Affaire Tapie : Christine Lagarde pourrait-elle être contrainte de quitter le FMI ?

 |   |  616  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dans le cadre de l'affaire Tapie, Christine Lagarde doit être entendue jeudi 23 mai par la justice. Une éventuelle mise en examen pourrait-elle remettre en cause son poste de directrice du Fonds monétaire international? Elle s'était en tout cas engagée à respecter un strict code éthique.

 Sommée de s'expliquer jeudi devant la Cour de Justice de la République (CJR) sur l'affaire Tapie, Christine Lagarde risque une mise en examen. Si tel était le cas, sa place au FMI pourrait-elle être compromise? Sa lettre d'engagement, signée lors de sa nomination en juillet 2011 lui imposait en tout cas un cadre éthique strict (texte en anglais).

>> Affaire Tapie : Christine Lagarde face à la justice, Bercy prêt à tout reprendre à zéro

"En tant que directrice générale vous devrez observer les règles d'éthiques les plus élevées"

" En tant que directrice générale vous devrez observer les règles d'éthique les plus élevées, respecter les valeurs d'intégrité, d'impartialité et de discrétion. Vous devez éviter jusqu'à l'apparence d'une conduite inconvenante", est-il écrit dans ce texte. Pour mémoire, cette nomination intervenait à la suite d'un scandale d'une toute autre nature, puisque le prédécesseur de Christine Lagarde, Dominique Strauss-Kahn, était alors accusé d'agression sexuelle à New York.

"Le FMI attache une grande importance à l'observation des lois locales par ses membres"

Les règles d'éthique que Christine Lagarde a promis de suivre s'appliquent à d'autres domaines que les moeurs. "Dans l'exercice de vos fonctions de directrice générale, (...) vous devez éviter tout conflit d'intérêt ou tout apparence d'un tel conflit", est-il ainsi précisé.  En outre, comme l'indique cette lettre, "Christine Lagarde doit observer les règles de conduite applicables à tous les membres du Fonds".

Or, ces règles de conduite, elles aussi publiées sur le site du FMI, se révèlent également sévères sans pour autant évoquer précisément le cas d'une mise en examen pour une affaire antérieure à l'entrée en fonctions au FMI. Ce texte précise: "Le statut des membres d'une organisation internationale suppose un certain nombre d'obligations à l'égard de sa conduite, à la fois au travail et ailleurs (...) Le FMI attache une grande importance à l'observation des lois locales par ses membres, ainsi qu'au fait d'éviter des actes qui pourraient être perçus comme un abus de privilèges".

La question de l'antériorité des faits

Toutes ces dispositions s'attachent surtout à éviter qu'un membre du FMI n'abuse de son pouvoir en tant que membre de l'organisation et donc ne lui nuise. Reste donc à savoir si les faits pour lesquels Christine Lagarde doit être entendue, antérieurs à sa nomination et n'entrant donc pas de fait "dans l'exercice de ses fonctions", seraient de nature à lui faire perdre son poste. Si tant est qu'elle soit effectivement mise en examen. Toutefois, les effets d'un scandale judiciaire entâchant sa directrice se révéleraient d'autant plus gênants pour l'institution qu'elle doit gérer nombre de dossier brûlants en pleine crise économique.

Quand Christine Lagarde disait avoir "hâte" de répondre à la justice

Ces chantiers, Christine Lagarde les évoquait elle-même dans sa dernière interview accordée au Wall Street Journal, le 17 mai. Pour l'ancienne ministre française de l'Economie, ce qui "l'inquiète le plus", c'est le changement climatique" ainsi que "l'éducation des femmes". De l'affaire Tapie, il n'était pas question dans cet entretien. Christine Lagarde l'a évoqué publiquement le 18 avril. Elle affirmait alors que cette audition "ne change rien à [sa] détermination, à [sa] concentration et à [son] enthousiasme" en tant que directrice du Fonds monétaire international. Elle disait même avoir "hâte" de répondre à la justice. Quant au conseil d'administration du FMI, il se contente pour l'heure de renvoyer vers un communiqué diffusé fin mars dans lequel il réitérait sa "confiance" dans les capacités de sa directrice générale à assumer "efficacement ses fonctions".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2013 à 11:46 :
Madame si vous n'aviez pas baissé Lagarde, vous ne vous seriez pas pris les pieds dans le Tapie ! Le tribunal dira si vous avez chuté lourdement ou s'il s'agissait d'un déséquilibre passager dans votre carrière !
a écrit le 23/05/2013 à 7:19 :
quand on constate tout ce que la France perd par le biais des avantages fiscaux incroyables:quotient familial (nombres de parts fiscales), non imposition sur le revenu de 52 % des français, non imposition des salaires SOCIAUX et avantages sociaux multiples, non loyers, indemnités de logements de tous genres, logement de fonctions par centaines de milliers etc....laissez moi rire avec ce déferlement médiatique. Pour faire rentrer de l'argent , il faudrait déjà en dépenser moins et balayer devant la porte de chacun
a écrit le 23/05/2013 à 0:18 :
J'ai la vague impression que ce n'est pas demain la veille que nous reverrons un Français à la tête de cette institution dont la direction était réservée par tradition à un Européen
a écrit le 22/05/2013 à 22:51 :
De la moralité de la classe politique française. L?opinion est à bout de nerfs. On a versé dans la dépensite maladive en prétendant que c?était du développement. Qu?on fasse une charte de vertu budgétaire, un délit de paresse et de mort au travail et nous aurons fait progresser l?humanité. On n?en est pas encore à l?honnêteté dans la fonction publique? avec les faux profs qui font la moitié des programmes par exemple. Détruire nos diplômés, c?est condamner la France, on y arrive très bien ! Nous avons des ministres, bons sinistres et sanguinaires qui réduisent les peines contre l?unanimité de la population, à quand la protection de la société contre ces gens là qui lui veulent la peau et ses dents en or ou ses maigres bas de laine comme les participations. En 1789, Turgot proposait une réforme, que les riches payent l?impôt. Pourquoi ne pas aujourd?hui faire en sorte que le fisc lève l?impôt des évadés quand il met la population sur la paille en violation du progrès ! Souvenons-nous que les partisans des révolutions sanglantes ou de la casse, ça finit sur l?échafaud, avec une balle dans la gueule ou sous les coups d?une charlotte corday ! Nous perdons chaque jour des entreprises pour cause de compétitivité et ça ne date pas d?hier ! Les français doivent dire la vérité, on se parjure en politique !
Réponse de le 22/05/2013 à 23:44 :
Retour à la grande constituante de 1795 que j'appelle de mes v?ux,
Réponse de le 23/05/2013 à 4:54 :
@liotey Plutot une nuit du 4 aout abolissant tous les statuts.
a écrit le 22/05/2013 à 22:50 :
Les américains ne la laisseront pas tomber.
a écrit le 22/05/2013 à 22:45 :
Pierre Moscovici le confirme :"Mme Lagarde garde toute la confiance des autorités françaises dans ses fonctions à la tête du FMI. Je le redirai si nécessaire, par moi-même ou par l'intermédiaire du représentant de la France au board du Fonds." En clair cela signifie qu'elle peut rester en poste et assurer sa défense en parallèle ou si vous préférez à titre de comparaison Cahuzac aurait pu rester ministre et assurer sa défense de la sorte sans aucun problème ni scandale. Il est pas beau le Moscovici?
Réponse de le 24/05/2013 à 10:22 :
Quand Mosco accorde sa confiance à une personne,on a le droit d?être un peu celtique non?
Réponse de le 24/05/2013 à 13:19 :
Passe-moi le celte !!!
a écrit le 22/05/2013 à 21:33 :
Bon, et le prochain candidat français aura fait quoi : détournement de fonds, meurtres, viols en tournantes ? Franchement, quelle image ! On continue sur la pente du pire. Preuve en est que le gouvernement français lui a renouvelé sa confiance : à sa place, j'aurais peur ! Enfin, c'est aussi la femme qui nous avait dit que la crise durerait trois mois... A ce niveau de jugement, on comprend qu'elle ait supporté ardemment le petit Nicolas.
a écrit le 22/05/2013 à 21:23 :
Dehors Christine, place à Panicos!
a écrit le 22/05/2013 à 21:19 :
elle sera la première femme présidente de la république française. Hollande en a déjà la frousse.
a écrit le 22/05/2013 à 20:33 :
elle devrait payer avec ses deniers s il elle est responsable et non tapie
a écrit le 22/05/2013 à 18:55 :
Les règlements du FMI ne sont pas ceux de la France. Maintenant, de l'épisode DSK à l'épisode Lagarde, on passe quand même pour des rigolos. Et dans ce cas, si le FMI ne veut pas se sentir gêner aux entournures, il est probable qu'il exhumera un article d'un texte qui ira bien pour se débarrasser de Lagarde. Du moins, si elle finit par s'attraper une casserole.
a écrit le 22/05/2013 à 18:35 :
Ah!!! les politiciens Français!, une référence pour Diriger le FMI!.
a écrit le 22/05/2013 à 18:01 :
Hollande, en rouvrant le dossier Tapie se tire une balle dans le pied!, il est fort probable que Christine Lagarde se porte candidate aux prochaines élections présidentielles et dans ce cas, le candidat Hollande ne pèsera pas lourd dans les urnes face à Christine Lagarde!.
Réponse de le 22/05/2013 à 20:27 :
tous des magouilleurs
rendez l argent au peuple francais
Réponse de le 22/05/2013 à 21:08 :
Papy pomme, Hollande ne réouvre aucun dossier c'est Mediapart qui a enquêté sur le sujet et ils se fichent pas mal des conséquences politiques directes et indirectes
a écrit le 22/05/2013 à 17:44 :
Un retour normal du droit qui prévaut pour tout le monde, cette affaire dépasse l'entendement, en plus avec les deniers de l'Etat. Comment un gouvernement a pu avaliser une telle procédure, maintenant tout est sur la place publique.
a écrit le 22/05/2013 à 17:28 :
Aprés DSK...LAGARDE...décidément ils vont se rappeler des Frenchies au FMI...!!!
belle image que l'on donne au Monde en ce moment..!!
a écrit le 22/05/2013 à 17:08 :
Si la France est, comme d'aucun le prétendent, en très mauvais état, alors cette histoire revient à discuter de la couleur du papier toilette quand la maison brûle.
Une politicaillerie irresponsable de plus ?
Réponse de le 22/05/2013 à 21:34 :
Oui, enfin, à 48 millions d'euros de la poche des contribuables, cela fait cher l'encre du papier-toilette.
a écrit le 22/05/2013 à 16:39 :
Décidément en France on n'aime pas ceux qui réussisent. Il y a moins d'anomalie dans la soi-disante affaire Tapie que dans les nombreuses affaires du crédit lyonnais géré à l'époque par le gouvernement socialiste.
Réponse de le 22/05/2013 à 21:13 :
Vous êtes finalement loin du compte et des qu'on peut casser du gaucho peu importe le sujet, c'est ça en fait, non?
Réponse de le 22/05/2013 à 21:36 :
Je vais vous mettre d'accord tous les deux : UMP ou PS, c'est pareil ! Le jour où vous aurez compris cela, vous aurez fait un grand bond dans la connaissance du monde politique français.
a écrit le 22/05/2013 à 15:56 :
Pour faire face à la hausse du prix du pétrole, je conseille aux Français de faire du vélo.
Prix de l'humour politique 2008.
Compte tenu de ce que nous avons comme éléments aujourd'hui (...), clairement les indices de confiance nous laissent penser que nous aurons à nouveau de bons résultats. (...) Je me méfie beaucoup des prévisions, beaucoup de gens se sont trompés, moi parfois aussi.
Le jour du changement de statut de La Poste est un jour de célébration. La Poste est le service public préféré des Français et l'entreprise préférée des Français après Décathlon.


a écrit le 22/05/2013 à 15:07 :
Il est clair que l'indépendance des fonctionnaires du FMI doit être protégée. Les titulaires sont exposés à toutes les lois des pays dans lesquels ils interviennent. Un petit procès est si vite arrivé. Il n'est pas question qu'un quelconque pays puisse ainsi faire pression sur le FMI. En fait la pratique légale de référence est la loi américaine qui est rompue aux arbitrages.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :