Quand Laurence Parisot se campe en disciple de Clausewitz

Tenter de "contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté" disait le grand théoricien militaire prussien du 19e siècle. Laurence Parisot, la présidente du Medef, semble vouloir reprendre à son compte ce précepte. Prenant prétexte de la dégradation de la France par l'agence Moody's, elle demande aux syndicats, au gouvernement et aux collectivités locales de prendre, enfin, en compte les recommandations du Medef pour remonter la pente de la compétitivité.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)

Laurence Parisot... disciple de Clausewitz, le grand théoricien militaire prussien du 19è siècle qui disait "la guerre est un acte de violence dont l'objectif est de contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté". Certes, la présidente du Medef n'est pas en guerre. Mais elle n'a pas son pareil pour profiter de toutes les opportunités pour forcer ses partenaires/adversaires à venir sur son terrain pour mieux faire passer les idées de l'organisation patronale, présentées comme le remède miracle à la crise.... Clausewitz apprécierait. Dégradation de la note de la France par Moody's, pacte de compétitivité décidé par le gouvernement Ayrault, ouverture de la négociation sur le marché du travail, etc... Laurence Parisot ne manque pas d'éléments pour pousser ses pions.

Les syndicats doivent accepter la flexibilité

Ainsi, douée d'un bon sens tactique, Laurence Parisot profite de l'émoi provoqué par la décision de Moody's pour affirmer que maintenant "pèse sur nous tous une pression particulière"... Et notamment sur les organisations syndicales. A priori, on ne voit pas le rapport entre Moody's et les organisations syndicales? Pour Laurence Parisot, c'est pourtant clair. Elle explique qu'avec la dégradation par Moody's, le pays n'a plus le choix pour redresser la pente en matière de compétitivité que d'écouter ce que dit le Medef. Un message adressé notamment aux syndicats, dans le cadre de la grande négociation en cours sur la réforme du marché du travail. "Il faut que le concept de flexibilité soit enfin accepté", assène t-elle. "Or je suis inquiète de constater que du côté syndical et gouvernemental on a du mal à comprendre que la flexibilité serait un atout majeur pour la compétitivité". Faisant allusion à la résistance des syndicats qui rechignent à accepter une simplification des règles régissant les licenciements (plafonnement des dommages et intérêts éventuellement dus en cas de licenciement abusif, réduction des délais de procédure, etc.). "Tous les investisseurs en France regardent l'évolution de cette négociation", lance t-elle. Façon de dire que les futurs investissements potentiels dans le pays en dépendent...

Le crédit d'impôt compétitivité doit être opérationnel dès janvier 2013

A l'endroit du gouvernement, Laurence Parisot aussi appelle Clausewitz à la rescousse, s'agissant de la mise en ?uvre du pacte de compétitivité -qu'elle juge, au passage, trop limité. Elle demande, une nouvelle fois, que le crédit d'impôt en faveur de la compétitivité et de l'emploi (CICE), prévu dès 2013 à destination des entreprises, ne donne lieu à aucune contrepartie. Surtout, la présidente du Medef exige presque "qu'il soit applicable dès janvier 2013. Les entreprises doivent pouvoir se dire que dès ce nomment elles auront une créance certaine sur le Trésor. Nous attendons la confirmation du gouvernement". Et de prévenir que ce point sera fondamental dans les décisions des entreprises en termes d'embauches et/ou d'investissements... Au passage, elle lance un message au gouvernement en lui demandant de réfléchir à une deuxième étape dans l'application du CICE. Pour l'instant, celui-ci est prévu pour s'appliquer sur les salaires compris entre 1 et 2,5 fois le Smic. Laurence Parisot plaide pour une extension aux rémunérations atteignant... 3,5 fois le Smic.

Supprimer la clause de compétence générale des collectivités locales

Et, encore une fois, le même raisonnement de Laurence Parisot prévaut à l'égard des collectivités locales quand elle constate les augmentations "vertigineuses" de la contribution financière des entreprises (CFE) et des versements transports. "Si cela continue, tout le pacte de compétitivité va être réduit à néant. Il faut abroger les lois de 1884 et 1971 qui donnent une clause de compétence générale aux collectivités locales. Et renégocier ces compétences autour d'une table".
Syndicats, gouvernement, collectivité locales... Sur tous les fronts Laurence Parisot pousse les pions du Medef. La conjoncture s'y prête. Laurence Parisot/Clausewitz l'a très bien compris.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 21/11/2012 à 10:46
Signaler
En terme de flexibilité, les CDD et INTéRIM sont une variable intérèssente, et largement utilisée . Pour les 35h , dans les grandes entreprises les contrats d' embauche ont été revus à la baisse (salaires). Sur les prélèvements la il y a moyen de nég...

à écrit le 21/11/2012 à 9:33
Signaler
Si l'on veut parler exportations, on doit parler embauche des diplômés que l'on a formé. Un exemple: une personne pourra donner son témoignage. Venant de la Réunion faire ses études en France, elle est ensuite embauchée en contrat précaire à faire de...

à écrit le 21/11/2012 à 9:23
Signaler
oui elle fait du lavage de cerveau pour gagner plus au détriment des salariés dont elle ce fou royalement

le 21/11/2012 à 9:37
Signaler
Pas de production, pas de salaire. On vous dit qu'on exporte de moins en moins, c'est que quelque part, on est bête. Il existe des établissements qui embauchent des ingénieurs pour 10h par semeine à faire des cours à des 4eme. Le directeur dénonce la...

à écrit le 21/11/2012 à 9:14
Signaler
On nous publie dans la presse la part de l'exportation française dans l'Europe. De 16% en 2000, nous sommes à 12. Une chute de 25% par rapport à nos voisins, ce qui ne concerne pas la chine, mais nos voisins. C'est le résultat de 4 décennies de sous ...

à écrit le 21/11/2012 à 3:10
Signaler
Il y a bien longtemps, le sketch du boulanger de Fernand Raynaud racontait ce petit village français où tout le monde détestait l'unique boulanger parce qu'il venait d'ailleurs et qu'il prenait le pain des français. Finalement, écoeuré par tant de ha...

à écrit le 20/11/2012 à 22:31
Signaler
L'article est bien sympathique mais je crois que Parisot peu remercier Sarkozy et sa campagne électorale.

à écrit le 20/11/2012 à 21:51
Signaler
Laurence Parisot aura beau tout faire et tout négocier , les chefs d'entreprises et les investisseurs qui constatent chaque jour l'arrêt de tous les moteurs de l'économie ont stoppés toutes embauches et ce pour un sacré bout de temps !!

à écrit le 20/11/2012 à 20:08
Signaler
Depuis le temps que Madame Parisot veut supprimer la retraite, la sécurité sociale et la sécurité de l'emploi, je m'étonne que l'on tente de faire des articles sur ce qui est appliqué en entreprise. C'est simplement l'application économique du club d...

à écrit le 20/11/2012 à 19:26
Signaler
On parle flexibilité, très bien. Seulement dans notre système, dual, certains ont la sécurité d'emploi, d'autres ont la précarité perpétuelle. C'est ainsi que 70% des jeunes refusent d'aller dans les entreprises, en l'état actuel des choses. Logique ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.