Licenciements boursiers : les salariés rassemblés et soutenus

 |   |  279  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Plus de 500 salariés de différents groupes se sont mobilisés mardi à Paris contre les "licenciements dans les groupes qui font des profits". Une promesse de campagne de François Hollande.

Ils partirent à plus de 500. Vêtus de t-shirts rouges sur lesquels était inscrit en lettres blanches "non aux licenciements dans les groupes qui font des profits", les salariés de plusieurs groupes se sont rassemblés mardi près du ministère du Travail à Paris. Une initiative de l'association "Licenci'elles" fondée par d'anciennes employées des 3 Suisses estimant avoir été licenciées abusivement.

Une promesse de campagne

Cette association regroupe des "entreprises en lutte" telles que Pilpa, Bigard, Crédit Agricole, Faurecia, FNAC, Ford, Fralib ou encore Samsonite. "On s'est rendu compte que chacun se battait dans son entreprise pour sa propre cause. On a voulu aller au-delà", a expliqué Séverine, ancienne employée des 3 Suisses, interrogée par l'AFP. L'objectif étant de lutter de défendre une proposition de loi contre les licenciements boursiers. Pendant la campagne présidentielle, le candidat François Hollande avait en effet promis de s'attaquer aux licenciements motivés par la préservation des profits. Et de son côté, la candidate Ségolène Royal avait rédigé un projet de loi visant les entreprises de plus de 250 salariés.

Promesse d'une proposition de loi


Les salariés rassemblés ont reçu le soutien de responsables politiques de gauche, parmi lesquels Jean-Luc Mélenchon (FG), Philippe Poutou (NPA), Nathalie Arthaud (LO) et la députée Karima Delli (EELV). De son côté, le chef de file des parlementaires du Front de gauche, André Chassaigne a annoncé le dépôt dans une dizaine de jours d'une proposition de loi "interdisant non seulement les licenciements boursiers mais aussi ceux fondés sur des motifs économiques qui n'en sont pas".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/02/2013 à 1:29 :
si cinq cents manifestants suffisent pour faire la loi
a écrit le 30/01/2013 à 8:10 :
Le travail ne manque pas, il y en a plus qu'on peut en faire, le problème c'est qu'en France on ne peut pas rémunérer un même travail 10 fois plus qu'ailleurs. Il n'y a aucune raison pour qu'un salarié chinois ou indien gagne moins qu'un Français, surtout s'il travaille plus.
a écrit le 30/01/2013 à 2:14 :
On mouline à vide, y a pas de moteur dans notre bateau, c'est pas avec les vagues des autres qu'on avancera. Au lien d'en faire, selon les comités des sommités de l'Etat, les hauts apparatchicks, on fait l'inverse...
a écrit le 30/01/2013 à 1:58 :
Ces gens là ne sont pas les seuls, il en existe 6 millions. De plus, on devient tellement pauvres que les deux tiers de la population devraient être logés en logement social ce qui n?est pas le cas. Près de la moitié de la population est entrain de devenir pauvre? C?est la décadence à grande échelle, la paupérisation de masse, le progrès à l?envers ! Et comme si on était trop riches, il faut encore payer une TVA et de l?inflation que l?on cache habilement ! On est à plein régime dans le chômage ! Il faut faire appliquer le droit au travail!
a écrit le 30/01/2013 à 1:51 :
Deux exemples, une connaissance, avec une licence est contraint de faire vendeur en magasin. Un autre occupe le même emploi avec un bts. Tant qu?on emploiera les gens n?importe comment et que l?on fera dans l?emploi sous qualifié, ce système restera condamné.
Réponse de le 22/03/2015 à 13:43 :
je suis au Japon les roi du recyclage...mais des sacs plastiques toute la journée....et le pacifique est plus proche du Japon que de la France....
a écrit le 30/01/2013 à 1:31 :
On le voit bien c?est un système inique, mais personne n?est dupe, l?électeur a rejeté le système aux dernières législatives, c?est bien par protestation, pas par adhésion. Sous prétexte que ça passe à la télé on fait un coup médiatique, c?est immoral. Regardez combien de jeunes ce régime à mis à la rue, et même avec des diplômes, c?est immoral !
a écrit le 30/01/2013 à 1:11 :
Il faut en effet poser la question de savoir pourquoi 6 millions de personnes n'ont pas droit au travail dont 25% des moins de 30 ans et les fonctionnaires la sécurité à vie...
a écrit le 30/01/2013 à 0:40 :
C'est vrai que cela fait brouillon de déclarer des bénéfices et de licencier dans le même temps. Je suis toutefois optimiste, car je sais que les comptables vont recevoir des instructions pour rectifier la situation et ne plus déclarer de bénéfs sur les prochains états financiers :-)
a écrit le 29/01/2013 à 20:42 :
C'est continuez comme ça les gauchos, bientot vous n'aurez plus que l'état pour vous embaucher, ah oui c'est vrai, c'est déjà le cas. Que les contribuables sont généreux avec vous...
a écrit le 29/01/2013 à 20:01 :
Idee généreuse mais inaplicable, cependant dans le cas des entreprises qui ont obtenu des aides financiÚre de état, il faudrai que les sommes prêtée soit remboursés.
Réponse de le 29/01/2013 à 23:22 :
@ Guetteur, comme vous le dite si bien pour les aides qui ont été données aux entreprises, ces aides devrait être rembourser, mais là ça appartiens au monde de l'utopie ?
Réponse de le 30/01/2013 à 4:17 :
Ok mais alors l'etat rembourse les impots et charges versees par l'entreprise :) J'ai toujours trouve ca rigolo qu'on considere qu'une boite qui paie 1M eur d'impots et qui recoit 100k en echange recoit une "aide financiere".
Tiens je vais essayer avec mon fils, je vais prendre 100e dans sa tirelire pour lui verser 10 euros d'argent de poche.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :