Après la commission Lauvergeon, le think tank Lauvergeon !

 |   |  453  mots
Anne Lauvergeon à la tête de la commission Innovation 2030
Anne Lauvergeon à la tête de la commission Innovation 2030 (Crédits : DR)
Après avoir reçu le rapport Lauvergeon « Innovation 2030 », François Hollande, le président de la République a demandé à la commission dirigée par l’ancienne présidente d’Areva de poursuivre ses travaux. La commission doit devenir un lieu d’échanges pour tous afin de favoriser l’esprit d’innovation.

Si Anne Lauvergeon voulait reprendre sa « liberté », c'est raté. Vendredi, lors de la remise à l'Elysée du rapport de la commission « Innovation 2030 » qu'elle dirigeait depuis avril, l'ancienne présidente d'Areva s'est vu confier une nouvelle mission par François Hollande. Le président de la République lui a en effet demandé d'assurer le suivi de ces travaux et de piloter les sept concours internationaux sur les sept thématiques retenues comme étant des points forts potentiels de l'économie française en 2030 : le stockage de l'énergie, le recyclage des matières, l'exploitation des ressources marines, les protéines et la chimie verte, le big data, la médecine individualisée et la silver economie.

Concrètement, ces concours seront lancés en décembre. La commission se donne ensuite trois mois de réflexion pour sélectionner les entreprises porteuses de projets. Dotées d'un budget de 200.000 euros, les entreprises retenues auront un an pour prouver qu'elles travaillent sur la bonne voie. Si tel est le cas, les dispositifs publics de soutien financier à l'innovation, notamment Bpifrance Innovation, interviendront, le budget de 300 millions d'euros alloué par le Grand emprunt à la commission étant insuffisant pour lui permettre de jouer ce rôle.

Un lieu d'échanges

Mais la commission Lauvergeon ne se contentera pas de cette mission. Son rapport ayant été rendu au chef de l'Etat, elle restera active. « Je souhaite qu'elle devienne un lieu d'échanges pour favoriser l'esprit d'innovation en France. Tous les avis sont les bienvenus, que ce soient ceux des chefs d'entreprises, des économistes, des chercheurs, des partenaires sociaux », explique Anne Lauvergeon. En clair, la commission se transforme en think tank capable de porter des idées, de faire des recommandations pour que l'innovation technologique et d'usage ne soit pas bridée en France.

Equilibrer le principe de précaution

Une idée assez ambitieuse a déjà germé dans la tête des vingt membres de la commission : pour favoriser l'esprit d'innovation, Anne Lauvergeon souhaite porter sur les fonts baptismaux le principe d'innovation. « Ce principe équilibrerait le principe de précaution inscrit dans la constitution française. Il pourrait favoriser la culture de l'expérimentation, de la prise de risque contrôlée et raisonnée », avance-t-elle.

Relancer le dossier « gaz de schiste »

Alors que le Conseil constitutionnel a validé ce vendredi l'interdiction de la fracturation hydraulique pour extraire le gaz de schiste, le principe d'innovation, s'il était inscrit dans la constitution, permettrait-il de relancer les recherches scientifiques. « Si la fracturation hydraulique est jugée dangereuse et risquée, pourquoi interdire les travaux permettant d'exploiter ce gaz, dont on ne sait toujours pas avec certitude d'ailleurs, s'il y en a dans le sous-sol français », s'interroge Anne Lauvergeon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2013 à 9:55 :
Il prévoit 2030 notre roi des illusionnistes François le Xeme. Il compte les oeufs dans le cul de la poule car il nous ruine et il faudra 20 ans pour pouvoir revoir le jour.
a écrit le 14/10/2013 à 23:54 :
C'est une honte : on supprime des emplois dans l'Admistration et on fusionne des services à tout va, et dans le même temps les créations de commissions de ceux-ci et des comités de ceux-là n'arrêtent pas. L'accès des postes dans l'administration se faisant au mérite par concours, alors que l'accès dans ces commission/comités Theodule se fait au choix (de qui au fait ? ) le risque de népotisme est bien présent. En outre, à quoi sert le gouvernement si pour décider de la politique à mener, il faut constamment recourir à des entités spécifiques créées ex-nihilo. Tout cela sent la prébende, la République a ses
chanoines.
a écrit le 14/10/2013 à 10:51 :
L'idée est sympathique, mais je reste critique sur le choix des themes. Tout cela est discutable, il le faut d'ailleurs. mais dans le genre de domaines concernés, il me semble que l'energie devrait tenir une place prépondérante. Nous passons notre temps à en produire (ou pas), à en consommer, depuis notre lever le matin jusqu'au coucher du soir, en transports, chauffage, travail, etc. voire meme la nuit., car nous chauffons et les machines tournent. En face de ce constant, un malheureux thème "stockage de l'energie". Avant de la stocker, tout responsable ayant une culture scientifique devrait considérer qu'il y a lieu de la produire et de l'utiliser au mieux. cela s'applique à toutes ressource naturelle, mais particulièrement a l'energie. Un thème "gestion de l'energie" comprenant evidemment les sous-thèmes production, économie, stockage est essentiel, mais absent...
peut-etre du haut de la tour d'ivoire n'est-on pas sensible à la vie qui grouille plus bas, aux gens qui se debattent, aux entreprises qui peinent et aux nombreuses idées (et idioties, mais avec un peu de culture scientifique on est capable de faire la part des choses, non ?) qui circulent (voire sont en application par-ci par-la, mais discrètement surtout...) et qui permettent d'améliorer les rendements, d'économiser carburants et matériel, et de limiter la pollution atmosphérique.
Dommage de ne pas utiliser le vivier d'innovations qui dort tout en bas, au profit d'une oligarchie dirigeante incompétente ou aveugle...
a écrit le 13/10/2013 à 13:42 :
Stop aux commissions occultes !
Nous avons besoin de pragmatisme et de vérité !
a écrit le 13/10/2013 à 13:21 :
Anne Lauvergeon, plutôt un tank qu'un think tank. Enfin, un tank croisé avec une pelleteuse tellement elle a envie de forer.
a écrit le 13/10/2013 à 10:44 :
LES IDEES SONT BONNES ILS FAUT LES METTRE EN PRATIQUE ???
a écrit le 13/10/2013 à 3:59 :
Mme Lauvergeon est une drôle de compétence : Ses talents ne s'expriment jamais qu'aux frais de l'Etat. Ses amis socialiste devraient se demander pourquoi après 10 ans chez AREVA, jamais, jamais, aucun groupe privé ne lui a fait la moindre proposition ! C'est tout dire
a écrit le 13/10/2013 à 1:46 :
Quant on sait LE PACTOLE qu'elle a touché en partant d'AREVA ............ Et ça se dit de gauche !!!!!!!!!!!!
Réponse de le 13/10/2013 à 10:49 :
à gauche c'est les grandes familles ne vous trompez pas, ils envoient leurs rejetons dans les grandes écoles et la suite normale c'est obtenir un siège en politique et ça dure depuis des décennies.
a écrit le 12/10/2013 à 17:20 :
hollande place ses camarades,ci qui n/est pas acceptable avec des fonds publics !
a écrit le 12/10/2013 à 16:47 :
Encore un "think tank" crée pour y placer les copains. Il y en a combien de ces comité théodule en France? 10 000 ? 20 000 ? Combien de dixaine de milliards y sont engloutis ?

a écrit le 12/10/2013 à 16:37 :
Il reste le domaine des éoliennes qui dit on à de l'avenir !!!
a écrit le 12/10/2013 à 12:16 :
Mettre cette dame pour voir l avenir il faut être fort. Elle a échoué lamentablement a Areva. Elle a vu l EPR a 3 milliard finalement ce sera pas loin de 9 milliard elle a trouve Uramin a 2 milliard valeurs actuelle !!! Elle devrait être a pôle emploi
a écrit le 12/10/2013 à 8:46 :
Sur le papier l'idée est bonne mais je crains l'enlisement et la routine dans le temps.
Et pourquoi cette commision à l'heure où l'on s'interroge sur l'utilité du Conseil Economique
Social et Environnemental ?
a écrit le 12/10/2013 à 7:08 :
L "innovation " même validé par un brevet...n'est rentable principalement à terme...que s'il y a des investisseurs et un réseaux commerciale activable ...première entrave en France ,les investisseurs n'ont pas confiance et la pression fiscale est trop élevée ...sans compter les multiple entraves administratives...alors innover et rien rentabilisé c'est du pipo Made In France....
a écrit le 11/10/2013 à 22:52 :
et qui va encore payer la facture le contribuable bien sur ,Mr hollande n'a pas l'air de savoir que la france depense trop et qu'il faut baisser les depenses public et non augmenter les taxes et impots en tout genre!!!
a écrit le 11/10/2013 à 22:13 :
Je viens de lire le rapport, il manque (selon moi) "l'essentiel" pour que la France redevienne un pays d'innovation.

Créer un "lieu d'échanges", c'est parfait mais comment / ou faire remonter ses idées, suggestions ? Je ne vois aucun moyen de mise en contact.
a écrit le 11/10/2013 à 20:21 :
Areva fait 0 profits. L'EPR est hors de prix pour produire de l'électricité. Elle à acheté 2 milliards une mine qui en vaux 0 euro. La place de génie de se genre c'est au placard. Combien ça nous coûte ses commissions et think tank pour flatter son égo sur-dimentioné?
Réponse de le 12/10/2013 à 13:58 :
Oui a pôle emploi et pas derrière le guichet
a écrit le 11/10/2013 à 20:11 :
Pour créer un think-tank , il faut ce que vous n'avez pas...des IDEES.
Réponse de le 13/10/2013 à 19:37 :
et surtout des idées de m**de (c'est mieux !)
a écrit le 11/10/2013 à 19:38 :
Lauvergeon, femme à poigne qui n'est pas sexiste qui donne sa chance aux hommes méritant surtout quand ils sont jeunes.
a écrit le 11/10/2013 à 18:10 :
Mme Lauvergeon, veut réunir pour discuter tous ceux qui ont voté oui en 1995 . Que peut on espérer du final ........
a écrit le 11/10/2013 à 17:33 :
Mme Lauvergeon, ça rapporte gros d'appeler à voter Hollande ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :