DIRECT Affaire Tapie : 2e journée d'audition pour Christine Lagarde

 |   |  698  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Christine Lagarde entame sa deuxième journée d'audition devant la Cour de Justice de la République pour s'expliquer sur l'affaire Tapie. Suivez toute la journée les dernières informations et réactions relatives à cette audition à risques pour la directrice du FMI.

Mise en examen, témoin assistée, ou simple audition? Et, dans le premier cas, la place de Christine Lagarde au FMI est-elle compromise? Nombreuses sont les questions en suspens pour la directrice du Fonds monétaire internationale entendue ce vendredi 24 mai devant la Cour de Justice de la République. Celle-ci doit en effet s'expliquer sur sa décision de confier en 2007 à un tribunal d'arbitrage privé la résolution du conflit qui oppose Bernard Tapie à un organisme - financé par des fonds publics - chargé de gérer le passif du Crédit Lyonnais dans le cadre du rachat d'Adidas en 1993. Un arbitrage qui a débouché sur le versement de 400 millions d'euros à l'homme d'affaires.

 Pour comprendre la chronologie et les enjeux de cette affaire:
>> L'affaire Tapie-Lagarde en 7 rebondissements

>> Lagarde, Tapie, Richard...ce qu'ils risquent dans le cadre de l'affaire Adidas

Cette audition pourrait être lourde de conséquences pour l'ancienne ministre de l'Economie française. En voici les derniers développements.

Vendredi 24 mai

8h15 - Christine Lagarde est arrivée à la Cour de justice de la République pour sa 2e journée d'audition

La directrice du FMI a été entendue durant douze heures jeudi par les magistrats pour défendre sa décision de recourir à un arbitrage plutôt que s'en remettre à la justice dans l'affaire Adidas.

Jeudi 23 mai


16h - Christine Lagarde toujours en audition

La directrice du FMI était toujours entendue par les magistrats de la Cour de justice de la République (CJR) vers 16h, plus de sept heures après le début de son audition qui pourrait se poursuivre vendredi.

10h16 - Le gouvernement met la place de Christine Lagarde dans la balance

 Najat Vallaud-Belkacem, la porte-parole du gouvernement a estimé ce jeudi que Christine Lagarde ne pourrait pas rester au FMI en cas de mise en examen. "Objectivement, connaissant le FMI et le fonctionnement des instances de ce type, j'ai tendance à considérer que si elle était mise en examen, sans doute, on lui demanderait de quitter ses fonctions", a déclaré Najat Vallaud-Belkacem. Avant de poursuivre: "Mais ce n'est pas à moi de le dire. Aujourd'hui, elle ne l'est pas encore", a objecté la porte-parole. Il y a "la présomption d'innocence".

Comme on lui demandait s'il fallait tout faire pour préserver la directrice générale du FMI, elle a répondu : "Et pourquoi donc ?" "Vous avez vu le gouvernement auquel j'appartiens à l'oeuvre sur ces questions de procédures juridictionnelles. On ne s'en mêle pas, on laisse la justice faire son travail". La porte-parole du gouvernement a insisté sur le fait que Bercy envisageait un recours seulement "s'il ressortait de la procédure en cours que l'arbitrage avait été rendu dans des conditions empreintes de fraude". Alors "l'Etat devrait défendre ses intérêts patrimoniaux et se porter partie civile", a-t-elle ajouté.

 8h15 - Christine Lagarde arrive en avance.

La directrice du FMI, Christine Lagrde arrive à la Cour de Justice de la République le sourire aux lèvres.  La veille de son audition, la patronne du FMI, s'est dite sereine et déterminée. Pourtant, la question de sa légitimité à la tête du FMI risque de se poser. D'autant que Bercy envisagerait de déposer un recours en nullité de la procédure selon le quotidien Le Monde.

08h05 - Bernard Tapie, "le sort judiciaire de Christine Lagarde ne m'intéresse pas du tout"

L'un des premiers intéressés déclenche le bal sur Europe 1, déclarant que la situation de Christine Lagarde lui importait peu. "Je dois vous dire que le sort judiciaire de Christine Lagarde ne m'intéresse pas du tout. (...) Et deuxièmement, je ne suis pas du tout concerné. Je voudrais rappeler que Madame Lagarde est dans le camp adverse, elle est ministre des Finances, représentante de l'Etat propriétaire de la banque. Moi, j'ai mon camp, elle a le sien", a reconnu l'homme d'affaires.

Ecouter l'extrait de l'interview:

Tapie : "J'ai mon camp, Christine Lagarde a le... par Europe1fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2013 à 16:27 :
Une fois de plus on amuse le peuple avec des jeux ! a-ton jamais vu un politique réellement condamné ? non, et pour cause puisque c'est le chef de l'État qui nomme les hauts magistrats...qui nomment les petits magistrats. on est donc dans une pyramide du copain du copain :-)
a écrit le 24/05/2013 à 12:04 :
Christine Lagarde n'est qu'un "fusible" dans cette affaire, car toutes les décisions étaient prises par le petit roi des Balkans qui gérait,commandait et décidait de tout et partout.
C'est sur cet individu que la justice devrait s'intéresser !.
Réponse de le 24/05/2013 à 14:52 :
Christine Lagarde est la seule responsable de la tournure des évènements. Chose extrêmement aggravante, malgré le tollé qu'a suscité l'octroi de 45 millions d'euros d'indemnités pour préjudice moral, elle n'a pas bloqué l'opération alors que c'était en son pouvoir. Cette affaire est d'une gravité exceptionnelle et il faut que la justice passe et que Mme Lagarde fasse les 10 années de prison passibles pour un tel acte dès qu'il sera complètement avéré. le peuple deviendrait fou dans la négative.
a écrit le 24/05/2013 à 10:40 :
Un baton merdeux que nos hauts fonctionnaires se refilent de main en main depuis 20 ans. Le saisir fait partie de l'initiation au grade de fonctionnaire voyou. Cette figure emblématique fut crée de toute pièce par Mitterand comme le proto de l'entrepreneur. Cet homme génial s'est formé au contact de notre élite financière socialiste du Crédit Lyonnais et en a employé les méthodes. Nous savons ce qu'il est advenu du CL et de BT. Ils ont sombré par orgueil.
a écrit le 23/05/2013 à 18:25 :
Lagarde est très appréciée au FMI et le restera. ceux qui ont envie de lui casser la baraque vont induire un effet inversement proportionnel à celui escompté
Réponse de le 23/05/2013 à 19:56 :
@ Ceux qui ont envie de lui casser la baraque sont ceux qui ont apprécié, en tant que contribuables, que le Sieur Tapie récupère 45 millions d'euros au titre du seul préjudice moral qui équivaut normalement au préjudice morale de presque 65 millions de français réunis.
Réponse de le 24/05/2013 à 0:16 :
Le CL a acquis, à travers une société écran, le bien (Adidas) pour lequel son client le Sieur BT lui avait donné mandat de vente. Le CL a fait une plus-value de 79 millions sur le dos de son client en quelques semaines. Cela n'a rien de moral ou virtuel. Laissez votre affectivité au vestiaire. Il s'agit d'un conflit privé entre une banque et son client. L'état n'intervient que parce que le CL a fait faillite et que la casserolle CL/BT a été transféré autoritairement au CDR pour être liquidée avec la garantie de l'état. 0 ans après, l'administration se bat encore sur la méthode.
Réponse de le 24/05/2013 à 9:49 :
C'est juste que chaque contribuable français a du verser 1 euro de sa poche à une "oeuvre de bienfaisance" : Bernard Tapie. Perso j'aurais préféré verser aux Restos du coeur où sont les vrais nécessiteux...
a écrit le 23/05/2013 à 18:18 :
De toute façon ca n'a pas d'impostance qu'elle soit au FMI. pour ce qu'elle apporte a la Framce ou ce qu'elle lui a apporté a d'autres postes, on aurait preferé ne pas l'avoir.
a écrit le 23/05/2013 à 18:03 :
Le Titre de cet article ...est plutôt.. déséquilibré ... ! d'autant que les plateaux de la balance Roberval de la justice d'état...sont salement pipés ...sera t'elle inculpée d' abus de faiblesse..?
a écrit le 23/05/2013 à 18:02 :
Croisons les doigts qu'elle soit enfin mise en examen et que ça efface son sourire arrogant à la sortie de la CJR
a écrit le 23/05/2013 à 17:12 :
elle vient de se prendre les pieds dans le Tapie !?
a écrit le 23/05/2013 à 17:10 :
DSK, LAGARDE ... c'est quoi pour la suite ??? Jamais 2 sans 3 !
a écrit le 23/05/2013 à 14:43 :
Les américains se sont aussi fait gruger par le Crédit Lyonnais dans l'affaire de la plus value (plus de 4 milliards) sur le protefeuille illégalement acquis d'Executive Life. Ils connaissent ainsi intimement l'histoire BT très similaire.
Réponse de le 23/05/2013 à 16:58 :
ça n'a rien à voir. il s'agit là d'une histoire de rachat d'assureur par une banque. le cl avait seulement anticipé un changement de législation. qui a couté certes cher. mais rien à voir.
Réponse de le 23/05/2013 à 18:51 :
@zeph : ça n'a peut-être "rien à voir" comme vous dites, mais avec cette histoire d'Executive Life, les américains savent ce que c'est qu'une banque nationalisée française...et ce qu'elle fait. Et puis dans l'affaire Tapie, le CL a été mis gravement en cause, non ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :