Delaunay : "On va me donner Bercy. Vu la manière dont je gère mon patrimoine, je mérite bien ça"

 |   |  235  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Dans un entretien accordé au quotidien Libération daté de ce lundi, la ministre chargée des Personnes âgées approuve la mesure de transparence imposée par le gouvernement. La ministre, qui apparaît comme l'une des plus aisées avec 5,4 millions d'euros de patrimoine déclaré, relativise.

Alors que le voile est tombé, Michèle Delaunay est apparue comme l'une des plus riches personnalités du gouvernement avec un patrimoine déclaré de quelque 5,4 millions d'euros. Loin de s'offusquer d'avoir eu à se plier à l'exercice, la ministre chargée des personnes âgées a jugé que cet acte de transparence était nécessaire. S'amusant de la surprise suscitée par la révélation de sa fortune, la ministre en a même fait un atout. C'est en tout cas ce qu'elle laisse entendre dans un entretien accordé au quotidien Libération daté de ce lundi. Alors qu'un éventuel remaniement ministériel est évoqué, Michèle Delaunay  ironise. "On va me donner Bercy. Vu la manière dont je gère mon patrimoine, je mérite bien ça", lance la ministre chargée des Personnes âgées. 

Delaunay en 2e position derrière Fabius


Dans les déclarations des 38 ministres mises en ligne lundi 15 avril sur le site du gouvernement, la ministre des Personnes âgées en a surpris plus d'un en apparaissant comme la 2e plus grosse fortune parmi ses collègues avec 5,4 millions d'euros de patrimoine déclaré, dont pas moins de 23 comptes bancaires. Moins surprenant, devant elle, Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères remporte la palme du plus "fortuné" du gouvernement avec 6,07 millions d'euros de patrimoine. 

Lire aussi: les (petites) surprises des déclarations de patrimoine des ministres

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2013 à 19:43 :
Le médecin qu'elle est , l'argent vient d'où ? Pas des clients (pardon patients), ils ne déboursent rien avec la sécu et la mutuelle, alors d'où vient l'argent qui l'a enrichie ?
a écrit le 26/04/2013 à 21:18 :
Non mais Allô quoi, 100 000 Euros sur un compte dépôt même pas rémunéré, 400 000 Euros sur un livret à 1.75 % et elle veut devenir NOTRE ministre des finances?
Avant de le devenir Madame, apprenez donc le BA-BA de la finance.
Prétendre gérer notre budget alors que vous ne gérez pas le vôtre, non mais allo quoi.....
a écrit le 22/04/2013 à 16:38 :
Suis-je le seul à trouver arrogante la manière dont cette femme s'affiche? Je suis contre le fait que l'on tape sur les riches, au contraire. Ils sont nécessaires à l'économie. En revanche, ce qui me pose problème, c'est la corrélation que Delaunay fait entre la gestion de son patrimoine et celle des finances de la France... Rien ne prouve qu'elle soit compétente. Ce qu'il faut à ce pays, ce n'est pas encore un médecin, ni surtout un fonctionnaire de l'ENA ou de sciences-po, tous à côtés des réalités économiques de la France dans la mondialisation. Ce qu'il faut à ce pays, c'est un véritable gestionnaire, un homme de l'entreprise, quelqu'un qui a intégré ce que sont les notions de production de richesse et de création de valeur!
Réponse de le 26/04/2013 à 21:29 :
Bravo PANPAN, non vous n'êtes plus seul, mais la FRANCE dirigée par un homme d'entreprise malheureusement, on ne le verra jamais.
Pour revenir à Mme DELAUNAY dont le patrimoine est publié, il ressort une anomalie étonnante.
Compte dépôt créditeur de 100 KE non rémunéré, livret de 400 KE à 1.75 %.
Ne faites jamais confiance à une personne qui ne se donne pas la peine de gérer son argent, et donc le nôtre si elle devient premier ministre, pas une preuve de rigueur budgétaire ça, surtout quand la majorité des français court après son pouvoir d'achat....
Réponse de le 26/04/2013 à 23:11 :
Mme Delaunay l'ex urgentiste qui nous faisait pitié (quand Noël Mamère l'a mis dans les pattes de Juppé) mal habillée , mal peignée, se gausse d'une fortune héritée de son défunt père, riche Préfet girondin DELAUNAY .Elle était tellement cupide, qu'elle fit un procès (vu dans sud-oues) à sa s?ur Florence,, sous prétexte que cette dernière avait été privilégiée donc qui du rendre des "sous" légués par son père , en supplément. Comment font ces gens qui dorment sur leur argent et regarde avec mépris, les pauvrres, ou les maliens sans écoles ou autre pays. Dorment-ils tranquilles ???Car je ne la crois pas du tout généreuse.
a écrit le 22/04/2013 à 15:18 :
a force de se lancer des fleurs on finit part se prendre le pot sur la g.....!!!!
a écrit le 22/04/2013 à 14:46 :
Encore un politique qui se croit indispensable,en plus un toubib pour gérer les finances désolé mais il y a mieux .Et puis 66 ans c'est l 'age de la retraite alors un bon mouvement place aux djeunes
a écrit le 22/04/2013 à 12:53 :
Je ne pense pas qu'il faille critiquer le fait qu'un politicien est acquis honnêtement un patrimoine. Le contraire est par contre, sujet à questionnement. En effet la situation actuelle pose deux questions.
Premièrement les politiques sont au regard de leurs responsabilités sous-payés. C?est un fait acquis, lorsque l?on sait que dans le privé le salaire moyen d?un cadre dirigeant de PME est de 200 000 par ans hors primes, et que celui d?un cadre supérieur d?un groupe est de plus de 500 000 ? par ans + 20% de prime en moyenne. Sachant cela il y a deux possibilités. Soit les politiques sont des philanthropes dans l?âme et bradent leurs compétences pour le salut de la république, soit les politiques sont justement rémunérés au vue de leurs compétences, mais sont dans ce cas incompétents pour assumer les responsabilités qui leur incombent.
Deuxièmement il est aussi un fait acquis qu?à responsabilité équivalente, la faible rémunération des politiques en comparaison du privé n?attire pas les plus compétents à faire de la politique.
Le débat n?est donc pas la richesse des politiques, mais plutôt la juste rémunération d?une compétence réelle dans le cadre de responsabilité réelle.
Héla ce discours est vain, car dans sa grande naïveté le peuple français croit que les hommes politiques sont des philanthropes. Il ne faut pas s?étonner dans ce cas que l?on ait les politiciens que l?on mérite. A citoyen naïf, politicien médiocre.
Il n?y a pas de secret, tant que l?on élira des incompétents sous-payés, nous aurons des politiques d?incompétent. D?ailleurs la politique aujourd?hui, et Mr Hollande en est un parfait exemple, ne consiste pas à être compétent, mais plus tôt à dire n?importe quoi pourvus que cela plaise au peuple, peu importe les conséquences sur l?avenir.
En conclusion, le patrimoine moyen 350 K? de nos ministres démontre clairement une chose, c?est qu?ils sont pauvres au regard d?un cadre supérieur dont le patrimoine moyen est de 3,5 millions d?euros, et enfin que cette déclaration de patrimoine ne garantit aucunement que l?argent qu?ils ont gagné et dépensé par le passé ne l?a pas été de manière indélicate.
Réponse de le 22/04/2013 à 13:35 :
Ferrous, une autre question que vous posez indirectement est : Comment rendre le choix de l electeur plus intelligent ? Avez-vous des suggestions ?
Réponse de le 22/04/2013 à 13:42 :
Votre vision est un peu trop simpliste à mon goût. Déjà, il faut en finir avec le "métier" de politicien. Faire de la politique ne devrait pas être un métier mais un choix de consacrer une partie de sa vie, ou même de sa carrière, à des choses plus nobles et désintéressées, comme d'autres consacrent leur temps à un loisir ou à une association, humanitaire par exemple. Donc pas un métier ni une carrière, mais un don de soi. On en est loin mais bon, je dis simplement ce qui devrait être. Partant de là, il est normal d'accepter une rémunération, pas un salaire mais une indemnité, inférieure à ce qui aurait été donné dans le privé, puisqu'en parallèle, cette rémunération apporte autre chose sur le plan de la satisfaction personnelle. Pourquoi sinon augmenter une rémunération pour des postes qui continuent à attirer toujours autant de monde ? Je ne pense qu'il y ait de crise de vocation dans le milieu politique ! Enfin, vous semblez oublier une spécificité bien française, le pantouflage. Nos amis politiciens savent très adroitement faire valoir leur carnet d'adresse à bon escient, exemple Thierry Breton, passé de FT à Bercy puis chez Atos, autre ex l'ex Dircab d'Arnaud Montebourg qui vient de passer chez Arianespace, et maintenant un certain Nicolas Sarkozy. Ceci justifie à lui seul une rémunération plus basse lorsqu'ils exercent une fonction pour le bien public, à partir du moment où ils savent ensuite faire fructifier ces années dans le privé. On est très bon pour cela en France. Et arrêtez de croire que nous n'avons que des incompétents, simplement les politiciens élus ne sont pas forcément les plus compétents, ça c'est un fait.
Réponse de le 22/04/2013 à 14:21 :
@Fe@Ferrous, vous confirmez ma remarque: le citoyen Français à la naïveté de croire que le politique est un philanthrope. Le politique est avant tout le gestionnaire de ressources qui appartiennent aux citoyens et en aucun cas un leader charismatique et limite mystique qui guide le peuple par des prophéties que ce dernier espère auto-réalisatrice.
Non le politique n?est pas un philanthrope, mais bien au contraire un gestionnaire pour le compte du citoyen.
Yves, pour répondre à votre question la solution existe dans la politique participative, qui consiste à ce que tous les citoyens s?investissent un peu afin de pouvoir comprendre la politique et enfin la questionner directement et pas par l'intermédiaire des médias. En effet le problème aujourd?hui est que le citoyen laisse ce travail de questionnement au média. Seulement ces derniers sont par nature au service de causes qui ne servent pas le citoyen mais leurs intérêts propres. Chaque citoyen devrait participêr aux conseils municipaux de sa commune, aux conseils départementaux lors de débats majeurs, et de même pour les conseils régionnaux comme cela est le cas dans les pays scandinaves.
La solution est que le citoyen s?investisse dans la politique par le biais de la compréhension puis du questionnement, ce qui amènera alors ce dernier à se forger une idée précise de la compétence du politique et de corriger son vote en fonction des réponses qu?il obtient.
La pauvreté de la culture politique du citoyen moyen est la cause du mal qui ronge la politique Française, elle est aussi la cause de ses errements économique et de sa faible compétitivité alors qu?elle recèle une montagne de compétence que le monde nous envie.
Après 15 années passées à travailler à l?étranger, je constate que la France est une énigme pour le reste du monde, en effet personne ne comprend pourquoi avec autant de compétences la France est aussi médiocre. La réponse est hélas décevante, le Français moyen est un citoyen qui rêve son pays, pas qui vit son rêve.
Réponse de le 22/04/2013 à 14:43 :
le politique n'est pas un philanthrope, qui a la naïveté de le croire ? Mais en prétendant que le politique est un gestionnaire, vous le prenez pour un technicien. La gestion est un métier, il n'est pas donné à tout le monde de gérer des ressources, certes cela s'apprend mais sauf erreur, je ne connais pas d'école pour que nos élus apprennent à gérer ! En fait ils apprennent parfois en entreprise (lorsqu'ils ont la chance d'y acquérir une expérience) mais souvent dans leur propre parti... Tel trésorier de parti devenant ainsi ministre des Finances ! Bref, le politique n'est pas un gestionnaire, mais un décideur. Ils ont des gestionnaires pour pouvoir s'appuyer : c'est le rôle des directeur de cabinet par exemple. Politicien n'est pas un métier et il ne faut jamais faire cette confusion, vous dîtes que la pauvreté de la culture politique du citoyen serait la cause du mal qui rongerait notre politique, en fait je crois plutôt que l'un des maux dont notre pays souffre c'est justement de permettre à des gens de faire toute leur carrière dans la politique (d'où le cumul des mandats et toutes les dérives associées). Si maintenant notre pays a permis cela, a permis de créer des carrières de politicien, rien ne nous interdit d'arrêter avec cette profonds dérive.
Réponse de le 22/04/2013 à 15:11 :
Je reste convaincu que la politique est hélas un métier nécessaire dans notre société complexe, et que seul des professionnels aguerris peuvent être efficaces.
Concernant le caractère technique du politique, ne soyez pas naïf, ne reportez pas la technique sur les technocrates. Vous le dites vous-même le politique prend des décisions, il doit donc prendre ses décisions en connaissance de cause et être à même d?en évaluer les conséquences. Le politique doit assumer ses actes et décisions et non en reporter sans cesse la cause de ses échecs sur le passé ou sur un autre. C?est comme cela que nous redresserons le situation, en prenant les problèmes à bras le corps et non en les oubliant comme c?est le cas aujourd?hui, ou pire encore en faisant des promesses que l?on sait qu?on ne pourra pas tenir. D?ailleurs à ce propos je ne comprends pas pourquoi on blâme Mr Cahuzac pour avoir menti sur son compte en suisse alors que l?on met sous silence les promesses mensongères de Mr Hollande. Dans les deux cas ses hommes ont menti sciemment, pour moi ils ne sont pas différent, d?autant que les mensonges de Mr Hollande ont des répercussions sur tous les Français et peuvent se chiffrer en milliards. Pauvre Mr Cahuzac, avec ses 600 000 euros il fait pâle figure comparé à d?autre.
Réponse de le 22/04/2013 à 16:49 :
Indiquez moi vos groupe, je suis preneur de ce niveau de salaire ;-)
Réponse de le 22/04/2013 à 17:08 :
C?est un fait acquis, lorsque l?on sait que dans le privé le salaire moyen d?un cadre dirigeant de PME est de 200 000 par ans hors primes, et que celui d?un cadre supérieur d?un groupe est de plus de 500 000 ? par ans + 20% de prime en moyenne.

heu vous vivez dans quel monde??? Parce que meme en suisse on est tres loin de ces salaires
a écrit le 22/04/2013 à 11:32 :
Au vu des déclarations des ministres la question est plutôt : "Que font-ils de leur argent pour qu'il leur en reste si peu ?". P.Moscovici déclara avoir 260000 Euros d'économie c'est à dire que sur 30 ans il a économisé moins de 800 Euros par mois. Pour une personne dont les revenus on dû toujours être supérieurs à 5000 Euros et dont la plupart des frais ne sont pas à sa charger ce n'est pas un signe de bonne gestion. Et il est ministre des finances de la France !!
Réponse de le 22/04/2013 à 12:54 :
pour Moscovici , ça fait peur !! laisser les finances de la France aux mains d'un gars qui n'est pas foutu de gérer son propre salaire !!! ou alors c'est qu'il y a autre chose , on m'aurait menti ????
Réponse de le 22/04/2013 à 13:47 :
Il faut en finir avec ces remarques à deux balles qui nous feraient croire que, sous prétexte qu'un ministre ne s'est pas constitué un super patrimoine, il n'est pas capable de gérer les finances publiques ! Faudrait-il donc être super intéressé par le pognon (ex cahuzac) pour être un bon ministre du budget / des Finances ? Certaines personnes recherchent autre chose dans la vie que simplement un gros patrimoine. S'il est dépensier à titre personnel, ça le regarde, et ça n'est pas vos oignons ! Ce qui nous regarde par contre, c'est ce qu'il fait de l'argent public, et rien d'autre.
a écrit le 22/04/2013 à 11:17 :
Des propos comme ça dans la bouche d'un mec de droite auraient été plus qu'une honte pour les socialeux. Eux par contre il rigolent. Tout juste bon à faire se marier les homo ceux là. À quand la légalisation de l'inceste , " vous comprenez ils s'aiment..."
Réponse de le 22/04/2013 à 11:42 :
C'est très juste mais elle oublie de dire que ce sont avec les impots des contribuable qu'elle s'est sans doute enrichie entant que député, et ministre, elle n'a surement jamais créée une entreprise, alors dans ce cas non elle n'est pas du tout bien placé pour gérer ce ministère, comme les autre d'ailleurs, tous issus de l'ENA, science po et d'autres école administrative, ou fonctionnaire.
Réponse de le 22/04/2013 à 12:30 :
C'est vrai que leurs prédécesseurs ont fait tellement mieux (ironique....). Au passage vous devriez réfléchir a votre idée completement dépassée de gauche et de droite, plutot que de parler de sujets qui n'ont rien a voir avec l'article. (De plus assimiler l'homosexualité a l'inceste est d'une betise sans nom)
a écrit le 22/04/2013 à 11:09 :
De la remarque à deux balles avec le très intelligent "Je dois bien reconnaître que, à tort ou à raison, Benoît XVI a omis de me consulter avant de prendre sa décision", elle nous remet cela ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :