Une enquête préliminaire ouverte sur Thierry Gaubert, un proche de Nicolas Sarkozy

 |   |  477  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Nanterre sur des mouvements de fonds suspects effectués par Thierry Gaubert, un proche de Nicolas Sarkozy, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

L'enquête a été confiée à la Division nationale des investigations financières (DNIF), a précisé cette source. "Depuis peu, (Thierry Gaubert) est dans la ligne de mire du fisc et de Tracfin, le service anti-blanchiment du ministère des Finances", révélait Mediapart plus tôt dans la journée. "La cellule Tracfin du ministère des Finances a saisi le 27 juillet 2011 le parquet de Nanterre de soupçons de 'blanchiment de fonds issus d'une activité délictueuse' après avoir constaté plusieurs flux financiers suspects entre M. Gaubert et le marchand d'armes Ziad Takieddine", poursuivait le site d'informations.

Thierry Gaubert est déjà mis en examen dans l'enquête visant une éventuelle corruption lors de l'élection présidentielle de 1995. Il vient par ailleurs d'être jugé pour de présumées malversations financières dans l'utilisation des fonds sociaux destinés au logement. Un an de prison avec sursis a été requis contre lui. Thierry Gaubert a été conseiller de Nicolas Sarkozy au ministère du Budget entre 1993 et 1995 et secrétaire général de la mairie de Neuilly dans les années 1980 et 1990.

Les faits remontent à la fin des années 1990.

Thierry Gaubert, ami du chef de l'Etat âgé de 61 ans, conseiller de Nicolas Sarkozy au ministère du Budget entre 1993 et 1995 et secrétaire général de la mairie de Neuilly dans les années 1980 et 1990, est jugé pour abus de biens sociaux et recel, détournement de fonds, prise illégale d'intérêt, escroquerie, faux en écriture, exercice illégal de la profession de banquier, avec quatre autres personnes. Le parquet ne retient qu'une petite partie des faits qui lui sont imputés par l'instruction.

Il est mis en examen par ailleurs dans l'enquête sur une corruption présumée en marge de contrats d'armements et de la présidentielle de 1995, où il nie les accusations de sa femme selon lesquelles il aurait convoyé depuis la Suisse des valises d'argent en espèces. Lors d'une perquisition l'été dernier, la police a découvert dans ce dossier qu'il avait notamment construit sans la déclarer au fisc une villa de 1.000 m2 au Colombie. Dans ce nouveau dossier de Nanterre, il comparaît notamment au titre de président de 1984 à 1998 de "CIL L'habitation française", organisme collecteur de la contribution obligatoire des sociétés à l'effort de construction, le "1% logement". Il était juridiquement à ce titre chargé d'une mission de service public.

Thierry Gaubert a également été conseiller de Charles Milhaud, président du groupe Caisse d'épargne, en 2001. En 2002, Jean-François Copé, secrétaire d'État aux relations avec le Parlement a aussi fait appel à ses services. Puis il a été en charge des relations publiques au sein du secrétariat général de BPCE (Banques populaires-Caisses d'épargne), groupe qu'il a quitté en janvier 2012.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/02/2012 à 9:39 :
Mr Sarkosy est bien entouré qui se ressemble s'assemble!!!!
a écrit le 21/02/2012 à 12:03 :
Je voit que l'on ne parle que de la face émergé de l'iceberg... et pas de la face caché et profonde... je crois qu'il reste beaucoup plus à dire, à bientôt, diVad
a écrit le 21/02/2012 à 10:27 :
Les proches de Sarkozy sont mis en examen les uns après les autres (Gaubert, Takieddine, Bazire, Hortefeux, Donnedieu de Vabres, etc...). On n'arrive plus à les compter. Bientôt il sera plus facile de compter ceux qui ne sont pas mis en examen.
a écrit le 21/02/2012 à 9:22 :
Il est temps pour notre pays que cesse cette gangrène qui nourrit le soupçon en permanence et mine le dynamisme et la confiance. Les cliques d'état doivent au mieux céder la place, au pire rendre des comptes et pas dans quinze ou vingt ans.
a écrit le 21/02/2012 à 7:58 :
Le premier problème de notre pays est le mauvais exemple que donnent ses élites. Depuis Giscard, imaginez le nombre de truands qui ont eu de hautes responsabilités au sommet de l'état. Sarkozy n'est que l' aboutissement de 40 années d'insanités politiques et économiques. Ne rêvez pas Hollande est issu du même sérail.
C'est donc à l'Elysée, Matignon, les Assemblées, dans les mairies et dans les partis politiques qu'il faut utiliser le Kärcher. Il faut aussi se poser quelques questions sur nous-mêmes: français qui tolérons depuis tant de temps un tel système.
Jean-Claude Meslin indigné et écoeuré depuis 30 ans par la médiocrité ambiante.
Réponse de le 21/02/2012 à 13:10 :
Pourtant avec le dernier Président il était question de "rupture".... Chassez le naturel, il revient au gallop!
Réponse de le 25/02/2012 à 16:43 :
facile de denigrer mr sarkozy mais aller donc gratter chez hollande ca fait froid dans le dos(dsk...les milliers d'euros donne a son parti les mensonges qui sont de plus en plus graves il derait balayer devan sa porte avec toute sa clique de socialos qui repete tjs les memes regaines)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :