Selon le baromètre "La Tribune-LCL", les PME retrouvent un peu le moral

 |   |  627  mots
Plusieurs facteurs expliquent l'embellie relative de février. L'environnement économique international est perçu en hausse (malgré la crise grecque et l'instabilité au Moyen-Orient). Il en va de même pour l'environnement économique français.    Copyright Reuters
Plusieurs facteurs expliquent l'embellie relative de février. L'environnement économique international est perçu en hausse (malgré la crise grecque et l'instabilité au Moyen-Orient). Il en va de même pour l'environnement économique français. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le moral des patrons de PME s'est un peu redressé en février, notamment grâce à une bonne perception de l'environnement économique international et français.

Ce n?est pas l?euphorie, loin de là, mais le moral des dirigeants de PME se redresse un peu en ce mois de février, selon le baromètre La Tribune-LCL (réalisé par Ipsos auprès d?un échantillon de 300 entreprises) mesurant la confiance des chefs d?entreprises. Alors que ce moral s?était littéralement effondré en janvier à 96 points (sur une base 100), un niveau jamais vue depuis 2009, il remonte ce mois ci à 98. Plusieurs facteurs expliquent cette embellie relative. D?abord, l?environnement économique international est perçu en hausse (de 98 à 104) malgré les incertitudes sur la crise grecque et l?instabilité au Moyen-Orient (Syrie, Iran). Il en va de même pour l?environnement économique français. Il est vrai qu?au dernier trimestre 2011, avec une croissance de 0,2%, la France a plutôt fait mieux que ses partenaires européens, l?Allemagne notamment.

Les banques qui refusent des prêts aux PME bénéficiaires

Dans le même ordre d?idée, les "efforts du gouvernement en matière d?aide au PME", souvent assimilables à une mesure de popularité, grimpe en flèche de 8 points, de 117 à 125. C?est peut-être la confirmation de la création d?une banque entièrement dédiée au développement des PME qui a joué. Une initiative qui permettra de mettre fin à des situations ubuesques. Ainsi, cette histoire révélée par le site L?entreprise.com. A la tête d'une petite entreprise de six salariés en Alsace, Patricia Koch lutte depuis plusieurs mois contre les banquiers qui lui refusent un prêt (d?environ 100.000 euros), alors que son entreprise est bénéficiaire et son carnet de commandes plein. Un ras-le-bol qui prend aujourd'hui la forme d'un collectif d'une centaine d'entrepreneurs, baptisé "Collectif défense PME", bien décidés à se faire entendre. Et à faire plier les banques.

Les échéances politiques influent peu sur les décisions des dirigeants

Il n?en reste pas moins que tout est loin d?être rose. Ainsi, a l?exception de la progression notable de l?achat des biens d?équipements (+3%), les autres indices sont restés au même niveau qu?en janvier, c'est-à-dire faible. La demande émanant des grandes entreprises s?effondrant même encore davantage de ? 26 à -36%. Et sur le front de l?emploi, c?est toujours la morosité les intentions d?embauche qui avaient déjà reculé à -5% en janvier en sont maintenant à -8%. A cet égard, la période de campagne électorale ne semble pas déterminante dans l?attitude des PME. Elles sont 64% à estimer que " the show must go one et que les échéances politiques n?interfèrent pas dans la marche des affaires, qu?il s?agisse des projets d?investissement et des embauches.

L?idée de conclure des "accords de compétitivité" divise les patrons

Quant aux "accords de compétitivité" prônés par Nicolas Sarkozy, tendant à lier diminution du temps de travail et/ou les salaires, ils reçoivent un accueil mitigé de la part des patrons de PME. Ils sont 42% à estimer qu?il s?agit d?une bonne solution et 35% à penser l?inverse. Il faut dire que la négociation de tels accords avec les syndicats paraît difficile.
Par ailleurs, désormais, les visiteurs du site latribune.fr peuvent participer au baromètre mensuel La Tribune-LCL en posant leurs questions sur le site. Chaque mois, une question est sélectionnée. Pour ce mois de février, la question des lecteurs était la suivante: "Savez vous pour qui vous voterez le 22 avril pour le premier tour de la présidentielle ?". 58% des patrons de PME ont répondu "oui", 40% " non" - ce qui est assez considérable ? et 2% ne se prononcent pas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2012 à 17:31 :
Les changements politiques rendent les règles "du jeux" précaires ... la loi fillon sur les heures supplémentaires ... qu'en sera t'il dans 6 mois ???? Impossible de voir à plus de 6 mois !!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 20/02/2012 à 15:16 :
Qui croire.....voici le titre de votre confrère les Echos de ce jour ....Le moral des industriels reste bas en février

Le moral des industriels est resté stable en février selon l'Insee. Mais la situation reste dégradée et ne semble pas devoir se redresser de sitôt.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :