Levée de garde à vue pour l'ex-avocat de Bernard Tapie

 |   |  315  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>Reuters</small>)
Maître Maurice Lantourne est sorti de garde à vue dans la nuit de mardi à mercredi. Il est soupçonné d'avoir entretenu des liens professionnels avec l'un de juges-arbitres qui avaient rendu une décision favorable à son client, Bernard Tapie.

Fin de garde à vue pour l'avocat de Bernard Tapie. Celle-ci a été levée dans la nuit de mardi à mercredi a confirmé Me Maurice Lantourne. "Ma garde à vue a pris fin à deux heures du matin et je n'ai pas été convoqué par le juge", a-t-il déclaré à l'AFP. Me Lantourne avait été placé en garde à vue mardi matin dans le cadre de l'enquête sur l'arbitrage dans l'affaire Tapie sur la vente d'Adidas. 

Me Lantourne s'est expliqué 12 heures durant sur ses liens avec Pierre Estoup, 86 ans, et membre du collège de trois juges du tribunal arbitral qui avait conclu l'affaire Tapie. Pierre Estoup a également été placé en garde à vue. Les enquêteurs soupçonnent les deux hommes d'avoir entretenu des liens professionnels, créant ainsi un conflit d'intérêt. Or, Pierre Estoup, ex-président de la cour d'appel de Versailles, n'avait pas fait état de ses liens avec l'avocat de Bernard Tapie au moment de l'arbitrage.

Les règles "non obligatoires"

"Nous avons eu trois arbitrages ensemble en dix ans, les règles non obligatoires préconisent de le signaler lorsqu'il y en a eu trois en trois ans", a déclaré Me Lantourne à l'AFP en précisant qu'à l'époque, personne n'avait demandé que M. Estoup soit récusé comme arbitre.

Ces gardes à vue sont intervenues après le placement vendredi sous statut de témoin assisté de l'ex-ministre de l'Economie, Christine Lagarde, qui avait donné son feu vert à l'arbitrage.M. Estoup, 86 ans, ancien président de la cour d'appel de Versailles, avait été placé en garde à vue lundi.

Le tribunal arbitral - instance privée composée de M. Estoup, Pierre Mazeaud, ancien président du Conseil constitutionnel, et l'avocat Jean-Denis Bredin - avait rendu une décision favorable à M. Tapie, lui permettant de toucher 403 millions d'euros.

Pour aller plus loin:

Bernard Tapie et l'affaire Adidas: vingt ans de rebondissements

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2013 à 14:40 :
il n' y a pas eu 3 arbitrages en 3 ans , mais 3 en10 ans ; ça change tout .. La justice se prend les pieds dans le mur des cons !
a écrit le 29/05/2013 à 13:22 :
Et à la fin on sait tous qu il y a magouille partout et ....que la pauvre justice ne pourra rien faire et que si...un jugement defavorable appel cassation cour europeenne,,,,,,on sera tous morts avant....
a écrit le 29/05/2013 à 13:10 :
Dans cette affaire je fais le "bilan" de l'affaire. Adidas combien faut cette entreprise ?
Il faudrait réouvrir le dossier "Crédit Lyonnais" Car dans le budget 2013, pour cette faillite
déguisée, nous allons encore payer, nous cons-tribuables la somme de 4,5 milliards d'euros. Les faillitaires combien ? Jean-Yves Haberer et François Gille, l'un de ses anciens directeurs généraux, seront respectivement condamnés le 23 février 2005 par la cour d'appel de Paris à dix-huit et neuf mois de prison avec sursis dans l'affaire des comptes frauduleux de la banque. Ils devront également verser 1 ? de dommages-intérêts au Crédit Lyonnais. Pour combien de dettes ? 16 milliards d'euros ? 50 milliards d'euros ?
Nous le saurons nous jamais ? Si la somme allouée à "Nannard" est trop importante
alors là il doit y avoir sanction, mais il serait temps dans ce pays de cesser la vengeance.
a écrit le 29/05/2013 à 12:29 :
ben tout va bien....pour lui et Nanard Magnificus. On attend rien de la justice, surtout avec ces gaillards.
a écrit le 29/05/2013 à 10:50 :
L'état aux moyens réduits n'a aucune chance face aux margoulins dotés d'avocats surpayés

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :