Retraite : passage de l'âge légal de 60 ans à 61, 62 ou 63 ans selon Eric Woerth

 |   |  518  mots
"62, 63, 61, nous verrons tout cela", a dit Eric Woerth sur RTL à propos de l'âge légal. Prié de dire si la barre des 65 ans serait elle aussi relevée, il a répondu : "Il y a des fourchettes, ces fourchettes bougeront [...]. Les deux."

Au lendemain d'une mobilisation contre la réforme des retraites jugée faible par le gouvernement (395.000 manifestants, selon lui, mais presque 1 million revendiqué par la CGT), le ministre du Travail, Eric Woerth, a confirmé son souhait de relever l'âge légal de 60 à 61, 62 ou 63 ans. Sur RTL, il a ajouté que l'âge auquel il est actuellement possible de bénéficier automatiquement, quelque soit sa durée de cotisation, d'une pension à taux plein (65 ans) serait lui aussi relevé.

"62, 63, 61, nous verrons tout cela", a dit Eric Woerth à propos de l'âge légal. Prié de dire si la barre des 65 ans serait elle aussi relevée, il a répondu : "Il y a des fourchettes, ces fourchettes bougeront [...]. Les deux." "Dans tous les pays du monde, c'est comme ça", a-t-il encore argumenté.

Le gouvernement veut soumettre un avant-projet de réforme "entre le 15 et le 20 juin", selon Eric Woerth, et présenter le texte définitif au Parlement en septembre. De leur côté, les syndicats menacent le gouvernement d'un mouvement de plus grande ampleur s'il continue de camper sur ses positions.

Mépris ?

Ce vendredi sur France info, le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault s'est redit "satisfait de la mobilisation" de jeudi et a dénoncé une  "forme de mépris provocante" de la part de ceux qui "minimisent" le nombre de manifestants, et "prennent des risques sur le climat social à venir".

"Je n'ai jamais eu de mépris pour les organisations syndicales", s'est défendu Luc Chatel, porte-parole du gouvernement. "Le gouvernement est à l'écoute en permanence des syndicats" et "il n'y a pas d'un côté des gagnants et de l'autre côté des perdants", a-t-il insisté.

Tous les Français et tous les régimes seront concernés par la réforme, "y compris les régimes spéciaux", a-t-il aussi assuré. Selon la réforme de 2007, les régimes spéciaux doivent "passer à 40 années de cotisation en 2012, puis 41 ans en 2016" et "ce calendrier sera respecté", a-t-il dit.

Soutien de Bruxelles à la réforme

Dans le même temps le journal allemand Financial Times Deutschland (FDT) révèle ce vendredi un document interne de la Commission européenne de Bruxelles qui estime que l'âge de la retraite doit être reculé dans les pays membres de l'Union européen (UE) de manière à ce qu'un actif ne passe pas plus d'un tiers de son temps adulte à la retraite.

Sans de telles réformes sur l'âge du départ en retraite s'esquisse la perspective d'une "douloureuse combinaison alliant des versements plus réduits [aux retraités] et des cotisations plus élevées", expliquerait le document.

L'âge moyen de départ en retraite au sein de l'UE se situe actuellement légèrement au-dessus de 60 ans, d'après la Commission, soit à un niveau nettement inférieur à la moyenne des pays de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques, qui réunit les pays les plus développés), où le chiffre moyen est de 63,5 ans pour les hommes et de 62,3 ans pour les femmes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2010 à 6:52 :
Evidemment, on peste tous (le privé) contre cette réforme qui conserve les privilèges des uns (public) et réduit ceux des autres (privé).. En allant au delà, on peut imaginer la stratégie de ce plan : L'Etat ne va renouveler qu'un départ sur 2 dans le public, mais si l'age de leur retraite est allongé, le nombre de fonctionnaires supprimés ne va pas croitre assez rapidement. Lorsque la cavalerie des anciens diminuera, l'age de la retraite du public sera augmenté en douceur. Concernant le privé, il faut absolument conserver les emplois qui rapportent le plus longtemps et réduire le temps pendant lequel les ex du privé profitent (coûtent) de leur repos mérité. Bientôt, dans les manifs, il y aura plus de fonctionnaires à la retraite que d'actifs.
a écrit le 29/05/2010 à 6:29 :
C triste que nous ne pouvons pas garder nos particularités car pour les politiques nous devons nous aligner sur l'Europe et le monde
Ils sont entrain de mettre la France à genoux
Il me semble que la mise à la retraite à 60 ans a commencée avec Mrs Giscard-Destain avec les anciens combattants ?
a écrit le 28/05/2010 à 16:33 :
A Solution évidente , je ne vois vraiment pas le rapport entre vos idioties vis à vis des Antilles , et le report de l'âge légal de la retraite. A la misère culturelle quand tu nous tiens !
a écrit le 28/05/2010 à 13:25 :
Je l'interroge sur la nécessité d'un age légal de départ à la retraite,. Pour toucher une retraite à taux plein, il faut cotiser 42,5 ans. Rares sont les jeunes qui, à l'heure actuelle commencent avant 22ans. Pour avoir une retraite à taux plein, ils doivent travailler jusqu'à 64 ans.
a écrit le 28/05/2010 à 12:54 :
comme moustache!!!
a écrit le 28/05/2010 à 12:45 :
Le plein emploi pour résoudre le financement des retraites soit ,sauf que le travail ne se décrete pas ,il se crée ,c'est à dire des fous qui veulent créer leur entreprise embaucher puis en cas de perte d'activité ,designé à la vindicte populaire car licenciement oblige. Bizarre que l'on ne parle jamais des commerçants et artisants ,leurs retraites sont beaucoup plus petites que les salariés ,la vente de leur fond auparavant était un capital de retraite aujourd'hui totalement obsolète. En matière de travail pénible je pense qu'ils sont aux premières loges ,un ouvrier ne fait que 39H /semaine quand un artisant ,commerçant font 80heures ,15 jours de congés /an. Comment fera t'on le jour ou entrepreneurs point il ni aura.
a écrit le 28/05/2010 à 12:32 :
Oui, finançons les retraites en économisant l'argent gaspillé chaque année aux antilles. La Gadeloupe et la Martinique sont si rentables qui si la France les lachait, elles deviendraient des Haïti ou des Rép Doninicaine dans les 15 ans. Pour leur situation stratégique, c'est vrai que grace à elles on peut surveiller les Etats-Unis de près. Ils sont notre principal ennemi, comme chacun sait. Sinon, c'est vrai que les bananes de Martinique ont un intérêt essentiel pour l'économie française, mais entre manger des bananes martiniquaises subventionnées par mes impôts et partir en retraite 3 ans plus tôt, personnellement, j'ai vite choisi.
a écrit le 28/05/2010 à 11:21 :
il faudrait aussi permettre aux plus jeunes de faire des carrières complètes , avec l'augmentation des CDD temps partiels, chômeurs de longue durée ? L'age est une chose, la durée d'emploi une autre dans un monde qui a détruit plus d'emplois qu'il n'en a crée § FAUDRAIT TOUT REVOIR notamment l'entrée tardive des jeunes dans le marché du travail !!
a écrit le 28/05/2010 à 10:55 :
Et mon commentaire envoyé entre 13h et 13h30 ?
a écrit le 28/05/2010 à 10:44 :
Un seul principe: Tout le monde doit cotiser le même nombre d'années pour bénéficier d'une retraite à taux plein, et les emplois pénibles doivent bénéficier d'une bonification sous forme de trimestres.Après c'est du calcul.
Pénaliser les travailleurs du privé, empêcher ceux qui ont cotisé le nombre d'années nécessaire de partir en retraite alors qu'ils ont eu des emplois pénibles, ceci n'est pas acceptable.
a écrit le 28/05/2010 à 10:35 :
"Solution évidente"
Il est tout bonnement inconcevable de se séparer de ces îles.
Au delà des coûts qu'elles peuvent coûter (comme si vous en saviez quelque chose d'ailleurs...) elles ont une valeur géostratégique, et même économique, inestimable. Révisez vos fondamentaux au lieu de lancer des """idées""" aussi stupides.

"La France et ses 5 océans"...
a écrit le 28/05/2010 à 10:10 :
Si l'âge légal passe de 60 à 61, 62 ou 63 ans et l'âge pour obtenir sa pension à taux plein (65 ans) est aussi relevé je "passe" à gauche ! d'après Mme Aubry elle remettra les compteurs à zéro... Trop c'est trop.
a écrit le 28/05/2010 à 9:50 :
Trouvons une solution pour mettre tout le monde au travail et le problème des retraites se réglera et non pas l'inverse.
La priorité des priorités devraient être l'emploi de tous sans exception mais on ne pourrait plus monter ceux qui travaillent contre ceux qui ne travaillent pas.
Encore une fois "Divisons pour mieux régner" et faisons tout pour retarder le départ des uns pour rendre encore plus difficile l'entrée dans le monde du travail des autres.
Bonjour la solidarité.
a écrit le 28/05/2010 à 8:57 :
On garde la possibilité de partir à 60 ans. Ou trouver le financement ? Simple : On donne leur indépendance à la Guadeloupe et à la Martinique. On économisera des milliards chaque année, en se débarrassant ces ilots inutiles, véritables gouffres financiers, où les métropolitains ne mettent même plus les pieds pour leurs vacances, lassés des grèves et du racisme. Et si cela ne suffit pas, on rajouter la Corse à la liste.
a écrit le 28/05/2010 à 8:48 :
c'est marrant, on ne parle pas du tout des 3 millions de demandeurs d'emploi .... qui voudraient travailler ... un peu !
au lieu d'augmenter l'age de la retraite à 63 ans minimum, on devrait tous s'unir pour donner du boulot à ces chomeurs que les entreprises jettent dehors. je travaille dans l'insertion de personnes en recherche d'emploi et il y a une semaine, j'ai reçu un homme (cadre sup) mis dehors à 49 ans car jugé trop cher et ... trop vieux (enfin on ne lui a pas dit mais on a recruté un jeune à sa place peu de temps après)
Régler le problème du chomage, c'est régler en partie le problème des retraites !

a écrit le 28/05/2010 à 7:09 :
SAUF POUR LES REGIMES SPECIAUX inegalite ..........
a écrit le 28/05/2010 à 7:06 :
Est-ce que cette mesure va toucher les politiques ? Combien d'entre eux devraient déjà depuis longtemps profiter de leur retraite dorée ? Quels sont les mesures prises pour réduire leurs revenus payés par les contribuables ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :