"Nous doutons de la volonté du gouvernement de favoriser l’émergence de jeunes entreprises innovantes"

 |   |  375  mots
Philippe Pouletty, le président d'honneur de France Biotech
Philippe Pouletty, le président d'honneur de France Biotech (Crédits : Reuters)
Alors que la commission Lauvergeon "Innovation 230" dévoile ses travaux, Philippe Pouletty, le directeur Général de Truffle Capital et président d’honneur de France Biotech dénonce dans un entretien accordé à La Tribune, l'attitude du gouvernement dans le dossier de la Jeune entreprise innovante. Alors que le gouvernement martèle que ce statut a retrouvé ses attraits d’antan, il estime que le travail n’a pas été fait.

La Tribune - Le gouvernement ne cesse de répéter que le statut de jeune entreprise innovante (JEI) est redevenu attrayant et efficace. Qu'en pensez-vous ?

Philippe Pouletty - Ce sont des sornettes ! Lors de la campagne présidentielle, François Hollande avait promis de rétablir ce statut qui avait été bridé pour des raisons budgétaires parle gouvernement de François Fillon en 2011. Il n'y a rien de plus insupportable que les promesses électorales qui ne sont pas tenues !

Mais le gouvernement n'a-t-il pas décidé de supprimer la dégressivité des cotisations sociales ?

C'est exact, mais l'essentiel n'a pas été fait. Le plafonnement des salaires et du nombre de salariés est maintenu dans le statut JEI. C'est pourtant LA mesure à prendre en urgence. Le but n'est pas de multiplier les toutes petites JEI, mais de faire grossir rapidement les JEI en ETI. Par ailleurs, l'intégration de la JEI au régime général des plus-values, des bons de souscription de parts de créateurs d'entreprise BSPCE à la « taxe 75% », du carried interest  [la part de la plus-value réalisée par un fonds d'investissements qui revient à ses dirigeants] au régime général des plus-values, nous font aussi sérieusement douter de la volonté du gouvernement de favoriser l'émergence de jeunes entreprises innovantes en France.

On peut imaginer que le coût de cette mesure reste trop élevé compte tenu de la situation des finances publiques.

Ces mesures ne coûteraient que 50 millions d'euros. Au regard des bénéfices que l'économie française pourrait en retirer, le jeu en vaut la chandelle.

Globalement, que vous inspire la politique du gouvernement en faveur des entreprises ?

Elle est totalement incohérente. D'un côté, il lance le crédit d'impôt pour la compétitivité, l'emploi et les filières industrielles, de l'autre, il bride le développement des entreprises innovantes par une fiscalité punitive. Les chefs d'entreprises en ont assez des décisions à l'emporte-pièce dont l'impact n'est absolument pas évalué. Il faudrait que l'Elysée et Matignon s'entoure enfin de personnalités ayant une véritable connaissance de l'économie de l'entreprise et de la dynamique de l'investissement. Sinon, appeler au patriotisme économique est un non-sens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2013 à 9:39 :
CE M R A RAISON IL FAUT AIDE SES JEUNES QUI INNOVENT, QUI INVENTENT, ET QUI SERONS LES ENTRePRISSE DE DEMAIN,,???
Réponse de le 13/10/2013 à 11:46 :

A QUOI SERVENT ENCORE LES POLITIQUES ?
a écrit le 12/10/2013 à 14:30 :

tous nos jeunes diplomés quittent le pays il y a des questions a méditer ;
a écrit le 12/10/2013 à 13:14 :
Philippe Pouletty est-il naïf voire stupide ? Il croit à ce que dit un candidat à une présidentielle! Il faudra éviter de lui confier ses intérêts. Cependant, sur le constat, il a raison : rien n'est fait pour la jeune société innovante ni d'ailleurs pour les autres. Jeunes vieilles, les entreprises ont la vocation que la matrice française leur laisse : se concentrer.
J'ai indiqué voilà quelques années que la totalité (hors les structures unipersonnelles) seraient réduites à environ 200 en France à horizon court de maintenant 17 ans. Nous y arrivons. Le calcul, il est aussi mondial, est des plus simples : les entreprises progressent de 5% l'an en chiffre sur des zones qui offrent 2%. La concentration est inévitable. Cela provoque bien entendu des tensions, fortes, parfois des hurlements... mais il s'agit de la matrice française qui est en oeuvre, celle que les français ont adoptée implicitement en votant comme ils l'ont fait ces dernières années pour des élus qui proposent un même programme en se regroupant dans un seul global-parti "républicain". Pourquoi alors s'en plaindre !?
a écrit le 12/10/2013 à 8:34 :
l' avenir de la France serait-il celui de DETROIT . ? on est les meilleurs ..on est les meilleurs LA FRANCE A ECRASE L ' AUSTRALIE au FOOT ...Nous avons un avenir ROMAIN ! ! ! !
a écrit le 11/10/2013 à 20:53 :
jai créé ma jeune entreprise innovante à l'étranger, désolé mais en France la fiscalité qui change tous les matins c'est trop le bordel.. Je reviendrai peut être en France avec une filiale d'ici là il reste du chemin à faire !
a écrit le 11/10/2013 à 15:12 :
Mais nous sommes gouvernés par des gens qui n'ont jamais vu une entreprise, qui n'ont jamais rien produit, qui n'ont jamais du rechercher des marchés et des clients, et qui ont toujours vu leurs fins de mois assurées par l'état, c'est à dire le contribuable.
a écrit le 11/10/2013 à 15:03 :
Ce gouvernement n'est capable que de faire de l'affichage sans même se poser la question de la pertinence des "théories" (s'il y en a) qui sous-tendent ses impulsions et de l'efficacité de ce qu'il fait semblant de faire !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :