Liliane Bettencourt bientôt mise sous tutelle ?

 |  | 519 mots
Lecture 3 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La troisième tentative de Françoise Meyers, la fille de Liliane Bettencourt, la riche héritière de L'Oréal, de mettre sa mère sous tutelle semble être la bonne. Une juge de Courbevoie (Hauts-de-Seine) a en effet jugé ce mercredi sa demande recevable, sans mesure contraignante immédiate.

La juge des tutelles de Courbevoie (Hauts-de-Seine) jugé ce mercredi recevable une demande de mise sous tutelle de Liliane Bettencourt, la troisième, mais n'a pris aucune mesure contraignante dans l'immédiat. Elle "a ordonné une expertise médicale" de l'héritière de L'Oréal âgée de 88 ans, afin de pouvoir se prononcer sur le fond, a-t-on précisé de source proche de la présidence du tribunal.

Une demande à moitié exaucée pour Françoise Meyers, la fille de l'héritière de L'oréal, qui demandait une mesure contraignante conservatoire. Mais la magistrate a estimé qu'aucun élément du dossier ne démontrait l'utilité de priver provisoirement Liliane Bettencourt de son pouvoir de gestion, ont rapporté ses avocats. En outre, Liliane Bettencourt a décidé de faire appel de cette décision.

Françoise Meyers soutient que l'entourage de sa mère profite de son état de faiblesse psychologique pour la spolier. Selon elle, sa mère souffre d'une maladie qui affecterait par intermittence son état de conscience. Ses deux premières demandes de mise sous tutelle avaient été déclarées irrecevables par un premier juge puis par le parquet de Nanterre au motif qu'il n'était pas présenté de certificat médical attestant de l'état psychologique éventuellement problématique de Liliane Bettencourt. Cette fois, Maître Olivier Metzner, l'avocat de Françoise Meyers avait présenté un certificat attestant du fait que Liliane Bettencourt refusait de se prêter à une expertise neurologique.

Ce conflit familial mère-fille a dérapé le printemps dernier en affaire d'Etat avec la publication d'enregistrements clandestins de la milliardaire réalisés par un employé. Du pain béni pour Françoise Meyers qui a fait transmettre au juge des tutelles la transcription des enregistrements, démontrant à ses yeux l'état de faiblesse de sa mère. Les enregistrements laissent notamment apparaître que Liliane Bettencourt ne se souvient pas avoir décidé de léguer par testament tous ses biens au photographe François-Marie Banier, à qui elle a déjà donné un milliard d'euros entre 2002 et 2007. Mais en août dernier, l'avocat de Liliane Bettencourt a fait savoir que le photographe n'était plus plus le légataire universel de la milliardaire.

Depuis, des enquêtes pour blanchiment, trafic d'influence et financement illégal de parti politique, mettant en cause notamment l'ex-ministre du Travail Eric Woerth, ont été ouverts.

En fin de journée ce mercredi, alors que le dépaysement du dossier Woerth-Bettencourt était ardemment réclamé en raison des dissensions entre les différents magistrats -le procureur de la République, Philippe Courroye, réputé proche de Nicolas Sarkozy, et contre la juge Isabelle Prévost-Desprez soupçonnée d'avoir parlé à des journalistes,  la Cour de cassation a décidé de transférer de Nanterre à Bordeaux les affaires Woerth-Bettencourt. Une décision prise "dans l'intérêt d'une bonne administration de la justice" argue la chambre criminelle de la Cour de Cassation, présidée par Bertrand Louvel.

Ce dépaysement va en revanche retarder les différents procès et informations judiciaires. 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :