Ces gaspillages des deniers publics que dénonce la Cour des Comptes

 |   |  367  mots
Copyright Reuters
Comme chaque année, les sages de la rue Cambon dressent une liste des organismes qui ont gaspillé l'argent public.

Le siège de l'office Paris Habitat.

Fondé en 1014, Paris Habitat est le plus important office public de l'habitat (OPH) de France. Il gère plus de 117.000 logements situés pour l'essentiel dans Paris. Le nouveau siège de l'office Paris Habitat - plus de 16.000 m2 de superficie nette hors ?uvre - a été mis en service rue Claude Bernard, à Paris, en juin 2008 sans pouvoir accueillir l'ensemble des services informatiques et le service d'étude est donc resté dans des locaux loués rue Buffon, dans le même arrondissement. C'est toute l'opération immobilière qui a été mal maîtrisée de bout en bout. Le coût du projet a augmenté de moitié entre l'hypothèse de départ présentée le 25 mars 2004 au conseil d'administration (90 millions d'euros) et l'estimation fournie le 6 mai 2008 (139,4 millions d'euros).

Dans le même temps, la durée de réalisation est passée à deux ans à quatre ans et demi. Durant l'exécution des travaux, de nombreuses modifications qui pour beaucoup ne résultaient pas de difficultés imprévues mais de sous-évaluations manifestes, de décisions fonctionnelles et de choix de décoration (installation de fontaines à eau ou de plafonds lumineux) ont causé retards et hausses de coûts en cascade. Par ailleurs, les charges d'électricité et de chauffage sont déjà quasiment deux fois plus élevées que dans les trois anciens sites. Trois étapes ont été nécessaires pour désamianter le nouveau siège, travaux qui auraient dû au moins pour partie être inclus dans le contrat initial et incomber au vendeur.

La Cour des comptes note que, "de la part d'un organisme dont une des missions essentielles est de construire et de réhabiliter, et qui le fait à grande échelle, de telles défaillances sont difficilement compréhensibles".

Le musée national du Sport.

Créé en 1963, détenteur de 600.000 objets et documents, localisé en principe au Parc des princes, à Paris, il n'a ni galeries ni personnel adapté, et donc pas de public. Une exposition partielle sur 1200 m2 a coûté 4,4 millions d'euros pour ne mettre en valeur que 350 objets. La présentation de chaque objet exposé coûte plus de 12.000 euros.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/08/2011 à 12:43 :
que le gouvernement , elu par le peuple , fasse ce pour quoi il a ete mis en place et non appauvrir "ces sujets".
A QUAND UN GOUVERNEMENT QUI AGIRAS POUR LE PEUPLE ET NON CONTRE LUI
Réponse de le 16/08/2011 à 16:59 :
en 2012 saufe si les déçu de UMP vote pour le FN juste pour montré a sarko qu'il son déçu c'est eux et tout les français qui serons puni,

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :