Réforme des retraites : découvrez toutes les hypothèses chiffrées du COR

 |   |  569  mots
Selon le Conseil d'orientation des retraites (COR) ce mardi, un report de l'âge légal de la retraite à 63 ans combiné à 45 ans de cotisation permettrait de couvrir 53% des besoins de financement du régime de retraite à l'horizon 2050. Retrouvez l'intégralité des conclusions du Conseil sur notre site.

Le Conseil d'orientation des retraites (COR) publie ce mardi après-midi un rapport sur l'impact financier de deux des solutions envisagées pour financer les retraites : le report de l'âge légal de la retraite (aujourd'hui fixé à 60 ans) et l'allongement de la durée des cotisations (41 annuités pour les départs à partir de 2012).

L'intégralité des conclusions du Conseil est disponible en cliquant ici.

Le COR propose trois variantes, 1, 2 et 3. Le scénario 1 porte sur les variations de durée de cotisation. Si la durée de cotisation pour une retraite à taux plein passait à 43,5 ans en 2050, "le solde de la CNAV en 2050 serait amélioré de 9 milliards d'euros, soit environ 15 % du besoin de financement estimé alors à 64 milliards d'euros", estime le COR.

La variante 2 joue, elle, sur l'age légal de la retraite (60 ans, l'âge minimal auquel il est possible de prendre ses droits à la retraite ; la pension subit une décote en fonction du nombre de trimestres acquis) et sur l'âge du taux plein (65 ans, âge auquel la retraite au taux plein est acquise d'office). Si l'âge légal passait à 63 ans et l'âge du taux plein passait à 68 ans, le solde du régime général s'améliorerait de "17 milliards en 2030, soit près de 50 % du besoin de financement estimé alors à 35 milliards". Une solution qui générerait des "gains financiers plus rapides" que la première.

Troisième variante : une combinaison des deux bornes. Si la durée de cotisation passait à 43,5 (en 2050), l'âge légal à 63 ans et l'âge du taux plein à 68 ans, le solde du régime général serait amélioré de "17 milliards d'euros en 2030 et de 23 milliards en 2050".

Au final, cette dernière hypothèse qui combine un report de l'âge légal à 63 ans avec 45 ans de cotisation permet de couvrir 53% des besoins de financement projetés à l'horizon 2050 pour la seule branche retraite du régime général (salariés du privé). Ces besoins pourraient atteindre près de 65 milliards d'euros.  Cette hypothèse est cependant la plus défavorable pour les salariés en termes d'allongement de la vie active. Le COR se place par ailleurs pour ce chiffrage dans le scénario économique intermédiaire de son précédent rapport, présenté le 14 avril, avec un taux de chômage à 4,5% ; un chiffrage optimiste s'il en est.

L'épineux problème du travail des seniors

Il est frappant de considérer que dès l'ouverture de l'un des documents mis en ligne, le COR précise qu'il n'existe pas "aujourd'hui d'unanimité de vues [en son sein] sur l'opportunité de continuer à allonger la durée d'assurance requise pour le taux plein ou de relever les bornes d'âges de la retraite".

Il est clair, explique le COR, que des économies réalisées par le biais de ces deux mesures supposent que "les conditions permettant un allongement effectif de la durée d'activité professionnelle [sont] réunies sur le marché du travail".

Le Conseil insiste ainsi sur la fait que "la priorité doit être de permettre aux seniors de rester en emploi au moins jusqu'à 60 ans, ce qui suppose une amélioration de la situation du marché du travail et un rehaussement du taux d'emploi en général".

Le Conseil précise également qu'aucune des variantes présentées "n'est privilégiée" et "n'a de valeur de préconisation" de sa part.

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2014 à 8:35 :
La retraite c'est quand on est mort.
Tant qu'on peut travailler, on travaille...si on a un travail
le problème est réglé.
a écrit le 22/05/2014 à 17:14 :
Les retraités concentrent actuellement, comme les hommes politiques, beaucoup de haine , à tel point qu'il vaut mieux éviter d'avouer sa condition sous peine de représailles,
a fortiori ceux qui cumulent retraite + salaire d'élu aprés avoir exercé une carrière de bobo pépére durant 160 trimestres.
a écrit le 15/04/2014 à 9:50 :
Les jeunes actifs ne veulent plus payer des inactifs à ne rien faire "ad vitam".
Toute rémunération doit correspondre à une activité, non fictive équitable et vérifiable...et responsable. Trop d'emplois inutiles qui "chargent " la barque fiscale.
On n'en peut plus.
a écrit le 28/03/2014 à 13:11 :
Holland va demander aux chinois de côtiser pour nos retraites.C'est la seule solution économiquement compatible avec l'état de la France
a écrit le 06/03/2014 à 8:27 :
Dans peu de temps les pensions de retraite seront verséees principalement par les impôts, taxes et contributions prélevées sur les fonctionnaires, retraités, chômeurs et autres inactifs.
Aprés les élections, le Big-Bang économique va faire le ménage...C'est bientôt
a écrit le 21/02/2014 à 9:12 :
Dans quelques années la notion de retraite n'existera plus ou presque alors autant préparer l'opinion. Il est vrai qu' avec 35 heures de "travail" hebdomadaire, les rares actifs sont déjà en pré-retraite.
Le seul problème est: qui va rembourser la dette ?
a écrit le 20/02/2014 à 13:54 :
Toutes les hypothèses proposées se sont avérées fausses car trop optimistes.
Il existe un déni sur la siituation réelle que personne n'ose évoquer ouvertement.
Les irresponsables politiques nous conduisent vers la pauvrete programmée il n'y a qu'à lire les chiffres. Encore faut-il garder les yeux ouverts.
a écrit le 18/05/2010 à 6:32 :
ces logique,cela fait plusieurs décénnies que les jeunes quittent tardivement les bancs d'écoles,la crise de l'emploi ,l'exigence d'une expériance de l'employeur prorogeait l'entrée de la vie active...dans les années 60 70 80 les employeurs n'hésitais pas d'embaucher,l'économie etait plus optimiste le travail plus intense,ensuite pour la sécurité beaucoup se sont réfugié fonctionnaires,j'ai constaté(beaucoup bougé dans la france,et dans le relationnel) dans l'enseignement entr'autre pas mal d'incapables,pas du tout le profil,mais la sécurité...5mois d'activité?...par an... et il y en a d'autres... je suis meme surpris que les mesures n'aient pas été prises plus tot.voila merci
a écrit le 18/05/2010 à 5:56 :
Faites travailler plus les séniors pour empêcher que les jeunes est un travail, croyez vous vraiment que c'est une bonne solution ???
a écrit le 17/05/2010 à 21:05 :
previsions pour 2050 !?!?!

imaginez une prévision en 1900 pour 1950, qui n'aurait donc pas pris en compte, excusez du peu 2 guerres mondiales! 14-18 et 39-45 !
dans la majorité des sociétés, les "forecast" sur l'année (prévisions de vente à un an!), sont faux.alors sur 5, 10, 15, 20 ou 50 ! un autre exemple, la moitié des ventes d'une société, provient de produits de moins de 2 ou 3 ans! comment savoir si ils aurnot du succès ou pas, et si une copie, ne viendra pas détrôner l'original? et si le volcan islandais continue de cracher des cendres pendant 5, 10, 15 ans? ces prévisionnistes, avec leurs équations à seulement 2 ou 3 variables dans un tableur commercial, , devraient prendre leur retraite, ou construire un modèle plus complexe, ce n'est pas la puissance de calcul qui manque.
a écrit le 17/05/2010 à 11:00 :
Pourrait-on demander une étude détaillée du coût de la gestion de nos retraites?
a écrit le 12/05/2010 à 16:13 :
Vous dites que Bruxelles a encouragé les délocalisations. Regardez dans les autres pays ,c'est loin d'être le cas. Il faut arreter de mettre sur le dos de Bruxelles tous nos problèmes. Retraité je m'investi dans la reprise d'une entreprise en difficultés ,ce qui grève le résultat ce sont les charges sur le salaire ,empéchant d'être compétitif. Exemple pour 2000 euros de net cela fait + 440 euros pour avoir le brut + 1074 euros de charges patronales soit un total de 3514., comment être compétitif.Pour le même cas au Canada cela fait 2700 euros. Charges trop hautes , salaires trop bas ,trop de fonctionnaires ,trop de subventions agricole...etc
a écrit le 12/05/2010 à 13:46 :
à sauros : oui beaucoup d'entrepreneurs ont mis la clé sous la porte parce que leur entreprise n'était pas assez rentable ! des amis de 50 ans se sentent menacés dans leur entreprise pour la même raison , les seniors ayant du mal à se "recaser"en France -beaucoup sont paupérisés jusqu'à l'âge de la retraite "que l'on veut encore retarder" et ont peur ! le plein emploi ne se décrète pas dites-vous ? mais les délocalisations ont été encouragées par Bruxelles au sein même de l'Europe !! on veut quoi chez nous ? des emplois de services , plus d'emplois industriels sûrement ?
a écrit le 12/05/2010 à 13:10 :
Le plein emploi ne se décréte pas ,il se réalise grace aux personnes désireuse d'investir afin de gagner de l'argent. Ce que doit faire l'Etat c'est de réduire les prélévements ,diminuer fortement la fonction public ,les dépenses sociales inutiles afin de ne pas décourager l'entrepreneur. La solution au probléme n'est pas le partage du temps de travail ,celui ci se crée.Il faut être socialo tel "Au Brie"avec son camembert pour y croire.Le SMIC à 60% ,qui peut en vivre ,quelle retraite. La durée de cotisation le recul du départ en retraite sont nécessaire ,d'autres pistes en complément le serons.
a écrit le 12/05/2010 à 11:47 :
C'est exactement ma proposition : maintenir le plein emploi en bossant 3j/5 à 60 % de salaire jusquà 75 ans : tous les postes sont doublés et les entreprises travailleront 6j/7
a écrit le 12/05/2010 à 10:06 :
veut-on encore manipuler l'opinion et (ou) la préparer à une autre rigueur ?
le seul moyen d'arriver à des équilibres est de maintenir le plein emploi !
c'est à cela que devrait se préoccuper notre gouvernement ? quels sont les emplois qui vont prendre la place des emplois industriels massivement délocalisés ? c'est la durée de cotisation et non pas l'âge qui doit primer !
a écrit le 12/05/2010 à 9:37 :
La solution au problème des retraites est la suivante :
- semaine de travail de 3j, avec un salaire à 60% (3/5). je reconnais que ce point est difficle pour les petits salaires.
- travail jusqu à 75 ans dans ces conditons.
toutes les entreprises pouraient donc travailler 6j /7, tous les postes sont doublés, donc réduction du nombre de chomeurs, et week end de 4 jours pour tous le monde : 50 % des gens travailleraient lundi, mardi, mercredi et 50 % les jeudi, vendredi et samedi, donc grands week ends prolongés (jeudi, vendredi, samedi dimanche pour les uns et dimanche, lundi, mardi et mercredi pour les autres)pour tout le monde, ce qui garantit des conditions de circulations idéales (pour les week ends et moins de bouchons sur les routes et periph en semaine), une amélioration des conditions de vie pour travailler jusquà 75 ans (voire 80 ans pour ceux qui le désire) et ensuite profiter d'une retraite courte qui n'aggravera pas les déficits des caisses de retraite
a écrit le 12/05/2010 à 8:17 :
Si cette étude a pour but de préparer l'opinion a des mesures encore plus dures pour les salariés que celles qui ont été évoquées cela fait partie de la com habituelle élyséenne: annoncer le pire pour apparaître le sauveur en proposant des mesures un peu moins contraigantes que celles suggérées.
Si par contre cette étude a pour but de dire qu'il va falloir agir sur d'autres leviers que la durée de cotisations et l'âge de départ en retraite et que d'autres sources de financement sont à rechercher alors ce rapport aura le mérite d'étendre le champ du débat contrairement à ce que souhaitent le gouvernement et le MEDEF.
a écrit le 12/05/2010 à 7:58 :
Les prévisions restent que des prévisions ,tel un prévisionnel lors d' une création d'entreprise. Aligner des chiffres ,c'est avancer dans l'inconnu qu'est le client ,donc le travail ,cotisations ,on a beau faire une étude de faisabilité ,de marché ,au bout du compte, toujours l'incertitude :le client.. .etc. Le fossé entre le COR et La Française des Jeux est réduit. La seule certitude c'est la diminution des dépenses de l'Etat ,recettes ou pas.Concernant l'emploi des senoirs ce qui grève en partie leur emploi ,c'est aussi le capital de départ en retraite que doit payer le dernier employeur. J'en sait quelque chose notamment lorsque l'on à une PME ou TPE. Si les prévisionnistes de l'époque avaient prévu les conséquences de tous ces avantages dans une période comme celle que nous vivons ,qu'aurait ils fait. Si Sarkozy avait pu integré la crise et ces conséquences ,sont programme aurait été tout autre ,chose que les Français ne lui crétident pas tout comme les autres chefs d'Etat.
a écrit le 12/05/2010 à 7:08 :
comme d'habitude on pronostique sur du vent , autant consulter madame soleil , ily'aura t'il en 2050 un virus qui tuera tous les vieux ? ou encore une troisieme guerre mondiale qui decimera une grande partie de la population mondiale ? , ou bien encore d'autres hypotheses , on avait pas vu la crise des subprimes , la grippe A , bientot la grippe B , on a pas vu le volcan islandais , ni l'endettement des etats pour sauver le soldat liberal , on ne voit que d'un coté de la lorgnette et comme d'habitude ces previsions excluent trop de parametres pour etre credible , donc comme dirait les anglais wait and see
a écrit le 12/05/2010 à 6:50 :
Imaginez : nous sommes en 1970... Quelles étaient à cette époque, il y a 40 ans, nos prévisions pour l'année 2010 ? ... On ne peut accorder aucune fiabilité à des prévisions pour l'année 2050. Ce serait déjà bien de prévoir ce qui se passera dans 2 ou 3 ans (pour ne pas dire 2 ou 3 mois...). L'INSEE vient de corriger (à la baisse) ses estimations du PIB de 2009, c'est à dire que même à posteriori ce n'est pas évident. Il y a beaucoup de paramètres, le principal étant l'emploi. On peut multiplier à l'infini le nombre de scénarios en combinant les hypothèses sur chaque paramètre. S'il y a beaucoup de chômage, peut importe la durée légale de cotisation, en pratique les cotisations ne rentrent pas. Ce qui est remarquable, c'est qu'aucun média n'envisage d'élargir l'assiette des cotisations retraite au dela des seuls salaires, par exemple en taxant des revenus financiers. Ce qu'on peut retenir des conclusions alarmistes du COR, c'est qu'aucun des scénarios limités à l'ajustement des 3 variables toujours citées n'est suffisant : - âge légal minimum de départ en retraite (actuellement 60), - âge pour retraite pleine (actuellement 65), - durée de cotisation (actuellement 41)... Il faudra donc bien élargir l'assiette à d'autres sources que les seuls salaires, mais ça , il ne faut surtout pas en parler, ça pourrait effrayer l'électorat sarkozyste...
a écrit le 11/05/2010 à 18:45 :
Pourquoi les media ne parlent-ils que de la cnav et jamais du régime des fonctionnaires et des agents des collectivités locales qui représentent, avant réforme et avec une contribution patronales (le contribuables) de 60% contre 14% dans le secteur privé de 40 Milliards pour un total de 110 Milliards pour moins de 20% de bénéficiaires. CES REGIMES COÛTENT PLUS DU DOUBLE DU REGIME GENERAL? CE SONT CES REGILES QU4IL FAUT REFORMER EN PREMIER!
a écrit le 11/05/2010 à 17:09 :
Yant été N)2 d'une direction oragnisation et stratégie je sais que je pouvais parfaitementment élaborer un budjet pour A+1. Dans le plan stratégiquenous pouvions élaborer des scénarios ( en standard 3) à 3 ans pour donner les directions à prendre. A l'horizon 10-15 ans nous consultions les études sur les "futuribles" dans leurs différentes hypothèses, c'était déjà pas loin de la boulle decristal!
Mais là des "prévisions" à 40 ans sont soit des prophéties de Nostradamus ou de la pure intoxication politique.
Ce n'est pas à un vieux singe qu'on apprend à faire la grimace.
a écrit le 11/05/2010 à 15:40 :
Incroyable, 4.5 % ! Un pays rigide comme la France en terme de marché du travail n'a aucune chance d'y parvenir, que ce soit maintenant ou en 2050. Je me verrais bien salarié du COR, ça a l'air cool.
a écrit le 11/05/2010 à 13:11 :
L'intégralité des conclusions du Conseil est disponible en cliquant ici.

Le lien ne fonctionne pas !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :