Affaire Bettencourt / Woerth : fin de la garde à vue de Patrice de Maistre

Patrice de Maistre, le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, de nouveau placé en garde à vue ce matin, a été remis en liberté. Soupçonné de financement politique occulte, il devait être confronté aux déclarations faites hier aux enquêteurs par le ministre du Travail Eric Woerth.

Le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, a été remis en liberté vendredi midi à l'issue de sa garde à vue dans les locaux de la brigade financière, a-t-on appris auprès du parquet de Nanterre.

Patrice de Maistre avait de nouveau été placé en garde à vue vendredi dans l'enquête sur la fortune de l'héritière de L'Oréal. Son avocat,  Me Pascal Wilhelm avait précisé qu'il s'agissait d'une "reprise de la garde à vue" de son client, déjà entendu les 15 et 16 juillet.

"Il restait quelques heures [11h30, avait précisé le parquet de Nanterre, Ndlr] qu'ils avaient conservées pour confronter [les déclarations de mon client] avec les déclarations des uns et des autres, c'était prévu", avait déclaré l'avocat à l'agence d'informations Reuters, en précisant que Patrice de Maistre ne passerait "pas plus que la fin de journée" en garde à vue.

Patrice de Maistre devait être confronté aux déclarations du ministre du Travail Eric Woerth, entendu à son ministère par les enquêteurs jeudi, ainsi qu'au résultat des perquisitions menées depuis plusieurs jours.

Le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt est soupçonné de financement politique occulte suite aux déclarations de l'ex-comptable de l'héritière de L'Oréal, Claire Thibout. Cette dernière, licenciée en 2008, affirme notamment qu'il lui aurait demandé de retirer la somme de 150.000 euros début 2007, destinée selon elle à Eric Woerth, trésorier de l'UMP et de la campagne de Nicolas Sarkozy.

Retour sur les enregistrements pirates du majordome de la milliardaire

Les enquêteurs devaient également le questionner sur les conversations enregistrées par le majordome de Liliane Bettencourt entre mai 2009 et mai 2010 et qui évoque un possible conflit d'intérêts entre les fonctions occupées à l'époque par Eric Woerth (trésorier de l'UMP et ministre du Budget) et l'embauche de la femme de ce dernier, Florence Woerth,  par Patrice de Maistre en 2007.

Dans la tourmente, Eric Woerth avait annoncé le 13 juillet qu'il renonçait à la fonction de trésorier, à dater du 30 juillet, c'est-à-dire de ce vendredi. Il avait quitté Bercy pour le ministre du Travail en mars. Lors de son audition jeudi, il a récusé tous les soupçons de conflit d'intérêt et de financement politique illégal, selon son avocat, Me Jean-Yves Leborgne. Ce dernier a demandé à ce qu'il soit désormais mis "en dehors de la polémique".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.