Pourquoi les Français se sentent-ils si malheureux ? (3/5) : l'école à l'amende

 |   |  787  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Au championnat du pessimisme, les Français semblent indétrônables. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce phénomène national. La Tribune se penche sur les maux qui hantent nos concitoyens: après la crainte de perdre son emploi et le pouvoir d'achat, l'école ert son inadaptation à la "vraie" vie.

Le pessimisme français viendrait-il de... l'école et de son manque de performance? C'est en tout cas l'hypothèse d'une économiste qui avait fait grand bruit au printemps. Dans son étude, The French Unhappiness Puzzle: the Cultural Dimension of Happiness, Claudia Sénik, professeur à la Paris School of Economics, affirmait que l'écart entre l'égalité des chances promise et la sélection élitiste pratiquée par le système éducatif français conditionnerait ses usagers à un état de mélancolie.

Ce portrait d'une école fondée sur la compétition et sur une évaluation sélective semble plutôt partagé par les experts. "Le seul indicateur pris en compte est la performance", regrette Antonella Verdiani, ancienne spécialiste de l'éducation à l'Unesco et aujourd'hui chercheuse, consultante et formatrice*. "J'ai récemment rencontré une brillante lycéenne lourdement pénalisée dans son choix de filière par un seul trimestre où ses notes avaient chuté", témoigne-t-elle, "alors qu'elle faisait son deuil pour la récente perte de sa grand-mère".

Les bons élèves aussi malheureux que les "cancres"

"Tout en se disant républicaine, l'école française distingue très tôt entre les "bons" et les "mauvais ", confirme Samuel Lézé, anthropologue et coordonnateur du groupe de recherche "Le Bonheur à l'école" de à l'Institut français de l'éducation : "Elle véhicule ainsi un modèle de réussite qui impacte lourdement l'estime de soi et la confiance". Et tout le monde est vite pris par le virus de la compétition : "Malgré les nombreuses circulaires interdisant les devoirs écrits à la maison en primaire, les parents sont les premiers à les réclamer", rappelle Antonella Verdiani.

Selon la formatrice, le stress qui pèse ainsi sur les enfants est lourd de conséquences, y compris sur leurs résultats. Elle raconte d'ailleurs avoir renoncé à ouvrir ses stages avec l'atelier "Souvenir heureux d'école" qu'elle avait imaginé au début... car très peu de stagiaires avaient de tels souvenirs, alors que les récits négatifs - y compris de véritables maltraitances- ne manquent pas, et certains sont même relativement récents.

Le bonheur n'est pas un objectif

Le problème découlerait des finalités mêmes du système éducatif. "Plus que de bons adultes, on veut créer d'excellents technocrates", résume Antonella Verdiani. Dans les réflexions de l'éducation nationale, le bonheur des élèves ne trouve donc quasiment aucune place, malgré les enquêtes de l'OCDE montrant les bas scores de la France en la matière.

La seule analyse récente en ce sens, produite par le Commissariat général à la stratégie et à la prospective (CGSP) du Premier ministre, évoque finalement des questions cruciales comme la concurrence ou la démotivation, mais ne remet pas en cause la notion de "réussite", pourtant centrale pour la définition du bien-être. La réforme "Refondation de l'école", qui prend en compte la nécessité de renforcer la formation des enseignants, semble en revanche plutôt sacrifier l'intérêt des enfants aux revendications syndicales quant aux rythmes scolaires.

Un modèle à réviser

Pourtant, ce système paraît de moins en moins adapté à la réalité professionnelle et sociale. "Les jeunes adultes qui sortent des meilleures écoles n'ont aucune expérience de vie, ni ne sont sensibilisés aux questions de société les plus urgentes, comme l'écologie", observe Antonella Verdiani. Le marché du travail étant de plus en plus tendu, "l'écart entre l'effort scolaire demandé et la profession concrètement exercée alimente un sentiment de frustration voire de trahison", ajoute Samuel Lézé: "En construisant sa sélection sur des critères purement scolaires et en faisant croire que si on est bon élève tout va bien se passer, l'école méconnaît la réalité".

Alors, les petits Français sont-ils condamnés au pessimisme? S'ils s'accordent sur ce tableau noir "du malheur" compté par Jacques Prévert, les experts relativisent. Ils estiment en effet que l'école peut s'avérer salutaire, pourvu qu'elle intègre mieux l'éthique sociale et le vécu émotionnel des individus, insiste Antonella Verdiani. Mais surtout, souligne Samuel Lézé, en s'adaptant aux réalités de l'emploi dans une société postindustrielle, car la conjoncture économique influence le moral bien plus que l'école.

* Antonella Verdiani est autrice du livre Ces écoles qui rendent les enfants heureux. Pédagogies et méthodes pour éduquer à la joie, sorti en septembre 2012 aux éditions Actes Sud.


Pour aller plus loin:

Pourquoi les Français se sentent-ils si malheureux? L'argent
Pourquoi les Français se sentent-ils si malheureux? Le travail

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2013 à 11:16 :
Je ne comprends trop cette phrase : "Les jeunes adultes qui sortent des meilleures écoles n'ont aucune expérience de vie, ni ne sont sensibilisés aux questions de société les plus urgentes, comme l'écologie" le niveau scolaire est inculquer à l'école, le reste des connaissances comme les problèmes de société, l'écologie, la réflexion sur des questions d'informations générales doit être faite par les parents. Il serait trop simple de tout reporter sur l'école. A l'école primaire on appris à lire, compter, .... L'éveil des enfants, lycéens, étudiants (fac ou école d'ingé) doit être fait dans leur foyer.
Réponse de le 22/07/2013 à 12:23 :
on voit bien qu'il s'agit de la réponse d'un"instit" vu le nombre de fautes d'orthographe
a écrit le 22/07/2013 à 10:15 :
Fascinant à quel point les enquêtes de "PISE" (OECD) sont mentionnés sans aucuns détails, l'article parle des "bas scores"pour les jeunes français. Il faudrait au moins mentionner la dynamique, donc le perpétuel déclin des scores en France (lecture, écriture, calcul, connaisses de base en science etc). Il existe également des études (OECD) sur la qualité de vie en général des jeunes. La France se positionne mal en Europe. Il existe également le comparatif de Shanghai, des publications universitaires. Mauvais classement également. A force, je me demande si c'est une exception culturelle que ces études soient classifiées comme "bidon". Le terme "bidon" n'est pas revélateur d'un esprit conceptuel et doté d'une capacité d'accéder à certain degré d'abstraction. Autre chose, la réalité n'est pas professionnelle. L'école devrait préparer nos jeunes à comprendre la réalité et puis l'affronter, enfin la comprendre et puis savoir communiquer dans ce périmètre là. Ce sont des bases fondamentales et existentielles. Par manque de chance, la réalité devient de plus en plus complexe. Quel malheur!
a écrit le 21/07/2013 à 17:29 :
ethnologie, sociologie, philosophie...gabegie, la solidarité n'a pas a s'appliquer pour ces etudes bidons qui sont des luxes a assumer par les familles.
a écrit le 21/07/2013 à 12:42 :
Quand on voit qu'on recrute des profs avec 4/20 de moyenne, on peut se demander pourquoi les gosses sont aussi ignares ! rien à voir avec ceux d'il y a 50 ou 60 ans, désolé ! tout se délite de toute façon, dans tous les domaines, quels qu'ils soient , ne soyons pas étonnés! et VIVE la MEDIOCRITE
Réponse de le 21/07/2013 à 14:01 :
Ca n'a rien à voir avec le niveau des profs, ignare. C'est parce que personne ne veut faire ce métier, alors on recrute plus large, vive l'idiotie quand on lit tes commentaires.
Réponse de le 21/07/2013 à 14:43 :
le problème avec les "prof" c'est qu'ils ont progressivement acquis la mentalité de fonctionnaires: peu d'heures de travail, volume important de vacances, sécurité de l'emploi, avancement à l'âge, sans compter tous les petits avantages latéraux: ils ont perdu la foi !
Réponse de le 21/07/2013 à 22:32 :
Ils ont la foi socialiste : elle permet de dire tout et son contraire (comme le deuxième commentaire).
Réponse de le 22/07/2013 à 10:41 :
Si c'est si bien ce métier, au lieu de critiquer, passez le concours.
a écrit le 21/07/2013 à 12:30 :
L?éducation national est a l?éducation ce qu le fast food est a la cuisine .... de la mer.de mais il y en a pour tout le monde !
Une différence notable cependant, le bas cout du fast food a opposer au cout prohibitif de l?éducation nationale qui coute un fric fou au contribuable.
Bref : une halte garderie pour futurs pôles emplois
a écrit le 20/07/2013 à 14:30 :
Le niveau du bac est trop bas ! Le BAC ne vaut RIEN.
Réponse de le 20/07/2013 à 23:09 :
... mais il reste un point d'entrée pour la suite ! pour ma part, je pense que l'objectif (atteint) de 80% d'une classe d'âge était stupide, et ce d'autant plus à considérer les moyens qui ont été utilisés pour l'atteindre (en baissant la barre).... les effets secondaires étant l'encombrement des filières d'études supérieures, dont certains cursus ne mênent nulle part, .... et effet non négligeable: les 20% qui ne l'ont pas sont encore plus stigmatisés, ce qui n'était pas le cas (ou moins) quand la proportion de bacheliers était inferieure à 50%.
Réponse de le 21/07/2013 à 16:35 :
..et stupide aussi le collège unique,..pour les post bac, il faudrait donner un Credit de 3 ans gratuits de formation à la FAC ou en classes prepa, et ensuite faire payer plein pot les études après BAC + 3ans...à charge pour les familles, ou les étudiants, d'aller voir éventuellement les banques pour financer le reste des études. Je ne connais pas de banques qui refuserait de financer un étudiant entrant en 4 ieme année de médecine, ou un étudiant en deuxième année d'école de commerce (et deux ans de prepa). Les entreprises pourraient aussi financer de futurs employés pour une formation professionnelle ayant déjà trois ans de FAC ou une première formation généraliste..on éviterait ainsi les touristes qui coutent trop cher à la Nation..
Réponse de le 22/07/2013 à 9:35 :
tu rêves, les entreprises ne vont jamais rien payer, même pour les formations professionnelles, elles pleurnichent les aides de l'état, c'est les impôts qui payent tout, les entreprises ne payent jamais rien pour la formation ou l'éducation en France.
a écrit le 20/07/2013 à 11:45 :
Hypocondriaques du bocal, les Français ..? Je ne crois pas, non! mais c'est le marasme de tout qui fait qu'un de ces jours l'accumulation va exploser, ça prend son temps...même trop, mais je vous garantis que je jour où ça va péter , y aura interêt à se faire petits ! et nos chers" énarques, AUSSI !
Réponse de le 20/07/2013 à 20:02 :
A voir le taux exceptionnel en France de suicides et de consommations de médicaments pour dépression des français, les études internationales sur la particularit? française de l'inaptitude au bonheur, on ne peut plus nier que les français ont une incapacitè culturelle et mentale a apprécier ce qu'ils ont et une exception culturelle rare sur l'autoflagellation et la faible estime qu'ils ont d'eux et de leurs compatriotes.
Réponse de le 21/07/2013 à 3:36 :
Oui, mais on leur a bien fait comprendre qu'il n'y a pas de culture française, et rien chez nous qui nous rende fiers de ce que nous sommes. Nos enseignants sont recrutés avec 4/20 a leurs examens, les Bac sont quasiment offerts, notre industrie est devenue l'une des plus médiocres qui soit, normal que les français n'aient plus le moral!
Réponse de le 21/07/2013 à 8:36 :
Tout à fait de votre avis ! + 1000
Réponse de le 21/07/2013 à 8:52 :
+ 1
a écrit le 20/07/2013 à 11:13 :
Il y a des villes où les écoles sont de véritables catastrophes à cause des perturbateurs toujours plus nombreux qui sèment des troubles dans les classes.
Réponse de le 20/07/2013 à 11:36 :
L'éducation entièrement absente pour "certains", le manque de respect et tout ce qui va avec, fait qu'on est pas sortis de l'auberge"! au contraire !...on ne fait qu'y "entrer......bonne chance à tous, on va en avoir besoin .... !
Réponse de le 21/07/2013 à 8:37 :
++++++++++++
a écrit le 20/07/2013 à 10:00 :
certificat d'etudes de 1958, c'est pas un bachelier de 2013 qui m'impressionne !
Réponse de le 21/07/2013 à 8:55 :
je crois que vous n'avez pas tord, à quelques matières près, que nous n'avions pas à l 'époque : langues, philo........(pour le certif)
Réponse de le 21/07/2013 à 15:58 :
par un investissement personnel, une langue s'acquiere facilement, quand a la philo la vie s'en charge.
a écrit le 20/07/2013 à 8:42 :
On prend l'habitude de l'autoflagellation. En réalité nous avons de bons masters 2 en science/ingénierie et en marketing et ces étudiants se vendent très bien à l'étranger d'ailleurs faute de pouvoir travailler avec un bon salaire en France. Par contre ça ne concerne que 5% de la population des élèves. L'erreur est d'avoir conçu en France depuis Haby (donc depuis 40 ans) un système d'enseignement du secondaire monolitique ne tenant pas compte ni du niveau de chaque élève ni du marché du travail...
a écrit le 20/07/2013 à 8:36 :
C'est rare de lire un ramassis de fadaises pareil! Le systême scolaire basé sur la compétition? Quand on voit l'état des connaissances des bacheliers, on ne peut que pleurer! Egalité des chances ne veut pas dire égalité tout court, et il y a des enfants plus doués que d'autres, qui apprennent plus vite, et qui sont, aussi, dans des environnements familiaux où l'on ne se satisfait pas de pseudo diplomes, comme l'est aujourd'hui le Bac..Nous avons réussi, sommes allés même au delà du raisonnable, pour gommer les aspects financiers (rentrer en classes prépas pour un boursier est quasi gratuit, avec même maintenant une priorité pour être logé), mais il est plus difficile de gommer les différences de cultures familiales (si vos parents ne sont intéressés que par le foot, le Tour de France, et les jeux TV..les discussions lors des repas familiaux seront de facto plus limitées..).. In fine, seuls la compétition, la recherche de l'excellence, le travail, la culture, offrent la possibilité d'un escalier social (le terme d'ascenseur banit l'effort, donc à supprimer). A défaut, c'est le carnet d'adresses qui fonctionnera..

Il est plus quetemps de mettre au placard tous les psychologues qui couinent sur nos pauvres enfants et ramener la jeunesse sur des sytêmes de valeurs productivistes..
Réponse de le 20/07/2013 à 10:15 :
Encore un pere fouettard qui ne veut rien n entendre, ni comprendre vous devez etre du genre a lorsque votre enfant vous ramene un 16 a taper du poing sur la table "ils sont ou les 4 points qui manquent...." Si je vous rejoins sur le Bac je vous contredit totalement sur le reste.... Oui il y a bien un "sentiment de competition" et une selection "malsaine" en France, car au contraire des autres pays dit occidentaux on a toujours un systeme scolaire ou d une part la selection dans TOUS les secteurs se fait par les maths, une heresie quoique vous en disiez... Deja en filiere generale celui qui fait L est moins considere que celui qui fait S, et meme en S celui qui fait bio est moins considere que celui qui fait Math ou physique..... Sans compter l opposition permanente en filliere generale dite "d excellence" et la filiere professionnelle ou technique considere bien souvent, nottement par des gens comme vous, comme une voie de garage et un echec..... Ils faut cesser tout ces déséquilibres, cessez cette selection par les maths encore plus apres, un etudiant en medecine n a pas besoin de faire de la physique quantique ni des maths sup, surtout que cela sert juste a faire la "selection", y a d autre moyen et ca bien d autre pays l ont compris, un eleve de L n a pas besoin de 3H de maths par semaine, s il a fait L c est justement parce que les sciences et les math c est pas son truc......
Réponse de le 20/07/2013 à 11:03 :
Ça va être de moins en moins facile de gérer la frustration de centaines de milliers de jeunes avec master condamné à la précarité ou aux jobs type télé acteurs ...
Réponse de le 21/07/2013 à 10:21 :
de votre avis + 1
a écrit le 20/07/2013 à 7:10 :
il vaut mieux être cancre fainéant et fauché en France, qu'instruit, entreprenant et aisé !
Tout le système d'assistanat à la Française à relents cocos depuis la libération et les premières lois sociales de 1949, n'a jamais été fait pour faire des Français des jeunes entreprenant, instruits et sensibles à jouir d'une liberté pour se construire, gérer leur carrière d'abord, leur patrimoine, leurs placements financiers en vue de leur retraite, de leurs proches. Il n'y a qu'à voir à quel niveau nous sommes tombés: l'année 2013 année de grande cause nationale contre l'ILLETRISME, mais nous avons 87% de reçus aux bacs.
Réponse de le 20/07/2013 à 13:19 :
" Il n'y a qu'à voir à quel niveau nous sommes tombés: l'année 2013 année de grande cause nationale contre l'ILLETRISME, mais nous avons 87% de reçus aux bacs."

Super cette phrase quand on commence par une énorme faute d'orthographe... RevAnchard...


Que ces tristes tout ces petits égos...
Réponse de le 20/07/2013 à 15:16 :
" l'orthographe ne vous sied pas trop, à vous non plus : " que C'est triste "! eh! oui....vous relevez une faute parait-il dans le commentaire précédent, mais vous vous gourez vous aussi...C'est pas charitable, ça !
Réponse de le 20/07/2013 à 17:46 :
87% de ceux qui présentent le bac l'ont. Mais si on compte le nombre de nouveaux bacheliers par rapport au nombre total de jeunes du même âge, c'est 73% de la classe d'âge qui réussit le bac et donc 27% des jeunes de 17-18 ans qui n'auront pas le bac a notre époque.
a écrit le 19/07/2013 à 23:58 :
Le problème du système scolaire français est qu'il est sclérosé par les syndicats qui ne pensent qu'à eux (j'en connais et c'est vraiment pas joli). Notre gauche bobo (la même qu'au gouvernement) se fiche des enfants, seul comptant leurs émoluments, leurs privilèges et leurs amours propres de penser qu'ils sont le centre du monde.
Réponse de le 20/07/2013 à 6:42 :
Le vrai or même étant que la droite n a rien changer non plus
Depuis 30 ans on connait les problèmes
Depuis 30 ans on refuse la sélection on laisse les jeunes s engager dans des filière sans avenir et on méprise le travail manuel
Réponse de le 20/07/2013 à 10:40 :
Tiens donc, la réforme des universités de V. Pécresse (rapprocher l'enseignement supérieur de l'entreprise) démontée par l'actuel gouvernement, c'est quoi au juste ???
a écrit le 19/07/2013 à 23:51 :
Il faut donner un grand cul de pied au ... aux Français pour qu'enfin ils se prennent en charge et positive sur leur vie. Depuis des décennies on leur a vendu un état qui s'occupait de tout et bien maintenant ils sont incapables d'entreprendre, prendre des risques, bouger ... bref tout ce qui fait que votre vie n'est pas une rengaine. Aujourd'hui ils attendent tout d'un état gouverné depuis bien longtemps par des incapables qui ne pensent qu'à leur portefeuille et ne comprennent pas que le reste du monde n'est pas comme la France! Nous sommes arrogants et imbus de notre personne. Il serait temps de changer nos politiques et notre façon de vivre et voir la vie.
Réponse de le 22/08/2013 à 10:13 :
Je voudrais bien "me prendre en charge", mais on cesse de me pomper les cotisations et impôts. Avec ce que j'ai versé depuis que je travaille, j'aurais pu accumuler une fortune.
a écrit le 19/07/2013 à 23:25 :
Oh, je l'adore!

Inventer une maladie imaginaire, pour faire ensuite payer ces séances de bavardages mondains (et mièvres, vous avez vu son site pleins de petits coeurs rosatres?...) 180 euros le week end, ça c'est fort!

J'adore ces docteurs en science de l'éducation, donc en rien.

D'un autre côté, elle annonce quand même à l'avance la couleur: sa co-intervenante est clown...

Ça fait cher quand même la séance de rigolade.
a écrit le 19/07/2013 à 22:21 :
On l'a déjà très bien expliqué par maints commentaires, faut il se redire?
a écrit le 19/07/2013 à 18:51 :
Nos "élites" sortent des meilleures écoles. Quand on voit comment ils gèrent le pays, on peut vraiment se poser des questions. Surtout en comparant avec le nord de l'Europe et les pays germaniques.
L'échec de notre école, c'est aussi l'échec de nos grandes écoles.
Réponse de le 19/07/2013 à 23:54 :
Pas d'accord. Ne confondez-pas grandes écoles avec écoles de fonctionnaires comme l'Ena. Je suis chef d'entreprise à l'étranger et les ingénieurs français sont plutôt bons mis à part le fait qu'ils se croient supérieurs au reste du monde.
Réponse de le 20/07/2013 à 6:46 :
Le problème est a l ENA qu on aurait du fermer depuis longtemps
Elle fabrique des clones de la word compagnie politique
Les écoles d ingénieur ça fonctionne plutôt très bien

Il faut changer de classe politique
Réponse de le 20/07/2013 à 8:49 :
Les étudiants sortant de nos meilleures écoles (meilleures = celles qu'on connaît à l'étranger : HEC, ESCP, Normale Sup, X, Centrale....) gèrent de moins en moins le pays car le pays est plutôt aux mains des avocats et des sciences-po/ENA qui eux ont un peu plus de mal à se vendre à l'étranger. Par contre ils font de bonnes carrières à l'international.
Réponse de le 20/07/2013 à 8:53 :
Je ne suis pas certain que ce sont nos élites qui gèrent le pays (aujourd'hui les diplômés de Normale Sup, X, Centrale..font plutôt carrière à l'étranger). Ceux qui restent ne sont pas forcément "vendables" ailleurs.
Réponse de le 22/08/2013 à 10:14 :
Ne confondez pas l'ENA et Centrale Paris.
a écrit le 19/07/2013 à 18:23 :
Très très bonne analyse. Il suffit d'avoir vécu et scolarisé ses enfants dans d'autres pays pour s'apercevoir combien le système Français est catastrophique pour les enfants. Leur bien-être et leur épanouissement est relégué aux oubliettes au profit d'un classement absurde.
Réponse de le 19/07/2013 à 23:10 :
+ 1000
Réponse de le 20/07/2013 à 9:37 :
+10000.... Preuve en est les rythmes scolaires, toutes les etudes scientifiques et sociologiques montrent que la semaine de 4 jours est une hérésie, le Gouv se decide enfin a remedier a ce fait pour le bien etre des enfants et nos TRES CHERS instits et prof leve le bouclier, trop content de ne travailler ni samedi, ni mercredi..... 3 jours de repos dans la semaines.... Quand ils ne font pas greve "pour manque" de moyens.... quand meme la cours des comptes dit le contraire.....
Réponse de le 20/07/2013 à 12:16 :
+ UN !
a écrit le 19/07/2013 à 17:57 :
A l'école du socialisme bien pensant ...il y a de quoi se sentir malheureux ...puisqu'elle est faite pour niveler selon les règles de la pensée unique ...!
Réponse de le 19/07/2013 à 19:00 :
Nivellement sur le bas, c'est tout notre gouvernement ca
Réponse de le 19/07/2013 à 20:14 :
On voit ce que ça donne le nivellement par le bas, vous concernant ...
Réponse de le 20/07/2013 à 12:17 :
+ 1
a écrit le 19/07/2013 à 17:16 :
A mettre en rapport avec le commentaire que j avais ecrit sur l article 1/5>>> c est totalement ca

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :