Attractivité fiscale : les limites des classements

 |   |  324  mots
Copyright Reuters
Le classement de l'attractivité fiscale établi par PricewaterhouseCoopers place la France en queue de peloton. A l'inverse, des pays comme le Danemark, où les prélèvements obligatoires sont très élevés, apparaissent très bien classés. Tout dépend de ce qui est pris en compte dans les charges des entreprises

Le dernier classement établi de l'attractivité fiscale établi par PricewaterhouseCoopers (PwC) pour la banque mondiale, place la France en très mauvaise position. Dans ce classement, qui prend en compte à la fois les impôts et les charges sociales, se basant sur le cas théorique d'une entreprise de 60 salariés, la France se situe au 169ème rang mondial, sur 185 pays étudiés. L'an dernier, elle se situait au 164ème rang.
Le taux global de prélèvement atteint en France 65,7%, contre une moyenne européenne de 42,6%. En revanche, un pays comme le Danemark, où le taux global de prélèvements obligatoires dépasse celui de la France, est très bien classé, juste après le Luxembourg et l'Irlande, avec 27,7% de prélèvements seulement sur cette entreprise type. Est-ce à dire que les PME danoises sont particulièrement favorisées, bénéficient d'une compétitivité plus de deux fois supérieure à celles opérant en France ?

Prendre en compte toutes les charges
Si l'on prend en compte les charges réelles supportées par les entreprises, c'est-à-dire l'ensemble du coût du travail, ce constat d'une sur-compétitivité d'un pays comme le Danemark vole en éclats. Car les employeurs, au Danemark, paient très peu, voire pas du tout de charges sociales, ce qui contribue largement à ce classement flatteur. Mais les salariés s'acquittent, eux, d'un impôt sur le revenu très élevé, et d'une TVA à 25%, sur l'ensemble de la consommation, y compris sur les produits alimentaires... Et ils ont donc obtenu, pour compenser ces prélèvements importants, des hausses de salaires considérables. Au Danemark, le salaire annuel brut moyen atteint 55.707 euros, selon Eurostat, contre 34.329 euros en France. Un écart de 38%, qui ne compense pas entièrement, mais pour une grande part, la différence de charges sociales entre les deux pays, sachant que les charges patronales représentent, en France, près de 50% du salaire brut.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2013 à 18:16 :
ce sont les particuliers qui sont taxer les plus , on paye les impots des impots sur les impots
a écrit le 27/12/2012 à 18:30 :
Le principe d?Egalité selon le fonctionnaire socialiste consiste à chasser de la société française celui dont les revenus dépassent les siens; celui-là qu'il appelle le "riche" (ou "sale riche", façon pléonasme) doit être conduit aux frontières du territoire, pour y rendre sa carte d?identité. le fonctionnaire Roi a gagné toute l'attention de ses sujets, génuflexions, révérences, prosternements, prosternations? sa Stasi, formée de commissaires politiques, constitue sa garde rapprochée qui a déployé pour lui des hommes de mains dans toutes les strates de la société, depuis le Conseil municipal, très local, jusqu'au sommet de l'Etat. le Roi est organisé et il vous connait tous, ne vous trompez pas... c?est ce qui fait toute sa grandeur.
a écrit le 27/12/2012 à 18:27 :
Le principe d?Egalité selon le fonctionnaire socialiste consiste à chasser de la société française celui dont les revenus dépassent les siens; celui-là qu'il appelle le "riche" (ou "sale riche", façon pléonasme) doit être conduit aux frontières du territoire, pour y rendre sa carte d?identité. le fonctionnaire Roi a gagné toute l'attention de ses sujets, génuflexions, révérences, prosternements, prosternations? sa Stasi est formée de commissaires politiques qui forme une garde rapprochée qui a déployé pour lui des hommes de mains dans toutes les strates de la sociétés, depuis le Conseil municipal, très local, jusqu'au sommet de l'Etat. le Roi est organisé, et il vous connait tous, ne vous trompez pas... c?est ce qui fait toute sa grandeur.
a écrit le 22/11/2012 à 9:29 :
cher Loic je vous invite a aller lire cet article:Pascal Saint-Amans : «La fiscalité française sur le revenu est trompeuse»
Bien sur que l attractivite fiscale a à voir tant avec l'economie et l emploie.... Juste pour infos vous citez le Danemark>>> La pression fiscale totale y est finalement moindre qu en France, car la ou vous vous trompez ce que le financement de la solidarite est transferer sur la TVA qui est a plus de 25% sur certains produit.... Oh comme c est etrange, c est une chose qui marche mais dont la Gauche ne veut pas entendre parler.... on prefere matraquer la faible partie des contribuable qui paient l'is et l IRPP (cf l article cite qui explique bien ce fait)
Les problemes de fiscalite en France sont simple: IRPP et IS ont une assiette trop reduite du fait des toutes les deductions et niches, trop peu de contribuabla (-de 48%) les payent. En ce sens la CSG, si ce n etait un impots rajoutes a des impots, est plus "juste et efficace">>>> impot a taux reduit et assiette large!!!!!!!!! Alors stoppez avec vos ornieres les realites comptables sont la: notre systeme fiscale et sociale est structurellement deficitaire preuve qu il n est pas bon!
a écrit le 21/11/2012 à 14:39 :
Je pense qu'on frole le ridicule avec tous ces classements, pas une semaine sans son classement ....pire que les sondages ....enfin heureusement que les médias les ont sinon ils n'auraient plus rien à nous proposer .
Sur le fonds la semaine dernière ce meme journal titrait que la France était la deuxième destination des investisseurs !!!! alors aller y comprendre quelque chose ?
a écrit le 21/11/2012 à 14:35 :
Je suis allé plusieurs fois en Scandinavie et c'est clair que le niveau est beaucoup , pour ne pas dire autre chose , plus élevé qu'en France où on est plutôt en phase de paupérisation accélérée, et d'une , pour le reste 66 % de taux global d'imposition et le classement qui en découle ma fait halluciner ..
Réponse de le 21/11/2012 à 16:36 :
Pas de quoi halluciner en fait car si vous réfléchissez cela n'est pas contradictoire. Le souci de la France, c'est n'est pas tant la part de PIB consacrée aux services publics, mais l'efficacité relative de ces services publics par rapport aux sommes investies. Selon sa sensibilité politique, on peut parfaitement imaginer une société libérale avec une sphère publique limitée et des agents économiques peu taxés ou une société très "sociale" avec des agents économiques fortement mis à contribution. La condition impérative dans ce dernier cas de figure, c'est que le Service Public soit d'une qualité irréprochable. Ce qui n'est objectivement pas le cas en France. Le manque de courage de la droite et le blocage idéologique de la gauche qui a perpétuellement bloqué toute évolution du Service Public avec l'aide des syndicats sont la principale cause de nos problèmes. Au lieu de travailler sur la question de la compétitivité des entreprises, l'Etat et les collectivités feraient bien commencer par regarder leur propre compétitivité qui est déplorable. Mais au lieu de faire leur boulot, ils préfèrent donner des conseils aux chefs d'entreprise... c'est sur, plus facile, surtout quand il s'agit de demander un effort à ses propres électeurs. Une fois ce problème de compétitivité du Service Public résolu, il n'y a aucune raison objective que les entreprises françaises ne fassent pas au moins aussi bien que celles des pays voisins !
a écrit le 21/11/2012 à 14:04 :
"A l'inverse, des pays comme le Danemark, où les prélèvements obligatoires sont très élevés, apparaissent très bien classés. "... Ben, oui, il s'agit du concept de productivité des Services Publics, un concept complètement tabou en France, en particulier à gauche. 57% du PIB de dépense public en France et en Suède... 52 % pour plus de services publics et de meilleure qualité. Le Service public français doit être géré, ce qui n'est plus le cas depuis 30 ans en France ! C'est comme cela que nous arrivons aujourd'hui à dépenser plus pour un résultat médiocre ! Bravo la France !
Réponse de le 21/11/2012 à 14:32 :
Effectivement, nous avons le niveau de prélèvement d'un pays ultra social avec en retour des services publics dont la qualité frise bien souvent celle des pays ultra-libéraux... Payer plus pour avoir moins, ça devrait être la nouvelle devise de la France !
Réponse de le 21/11/2012 à 14:46 :
Ca n'a rien a voir, le cout du service public est transféré au Danemark sur les particuliers qui payent plus d'impots, ceux-ci ayant alors un salaire plus élevé dont le cout est donc payé par l'entreprise. Au final, le résultat est le meme. Ca ne donne aucun indice de productivité du service public. Mais tout est bon pour taper sur du fonctionnaire ici...
Réponse de le 21/11/2012 à 16:54 :
Pourtant, prenez l'exemple de l'Education Nationale. Avec moins de budget par élève, bien des pays autour de nous ont de meilleurs résultats. Idem pour la Santé, notamment en comparaison avec l'Allemagne qui soigne pourtant très bien ses ressortissants. L'idée, n'est pas de "taper sur le fonctionnaire" comme vous le dites, mais d'accepter de faire évoluer la sphère publique pour l'adapter aux besoins actuels. Il faut arrêter de nier la réalité, la fonction publique française est depuis plusieurs décennies dans un état déplorable et les fonctionnaires, en particulier ceux de la base, en sont les premières victimes. Si vous lisez le dernier rapport de l'EN, vous apprendrez par exemple que si l'on fait le ratio entre le nombre de profs payés à temps plein et le nombre d'élève, on tombe sur environ 15 élèves par classe... On est pourtant loin du compte sur le terrain et ce sont justement les profs qui travaillent qui en subissent les conséquences. J'ai travaillé dans la fonction publique et je sais exactement de quoi il en retourne. Beaucoup de fonctionnaires ne foutent rien ou travaillent mal par ce qu'ils sont totalement démotivés... alors qu'aujourd'hui ils sont en moyenne mieux payés que dans le privé, la sécurité de l'emploi en prime !
Réponse de le 21/11/2012 à 17:35 :
On pourrait débattre la-dessus, cependant l'article n'a rien a voir avec l'efficacité du domaine public. L'article note surtout que ce classement ne veut pas dire grand chose, avec l'exemple du Danemark. Si vous transférez les impots des entreprises sur les salariés, eux-memes mieux payés, donc qui coutent plus a l'entreprise, la somme récupérée par l'Etat peut etre tout a fait équivalente, et l'utilisation de cet argent est un autre probleme. Donc encore une fois, vous extrapolez a partir d'un article qui n'a rien a voir avec la fonction publique.
Quant a vos arguments, je les entends mais je n'en approuvre qu'une partie. Surtout cette phrase "J'ai travaillé dans la fonction publique et je sais exactement de quoi il en retourne" me fait doucement rire. Je travaille moi dans le privé et je n'ai pas la prétention de connaitre tout ce qu'il se passe dans les autres entreprises ou les autres types d'industrie. De plus, sécurité de l'emploi et meilleurs salaires dans le publique, c'est tres relatif et dépendant du domaine.
Réponse de le 21/11/2012 à 18:01 :
Ah ben, si vous pensez que l'attractivité fiscale n'a rien à voir avec le niveau et la qualité de la dépense publique, c'est vous qui me faite rire ! Ce qui me fait rire aussi, c'est que vous puissiez mettre en doute que la sécurité de l'emploi est globalement plus sure dans le secteur public que dans le privé... quant aux salaires, j'ai bien précisé que c'était une moyenne et même si cela recouvre des réalités diverses, ça reste un indicateur intéressant... Mais, bon quoiqu'il en soit pas la peine d'épiloguer. Aucun intérêt de parler avec quelqu'un qui ne fait pas le lien entre attractivité fiscale et dépense publique ! Bien à vous !
a écrit le 21/11/2012 à 12:58 :
D'accord pour dire que le classement est totalement débile.

Il suffit à ce moment là que le salaire brut devienne le coût employeur, et de passer l'intégralité des charges sur les salariés. Le coût reste le même, mais comme le taux d'imposition est divisé par deux -> hop, super compétitif dans le classement.

Cependant, je pense que dans un classement plus réaliste, on serait également très mal classés.
Réponse de le 21/11/2012 à 13:12 :
l'article montre une chose on est a la rue .....; couts exhorbitants , charges fiscales et sociales les plus élevées dans le monde et on continue de faire croire que cela va marcher ainsi ................ non cela ne marchera pas longtemps ................... le classement est une dure realite qui n'est contesté par personne sauf les ignorants ...................
Réponse de le 21/11/2012 à 14:43 :
Claudus, vous n'avez pas lu l'article, ca parait évident.
a écrit le 21/11/2012 à 12:57 :
Enfin un peu de raison. On peut appliquer la même critique au classement stupide de l'université Jiao Tong de Shanghai.
a écrit le 21/11/2012 à 12:39 :
S'il y a des paradis fiscaux, la France est un enfer fiscal.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :