Bernard Sérin est-il le repreneur mystère de Florange ?

 |   |  263  mots
Copyright Reuters
Le patron du groupe sidérurgique CMI est également le patron du FC Metz. Jean-Marc Ayrault a toutefois rejeté son offre jugée peu "crédible".

Bernard Serin est-il l?industriel mystère qu?Arnaud Montebourg avait trouvé pour reprendre le site sidérurgique de Florange ? C?est en tout cas ce que laisse entendre de nombreuses rumeurs de presse depuis lundi. L?homme, plus connu pour sa présidence du FC Metz (Ligue 2 de football), est en fait le patron de CMI, un groupe spécialisé dans la sidérurgie. Hier, il était injoignable pour réagir à cette rumeur relayée dans toute la presse.

La semaine dernière, Jean-Marc Ayrault avait finalement tranché en faveur d?un accord consensuel avec ArcelorMittal qui gardera la main sur le site de Florange. Le Premier ministre avait rejeté le projet de reprise parrainé par Arnaud Montebourg en estimant qu?il n??y avait pas « de repreneur crédible et ferme ».

Une longue carrière de sidérurgiste

Le ministre du redressement productif avait pourtant déclaré avoir trouvé un repreneur, tout en refusant de dévoiler son nom. « Un aciériste, un industriel », avait-il dit, qui se serait engagé à investir 400 millions d?euros dans le site de Florange. L?industriel avait toutefois conditionné son offre en proposant de racheter l?ensemble du site sidérurgique alors qu?ArcelorMittal ne voulait céder que les hauts-fourneaux.

Bernard Sérin a une longue carrière de sidérurgiste derrière lui. Il a ainsi dirigé la filiale américaine d?Usinor avant que celui-ci ne devienne Arcelor en 2002. Il reprend ensuite CMI, filiale du groupe sidérurgique français. CMI compte 3 400 salariés pour un chiffre d?affaires de 710 millions d?euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/12/2012 à 10:04 :
Florange ça commence comme fleurs, ce qu'il leur faut c'est une couronne de fleurs, pour la mort de l'industrie... on pourrait faire une commémoration ou bien un comité théodule sur la croissance?
a écrit le 04/12/2012 à 9:42 :
720Million de CA et une proposition d'investissement de 400million, sans compter le cout du rachat au pres d'Arcelor... Vous ne trouvez pas que votre "rumeure" n'est juste aps credible du tout....
Réponse de le 04/12/2012 à 10:12 :
@M92: Parions que nos ministres de la spoliation aurait fait cracher au bassinet l'argent de nos impôts.
Réponse de le 04/12/2012 à 10:32 :
effectivement, si il est parfaitement crédible et compétent en tant que manager et repreneur, il y a peu de chances pour qu?il ait la surface financière personnelle pour un si gros morceau. Pareil pour sa société actuelle, qui ne fabrique pas d?acier, et qui n' a pas , a priori, d?accès direct au minerai, comme affirmé par Montebourg..Par contre allié à Severstal , ou à son seul patron, on en la totalité du portrait robot le esquissé par le ministre. On aurait donc , à minimum , un problème de bouclage de plan de financement, et/ou de coordination d'un pool de repreneurs potentiels...Bref, du pas facile à boucler, et probablement pas "opératoire" dans les temps...ce qui expliquerait les multiples remarques du gouvernement. Mais c?est peut être encore plus simple que ça : cet article est passe totalement inaperçu, vendredi soir : http://www.challenges.fr/industrie/20121130.CHA3761/les-derniers-candidats-a-la-reprise-de-florange-renoncent.html
Il semblerai que les repreneurs potentiels se soit désistés dans les dernières heures...et qu'il n'y ait donc plus eu de repreneur du tout...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :