François Hollande est arrivé en Arabie Saoudite pour une visite très politique

 |   |  645  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président de la République a prévu d'évoquer les sujets de la crise syrienne. Cette visite se veut le prélude d'une série de rencontres avec des délégations de chefs d'entreprise

 Le président français François Hollande est arrivé dimanche en Arabie saoudite où il doit rencontrer le roi Abdallah pour évoquer la crise syrienne et l'Iran, après avoir exprimé son soutien au Liban au cours d'une brève étape à Beyrouth. Cette première visite en Arabie saoudite « est avant tout politique », a déclaré M. Hollande aux journalistes dans l'avion qui l'amenait de Beyrouth à Jeddah sur la mer Rouge, précisant qu'il devait « évoquer le Liban, la Syrie, le processus de paix et l'Iran ».
« La France joue un rôle actif dans la région du Moyen-Orient. Nous sommes le pays le plus actif sur les dossiers de la Syrie, du Liban et du processus de paix » au Proche-Orient, a-t-il encore dit.
Au menu de ses discussions avec le roi Abdallah figure également la question du programme nucléaire iranien controversé. « L'Arabie saoudite est extrêmement inquiète des agissements iraniens » pour se doter de l'arme nucléaire, avait souligné l'Elysée, tandis que M. Hollande a déclaré cette semaine être prêt à voter de « nouvelles sanctions » contre Téhéran.

Soutien de la France au Liban

Le président français est arrivé à Jeddah, sur la mer Rouge, dans le royaume en provenance de Beyrouth où il a effectué une brève visite au cours de laquelle il a exprimé le soutien de la France au Liban, menacé par les retombées de la crise en Syrie voisine. L'escale de Beyrouth, décidée en dernière minute, a été présentée par Paris comme un « geste politique fort de soutien » au Liban, après la mort du chef des renseignements de la police Wissam al-Hassan le 19 octobre à Beyrouth dans un attentat attribué par l'opposition libanaise au régime syrien. « La France ne ménagera aucun effort pour garantir au Liban son indépendance, son unité et sa sécurité », et elle est déterminée « à s'opposer de toutes ses forces à toutes les tentatives de déstabilisation », a-t-il assuré lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue libanais Michel Sleimane.
Evoquant le conflit en Syrie qui a fait, selon une ONG syrienne, plus de 36.000 morts en près de 20 mois, M. Sleimane a déclaré avoir « réaffirmé au président Hollande l'engagement du Liban à éviter les conséquences négatives » de cette crise dans le grand pays voisin.

Pays fragilisé par le conflit syrien


La visite de M. Hollande est intervenue alors que l'opposition libanaise réclame la démission du Premier ministre Najib Mikati, qu'elle accuse de « faciliter le plan du régime criminel de Bachar al-Assad au Liban ». M. Sleimane et les Occidentaux veulent pour leur part éviter tout vide politique dans ce pays fragilisé par le conflit syrien. Selon une source gouvernementale, la France serait prête à accueillir une réunion de l'ensemble des composantes politiques libanaises, si le Liban en fait la demande et si toutes les parties sont représentées.
S'agissant des relations saoudo-françaises, les discussions de M. Hollande à Jeddah devaient porter sur les secteurs de l'énergie et du transport, selon son entourage. « L'Arabie saoudite a toujours fait preuve de responsabilité » sur le prix du pétrole, rappelle-t-on, faisant valoir également son intérêt « pour l'énergie nucléaire ». « On souhaite que les entreprises françaises soient présentes », affirme-t-on, alors que l'Arabie a un grand projet de construction de centrales nucléaires.

Prochaine délégation de chefs d'entreprise

Le président a annoncé aux journalistes qu'il reviendrait en Arabie saoudite « début 2013 avec une délégation de chefs d'entreprises pour une visite économique ». Au terme de ses entretiens, M. Hollande doit donner une conférence de presse. Il partira ensuite au Laos pour le 9e sommet UE-Asie (Asem), qui réunira lundi à Vientiane les représentants d'une cinquantaine de pays européens et asiatiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2012 à 17:27 :
il ferait mieux de s'occuper de la dépense publique, kafka à grande échelle, une manne inépuisable de gains possibles, pour financer la relance, pas besoin du quatar ni de personne, c'est notre "pétrole à fleur de terre", il suffit de se baisser pour économiser des centaines de millards
a écrit le 05/11/2012 à 2:24 :
Pourvu qu'ils le gardent :-)
Réponse de le 05/11/2012 à 8:56 :
Oh oui prions pour ça
Réponse de le 05/11/2012 à 9:25 :
ils ont de l'argent! ils sont foutus de faire un cheque pour que la france recupere ses ouailles !!!
a écrit le 04/11/2012 à 22:29 :
Apres le Qatar qui s'installe tranquillement en France, aussi bien dans les hotels de luxe que dans les banlieues, la France va baisser son pantalon devant l'Arabie Saoudite, quel sketch votre pays !
a écrit le 04/11/2012 à 21:36 :
S'il laisse seul JM le constipé, le pire est à craindre. A eux deux, c'est déjà la débâcle mais Ayrault seul, ça risque d'être dramatique!
a écrit le 04/11/2012 à 20:46 :
Sans oublier les "commissions" habituelles de tous ces marches
Réponse de le 04/11/2012 à 20:54 :
Yes j'avais oublié...merci ;)
a écrit le 04/11/2012 à 20:33 :
Vous, lecteurs, vous croyez vraiment en cette information ? Visite pour parler de la paix en Syrie ????!!!???

Non...


Comme dans le commerce, c'est le petit qui se déplace et le gros qui le reçoit...
Pour échanger sur des sujets politiques, il y a la vidéo conférence...beaucoup moins onéreuse. Lorsque on se déplace, c'est que l'on doit...NÉGOCIER, vendre ou acheter !


En bref, hollande va revenir avec sa malette plein de produit à vendre ( gentil fournisseur d'armes, d'avions de chasse, de centrale nucléaire...) et son confrère saoudien des petits bidons de pétroles, ou autres matière première...

Dans ce monde on se déplace pour faire des affaires, pas pour tailler la navette autour d'un thé menthe sur le conflit syrien...mais qui alimente en armes la Syrie ??!?? Nous ?? Non, nous sommes trop...parfait, civilisé et exemplaire ;)
a écrit le 04/11/2012 à 19:47 :
Quel hypocrite ce président.
L'indice de démocratie de l'arabie saoudite est bien plus bas que celui de la RDC, pourtant on tient un tout autre discours.
Réponse de le 04/11/2012 à 20:53 :
Dans le monde des affaires, l'objectif est de vendre ou acheter, faire tourner le commerce...les sentiments et les états d'âme, c'est à laisser au vestiaire...que ce soit hollande, Mitterrand, Chirac, ou Sarkozy, les objectifs géopolitiques sont commerciaux...dans un monde marchand ;) pétit naïf ;)
Réponse de le 04/11/2012 à 22:34 :
C'est sur que le Rafale et l'EPR a l'export ca marche !? Big LOL
Réponse de le 05/11/2012 à 3:10 :
Ne vous y tromper pas, les missiles exo7 et autre système de défense EADS s'exporte bien...et même EADS SODERN ( arme nucléaire) c'est fait epinglé pour la vente à un pays intermédiaire... Les médias vous donne un point de vue...mais la vente d'armes, c'est un point de vue à garder sous silence....
a écrit le 04/11/2012 à 19:04 :
Qu'il y reste longtemps
a écrit le 04/11/2012 à 18:53 :
A t'il emmené son harem?
Réponse de le 05/11/2012 à 9:15 :
Très bon commentaire, il ne sait même pas régler les problèmes de son couple et il veut se mêler des affaires du mon on vois son niveau.
Réponse de le 05/11/2012 à 11:13 :
Commentaire lamentable !
a écrit le 04/11/2012 à 18:47 :
Il est surtout parti pour faire oublier qu'il est responsable du désastre français.
Réponse de le 04/11/2012 à 19:03 :
êtes-vous au courant de ce qu'est un"grand jeu" ds les RI??
Réponse de le 04/11/2012 à 19:12 :
j'espere que tu parles de celui qui était avant lui,car lui ne fait que récolter et reconstruire
a écrit le 04/11/2012 à 18:37 :
Il est parti pour fixer des quotas de sans papiers

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :