Politique fiscale : moins d'impôt pour les entreprises, beaucoup plus pour les ménages

 |   |  860  mots
François Hollande a promis une pause fiscale, mais des hausses d'impôts sont à venir pour les ménages
François Hollande a promis une pause fiscale, mais des hausses d'impôts sont à venir pour les ménages (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La hausse des cotisations retraite, compensée pour les entreprises, mais non pour les salariés, est un révélateur: la politique fiscale actuelle est favorable aux entreprises, au détriment des ménages. Les premières ont droit, à ce stade, à sept milliards d'allègements fiscaux, contre plus de 20 milliards d'euros de prélèvements supplémentaires sur les ménages, si l'on inclut la future hausse de TVA

Évidemment, le gouvernement ne présentera jamais les choses de cette manière. Mais la réalité des chiffres est têtue : sa politique fiscale est de plus en plus favorable aux entreprises au détriment des ménages. La réforme des retraites en est l'exemple le plus frappant : pour les entreprises, la hausse des cotisations retraite (+0,3 point à l'échéance 2017) sera compensée par une baisse équivalente des prélèvements sociaux destinés à la branche famille. Les salariés, eux, paieront… sans compensation. Sauf, éventuellement, pour une partie d'entre eux, si l'exécutif remet en place une forme de défiscalisation des heures supplémentaires. Un projet soutenu par le porte parole du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, Thierry Mandon, que le gouvernement serait prêt à étudier, même s'il le dément aujourd'hui.

 La gauche du PS s'inquiète d'un déséquilibre au détriment des salariés

 La gauche du PS ne s'y trompe pas : « dans la période actuelle (…) il ne faut pas donner le sentiment que toute hausse de la fiscalité des entreprises serait immédiatement compensée, tandis que les salariés verraient leur pouvoir d'achat baisser sans aucune compensation » écrit le mouvement Gauche populaire, dans un communiqué. En outre, ajoute le texte, il n'est pas bon d'accréditer l'idée « que l'amélioration de la compétitivité des entreprises doit systématiquement être financée par une augmentation de la fiscalité des ménages ».

Beaucoup de hausses d'impôts sur les entreprises prennent fin en 2014

Craintes injustifiées ? Ces affirmations d'un courant du PS plutôt critique ne sont pas sans fondements. De fait, ce sont les consommateurs qui financeront l'essentiel du Crédit d'impôt compétitivité emploi destinés aux entreprises, via, surtout, le relèvement de la TVA, le premier janvier.

Oui, mais les mesures prises depuis l'été 2012 n'ont-elles pas chargé d'abord la barque des entreprises ? Les hausses d'impôts sont effectivement considérables. Cela étant, beaucoup ont eu un effet « one shot » : elles ont été exceptionnelles ou ont constitué des anticipations, des impôts payables en 2013, par avance, et qui ne le seront plus en 2014. En 2014, les entreprises auront donc moins à payer -sous réserve de mesures en discussion de cette rentrée.

Dès l'automne dernier, Bercy a publié l'impact réel des décisions votées dans les lois de finances pour 2012 et 2013, à échéance 2014. Il apparait que le relèvement de la fiscalité des entreprises représente environ 13 milliards en 2014, sur un total de hausses d'impôts de près de 27 milliards. Les entreprises paient moins de la moitié de la facture.

Un taux de TVA à 20% au moins...

Et ce déséquilibre va s'accentuer dans les mois à venir. Certes, les ménages ne paieront pas un impôt sur le revenu plus lourd en 2014, puisque le barème serait à nouveau revalorisé en suivant l'inflation, ce qui n'avait pas été le cas pour les impôts de 2012 et 2013.

Mais les consommateurs paieront plein pot la hausse de la TVA, avec un taux normal qui passera de 19,6% à 20% (ou plus, c'est encore en débat), et un taux intermédiaire qui grimpera de 7 à 10% (restaurants, travaux à domicile, transports collectifs… ). Ils s'acquitteront aussi d'une grande part de la future contribution énergie climat.

Les entreprises, elles ont au contraire droit au Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE), qui monte en puissance. Si, en 2013, elles bénéficient d'une ristourne d'impôt sur les sociétés (ou un chèque du fisc, en cas d'absence de bénéfice imposable) représentant 4% de la masse salariale, ce taux grimpera à 6% en 2014. Au total, le CICE représentera 20 milliards d'euros d'allègement des prélèvements.

Un bilan positif de sept milliards pour les entreprises....

A ce stade, si l'on inclut ce crédit d'impôt compétitivité, le bilan fiscal des entreprises apparait positif pour près de sept milliards (13 milliards de hausses d'impôts, moins 20 milliards de CICE). Sept milliards d'euros de prélèvements en moins, à comparer à une facture en hausse pour les ménages.

.... contre une vingtaine de milliards d'euros d'impôts en plus sur les ménages

De combien, cette facture? Les mesures déjà votées comptent pour un peu moins d'une quinzaine de milliards d'euros. S'y ajouteront l'année prochaine le relèvement de la TVA et l'éventuelle taxe carbone. Soit, au total, un alourdissement de la facture d'une vingtaine de milliards, au minimum, pour les ménages.

Cet écart se justifie peut-être par la nécessité de renforcer la compétitivité des entreprises. Mais le gouvernement n'est peut-être pas près de l'assumer ainsi. "Le pouvoir d'achat des catégories populaires et moyennes doit être au centre des préoccupations de la gauche au pouvoir", affirme le courant Gauche populaire. "Cette question est cruciale pour la réussite du quinquennat : le gouvernement de Lionel Jospin avait pâti de ne pas avoir su compléter les 35 heures par une politique lisible de compensation des revenus. Dans la période actuelle, il ne peut y avoir deux poids deux mesures pour les entreprises et le ménages."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/10/2013 à 21:50 :
Le seul moyen pour la France pour s'en sortir et de regagner des parts de marchés que l'on a perdu trop longtemps, donc il faut laisser les entreprises respirer.

Et puis il faudrait arrêter de payer des gens à ne rien faire, une revenu quel qu'il soit doit rendre en retour ce que la société lui donne. Enfin je vois des gens qui bossent dormir dans des voitures alors que d'autres qui sortent de détentions ont des logements de réinsertion + RSA je suis dégouté pour les premiers.
a écrit le 07/10/2013 à 21:50 :
Le seul moyen pour la France pour s'en sortir et de regagner des parts de marchés que l'on a perdu trop longtemps, donc il faut laisser les entreprises respirer.

Et puis il faudrait arrêter de payer des gens à ne rien faire, une revenu quel qu'il soit doit rendre en retour ce que la société lui donne. Enfin je vois des gens qui bossent dormir dans des voitures alors que d'autres qui sortent de détentions ont des logements de réinsertion + RSA je suis dégouté pour les premiers.
Réponse de le 07/10/2013 à 23:17 :
C'est parce qu'on ne donne pas aussi le RSA aux premiers, et de fil en aiguille à tout le monde car rien ne justifie en fait qu'on s'arrète à un certain seuil (celui qui sera juste au dessus du seuil sera toujours lésé par rapport à tous les autres)...Après, obliger tout le monde à une activité minimum est une idée dont on peut débattre en effet. Mais il faut arriver à trouver des activités pour tous ceux qui ne trouvent pas de travail et qui ne cannibalisent pas le marché du travail : toutes les associations et spécialistes de la question vous expliqueront que c'est assez compliqué. On peut par exemple développer un marché de l'économie solidaire pour les échanges de service, les gens payant un tarif horaire proportionnel à leur revenu, tarif devenant trop cher lorsqu'on rejoint la zone du marché du travail, introduire des chèques en "heures gratuites" signés par les entreprises lorsqu'elles font passer des entretiens d'embauche ou par les associations lorsqu'elles utilisent un bénévole...Bref il faut beaucoup d'imagination car le "yaca focon" ne suffit pas.
a écrit le 26/09/2013 à 10:05 :
Je ne suis pas d'accord. Mon mari est restaurateur et une fois qu'il paye ses employes, le TVA, ses impots, les charges sociaux il n'arrive a se payer que 500 euros par mois alors qu'il travaille entre 70 et 80 h par semaine sans pause sauf a midi et pourtant son resto marche. Des que l'on fait un investissement dans une entreprise on est taxe a fond meme si l'on a pas un retour en revenu pour nous permettre a payer tout cela. Comment faire vivre sa famille comme ca? C'est normal que les salaries qui travaillent 35h par semaine s'en sortent mieux que nous?
Réponse de le 07/10/2013 à 21:21 :
J'ai eu le même problème que votre foyer. Je m'en suis sorti grâce à l'immobilier qui m'assure depuis un moment des revenus même quand je ne fais pas assez de chiffres pour me payer correctement.
Après l'immobilier n'est pas une niche, il est aussi taxé mais les revenus sont plus stables et le risque est lissé à partir d'un certain nombre de logements.
Enfin d'après mon expert comptable la restauration n'est pas un secteur très rentable, les marges ne sont pas extraordinaires car il faut bcp d'employés. Difficile de faire un gros coup et donc de signer un gros contrat. Enfin l'emplacement est un risque à part entière, le quartier peut se paupériser ou une commune peut décider d'entreprendre de lourds et longs travaux changeant les habitudes de la clientèle. Bon courage pour la suite, en espérant des jours meilleurs.
a écrit le 16/09/2013 à 0:01 :
Peut on vraiment relancer la competivite des entreprises en baissant leurs charges si on alourdit les impots et donc la consommation et le pouvoir d'achat des menages ? Les entreprises vendront moins puisque pas de pouvoir d'achat des consommateurs qui seront handicapes par les charges
Réponse de le 07/10/2013 à 21:10 :
Une entreprise moins taxée peut vendre moins cher à l'export tandis que la consommation profite à toutes les entreprises mêmes celles en dehors du continent. Après quel est le moins pire je n'en sais rien même si à mon avis tout on est déjà tous déjà trop taxés, donc savoir qui doit être le plus taxés l'an prochain est déjà une honte.
Réponse de le 01/06/2014 à 17:35 :
Vendre à l'export. Vous en connaissez beaucoup des boulangers; pâtissiers; plombiers; restaurateurs; coiffeurs... qui vendent à l'export? Pourquoi baisser leurs charges à tous ceux là? Ils ne vendront pas plus et pourtant le contribuable va supporter la facture.
Et franchement, si tous les pays misent sur l'export pour s'en sortir, l'un d'entre eux finira par casser les prix, et on ne sera pas plus avancé car on sera toujours trop cher.
Ne faudrait t'il pas arrêter de regarder la compétitivité coût et regarder plutôt la compétitivité par les performances. On sait que la France n'est pas assez robotisée, et qu'une robotisation permettrait de baisser les prix des séries de 30% environ. Aucune baisse de charge ne permettrait d'atteindre ce chiffre. Ne serait-ce pas plus efficace? On peut me dire que ça créera du chômage. C'est vrai pour le personnel non qualifié, mais il faudra des personnes pour en faire la maintenance, programmer, implanter, créer les outillages... Bref, la robotisation donnera du boulot aux diplômés. Pourquoi attendre?
a écrit le 15/09/2013 à 21:50 :
C'est dure de comprendre la politique économique n'est pas? encore un grand effort de comprendre la finance publique et privé serait appréciable.
a écrit le 09/09/2013 à 1:12 :
du Nicolas Hollande tout cru, même politique que L'ex
a écrit le 08/09/2013 à 19:49 :
pour moi c est moins 2500euros de pouvoir d achat,? pour les grandes entrprises c est MOINS170milliards d exoneration d inpots ONT DIT MERCI A QUI AU SOCIALISTES ???
a écrit le 07/09/2013 à 20:55 :
Tout ce que paye l'entreprise est en définitive payé par les particuliers clients finaux de la chaîne (l'entreprise ne fait que transformer). Défiscaliser l'entreprise au détriment des particuliers revient donc à supprimer des impôts indirects injustes (charges invisibles dans les prix) pour les remplacer par des impôts dont on pilote mieux l'équité (taux différents de TVA selon les produits, CSG ou IR...) et aussi à mieux positionner les produits fabriqués en France (ainsi moins plombés par les charges) par rapport aux produits importés quand les particuliers clients finaux sont français....ou bien encore à doper les exportations quand les particuliers clients finaux sont étrangers. Dans tous les cas c'est évidemment une excellente opération et il serait temps que tout le monde le comprenne à commencer par nos partis de gauche...
a écrit le 05/09/2013 à 18:49 :
encore une bavure des ces nuls en gestion, si les ménages ne peuvent plus acheter, les entreprises vont produire pour qui ? ce sont les dépenses publiques qu'il faut baisser pour faire augmenter le pouvoir d'achat, baisser les charge set aider le million de pme, le poumon de l'emploi, évident, mais pas pour ces extraterrestres qui n'ont jamais rien géré
Réponse de le 06/09/2013 à 16:49 :
de toute façon tant que le pays aura autant de fonctionnaires et assimilés à entretenir et encore quand ils travaillent car certains sont correctes mais malheureusement tellement abusive de leurs privilèges ; rien que près de moi j'ai deux personnes une chez orange et l'autre edf passent leur temps a être en arrêt , évidemment payé intégralement et après des mie temps thérapeutiques toujours payé à plein temps en travaillant à moitié temps pour de problèmes qui ne seraient jamais accepter dans le privé; tout cela n 'est pas normal ;et cela n'est que de petits exemples par rapport à ce qui se passe ;
et tous ces privilèges différents a chaque corporation administrative
tout cela divise les Français et cela est normal quant on sait qu'il y a plus de six cent mille retraités en dessous du seuil de pauvreté et maintenant on va encore rogner sur les revenus de ses pauvres gens , qu'on remette tous les Français à égalité et ne plus rajouter des fonctionnaires qui nous coûtent très très chers avec tous leurs privilèges , la France est le pays ou on a le plus de fonctionnaires et quant on nos politiciens n'en parlons meme pas
pas besoin de chercher comment rééquilibrer les finances en France , on le peut mais ça n'intéresse pas ceux qui peuvent changer les choses
alors moi je dis simplement vous tous qui êtes ouvrier ou artisan soyez fiers de vous car ce que vous gagner vous ne le volez à personne , ce n'est que le gain de votre dur labeur mais peut_être qu'un jour on comprendra que c'est grace à vous que le pays tient le coup pareil pour les patrons des petites et moyennes entreprise tant que vous serez là la France existera mais voilà combien de temps tous ces gens tiendront le coup pour faire vivre royalement toute une catégorie de gens
il va etre temps que les Français qui TRAVAILLENT se rebellent et disent sop
a écrit le 05/09/2013 à 16:01 :
tu te prends le CHEVALIER PAUL ET LE DE GAULLE (pardonnez moi mon GENERAL) sous le bras et comme grouillot le DENOME WALLS et direct a MARSEILLE c'est 2 fois la SYRIE et retour a l'envoyeur depuis 60 cela PÈSE ne pas oublier avec des bombardiers pulvérisateurs de type VIETNAM sur les champs de cannabis l'agent ORANGE TRÈS EFFICACE
a écrit le 05/09/2013 à 15:22 :
c est en etouffant les ménages sous des impots dépensés bêtement que l etat pense relancer la croissance économique? Quels genres d études ont fait ces gens pour ne rien comprendre à ce point à l économie ???
Réponse de le 05/09/2013 à 16:54 :
Cela s'appelle une politique de l'offre à opposer à une politique de la demande qui n'a fait que creuser la dette et le déficit de la balance commerciale.
Je suis plutôt rassuré qu'ils savent ce qu'ils font et que vous n'êtes pas aux manettes.
Réponse de le 05/09/2013 à 20:37 :
Et il a fait quel genre d'études ledit Mordra-machin pour ne pas comprendre que les entreprises françaises - seules à créer de la valeur dans ce pays, sont tuées par l'impôt? Il préfère payer moins d'impôts et être au chômage? Trois façons de passer le cap actuel : augmenter l'impôt des entreprises - et vivent les 12 millions de chômeurs, augmenter l'impôt des particuliers - ils se rendront vraiment compte alors du luxe ahurissant dans lequel ils vivent grâce aux dépenses d'intervention de l'Etat, ou baisser la dépense publique. Alors, on fait quoi?
a écrit le 05/09/2013 à 13:53 :
Toujours plus d'impôts. La saignée va tuer le malade car en consommant moins les rentrées de tva même augmenté seront moindre. Et tout cela pour régler seulement les intérêts d'une dette qui ne fait que croître. Nos politiques sont certainement sous influence.
a écrit le 05/09/2013 à 13:24 :
Bilan positif pour les entreprises... à condition de ne pas être une petite PME ou une TPE. Car là, le poids des contrôles tatillons et la sur-réglementation font des dégâts permanents.
a écrit le 05/09/2013 à 12:16 :
Oui enfin les 20 miliards du CICE restent à prouver, nous ferons les comptes en 2014 sur la réalité de cette mesure........
a écrit le 05/09/2013 à 11:56 :
Il est éivdent que lorsque l'on voit ce titre et la réalité de la politique menée l'électeur de gauche ne peut que se sentir déçu et frustré. il s'attendait à un effort partagé et il se retrouve avec une politque que la droite ne peut renier. Après le PS va s'étonner de voir une partie de son électorat soit s'abstenir soit partir vers les extrêmes.Va-t-il falloir attendre 2014 et le FN en tête aux européennes pour que les élus PS fassent remonter la volonté de la "base"
a écrit le 05/09/2013 à 11:52 :
pour faire face a notre intervention obligatoire en syrie , en etat d'urgence pour le financement les deputes sont pret a voter une dexindexation de 4, 23% des placements tous confondus des francais (patrie en danger) rapport chiffres 456 millions d'euros
a écrit le 05/09/2013 à 11:24 :
comment peut ont faire l'amalgam de baisse des impots de certains impot de l'entreprise avec celui des ménage en incluant la Tva .Les intre prise ne paie pls de TVA ?
Réponse de le 05/09/2013 à 11:38 :
Hé non, les entreprises ne paient pas de TVA. Elles la collectent: la TVA qu'elles "paient" à leurs fournisseurs, elles la déduisent de la TVA facturée à leurs clients. Une hausse de la TVA n'a donc aucun impact pour les entreprises. Ce sont les consommateurs qui la paient
Réponse de le 05/09/2013 à 12:17 :
Le second effet kiss cool est que les administrations, elles, ne récupèrent pas la TVA. Mais comme les administrations ont des crédits pris sur tout ce que chaque français paie en impôt, taxe, contribution... de fait nous devrons apporter une obole supplémentaire. A moins que l'on dégraisse sérieusement l'Etat, ce qui malheureusement n'a pas l'air de se manifester.
Réponse de le 05/09/2013 à 17:54 :
L'Etat paie la TVA et la récupère si les entreprises pensent à la reverser aux services fiscaux opération blanche donc...
Les collectivités publiques pour leur activité administrative, par contre, ne récupèrent que 15,482% de la TVA payée sur leurs investissements et rien sur leurs frais de fonctionnement...
Réponse de le 07/10/2013 à 21:54 :
Encore heureux que la TVA c'est le consommateur qui la payent !!! A qui profite le produit final ?
a écrit le 05/09/2013 à 10:25 :
tout ça pour ne pas baisser les dépenses... 57% du PIB, 5,5 millions de fonctionnaires... Un rapide calcul: Population active = 25 millions. Moins les fonctionnaires = 20 millions. Moins les personnes recherchant un emploi = 15 millions... Pour entretenir une population de 65 millions... Ben dis donc! 1 "créateur de valeur" pour plus de 4 bouches à nourrir, c'est beaucoup, non?
Réponse de le 05/09/2013 à 11:51 :
@ bendis donc raisonnement brut de décoffrage mais combien de prétendus "créateurs de valeurs" vivent de la clientèle des fonctionnaires qui eux aussi consomment il ne faut pas l'oublier.
quetion subsidiaire un hôtelier qui vend au prix fort des nuits d'hôtels à des pauvres réfugiés tout cela payé par la collectivté, est-ce un créateur de valeur?
Réponse de le 05/09/2013 à 13:05 :
Un fonctionnaire n'est pas créateur de valeur pour la France. Oui, il aide à administrer l'état mais il ne produit rien. Si vous arrivez à tranferer les focntionnaires en emploi dans le privé, il y aura plus de creation de valeur donc plus d'impot, de richesse, d'emploi ...
Pour info, on a besoin de foncitonnaire mais pas au nombre actuellement.
Réponse de le 05/09/2013 à 13:05 :
Un fonctionnaire n'est pas créateur de valeur pour la France. Oui, il aide à administrer l'état mais il ne produit rien. Si vous arrivez à tranferer les focntionnaires en emploi dans le privé, il y aura plus de creation de valeur donc plus d'impot, de richesse, d'emploi ...
Pour info, on a besoin de foncitonnaire mais pas au nombre actuellement.
Réponse de le 05/09/2013 à 13:57 :
Entièrement d'accord avec le dernier commentaire. Très important, le rôle des fonctionnaires. Mais effectivement, pas à ce niveau. Un article récent de La Tribune montrait ce qu'il en coûtait à l'employeur pour qu'un salarié dispose de 100? de pouvoir d'achat. Et surtout, qui s'acquittait des prélèvements. Sans surprise, la France est le pays où la plupart de ces prélèvements reposent sur les entreprises. Il est grand temps que les Français acceptent de payer eux-mêmes les prestations publiques dont ils disposent. Aujourd'hui, ils trouvent qu'il n'y en a jamais assez, sans pour autant voir la facture, qui repose principalement sur les entreprises. Il faut rééquilibrer cela, cqfd. Viendra alors le moment inévitable d'une baisse des dépenses publiques car le citoyen refusera, lui, de payer autant. Et à la différence d'une entreprise, il vote!
Réponse de le 05/09/2013 à 18:52 :
d'accord avec les commentaire sci dessus, il faut rabacher que l'argent public n'existe pas, ce n'est que l'argent prélevé sur ceux qui créent la richesse, et donc le privé, indépendants, agriculteurs..quand aux fonctionnaires, la suéde s'en est privée et elle fonctionne trés bien, pour beaucoup moins cher et de meilleurs services
Réponse de le 06/09/2013 à 8:37 :
L'agriculture est un secteur économique extrêmement subventionné. Pour un euro de richesse crée, ils reçoivent ...un euro de subvention.
Parlons de la presse imprimée qui reçoit plus d'un milliard d'euros d'aides diverses. Ceux qui profitent ne sont pas ceux que vous croyez.
Réponse de le 06/09/2013 à 10:50 :
@@gabuzo je retiens que vous admettez quand même qu'il y a besoin de fonctionnaire même si vous les consiréez ce qui est votre droit et à la mode en nombre trop imporatnt. la vraie question n'est pas de dire que seul le privé crée des richesses pourquoi lorsqu'un consultant fait un dossier d'appeld'offres c'est une création de richesse et quand cela été fait par un agent de l'ex DDE cela ne l'était pas j'ai du mal à comprendre. le pb et là je suis d'accord c'est qu'avec l'omniprésence des syndicats dans la fonction publique il y a des personnes protégées peu efficaces mais cela existe aussi dans le privé. il y a aussi des fonctionnaires qui travaillent quelle est la différence entre un agent de la poste et un employé de FEDEX?
Réponse de le 07/09/2013 à 21:05 :
Il est totalement faux de dire que l'administration ne crée pas de valeur. Elle opère sur 3 marchés en croissance et à forte valeur au contraire : la sécurité, l'enseignement, la santé. Notre problème vient surtout du fait qu'on ne veut pas tarifer ces prestations à l'unité d'oeuvre. Si on le faisait on pourrait fixer des tarifs dans la moyenne du marché et ainsi beaucoup mieux gérer ces domaines. C'est tout à fait possible en dotant par ailleurs les citoyens de droits d'achat forfaiteires s'ajoutant à leurs allocations (chèque scolaire par exemple) leur permettant de choisir leur opérateur public ou privé. Dans cette bataille, il n'est pas écrit du tout que le privé l'emporte : il suffit de comparer par exemple les tarifs de la Suède à ceux des US. Par contre on verrait mieux apparaître effectivement "l'administration qui ne produit rien" c'est à dire celle qui ne trouve rien à vendre...
a écrit le 05/09/2013 à 10:14 :
moi ce qui m'inquiete .... c'est que s'ils arrivent a tout stabiliser, a retablir les comptes, avec tous ces impots.... une fois que ca sera reglé, vont ils rebaisser ou supprimer els nouveaux impots pour lesquels on va se saigner? .... j'ai bien peur que non ....
a écrit le 05/09/2013 à 8:30 :
Le PS c'est un mon cheri : joli, bon gout de chocolat juste au depart, puis ensuite viens le gout infame...
Réponse de le 05/09/2013 à 10:21 :
Puis la gastro-entérite...
Réponse de le 05/09/2013 à 13:36 :
Puis la gangrène ...
Réponse de le 05/09/2013 à 20:42 :
Puis la chienlit...
a écrit le 05/09/2013 à 8:13 :
c'est pas possible qu'on continue à dégringoler comme cela pendant 4 ans, cela va péter avant.
Réponse de le 05/09/2013 à 16:58 :
Ce genre de commentaire n'existe pas quand la droite, qui fait la même chose que la gauche, est au pouvoir. Il faudrait vous interroger.
a écrit le 05/09/2013 à 7:55 :
Donc...En perspective ...Baisse de la consommation ...et allégement des charges des entreprises pour quelles licencient moins ... avec des carnet de commande stagnants ...
a écrit le 05/09/2013 à 7:53 :
Absenteisme dans le public ;:COUT : 8 , 77 MILLIARDS ? ..! .. ALLONS NOUS VERS UNE DEPRESSION ?
a écrit le 05/09/2013 à 7:42 :
La réduction des dépenses publiques n'est donc toujours pas à l'ordre du jour, encore moins une priorité. De nombreuses jambes sont en train de s'entraîner pour donner le plus gros coup de pied aux fesses jamais donné à des élus, et les sortir sans remerciements !
Réponse de le 05/09/2013 à 7:56 :
Ben voyons ! Les socialos perdront des grandes villes aux municipales et Marine le naufrage pavoisera sur les plateaux de TV et après ? Vous n'avez toujours pas compris que d'une manière ou d'une autre le niveau de vie baisse et baissera en occident à l'exception d'une minorité qui s'est encore enrichi depuis 2008 ?
Réponse de le 05/09/2013 à 8:41 :
Le niveau de vie baisse car on a laissé l'économmie nationale dériver vers l'accumulation de charges. D'autre part, qu'est-ce que le niveau de vie ? Le niveau de consommation ? Comme il se laisse facilement berner par la publicité, le particulier peut se dégager de consommations inutiles. Quant à l'Etat, c'est moins simple mais faisable ! C'est le niveau de vie de la nation (par exemple des aménagements du territoire dispendieux et non vitaux, comme la réfection de routes qui seraient jugées, avant travaux, de véritables autoroutes dans des pays moins dépensiers) et de l'Etat qui a fortement augmenté. Pour les prix au détail, à indice 100 comparé, un kg de marchandise en France est plus coûteux que dans de nombreux pays "riches". Enfin, qu'une minorité soit riche, c'est une certitude, mais vous en referez pas le monde ! C'est ainsi.
a écrit le 05/09/2013 à 6:43 :
des impôts,toujours des impôts,rien que des impôts.
Réponse de le 05/09/2013 à 7:13 :
Et toujours du baratin des promesses évasivent Pour les réformes silence. Encore 4 ans
Réponse de le 05/09/2013 à 9:04 :
Le PS ce n'est pas de le politique, c'est de l'impôlitique !!!!
a écrit le 05/09/2013 à 4:37 :
C'est une politique fiscale efficace qui permet d'avoir de l'emploi privé et un État-providence (pour ce qu'il en reste...), celle que la Suède a. Bon point pour Hollande/Ayrault.
Le Front de Gauche est clientéliste. Il défend les salariés. Pour la création d'emplois privés pour les 3 millions de chômeurs, y'a rien.
Mais enfin, le nerf de la guerre reste la délinquance/évasion fiscale (60 milliards par an), les magouilles dans le BTP (30 milliards par an),.... là, la dette serait remboursée en 10 ans.
Réponse de le 05/09/2013 à 8:24 :
j'aime bien votre commentaire et je souhaite y apporter une ou deux remarques tout d'abord concernant l'Etat providence il y providence lorsque celui qui donne en a les moyens et ne présente pas la facture directement ou indirectement à celui qu'il dit protéger. La France emprunte la totalité pour son train de vie y compris les salaires à partir de juillet mais garanti également les emprunts des régimes sociaux, chaque français même les allocataires des prestations paient par au moins le canal la TVA. Concernant l'emploi privé le tour de passe comptable des politiques n'est pas de la création de richesse pérenne mais de la création de dette à moyen terme et cela se nomme dans la plus grande des escroqueries d'un Etat,assoiffé de pouvoir ,mégalo et de clientélisme tout parti confondu, le Partenariat Public Privé le PPR. Un Etat n'est pas la pour créer de l'emploi il est là pour une gestion saine du pays, cette gestion permettrait de créer de la richesse qui elle permettra le plein emploi c'est à dire moins de 3 pour cent de chômeur facilement gérable sur le plan des finances, d'équilibrer les comptes sociaux etc etc . Le politique n'est pas là pour faire de l'économie il n'en a pas les compétences mais pour faire des économies. En dehors des discours guerriers autant sur le plan économique que politique l'ensemble de nos élus sont sur le fond sur la même longueur d'onde toujours plus d'Etat pour une raison simple le politique français est assoiffé de pouvoir bien loin des besoins réels de la France. Le Président actuel son gouvernement et ses élus sont à quelques millimètres près les clones de l'ancienne équipe autant sur le plan fiscal que sur le plan humain on ne change pas une équipe politique pour une autre car toutes sont faites sur le même moule. Je vous laisse à votre idéologie cela ne coûte rien, mais permet de faire bien vivre ceux qui sont depuis 40 ans aux manettes du déclin de notre pays. Une pensée pour ceux qui sont exclus, les plus démunis, de la croissance grâce aux politiques de droite comme de gauche destructeurs des valeurs économiques et morales de ce pays.
Réponse de le 06/09/2013 à 12:24 :
"La France emprunte la totalité pour son train de vie y compris les salaires à partir de juillet" Vous confondez avec les prélèvements obligatoires.
Soyez succint la prochaine fois, pour ce que vous dites.
Réponse de le 07/09/2013 à 18:11 :
@ Coup d?il: la France empruntera 170 milliards d'euros en 2013. Ce chiffre communiqué par l'Agence France Trésor - chargée de gérer les émissions de la France - tient compte du déficit budgétaire prévu pour l'an prochain (61,6 milliards d'euros) et d'environ 108 milliards d'amortissement de dette à moyen long terme qui arriveront à échéance. Rajouter la dépense de 30 milliards hors budget qu'il faudra compenser par de l'emprunt la liste des dépenses de l'Etat, hors prélèvements obligatoires, est longue au moins pour moi pour vous elle est sans fondement amusant non???? . Soyez moins agressif et plus documenté merci A+
Réponse de le 08/09/2013 à 4:27 :
170 Mds sur 2040 Mds de PIB au T1201 fait selon vous travailler la France de juillet à décembre ?
Réponse de le 09/09/2013 à 5:30 :
Torchons et serviettes l'emprunt et le PIB sont des données qui n'ont aucune correspondance. L'emprunt et remboursement, pour réemprunter sont les besoins de l'Etat le PIB est un chiffre de "production" Je vous invite à aller chercher le chiffre qui permet à l'Etat de payer ses besoins propres.
Réponse de le 09/09/2013 à 12:00 :
Je ne comprends rien à votre charabia et puis je vous invite à prendre la peine de chercher les chiffres qui vous permettraient d'étayer votre propos.
a écrit le 05/09/2013 à 3:12 :
Payer des impôts/taxes mais pour qui et pourquoi, quelques chiffres sont révélateurs de l'ogre insatiable et cela n'ont pas pour le meilleur mais pour assouvir la soif de pouvoir et de mégalomanie de l'ensemble des élus nationaux et locaux.
Commençons par les 700 ODAC (Organismes Divers!!!!d?Administration Centrale) qui ne sont pas une spécificité française sauf que les notre sont devenues des monuments indestructibles mais également ingérables elles sont le fourre tout politique là ou on case des amis, des fonctionnaires débaptisés. Leur apport en matière de croissance est éloquente dans la définition de ces organismes. De statut juridique varié ? souvent des établissements publics à caractère administratif ? en général dotés de la personnalité juridique, auxquels l'État a confié une compétence fonctionnelle, spécialisée, au niveau national. Ils sont financés ou contrôlés majoritairement par l'État, et l'essentiel de leur activité est non-marchande.
Pour les dépenses purement politiques, cet à dire une administration pléthore ingérable un exemple extraordinaire l'Etat central est incapable de donner le chiffre exact des salariés dépendant de cette pieuvre et l'écart est de plusieurs centaine de milliers de salariés. Concernant les dépenses deux chiffres montrent l'incapacité politique a restructuré les administrations. Les dépenses de fonctionnement des administrations publiques centrales est d'environ 37 pour cent et les dépenses de fonctionnement des administrations publiques locales de 52 pour cent. On voit bien que pour maintenir à flot ces dépenses le politique toute couleur confondu ne peut qu'écraser l'entreprise et les ménages. Qui a le pouvoir d'imposer aux politiques de réformer rapidement, sur le fond et la forme, cette sangsue qui a asphyxie la France et qui est une des causes essentielles de son déclin, LES MENAGES car si demain nous freinons notre consommation pour la porter qu'aux minimum de nos besoins, le politique ne pourra plus maintenir cette pression impôts/taxes au risque de voir les citoyens descendre dans la rue. Nous faisons l'erreur de croire que le politique a le pouvoir non, ce dernier peut voter la loi qui pour l'essentiel est dans le cadre de la dépense, non rentable, non innovante, non égalitaire mais à son profit soit personnel soit clientéliste ou dans le cadre de rattraper ces erreurs incalculables de gestion, de choix politique ou économique car un politique n'est pas un économiste, mais un usurier . Conclusion nous tenons notre destin entre nos mains mais également celui du politique de droite comme de gauche. Alors que fait le Citoyen a-t-il perdu cette idée qu'il est celui qui fait ou défait celui qui le gouverne non pas une fois tous les 5 ans en changeant simplement le sigle mais pas le contenu mais en étant celui qui décide ce que sera son lendemain par son poids économique, et non subir le dicta de plus incompétents que lui.
a écrit le 05/09/2013 à 2:26 :
@Ivan Best: D'une, les 20 milliards du CICE sont touchés par une minorité d'entreprises, de deux c'est une niche fiscale pas une baisse d'impôt, c'est donc 13 milliards d'impôts en plus pour les entreprises, point. En suivant votre logique M. Best, on peut aussi dire que personne ne paye d'impôt parce que tout le monde profite de ces avantages et que de toute façon, c'est comme si on était remboursé. Peut-être avez-vous oublié que les entreprises payent déjà 71% des recettes, et que le reste payé par les ménages ne sont pas tombés du ciel. Pour ce qui est de la TVA, c'est 20%, ni plus ni moins et à partir du 1er janvier, c'est pas la peine de sortir un scénario catastrophe et s'emballer sur la fin du monde pour exciter une dizaine d'internautes. Pour ce qui est des baisses d'impôts, vous parlez peut-être des contributions additionnelle, exceptionnelle et sociale(respectivement de 5%, 3% et 3,3%), et qui ont fait monter l'IS à 45%??? Parce qu'il n'y a que la contribution exceptionnelle à 5% qui disparaît de l'IS et c'est en 2015. Une nouvelle fois encore, vous parlez d'un sujet que vous n'avez pas étudié, ayez le courage de remettre vos idéologies en question si vous n'avez pas le courage de me répondre.
Réponse de le 05/09/2013 à 5:14 :
Le CICE a pour cible l'industrie exportatrice qui bénéficie d'un tiers des 20 Mds. C'est le choix d'économie (fait par une gauche) qui a fait l'unanimité. Je vous conseille de relire ce qui s'y était dit à l'époque, ceci vous permettra de parfaire vos connaissances...
Le reste de votre commentaire est juste ridicule. Les reproches que vous faites à l'auteur de l'article, vous feriez bien de les méditer.
Réponse de le 05/09/2013 à 17:51 :
Pas le courage de répondre? Comment faire face à tant de confusion arrogante, d'inexactitudes... le temps manque
a écrit le 05/09/2013 à 2:01 :
Il serait tout de même bon de préciser que de nombreuses taxes nouvelles ont vu le jour, et toutes les taxes existantes sur les entreprises ont augmentées !! A cela, rajoutez que le CICE qui soit disant compense les hausses fiscales sur les entreprises s'arrête dans les prévisions du gouvernement, fin 2014 !! Et après ca, comment s'étonner que les entrepreneurs n'aient AUCUNE confiance dans l'avenir économique de ce pays, comment s'étonner que, outre le fait que les emplois dans le secteur marchand continuent à disparaitre, le peu d'emplois qui se créent sont des CDD ?? Combien d'entreprise ont postulé au CICE à ce jour, pour combien prévues ?? Et à cela, passé sous silence, s'ajoute l'explosion des taxes locales imposée aux collectivités locales par l'état qui transfère les couts de ses choix sur les budgets des mairies, conseils généraux etc, et au final, comparez donc, à bilan égal, la différence de prélèvements obligatoires subis par les entreprises, entre maintenant et avant ... votre chiffrage sera alors beaucoup moins tranché !!!
Réponse de le 05/09/2013 à 3:21 :
meilleur analyse de moment.
Réponse de le 05/09/2013 à 4:59 :
Le CICE ne s'arrête pas en 2014. Il passe de 10 milliards en 2013 à 15 Mds en 2014 puis 20 milliards en 2015 pour s'y pérenniser.
Le chapitre sur les entrepreneurs désespérés est connu, j'en ai la larmichette... Ce gouvernement fait ce pourquoi Sarkozy avait été élu (et vous n'êtes pas content, libéral que vous êtes ?) : transférer les prélèvements des entreprises vers les ménages pour maintenir l'État-providence tout en stimulant/favorisant l'emploi privé. C'est la politique fiscale de la Suède qui arrive à concilier avantageusement les deux.
Arrêtez donc d'être dogmatique et de chialer surtout quand le nerf de la guerre est la fiscalité de classe : (à la louche) 33% pour les PME, 20% pour les ETI, 10% pour les grands groupes et les manques à gagner que sont les 60 milliards de la délinquance/évasion fiscale, 30 Mds de magouille dans le BTP. Que l'État récupère cet argent et c'est la nation qui est totalement désendettée en 20 ans.
Alors gardons la raison, ou allez voir le psychanalyste si vous craquez :)
Réponse de le 05/09/2013 à 10:52 :
eh encore vous n'avez pas tout vu , le gouvernement precedent a fait des cadeaux multiples ( restaurateurs , heures sup , niche copé aux filiales revendues ) et la liste est loin d'être simpliste et sans parti pris , cela a couté très cher aux résultats qu'on connait , ce gouvernement lui vu la situation est obligé de matraquer fiscalement tout le monde ( le président sortant aurait du faire la meme chose s'il avait été re-elu ) donc nous sommes aujourd'hui dans un zig zag fiscal permanent a cause du clientélisme et de la démagogie permanente , la TVA sociale , la Taxe carbone , les idées les plus saugrenues et démagogiques reviennent sous un autre nom , que dire des fraudes fiscales ? , le programme de retenue a la source du candidat devenu président ? .. on attend en attendant on invente le lepine des taxes et augmentations de celles qui existent et les ménages sont durement impactés , enfin les 1500 aides et subventions aux entreprises depuis 40 ans , elles devraient avec ces 120 milliards par an ( imaginez sur 35 ans la somme totale qu'on a dépensé nous autres contribuables pour ce résultat là ) on aurait du avoir aujourd'hui zéro chômeurs ?.. ben non .. car le chômage sert a d'autres fins et avec l'euro en 2002 la messe fut dite .. baisse des salaires ..
Réponse de le 05/09/2013 à 13:08 :
Ce qui est pénible, Avec les socialistes, c'est que non seulement ils sont rigoureusement incapables de gérer un pays (depuis 1981, les preuves sont innombrables), mais, en plus, ils n'ont même pas le Courage d'assumer leurs décisions. Ils se réfugient systématiquement derrière le précédent Gouvernement. On en finirait presque par croire que Sarkozy est toujours président et qu'il oblige le pauvre Ayrault à augmenter tous les impôts.
Il serait temps que les Français comprennent enfin que Socialisme = + de dépenses publiques, + de fonctionnaires, + d'assistés, + d'impôts = la faillite du pays.
a écrit le 05/09/2013 à 1:23 :

Ah bon mais depuis quand faire creuver les gens c de l umanism ? Alors les ingénieurs français passeront leur vie en exclusion sur le blabla du bureaucrate ! Tout le monde est contre?
a écrit le 05/09/2013 à 1:08 :
C est comme Obama, c est une présidence accusée de dissimulation de chômage.
Réponse de le 05/09/2013 à 1:32 :
a bon ? je suis des francais qui ont quitte la france pour les usa.
ici ca bosse, l etat d esprit le permet.
sur la floride c est simple ! faut aligner les $ pour un recrutement correct ou ils vous lachent direct pour autre chose.
suffit de regarder la liste sans fin des annonces d entreprises !!
a écrit le 05/09/2013 à 0:56 :
Que le bureaucrate en poste soit un oppresseur tout le monde le sait ! On veut faire la guerre au monde et on appelle cela du progrès. Seulement la population est morte de rire et morte tout court, on peut justifier ? L escroc doit être jugé sur la question des retraites et du chômage !
a écrit le 05/09/2013 à 0:41 :
Si les français s organisent puisqu ils sont tous contestataires? le pouvoir doit se justifier sur la question de l oppression.
Réponse de le 05/09/2013 à 7:57 :
l ' EAU PRESSION , nos politiques n' y goûtent jamais ...Peut etre avec un peu de ...,?
a écrit le 05/09/2013 à 0:38 :

Puisque nous sommes en répueblique des commémort-ations, commémorons nos jeunes qui n ont jamais eu d emploi et qui pourtant ont fait des études dans le système national, tout ça pour rien, comme par exemple 25% de nos ingénieurs, vive le prorégrès !
a écrit le 05/09/2013 à 0:28 :
Ils font des comptes pendant qu ils paupérisent la population ! C est du Papandréou : une bonne ordure à 500 millions de comptes et 50% de chômage chez les jeunes, le même parti européen !
a écrit le 05/09/2013 à 0:24 :
Sur la cherté des prix, c est un gouvernément qui fait de la pénurie alimentaire. Ils font monter les prix et baisser les salaires !
a écrit le 05/09/2013 à 0:14 :
Il faut abolir la précarité et l exclusion, sans oublier les droits fondamentaux non appliqués. Les singes sur scène peuvent-ils justifier leur salaire de millionnaires comme les députés désapprouvés par la population sur le dysfonctionnement de l Etat en matière d emploi pour les jeunes et surtout de faux social et de retraites virtuelles sur de l anti développement.
a écrit le 04/09/2013 à 23:51 :
Ras le bol, de tous ces articles au sujet des impôts à longueur de journée et de colonnes...
a écrit le 04/09/2013 à 23:42 :
Pour combler le déficit, il faut ponctionner dans une poche ou dans l'autre? C'est les Vases Communicants. Hollande nous fait du BONETO socialiste. Une seule solution: réduire les dépenses de toutes sortes et notamment les dépenses sociales. On est entrain de tuer la poule aux "oeufs d'or". Les vrais actifs de ce pays sont entrain de CREVER pour payer les Inactifs et assistés de toute sorte.
TROP d'Impôts tue l'impôt.
Y a t'il encore un pilote dans l'avion ?
Réponse de le 05/09/2013 à 5:17 :
Conscience politique / économique nulle.
a écrit le 04/09/2013 à 22:57 :
Les impôts vont continuer d augmenter puisqu il y a du déficit. Seulement ça ne donne pas de travail aux chômeurs. On nous dit que la France ne fait PAS DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ? On se demande bien pourquoi ? On réduit la construction alors qu on a fait une pénurie de logements. Peut-on expliquer ce qu est le CAPITALISME SANS CAPITAL ? Les hausses d impôts ne sont plus approuvées par la société? La confiance règne !
Réponse de le 04/09/2013 à 23:51 :
@Pat : Il est absolument indispensable de maintenir les rentrées fiscales pour rembourser la dette laissée par Sarkozy (1900 milliards contre 950 à son arrivée en 2002 comme numéro 2 du gouvernement). Il fait aussi réduire les dépenses de l'état, donc pas de cadeaux aux promoteurs immobiliers. On arrête de vider les caisses de l'état pour gaver ses petits copains Bouygues et Bolloré !
Réponse de le 05/09/2013 à 9:55 :
Avez vous le courage de vous dévoiler un peu plus ! qui etes vous pour tenir un discours si malhonnete ! SVP pouvez vous détailler pourquoi la dette a augmenter ? 50% de l'augmentation de la dette est du a des decisions prises dans les derniers 30 ans. La crise, elle n'existe pas non plus... Ce que je trouve le plus lamentable, c'est que la dette continue d'augmenter sur les mêmes rythmes, alors que les impots se sont envolés. vous dites que vous réduisez les dépenses.. oui en niche fiscale, c'est juste des impots déguisé. Car le budget de l'état lui a encore augmenté cette année en euros brut, alors que notre reste à vivre à lui réellement baisser en Euros brut. Vous etes Malhonnete intellectuellement !!! Auriez vous le courage d'avouer avoir COMBATTU l'allongement de la durée de cotisation, et aujourd'hui les mêmes personnes aujourd'hui applique la même recette. votre manque de PRAGMATISME vous condamnera. et vous vous trompez de combat, la révolution qui va s'annoncer ( nous sommes un pays typé "sud", et non typé germanique s'attaquera aux aristocrates, et la france ne bouge que lorsqu'elle est collé au MUR ) mais faites bien attention, les aristocrates ne sont pas les riches et rentiers ( une bonne facon de trouver un coupable) mais les gens planqués qui n'ont pas a se poser la question de savoir si leur job, leur entreprise existera encore demain, mais des gens ayant un boulot a vis, dont le plaisir est de faire grève pour un oui et un non, et pourrir la vie des autres francais.
a écrit le 04/09/2013 à 22:32 :
que les francais arretent avec leur "pouvoir d achat " alors qu ils ont 3000 milliards d épargne et qu ils ont choisi un modèle socialiste de spoliation des revenus privés pour que les srervices soient publics .
Le problème de la france n est pas le pouvoir d achat mais l euthanasie de la production .les salaires francais sont au contraire trop augmenté par rapport aux gains de productivité, expliquant en partie la sous compétitivité du pays
a écrit le 04/09/2013 à 22:20 :
c'est un grand malade ,il va nous détruire' j, ai particulièrement savourer l?hilarité du MINISTRE ALLEMAND sur les décisions concernant les retraites FRANÇAISE
a écrit le 04/09/2013 à 22:00 :
Pas de hausse en 2014 pour les ménages ? et le nouveau plafonnement annoncé à 1500? du quotient familial ?
Réponse de le 04/09/2013 à 22:28 :
N'oubliez pas qu'ils ne font que mentir cette bande de marioles au pouvoir !
Réponse de le 05/09/2013 à 0:20 :
le gouvernement prévoit de supprimer dès le budget 2014 deux niches fiscales bénéficiant aux familles ayant des enfants scolarisés dans l'enseignement secondaire et supérieur. Elles bénéficient aujourd'hui d'une réduction sur l'impôt sur le revenu de 61 euros par enfant au collège, 153 euros par enfant lycéen et 183 euros par enfant étudiant dans l'enseignement supérieur.

Cette mesure devrait rapporter à l'Etat environ 445 millions d'euros. Elle signifie également une nouvelle augmentation des impôts pour les 3,35 millions de ménages concernés....

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0202986291468-la-reduction-d-impot-beneficiant-aux-familles-ayant-des-enfants-etudiants-devrait-etre-supprimee-601433.php
a écrit le 04/09/2013 à 21:47 :
Soyons clairs une baisse de charges pour les entreprise au détriment des ménages aura un impact direct pour les entreprises qui exportent et de ce point de vue cela a un sens. En revanche pour les petites PME et TPE qui s'adressent au marché intérieur, celles-ci souffrirons de voir leurs clients particuliers s'appauvrir. Seule une réduction de la dépense publique pourrait desserrer un étau fiscal qui devient critique.
Réponse de le 04/09/2013 à 23:53 :
Tout à fait d'accord, et pour réduire la dépense publique, il faut supprimer immédiatement et définitivement l'ensemble des niches fiscales.
Réponse de le 05/09/2013 à 5:14 :
@mecatroide,
la suppression des miches fiscales est une hausse implicite des impots !!!!!!!
Reduire les dense signifie depenser moins ! Donc plus de guerre en aftique ou en asie , fini la bombe atomique, fini aussi les aides aux pays en developpement, fini les depenses du kinistere de la culture, fini les aides aux agriculteurs, sans parlewr de la sacro sainre secu.
a écrit le 04/09/2013 à 21:44 :
Déshabiller Pierre pour habiller Paul n'est pas la solution.

Il n'y en a qu'une, tout le monde le sait : baisser les dépenses publiques.

Mais personne n'a le courage de le faire par lâcheté, clientélisme, démagogie ou incapacité morale.
Réponse de le 04/09/2013 à 23:46 :
C'est pourtant bien ce que fait le gouvernement en place, il diminue les dépenses publiques plus que tous les gouvernements précédents. Bien sur, il ne le hurle pas sur les toits, pour ne pas froisser son électorat, mais le travail est bel et bien fait. Quand on ajoute à cela les actions pour défaites les bêtises du gouvernement précédent (Hadopi, auto entrepreneurs, bouclier fiscal...), cela fait beaucoup de bon résultats.
Réponse de le 05/09/2013 à 8:44 :
eh oui on le cherche depuis longtemps mais en voila un, un électeur du réjoui en chef qui ose l'avouer !
a écrit le 04/09/2013 à 21:01 :
"Beaucoup de hausses d'impôts sur les entreprises prennent fin en 2014"... cela va faire surement beaucoup plaisir a toutes celles qui auront fait faillite avant! Merci les socialos: vous avez foutu de la poudre aux yeux a vos electeurs en chrgeant les entreprises en 2012, 2013 et 2014. Maintenant que vous commencez a mesurer les degats actuels et futurs, vous vous dites: marche arriere toutes! mais..... il est trop tard. Le mal est fait!
a écrit le 04/09/2013 à 21:00 :
il n'est pas bon d'accréditer l'idée « que l'amélioration de la compétitivité des entreprises doit systématiquement être financée par une augmentation de la fiscalité des ménages ».... effectivement, il serait plutôt bon d'accréditer l'idée « que l'amélioration de la compétitivité des entreprises doit systématiquement être financée par une augmentation des économies tant promises et jamais réalisées ».
Réponse de le 04/09/2013 à 21:38 :
compétitivité des entreprises ....peut_être faudrait-il un peu + de dynamisme ,sans entrer dans le détail , chez les dirigeants d'entreprises . mettre tout sur le dos du système ,est quand mm exagéré .
a écrit le 04/09/2013 à 20:51 :
... je m'en fous. De toute manière, sa politique est illisible et incompréhensible. Je vis donc au jour le jour, en attendant des lendemains (très hypothétiques..) qui chantent.
a écrit le 04/09/2013 à 20:17 :
On ne parle plus d economies qui devaient representer les 2/3* du comblement des deficits apres les hausses de fiscales de 2013 .Vive le gouvernement des fonctionnaires pour les fonctionnaires par les fonctionnaires . .
Réponse de le 04/09/2013 à 20:45 :
Le gouvernement les avait prévu en 2012 a son arrivée pour 2014. Attendons de voir la loi de finance pour 2014 qui se prépare actuellement et devrait être présentée fin septembre.
Réponse de le 04/09/2013 à 21:02 :
+1! .... mais les fonctionnaires commencent a se rendre compte que pour garder leurs avantages, il faut des entreprises capables de creer de la richesses.
Réponse de le 04/09/2013 à 21:15 :
vraiment la formule de l annee2013 j espère quelle fera date et sera souvent reprise ...félicitationscandide21
a écrit le 04/09/2013 à 19:58 :
Résumé : moins d'argent à dépenser, donc moins de consommation . Les entreprises vont devoir chercher le client et .....dépenser de l'argent pour le trouver.
Le troc a un bel avenir.
Réponse de le 05/09/2013 à 13:20 :
Allons plus loin, on cherche à nous diriger vers un modèle à l'allemande : moins de consommation intérieure, tout vers l'exportation ! Le problème, c'est que quand toute l'Europe, voir le monde auront fait pareil, il n'y aura plus que des vendeurs ... sans clients !
a écrit le 04/09/2013 à 19:48 :
cet article devrait préciser que les avantages seraient pour les grosses boites. Quant à la hausse de la TVA beaucoup d'entreprises rognerons encore sur les marges dans ce contexte qui est pourri. Il y a aussi la hausse considérable du RSI et j'en passe.
a écrit le 04/09/2013 à 19:45 :
vous etes optimiste! ils cherchent pour commencer 3 milliards qui leur manquent et qu'ils veulent baser sur une taxe sur l'excedent brute d'exploitation! ca c'est de la baisse de la fiscalite... un pas en avant, deux en arriere, mais en douce ( et ca sera certainement mieux quand ils se rendront compte de l'effet ' benefique' sur l'investissement)
a écrit le 04/09/2013 à 19:45 :
Il est inutile d'alléger les charges patronales si de l'autre côté on pénalise la consommation en appliquant un ratio supérieur d'imposition sur les ménages. Aucune crédibilité...
Réponse de le 04/09/2013 à 20:38 :
Le calcul qui est fait vise a transférer des charges des entreprises vers les ménages : la baisse des charges patronales réduit le coût du travail, permettant aux entreprises d'être plus compétitives, de baisser les prix ou d'augmenter les marges necessaires pour se developper, investir...et de remporter des marchés supplémentaires. Certes la consommation nationale pourrait baisser si la baisse des prix ne compense pas la baisse du revenu après impôt, mais si les entreprises gagnaient des marchés a l'export, cela relancerait l'emploi, qui entraînerait a son tour la consommation. Voilà le calcul fait. Espérons que les effets positifs de la mesure (competitivité accrue) compenseront les effets négatifs (consommation)
Réponse de le 04/09/2013 à 21:54 :
Vu le ras-le-bol général, j'ai bien peur que tout ceci ne se finisse en révolte. Nos énarques, trop coupés des réalités concrètes du pays, sont largués....
Réponse de le 04/09/2013 à 23:15 :
@@ Eco
il n y aura pas de revolte ! les francais deviennent vieux, conservateurs du peu qu ils sont acquis ! ils ne veulent pas tout perdre dans les affres de la revolution. Revolution qui modifierait sans doute le monde politique, mais ne changerais sans doute rien a l economie et au probleme de la dette !
Réponse de le 05/09/2013 à 5:21 :
Merci de rappeler le pourquoi des choix faits que certains semblent avoir complètement oublié au bout d'un an.
a écrit le 04/09/2013 à 19:33 :
On nous bassine avec la fausse reprise feu de paille( surtout avec la crise syrienne), sauf que depuis 2007 le PIB est le même, la population a augmenté de 1.700 000 emplois, et donc le PIB par tête a baissé, oui baissé !

Qui le dit ça ? Arrêtons de voir les choses en rose, les choses vont mal dans ce pays, cessons de nous voiler la face. La consommation stagne voire baisse, alors que c'est le dernier moteur qui nous reste. Le chômage baisse ? Non, il augmente juste moins vite, la belle affaire !

Elle est où la reprise ? Faire + 0.5 % après - 0.2 % au t4 2012 puis t1 2013 n'a rien d'un exploit, on ne pouvait que remonter ...
Réponse de le 04/09/2013 à 21:56 :
Entièrement d'accord avec votre commentaire. Rien d'autre à ajouter !
Réponse de le 04/09/2013 à 23:40 :
@Chris : Que des critiques inutiles et rien à proposer. Tout le portrait de la France ... Rien ne va jamais. La situation s'améliore, mais c'est pas une bonne chose. Il faudrait qu'elle empire pour vous satisfaire ? Vous faites pitié. Les 10 dernières années de gouvernance UMP ont mis la France dans la misère. Le gouvernement Hollande réussi à stopper la chute et à relancer faiblement la croissance, à stabiliser le chômage avant de le diminuer, à lancer les economies qui vont permettre de réduire la dette. Mais non, toujours à se plaindre sans rien proposer...
Réponse de le 05/09/2013 à 0:54 :
@Mecatroid : je salue votre courage à défendre l'indéfendable, mais il faut ouvrir les yeux sur ce qu'il se passe. Je vous l'ai déjà, et je vous le redis ici, la population va se réapproprier le pouvoir et nous allons peut etre enfin nous retrouver dans une vraie démocratie.
Réponse de le 07/09/2013 à 0:35 :
"la population va se réapproprier le pouvoir" : Quelle population? Les retraités qui se battent pour que les siphonner les revenus des actifs afin de maintenir l'indexation de leurs retraites dans une économie en berne? Les guignols qui ont voté pour qu'on subventionne l'investissement dans l'immobilier tout en les libérant de taxes sur les PV induites? La population d'actif a repris le pouvoir, la populasse qui s'est octroyée des niches fiscales indues est en train de les perdre : POINT BARRE! Trouvez moi un seul jeune à 50h payée 35 et louant une cage à poule à plus de 500 euros qui payent plus d'impôt! Sous votre droite moisie, ils ont peut-être bénéficié de prime à la casse pour s'acheter des voitures neuves? De réductions fiscales pour employer une femme de ménage? De PTZ pour acheter les cages à poule vendue à plus de 150 000 euros? D'aide pour élever un enfant dans 20m²? Ils ont peut-être payé moins d'impôt quand ils finançaient le retour à l'emploi de leur conjoint? NON! Faites votre révolution en bois avant que la gauche n'explose la bulle immobilière : On fout le camp de ce pays livré en pâture aux rentiers dans la pierre! Si l'économie s'effondre, c'est en partie lié au fait que les investissements des générations précédentes ne sont pas tourné vers les entreprises : Ils ont voté pour qu'il soit plus rentable d'investir dans la pierre! L'autre partie, c'est lié au fait que bien des français consacre plus du tiers de leurs revenus à les engraisser : Avec des logements moins cher, il nous faudrait moins de temps pour mettre les billes de côté pour survivre au lancement d'une entreprise! Vous espérez quoi : Reproduire les bonnes vieilles méthodes de l'UMP en faisant croire aux travailleurs que les hausses d'impôts les concernent en priorité? La bonne vieille méthode utilisée pour les droits de succession : Les ouvriers lèguent 150 000 euros tous les 10 ans à chacun de leurs enfants, c'est pour leur bien! C'est pas pour que la jeunesse dorée des zones d'activité ne payent pas la moindre taxe avant de siphonner plus de 700 euros par mois à chacun de leurs enfants qui bossent pour avoir des bons métiers! Quelle horreur si un enfant feignant ne vit pas des rentes du capital amassé par un grand père courageux qui est né au bon endroit et au bon moment!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :