"Pigeons" : l'Elysée roucoule, la presse anglo-saxonne se défoule

Hollande "sur le fil", un gouvernement "bousculé" qui ne sait plus "où donner de la tête"... Le revirement du gouvernement français face à la fronde des pigeons a aiguisé les plumes dans la presse anglo-saxonne. Florilège.

3 mn

DR
DR (Crédits : DR)

Les plumes de la presse anglo-saxonne étaient rapidement parties à l'affût de l'histoire des "pigeons" français. Après le rétropédalage opéré jeudi par l'Elysée sur les plus-values de cession, les jeux de mots et autres coups de becs vont bon train.

? Wall Street Journal : Hollande "sur un fil"

Pour le quotidien américain, le gouvernement français "s'est incliné sous la pression". Un révélateur, selon le Wall Street Journal du jeu d'équilibriste mené par François Hollande face à la crise.  "La reculade du gouvernement français met en évidence le fil sur lequel M. Hollande tente de marcher, en tentant de réparer les finances publiques tout en évitant d'étrangler les perspectives de croissance. Et ce, dans une économie qui piétine où le taux de chômage atteint 10,2%", est-il écrit.

La source (en anglais): Wall Street Journal

? Financial Times : La France de Hollande "ne sait plus où donner de la tête"

Avec le titre "France's Hollande in flap over 'pigeons'", le quotidien financier se fend d'un jeu de mot intraduisible sur un gouvernement qui ne sait plus donner de la tête à cause des gesticulations des pigeons (l'expression "in flap" suggère à la fois l'idée de "battre des ailes", de "rabattre quelque choses" et de "ne plus savoir où donner de la tête"). Sur le fonds, l'article du correspondant du FT à Paris, note que la "force de la protestation  des pigeons, (...) a pris le gouvernement au dépourvu", alors qu'il préparait les négociations sur le travail. Ce volte-face soulignerait "l'état explosif" des relations entre l'équipe gouvernementale et le monde de l'entreprise. Une situation cristalisée dans les propos de Laurence Parisot qui a dénoncé cette semaine un "racisme" anti-business.

La source (en anglais): Financial Times

? Guardian : Une mesure-clé "bousculé par un vol de pigeon"

Le même jeu de mot "aviaire" sur le rétropédalage du l'Elysée est employé par le quotidien britannique The Guardian. Ce dernier se focalise sur le côté inédit de ce mouvement et de ses conséquences.  Son auteure note ainsi que, si François Hollande est "resté inflexible sur la question de la hausse des impôts pour les millionnaires", l'une des mesures-clés de son projet de budget a été "bousculé par un vol de pigeons". "Le gouvernement socialiste s'est félicité d'être resté insensible à ce qu'il rejette comme des ronchonnements de la part des 'méga-riches' ", notamment contre le projet d'impôt à 75%, est-il écrit. Mais cette révolte de "jeunes entrepreneurs plus attachants et ordinaires" que les grands patrons serait d'un autre ordre parce qu'elle aurait davantage emporté l'adhésion du public.

La source (en anglais): The Guardian

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 05/10/2012 à 18:28
Signaler
Pour la presse étrangère, nous avons un" beauf " de première comme président. Alors, dans les réunions internationales, il doit parler dans le vide si, toutefois, on lui donne la parole ! Pauvre France, quelle erreur de casting !

à écrit le 05/10/2012 à 16:55
Signaler
En regardant ce qui se passe depuis le 6 mai, je n?ose imaginer ce que sera l'état de notre pays dans cinq ans. À mon avis, il va se passer des choses d'ici là et ce ne sera pas beau à vivre.

à écrit le 05/10/2012 à 12:07
Signaler
Le pire à mes yeux est sans doute l'usage de lois fiscales rétroactives. Je croyais que ce type de chose était la marque de fabrique des régimes autoritaires...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.