La perte du "triple A" comme arme de campagne

 |   |  434  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Nicolas Sarkozy s'estime conforté pour prendre des "décisions importantes" alors que, pour François Hollande, c'est "une politique, une stratégie, (...) , un gouvernement, un président" qui ont été dégradés.

« Je parlerai aux Français à la fin du mois, je leur dirai les décisions importantes qu'il faut prendre sans perdre de temps. » Dimanche, à Amboise, sans jamais commenter la perte du triple A, Nicolas Sarkozy a manifestement déjà intégré cet événement dans sa stratégie de campagne. Un sujet qui sera certainement martelé par le chef de l'État, mercredi, lors du sommet social où il recevra organisations patronales et syndicales. Mieux, la dégradation de la note de la France va le conforter dans son positionnement churchillien de celui qui ne peut promettre que du sang et des larmes. Rien de mieux que la décision de S&P pour montrer l'absolue nécessité d'instaurer une TVA sociale et des « accords de compétitivité » dans les entreprises modulant temps de travail et/ou les salaires. Une posture qui le conduira également à retarder à l'ultime moment l'annonce de sa candidature. Parallèlement, l'UMP et le gouvernement - Premier ministre et ministre de l'Économie en tête - ont été mobilisés pour faire passer le message que « c'est davantage l'instabilité et la gouvernance de l'Europe qui ont été sanctionnées que les réformes de structure »... Sauf que l'Allemagne a, elle, été épargnée par S&P.

Les opposants au chef de l'État ont trouvé là matière à réplique. François Hollande a ainsi souligné que « ce n'est pas la France qui a été dégradée, c'est une politique, c'est une stratégie, c'est une équipe, c'est un gouvernement, c'est un président ». Avis partagé sur iTélé par François Chérèque (CFDT) pour qui la loi Travail-emploi-pouvoir d'achat (Tepa) de 2007, en instituant le bouclier fiscal et la défiscalisation des heures supplémentaires, « a largement contribué à accroître la dette française ». Pour autant, l'annonce de S&P ne facilite pas non plus la vie des socialistes et, notamment, de Laurent Fabius, chargé d'élaborer le programme de la première année d'un éventuel gouvernement de gauche qui sera obligé de prendre en compte l'effet de la dégradation sur le renchérissement des emprunts des collectivités locales et de diverses institutions.

Politiquement, les conséquences de la dégradation de la note de la France ne se sont pas fait attendre : selon un sondage LH2 Yahoo, réalisé les 13 et 14 janvier, Nicolas Sarkozy recueillerait 23,5 points au premier tour, en baisse de 2,5 points, et François Hollande 30 % (? 1,5). À l'inverse, Marine Le Pen fait une percée de 3,5 points à 17 % et François Bayrou se hisse à 14 % (+ 1). Rarement, les jeux ont été aussi ouverts.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2012 à 19:13 :
fini Sarko je comprend pas pourquoi il se représente il a mis la France dans une belle merde c'est bien beau au début des élection de faire des promesses mais il faut savoir les tenir merde alors y aura-t-il jamais un président correcte et capable d'assumer ses actes, ses dédisons .... ! ! ! Et au passage arrêter de renflouer vos caisse avec l'argent des gens comme nous qui travaillent dur tout les jours pour gagner notre vie ! C'est pas de notre faute si la France est endetté alors utiliser dont VOTRE ARGENT VOTRE SALAIRE je crois d'ailleurs que votre salaire est bien trop élevé pour ce que vous faite. Vous, vous ne vous tracassez pas de combien vous allé dépenser pour faire vos course si vous allé avoir de l'argent pour partir en vacance si les fins de mois vont être dur ou non pour vous la vie est belles. Comment voter quand on a pas confiance en vos discours qui croire ? Qui va enfin tenir ses promesses ses belles paroles ... ?
a écrit le 16/01/2012 à 0:48 :
$arkozy out, Hollande et M.Le Pen au second tour, c'est une configuration qui permettrait de voir comment voteraient les UMP et les Centristes. Pas sûr que Hollande l'emporte, et certainement pas avec le score de Chirac en 2002. La démocratie a tout à gagner à un tel schéma, cela permettrait de savoir où sont les vrais Républicains, et l'espoir de reconstruire un vrai Etat français.
Réponse de le 16/01/2012 à 6:12 :
Non, un tel vote serait le reflet du désespoir des Français, a qui l'on a mentis volontairement pendant près de 4 décennies. Aujourd'hui, S&P sonne la fin de la recréation, et le réveil n'en est que plus douloureux, et ce d'autant plus que la zone Euro est de plus en plus fragilisée. Donc, pour qui voter, pour un nul et menteur, ou pour un incompétent tout aussi menteur ? Le choix en est cornélien !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :