Hollande... Cent jours pour réussir

 |   |  809  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Pas d'état de grâce pour le nouveau président. Sous la double surveillance des marchés et de nos partenaires, il va devoir agir vite. Agenda surchargé et législatives en juin, des travaux d'Hercule l'attendent.

Nous avons l'immense responsabilité de réussir »... Élu le 6 mai, François Hollande n'a pas attendu son investiture officielle, le 15 mai, pour se mettre au travail. Le nouveau président, qui met la dernière main au choix de son Premier ministre et du gouvernement, sait qu'il n'aura ni état de grâce, ni droit à l'erreur. Le septième président de la Ve République dit s'être préparé pour cela. Et, de fait, l'agenda des cent premiers jours est, sur le papier au moins, déjà bien cadré. La première année du « changement » a été séquencée pour lui par Laurent Fabius : son programme, François Hollande le connaît par c?ur. Ce qu'il sait moins, c'est le niveau de température et de pression qu'il va devoir affronter pour le mettre en ?uvre. Pour l'instant, les marchés lui laissent le bénéfice du doute, s'intéressant plus au chaos politique en Grèce qu'au résultat des élections françaises, largement anticipé. Les agences de notation Fitch et Standard & Poor's ont indiqué que l'alternance n'aurait pas d'impact immédiat sur la note de la France, mais sans exclure de l'abaisser à nouveau. Malgré un agenda européen et international surchargé en mai, François Hollande a donc un peu de temps pour réfléchir à l'ordre des priorités, négocier avec nos partenaires, notamment l'Allemagne, et discuter avec les partenaires sociaux. Bien entendu, ses marges de man?uvre dépendront aussi de la majorité à l'Assemblée nationale. Mais, en tête dans 333 circonscriptions sur 577, la gauche a de fortes chances d'être majoritaire, comme elle l'est aussi au Sénat.

Angela Merkel, la clé de Beaucoup de portes

L'agenda européen est le premier sur la liste. C'est aussi celui qui posera les fondations pour la suite. Prévue le 16 mai, dès le lendemain de la passation de pouvoir, la rencontre avec Angela Merkel à Berlin est la clé qui ouvrira ensuite toutes les portes. Soit les deux dirigeants s'entendent sur un compromis entre discipline budgétaire et croissance, soit la situation va devenir très vite très compliquée pour le nouveau président. Sa première « sortie » officielle dans l'arène européenne sera le dîner informel convoqué par Herman Van Rompuy, le 23 mai à Bruxelles. Suivra le sommet des 28 et 29 juin. Tout se jouera là. Non pas sur le pacte budgétaire, puisque Angela Merkel a prévenu qu'il n'était pas négociable, mais sur l'initiative de croissance préparée par la commission et sur lequel un accord est possible. L'important, pour Hollande comme pour Merkel, sera d'en sortir chacun avec une victoire. Pour parvenir à un accord, François Hollande sait qu'il devra donner des gages de rigueur. L'audit des finances publiques est fait pour cela. Prévenir la gauche impatiente que tout ne soit pas possible tout de suite et que, comme il l'a indiqué pendant la campagne, le premier temps du quinquennat sera celui du redressement des comptes. Les premières mesures économiques et sociales seront donc modestes. Augmentation de l'allocation de rentrée scolaire, coup de pouce au smic, blocage du prix des carburants (à la hausse, les prix étant orientés à la baisse), retraite à 60 ans : les signaux en direction du pouvoir d'achat seront scrutés à la loupe et devront être financés dans le collectif budgétaire dés juillet.

Le budget 2013, plus gros coup du quinquennat

Les choses sérieuses se dérouleront dans l'été avec la préparation du projet de budget 2013 et le vote de la réforme fiscale. C'est là que se jouera le plus gros coup du quinquennat, puisque François Hollande compte augmenter très fortement les recettes dès l'an prochain pour rendre possible la baisse du déficit à 3 % du PIB, comme promis. Une réforme « juste », a-t-il promis, mais un effort partagé qui fatalement fera des mécontents, et pas seulement les plus riches. La hausse de 1,6 point de la TVA sera annulée, mais la hausse des prélèvements touchera tout le monde. Ce sera aussi le cas pour les économies sur les dépenses publiques sur lesquelles le candidat est resté très flou mais qu'il devra tôt ou tard préciser. Enfin, le nouveau président devra s'atteler au pacte productif qu'il a annoncé pour relancer l'économie et l'industrie. À la mi-juillet, la conférence sociale avec les partenaires sociaux le verra retrouver le mur des réalités, à savoir le problème de compétitivité des entreprises françaises. Il devra aussi mener une dure bataille avec le lobby bancaire à propos de la loi sur la séparation des activités de dépôt et de spéculation.

Les dossiers urgents des 100 premiers jours :

L'Europe  /  La dette

L'emploi L'entreprise

La finance  /  La fiscalité

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/06/2012 à 12:01 :
le même panier depuis 10 ans (5 ans de Chirac et 5 ans de Sarko) ? Qui avait un chèque en blanc depuis 10 ans ? Pour en faire quoi ? plus de pauvres et de chômeurs ! c'est vraiment l'art de regarder la paille dans l'oeil du prochain et pas la poutre dans son propre oeil ! Mais les français sont suffisamment intelligents pour faire la part des choses et donner à HOLLANDE la majorité nécessaire pour appliquer sa politique de changement.
a écrit le 14/06/2012 à 10:11 :
Hollande : agenda d'un crash annoncé !
En augmentant les prélèvements fiscaux et sociaux qui sont déjà à un niveau très élevés en France Hollande risque fort d'asphyxier l'économie!
D'autre part en annoncant d'entrée de mandat une augmentation du salaire minimum il bloque les embauches en CDI d'où de mauvais chiffres du chômage.
Ensuite l'annonce de Duflot quant aux augmentations de loyers lors d'un changement de locataire risque fort de détourner de l'investissement immobilier locatif toute une catégorie d'investisseurs au profit d'autre formes d'investissement ce qui au final n'arrangera pas les candidats à la location.
En conclusion le quinquenat est très très mal parti
d'autant plus qu'en matière d'économie européenne il est absolument certain que les Allemands ne changeront pas de politique Merkel ou pas !
Pour sortir notre pays du marasme dans lequel il se trouve il faut changer d'état d'esprit, à savoir, considérer les entreprises comme des sources d'emplois au lieu de vaches à lait et modifier les sources de financement des organismes sociaux basés actuellement sur les salaires vers d'autres sources.
a écrit le 07/06/2012 à 1:03 :
C'est comme si c'était le barman qui demandait qu'on règle son compte. Alors pour les riches ça fait 100 milliards par an. Le soucis c'est que leur fortune c'est que 30... une seule fois. Comment on fait?
a écrit le 30/05/2012 à 6:02 :
heureusement qu'il a Valérie vous avez tout compris les français ce n'est pas lui qui commande ce sont les femmes vous les femmes comme dit la chanson et lui petit bouchon il suit comme d?habitude de claude François.
a écrit le 25/05/2012 à 19:58 :
Aucun soucis, la réussite sera totale, les cireurs de pompes ont déjà préparé leurs articles. Et haro ! sur celui qui aura la critique trop objective..
a écrit le 23/05/2012 à 14:59 :
Bof. Aucun gouvernement n'est parfait. Ils feront des erreurs, comme le précédent. A l'heure du bilan, chacun dira sa vérité. J'espère juste alors voir dans les journaux le titre :
Hollande, un bilan si nul que ça?
Pour des médias libres et égalitaires.
a écrit le 22/05/2012 à 19:09 :
La principale difficulté que va renconter la nouvelle majorité sera d'appliquer de vraies mesures novatrices, cohérentes, capables d'apporter des améliorations non feintes. Nous voyons trop les lacunes de gouvernance laissées par leurs prédécesseurs. Il ne faudra pas employer les mêmes méthodes de colmatage, sans réparation. Attention ; le ministère de la justice est en train de prendre le même type de voie que précédemment cité.
a écrit le 22/05/2012 à 13:32 :
100 jours pour réussir..
Combien de jours , pour se rendre compte, que la droite lui a fait cadeau d 'une impasse, d 'un cul de sac... ?
La sortie de son rêve éveillé va être douloureuse, pour lui, il l ' a voulu.., pour nous , nous n' avons jamais révé, sauf fait des cauchemars !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :