. "Les craintes s'étaient dissipées en seconde partie d'année dernière, mais se sont légèrement ravivées depuis le début d'année", note l'Insee alors que les chiffres du chômage de mars seront publiés ce mardi en fin de journée.

Les ménages expriment aussi des inquiétudes sur l'inflation. Le solde d'opinion sur l'inflation passée s'accroît fortement par rapport à mars (de 6 points) et les anticipations en matière d'inflation future sont également en hausse (de 4 points). "Ces deux soldes d'opinion sont ainsi repassés légèrement au-dessus de leur moyenne de long terme", observe l'Insee.

Côté immobilier, sur les douze derniers mois, d'avril 2009 à mars 2010, près de 405.000 logements ont été autorisés à construire en France. Ce chiffre est inférieur de 11,1 % à celui constaté entre avril 2008 et mars 2009 mais supérieur à celui constaté entre mars 2009 et février 2010. Le dépassement du seuil des 400.000 logements autorisés pour la première fois depuis novembre 2009 marque une inflexion à la hausse, indique le ministère du développement durable.

Le secteur des logements collectifs marque un recul plus prononcé (- 20,3%) que celui des logements individuels (- 4,7%). Sur ce dernier segment, l'individuel pur baisse de 9% tandis que l'individuel groupé fait preuve de dynamisme (+ 5,4%). D'avril 2009 à mars 2010, plus de 33.000 logements en résidence ont été autorisés. C'est un recul de 1,1% par rapport aux douze mois précédents.

Par ailleurs, sur les douze derniers mois, d'avril 2009 à mars 2010, le nombre des mises en chantier s'élève à près de 332.000 logements. Il est en repli de 13,7% par rapport au chiffre constaté d'avril 2008 à mars 2009. D'avril 2009 à mars 2010, plus de 175.000 mises en chantier ont été enregistrées pour le logement individuel. Ce chiffre est en baisse de 16,4% par rapport au chiffre constaté d'avril 2008 à mars 2009. Avec plus de 137.000 logements mis en chantier au cours des douze derniers mois, le secteur du logement collectif est en recul de 12,5% par rapport à la période d'avril 2008 à mars 2009.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2010 à 7:26 :
Malheureusement, il y a trop de planqués dans les services de l'Etat, et COMME CES PLANQUéS ne sont pas concernés, BIEN AU CONTRAIRE ils TIRENT PROFIT de la CRISE, eh bien la France RECULE LENTEMENT mais TRèS SUREMENT - c'est ça le DéCLIN qui SATISFAIT les PLANQUéS dans tous les services de lEtat
a écrit le 27/04/2010 à 7:00 :
Comment dépenser plus avec moins d'argent ???
. érosion du livret a
. baisse du pouvoir d'achat
. stagnation des salaires
. hausse des impôts locaux
. hausse des mutuelles, des soins médicaux
. incertitudes du niveau décent de vie
. baguette à 1 euro
à part ça tout va très bien pour les patrons du CAC 40 et autres nantis... plus on gagne de l'argent et moins on perd d'argent et moins on paie d'impôt et plus on peut se soigner et plus on peut manger 5 fruits et 5 légumes par jour et plus on peut se distraire et plus on peut voyager...
elle est pas belle la vie ?
a écrit le 27/04/2010 à 5:50 :
Il faut changer le nom de cet indice en "Moral de l'Etat" car le consommateur n'est pas plus heureux si il consomme, par contre, c'est l'Etat qui tire la gu..le quand les taxes ne rentrent plus !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :