Retraite : Woerth réfléchit à individualiser la pénibilité

 |   |  225  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Le ministre chargé de la réforme des retraites, Eric Woerth, dit réfléchir à une application individuelle des futures règles sur la pénibilité, les syndicats souhaitant pour leur part des définitions collectives. Des avancées sur la pénibilité ont été présentées comme un moyen pour le gouvernement d'adoucir le durcissement annoncé des règles de retraite, qui vise à juguler un déficit croissant.

"Nous réfléchissons à une logique d'individualisation", déclare le ministre du Travail en évoquant la pénibilité, dans un entretien au Journal du Dimanche. "Il ne s'agit pas seulement de la pénibilité intrinsèque des tâches, mais des effets différents qu'elle peut avoir sur différentes personnes, et de vérifier ces effets", ajoute-t-il. Aux syndicats, qui souhaitent que des branches professionnelles soient considérées comme "pénibles" afin d'accorder des avantages à ces travailleurs, Eric Woerth répond: "Je ne vais pas recréer des régimes spéciaux."

Le ministère du Travail a retenu une approche dite par exposition qui retient trois types de risques : contact avec des produits chimiques, travail de nuit et port de charges lourdes, ce qui exclut le stress ou les métiers aux gestes répétitifs, poursuit le Journal du Dimanche. Le projet de loi sur les retraites sera présenté mi-juin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2010 à 11:24 :
Mais il a ete elu et sa tache n'est pas facile "vingt trimestres" et il sera reelu :)) -
a écrit le 01/06/2010 à 10:25 :
le simple fait d'avoir a supporter le président actuel et sa suite, devrait nous procurer vingt trimestres de pénibilité (quel que soit l'emploi!);o)
a écrit le 31/05/2010 à 19:01 :
Il est très difficile d'évaluer la pénibilité d'un travail, mais je suis choqué d'entendre des syndicalistes demander à ce que des gents partent à la retraite plus tôt parceque leur métier est pénible et destructeur. Ces problèmes ne devraient ils pas être réglé par l'organisation du travail, les protections, les engins de manutention, le suivi médical? Les solutions eistent. Elles sont chéres, mais peut être moins qu' un régime spécial de retraite. Quand aurons nous des syndicalistes qui recherchent ce qu'il y a de mieux pour les travailleurs et non des bouffons imbus d'eux mêmes et qui recherchent leur heure de gloire à la tête d'une manifestation. C'est eux qu'il faudrait réformer.
a écrit le 31/05/2010 à 10:01 :
les conducteurs de train ont une retraite précoce, les travailleurs de camions TIR ne bénéficient pas de tels avantages : or ils sont usés potentiellement dangereux pour tous ! vont-ils devoir conduire leurs énormes machines jusqu'à 65 ans ? les travailleurs dans le bâtiment ont des problèmes de dos ou autres et sont souvent à l'assurance une bonne partie de leur temps : sont-ils concernés ? jusqu'à quel âge peut-on crapahuter comme un singe sur les toits ?
a écrit le 31/05/2010 à 5:38 :
refechir surtout a la penebilite des agents des entreprises public ...... et comparer avec celle des salaries des entreprise sous traitantes
a écrit le 31/05/2010 à 4:59 :
Il est gentil Mr Woerth, il ne veut pas recréer des regimes speciaux? Je suis travailleurs de nuit pas horaires decalés comme les cheminots, la nuit la vrai), si il veut envoyer un fonctionniare verifier mon etat de sante, pourquoi ne le fait il pas pour les cheminots. Histoire de verifier si ils sont si detruit que cela à 50 ans!!!! Il faut TOUT remetre a plat.
a écrit le 30/05/2010 à 15:23 :
On a une prime de pénibilité pour écouter ce genre de discours?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :