La CGT dit "non" à la réelection de Nicolas Sarkozy

La CGT appelle clairement à battre Nicolas Sarkozy sans pour autant se prononcer en faveur d'un autre candidat, chose qu'elle ne fait plus depuis 1988.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

La direction de la CGT a appelé mardi à un "changement de politique". Sans se prononcer pour autant en faveur d'un autre candidat, la CGT annonce clairement qu'elle ne souhaite pas une réelection de Nicolas Sarkozy. Un quart de siècle que la centrale n'avait pas pris une position aussi tranchée en matière électorale...
L'élection présidentielle, les 22 avril et 6 mai prochains, "est un rendez-vous important pour l'expression démocratique" et "à ce titre, la CGT ne saurait être neutre, surtout au regard de la gravité de la situation", affirme la déclaration adoptée à l'unanimité par la Commission exécutive de la CGT.
"Au vu du bilan et des projets du président de la République, sa réélection ouvrirait, à coup sûr, une nouvelle séquence de lourds reculs sociaux", ajoute le texte. "La société française vivrait des clivages plus violents encore et s'enfoncerait encore plus dans la crise".

Depuis 1988 la centrale ne donne plus de consigne de vote

Le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault avait déjà affirmé plusieurs fois qu'à titre personnel il voterait contre Nicolas Sarkozy à la présidentielle, tout en soulignant que la centrale n'appelait pas à voter en faveur d'un des candidat. De fait, symbole de son émancipation par rapport au Parti communiste et décidée à ne plus être considérée comme la "courroie de transmission" de la place du Colonnel Fabien (siège du PCF), depuis 1988, "la CGT n'a jamais donné de consigne de vote en faveur d'un candidat" mais "a donné son appréciation sur le bilan du président sortant", indique-t-on à la centrale.
Sa charge contre un des postulants de 2012 reste inédite et s'explique par "la gravité de la situation", le "bilan de ce quinquennat" et "la méthode employée" par le président sortant, indique-t-on encore à la CGT.

Sanction contre la réforme des retraites

Pour la centrale Montreuil, "l'essentiel" de l'action de Nicolas Sarkozy a "consisté à favoriser les actionnaires et les plus riches". "Il a choisi de ne pas répondre aux grandes mobilisations nationales de 2009 pour une autre répartition des richesses" et, "en 2010, c'est par le passage en force qu'il a imposé le recul de l'âge de départ en retraite aux millions de manifestants. Et d'ajouter que le président sortant "est à l'origine d'un nouveau traité européen qui généralise l'austérité", et "son programme pour demain rejoint les exigences du Medef". La CGT rappelle ses "exigences" pour sortir de la crise, notamment une revalorisation des salaires et des minima sociaux, avec un Smic à 1.700 euros, un "contrôle des aides publiques aux entreprise", des "alternatives aux licenciements", la "suppression" des exonérations sur les heures supplémentaires", ou encore une "réforme en profondeur" de la fiscalité".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 14/03/2012 à 13:29
Signaler
Il est nécessaire de se débarasser de la vermine,mais il faut qu'il soit punis ;si j' avais géré mon budget comme il à géré la france;je serais en prison?

à écrit le 14/03/2012 à 11:03
Signaler
Non seulement ils se gavent sur le dos des salariés en faisant croire qu'ils les défendent mais en plus ils donnent des interdictions de vote pour continuer à se gaver... Scandaleux !!

à écrit le 14/03/2012 à 10:47
Signaler
Cette organisation restera toujours la même, pétrie d'un vieux conservatisme de nature stalinienne et d'une idéologie faite de lutte des classes. Elle ne connait que le rapport de force et ne peut concevoir fondamentalement de perdre un "combat". Ell...

à écrit le 14/03/2012 à 10:12
Signaler
Voilà qui met enfin un terme au paroxysme de l'hypocrisie.Sans jamais "vouloir faire de politique parce que ce n'est pas le but du syndicalisme" les syndicats et surtout la CGT sont composés à 75% de gauchistes qui aiment" bouffer" du patron.Hélas le...

à écrit le 14/03/2012 à 8:50
Signaler
très fort! dans la série, on vote contre mais on n'a rien à proposer! la question n'est pas de savoir si on aime le bonhomme mais s'il est capable de conduire le pays et de réformer là où c'est nécessaire, d'être respecté sur la scène internationale...

le 14/03/2012 à 16:45
Signaler
Je suis d'accord qu'il faille se serrer la ceinture mais les plus riches doivent donner l'exemple et avec ce Monsieur Sarkozy pour lequel j'ai pourtant voté en 2007, tout ets fait pour préserver les classes aisés et accabler les classes moyennes et p...

à écrit le 13/03/2012 à 20:37
Signaler
Le wall street journal et le parlement européen le citent comme un nouveau le Pen ! donc la CGT a ses raisons et pour beaucoup de français Sarko devient "impossible à supporter" no others comments...

le 14/03/2012 à 8:52
Signaler
Effectivement, certaines vérité dérange ceux qui sont directement concernés... Pour ma part, sans être d'accord avec tout ce qu'il dit, je n'ai aucun mal à le supporter.

à écrit le 13/03/2012 à 20:03
Signaler
ça s'appelle un scoop!

à écrit le 13/03/2012 à 19:20
Signaler
pas étonnant il a parlé des magouilles des syndicats et de leur gestion des comités d'entreprises. sujet hautement tabou qui coute très cher aux français depuis des lustres

à écrit le 13/03/2012 à 18:48
Signaler
la CGT est-elle favorable à la grande réforme systémique des retraites ( avec une plus grande égalité pour tous ) ou va-t-elle vouloir conserver les spécificités des 38 caisses de retraite qu'on a en France ? avec notamment celles d'EDF ou de la S...

à écrit le 13/03/2012 à 18:01
Signaler
quel scoop ! faudrait faire un autre scoop pour decouvrir qu'ils votent melanchon, poutou ou artaud !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.