La France, incapable de se réformer. Vraiment ?

La France est de plus en plus considérée à l'étranger comme "l'homme malade de l'Europe". On la juge, notamment en Allemagne, sclérosée en raison des manifestations et des syndicats. Et si c'était un peu plus compliqué que ça?
Les retraites ont été réformées quatre fois en France en vingt ans
Les retraites ont été réformées quatre fois en France en vingt ans (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)

 C'est un fait : l'image de la France à l'étranger se dégrade depuis plusieurs années et le « french bashing » n'est plus un exercice réservé aux éditorialistes de la presse britannique. L'Allemagne, notamment, a emboîté le pas, mais même la presse espagnole y va désormais de son lot de critiques. Désormais, la France est à présent considérée outre-Rhin comme « l'homme malade » de l'Europe, pour le reprendre le terme qui, en 2002, était attribué à l'Allemagne.

Il est cependant remarquable que ces critiques s'appuient souvent sur des clichés et des lieux communs qui ne sont pas sans rappeler ceux qui entouraient la Grèce en 2010 ou l'Italie en 2012. Des travers que n'évitent pas toujours les observateurs les plus avertis. Ainsi, Holger Schmieding, ancien du FMI et de Bank of America Merrill Lynch, aujourd'hui chef économiste de la Banque de Hambourg Berenberg n'y a pas échappé.

Auteur de l'étude Euro Plus Monitor 2013 pour le think tank Lisbon Council où est repris précisément l'idée de la « France, homme malade de l'Europe », l'économiste allemand a accordé une interview au site Euractiv où il déclare :

« le coût du travail en France est supérieur à la moyenne européenne, c'est un fait ; or les autres pays qui sont passés par là se sont adaptés, comme le Portugal. En France, c'est impossible, le moindre projet de réforme se termine par une manifestation ».

Autrement dit, la France a un coût du travail élevé et ceci s'explique par le blocage de la rue ou des syndicats. Des propos qu'il convient de passer au crible de la réalité.

Le coût du travail français est-il « supérieur » à la moyenne européenne ?

Cette question agite régulièrement le monde politique et économique français. Selon Eurostat, le coût horaire de la main d'œuvre en France dans l'industrie et les services marchands au deuxième trimestre était de 35,41 euros. C'est en effet supérieur à la moyenne de la zone euro qui se situe à 28,98 euros. Holger Schmieding a donc raison. Mais il faut pourtant relativiser ce chiffre.

D'abord, il existe des pays qui, comme la Belgique où la main d'œuvre horaire est « plus chère » que la France (41,27 euros) et qui, pour autant, ne sont pas des « hommes malades de l'Europe. » Par ailleurs, l'Allemagne, modèle absolu pour Holger Schmieding qui réclame un « Gerhard Schröder » pour la France, a également un coût horaire de la main d'œuvre (32,68 euros) « supérieur à celui de la moyenne européenne » pour reprendre les termes d'Holger Schmieding.

Mieux même : l'Allemagne accuse un coût de la main d'œuvre supérieur dans l'industrie manufacturière - qui fait la force de son modèle exportateur - supérieur à celui de la France (37,17 euros contre 37,07 euros). Autrement dit, l'argument seul du coût du travail pour expliquer la « maladie française » ne tient pas.

Les Français travaillent-ils moins et moins bien que les autres ?

Se posent bien sûr aussi les questions de productivité et de temps de travail. Le Français est plus cher, mais ce surcoût peut être moins douloureux si les salariés produisent plus de richesses. Or, la productivité de la main-d'œuvre française par heure travaillée (c'est-à-dire la richesse moyenne produite) s'élevait à 45,40 euros en 2011, d'après Eurostat.

Une performance qui se situe dans le haut du palmarès européen, puisque la moyenne des Vingt-Sept s'établit à 31,90 euros et celle de la zone euro à 37 euros. Du reste, sur ce plan, la France devance l'Allemagne (42,30 euros) ou encore la Suède (44,40 euros).

Cette forte productivité est à mettre en relation avec le temps de travail des Français. Certes, le nombre d'heures travaillées par an en France est de 1476 heures, ce qui est assez faible en Europe. Mais supérieur au chiffre allemand (1413 heures). Autrement dit, « l'homme malade de l'Europe » travaille plus et mieux que le « modèle germanique »… Là encore, la logique de Holger Schmieding en prend un coup.

Les réformes sont-elles impossibles en France ?

Pour Holger Schmieding, « le moindre projet de réforme est impossible, cela se termine par une manifestation. » Une explication du « mal français » qui semble un peu courte. Ainsi, sur les retraites, l'un des sujets de prédilection de Holger Schmieding, il est faux de dire que toute réforme est impossible. La France est même la championne des réformes - parce que, certes, aucune n'est définitive ou d'ampleur suffisante.

Avec Edouard Balladur en 1993, François Fillon en 2003, Eric Woerth en 2010 et Jean-Marc Ayrault en 2013, le pays a connu quatre grandes réformes en 20 ans. Et malgré des millions de personnes dans la rue elles ont toutes été menées à leur terme, quasiment sans concession. C'est particulièrement vrai pour celles de 2003 et 2010, tandis que elle de 2013 n'a guère mobilisé la rue. Celle de 2013 prévoit notamment un âge de départ à la retraite sans décote à 67 ans  en 2018, alors qu'en Allemagne, l'âge de départ à la retraite ne sera de 67 ans qu'en 2030 ! Alors, certes, il y a eu des manifestations, mais tout ne s'est pas « terminé » avec elles.

C'est avant tout la volonté politique qui manque

Sur la question du marché du travail, patronat et syndicats ont signé en 2008 et en 2013 des accords nationaux interprofessionnels (ANI) flexibilisant les règles en vigueur… Et ce quasiment sans manifestation, ni blocages syndicaux. Du reste, en France, si un gouvernement est décidé à imposer des réformes de cette matière, il peut, si patronat et syndicats ne parviennent pas à s'entendre, imposer une solution par la loi. Autrement dit, si la France ne se réforme pas, c'est moins en raison de « manifestations » que d'un manque de volonté politique.

Même dans la fonction publique, contrairement aux « légendes », les réformes sont envisageables, certes avec quelques cris, mais « ça passe ». On peut citer, dernièrement, la mise en place de l'autonomie des universités (gouvernement Fillon) ou la modification des rythmes scolaires (gouvernement Ayrault).

En revanche, il est exact que la grogne s'exprime quasi systématiquement lorsqu'un gouvernement tente de réformer ou de réglementer une corporation très précise. On songe aux transporteurs routiers ou aux taxis par exemple. Mais là, ce ne sont pas les salariés qui se mobilisent, davantage des « petits » chefs d'entreprise ou des indépendants.

La crainte des jeunes est, elle, bien réelle

Sur un point, toutefois, Holger Schmieding a totalement raison : il est très difficile en France d'envisager une mesure systémique d'insertion des jeunes sur le marché du Travail basée sur l'abaissement du salaire minimum ou une dérogation au droit du travail commun. Edouard Balladur, en 1994, avec son contrat d'insertion professionnelle (CIP) et Dominique de Villepin, en 2006, avec son contrat première embauche (CPE) l'ont appris à leurs dépens.

Les centaines de milliers de (jeunes) manifestants qui se sont mobilisés à ces deux reprises ont eu raison des projets. Pourquoi ? Les gouvernements de droite ont été traumatisés par le décès tragique - frappé à mort par la police - de Malik Oussekine, en 1986, en marge des manifestations contre le projet « Devaquet » sur la réforme des universités. Depuis, les gouvernements ont une peur panique de « la bavure » quand les jeunes sont dans la rue.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 55
à écrit le 14/12/2013 à 8:29
Signaler
réformer pour basculer dans le socialo-bolchévisme non merci

à écrit le 12/12/2013 à 13:55
Signaler
La France est malade de ses parlementaires, fonctionnaires, territoriaux, chu, sncf, ratp, edf, etc. et des syndicats à la solde des premiers et agents publics. Il est urgent que l'état revienne à des fonctions régaliennes... Ainsi va la France vers...

à écrit le 12/12/2013 à 9:20
Signaler
Ceux qui ne veulent pas se réformer sont les parlementaires de gauche et de droite, les fonctionnaires, territoriaux, CHU, SNCF, EDF, etc... avec leurs privilèges et avantages non justifiés et qui ruinent notre pays et envoient la France à vitesse gr...

à écrit le 12/12/2013 à 7:06
Signaler
Mauvais diagnostic... LE problème de la France, on le sait tous, c'est son record mondial de prélèvements obligatoires & de charges sociales. A mettre en rapport avec son record mondial de pessimisme (selon les sondages...) et son record mondial de c...

à écrit le 11/12/2013 à 21:21
Signaler
Sur les jeunes> D'un côté, on leur rabat les oreilles qu'il y a du chômage à n'en plus finir et de l'autre qu'ils ne partiront pas à la retraite avant 67 ans, quel fabuleux destin. En clair : ils se disent qu'ils n'auront jamais de retraite, en somme...

à écrit le 11/12/2013 à 20:40
Signaler
Entre les politiques, les syndicats, les lobbys, les diverses corporations, les enseignants, les fonctionnaires, la France restera incapable de se réformer.

à écrit le 11/12/2013 à 17:07
Signaler
la tribune aurait du inviter madelin ? ou un ultra libéral connu ....oin voit le piteux résultat de cette économie qui laisse la place à une grave crise économique....

le 11/12/2013 à 20:53
Signaler
monsieur Madelin disait récemment ,à qq chose près , que le patronat arrête ,d'un côté ,de reprocher au gouvernement de trop dépenser ,et de l'autre côté tendre la sébile.

à écrit le 11/12/2013 à 12:18
Signaler
quand la dette seras trop dure voire impossible a rembourser car meme les interets sont deja insuportables ,alors il faudrat bien couper dans touts ces budgets etp ce seras comme en grece tres dur !!

le 11/12/2013 à 14:52
Signaler
c est ce qu attende nos gouvernants.

à écrit le 11/12/2013 à 11:36
Signaler
Ce n'est pas la FRANCE qui a du mal à se réformer, mais nos bons à rien de politiques de gauche et de droite qui ne pensent qu'à leur intérêt perso

à écrit le 11/12/2013 à 11:30
Signaler
Cet article traduit parfaitement pourquoi la France a du mal à se réformer: faute du courage de regarder la réalité qui impose de remettre en question, on préfère les bonnes vieilles recettes idéologiques, parfaitement enseignées depuis leur plus jeu...

à écrit le 11/12/2013 à 11:19
Signaler
Trop de vieux en haut de l'échelle accordant le poids de leur électorat pour enfoncer cette dernière au fur et a mesure que les jeunes gravissent péniblement les marches. Il faudra attendre que l'échelle sociale soit complètement enfoncée pour que l'...

à écrit le 11/12/2013 à 10:45
Signaler
L article est interessant mais la fin est completement fausse. Le CPE de De Villepin est arrive comme un ovni juste pour montrer que De Villepin pouvait faire quelque chose et non pas etre un immobiliste comme chirac. Son enterrement a plus a voir av...

à écrit le 11/12/2013 à 10:09
Signaler
Votre article est assez complet sauf sur un point essentiel à mon sens: les dépenses sociales en France, de 12 points supérieures à ce qu'elles sont notamment en Allemagne (45%) contre 57% chez nous du PIB, ce n'est pas tenable, et encore faudrait-i...

le 11/12/2013 à 11:35
Signaler
J'imagine qu'Eurostat inclus le cout des charges dans le cout du travail, sinon ces statistiques comparatives n'auraient aucun sens.

à écrit le 11/12/2013 à 9:48
Signaler
La spécificité de la France, ce n'est pas l'incapacité à se réformer. C'est l'auto dénigrement systématique, l'auto flagellation et le pessimisme constant sur l'avenir de leurs compatriotes. La plus grande partie des commentaires ci-dessous le prouve...

le 11/12/2013 à 10:11
Signaler
Allez donc demander à votre plombier, votre électricien ou une personne âgée ayant besoin ou de jeunes ménages d'assistance , vous serez sans doute étonné de voir à quel point ils sont confiants sur l'avenir qu'ils promettent à ceux qui les aident co...

le 11/12/2013 à 10:35
Signaler
@revenchard .si on vs suit ,la droite ces 10 dernières années ,et particulièrement l'état umpiste ont été exemplaires sur les dépenses et la fiscalité !!

le 11/12/2013 à 12:06
Signaler
@revanchard. Votre réponse et votre pseudonyme confirment et amplifient mon commentaire. Pas de façon positive d'envisager l'avenir, pas de projet, uniquement de la rancœur. C'est désolant.

à écrit le 11/12/2013 à 9:31
Signaler
Il faudrait faire de vraies réformes en profondeur en France surtout quand on est le dos au mur comme actuellement mais pour cela il faut un consensus, le consensus existe sur le diagnostic mais pour les mesures à prendre personne ne veut être touche

à écrit le 11/12/2013 à 9:02
Signaler
La France est malade de ses parlementaires, fonctionnaires, territoriaux, chu, sncf,ratp,edf,etc. et des syndicats à la solde des premiers et agents publiques. Il est urgent que l'état reviennent à des fonctions régalienne... Ainsi va la France vers ...

le 11/12/2013 à 10:13
Signaler
Sans oublier l'orthographe !

le 12/12/2013 à 13:49
Signaler
surement un ancien élève de l'école publique

à écrit le 11/12/2013 à 8:50
Signaler
Bonjour , Reforme des retraite en 2013. Une reforme analogue aux précedentes qui ne servira a rien et qui conserve les 40 regimes spéciaux qui sont tous déficitaires. Oui il est nécessaire de passer en force sur ces sujets car sinon on y arrivera...

à écrit le 11/12/2013 à 8:26
Signaler
très bon article avec des chiffres vérifiables .se pose donc la question de la part de responsabilité des patrons dans les difficultés économiques que nous connaissons .créativité ,utilisation de la richesse crée ,exportation ,développement ,alors qu...

à écrit le 11/12/2013 à 8:08
Signaler
Cure d austerite de l etat et les politiques+suppression des syndycats+controle et sanction par la cour des comptes+sanctions lourdes pour la corruption = remede de cheval pour la France ...mais efficace

le 11/12/2013 à 9:57
Signaler
suppression des syndicats ,c'est raconter n'importe quoi car on ne peut que regretter que les salariés soient si peu syndiqués .

à écrit le 11/12/2013 à 8:04
Signaler
Pour l'U.E., se reformer c'est abandonner ses racines pour mieux se fondre dans le magma et disparaitre, si l'on prononce encore le mot "France" c'est que vous ne vous êtes pas encore réformé!

à écrit le 11/12/2013 à 7:56
Signaler
On ne se reforme pas sous la contrainte ou aux ordres de pays concurrents mais volontiers pour coopérer, ce qui n'est pas vraiment le visage que montre U.E!

à écrit le 10/12/2013 à 22:58
Signaler
A force de dénigrer leur pays les Français auront ce que mérite cette attitude imbécile. Le mépris du monde entier, alors que rien, rien, vraiment rien ne le justifie.....

le 11/12/2013 à 6:44
Signaler
le peuple veut d'un regime des dictateurs umpps

à écrit le 10/12/2013 à 21:35
Signaler
Je propose de décerner à cet article , le grand prix 2013 de l'Humour au ....4éme degré . Un quart d'heure après l'avoir lu, je me tiens encore les cotes . vraiment désopilant ! bravo Messieurs,

le 11/12/2013 à 6:57
Signaler
Quand la situation l'exigera, vous rirez moins de l'impact des réformes imposées par la troïka sur votre niveau de vie ...

à écrit le 10/12/2013 à 21:17
Signaler
Réforme des retraites en 2013? Quelle réforme à part la prolongation légère de la durée de cotisation.., on n'a pas touché aux privileges des fonctionnaires ni aux régimes spéciaux! Éducation nationale? Aucune réforme possible (y compris la réforme b...

le 11/12/2013 à 5:43
Signaler
Entièrement d'accord avec vous !!

le 11/12/2013 à 7:22
Signaler
Votre petit chéri, le corrompu préféré des rentiers, a agité ses petits bras et fait du vent comme la fausse réforme des régimes spéciaux qui coûte plus cher qu'avant ! Il a aussi laissé déraper les déficits avec sa relance foireuse de 2008 sans parl...

le 11/12/2013 à 10:46
Signaler
Les Français, 18 mois après le 12 mai 2012, aimeraient mieux à 46% avoir SARKO comme Président que le nul de l'Elysée à 27 % !!! ça ce sont les Français qui en fait ont les hommes politiques qui leur ressemble: pas courageux (pour les réformes) incom...

le 11/12/2013 à 17:05
Signaler
votre idole a doublé le déficit, et s'est montré vélléitaire ! il était agité et pas courageux , plutôt mégalomane ... on ne le regrette pas...

à écrit le 10/12/2013 à 20:32
Signaler
elles sont à relativiser; un exemple le nombre d'heures travaillées France/Allemagne, eurostats bidouille temps pleins et partiels, sachant que le niveau de vie Allemand est supérieur au niveau français, il y a plus de partiels/All. car moins de beso...

le 10/12/2013 à 21:46
Signaler
Il y a surtout moins d'enfants en allemagne et surtout moins de femmes avec enfants qui bossent ! le modèle allemand n'a rien de sensationnel ; certains sont bien lotis avec des jobs rémunérateurs, des jeunes cumulent des petits jobs mal payés ; on a...

à écrit le 10/12/2013 à 18:57
Signaler
Mais si, la France est capable de grandes réformes: ne sommes nous pas le seul pays qui ait établi la semaine de 35 heures ? N'avons nous pas, contre vents et marées, rétabli la retraite à 60 ans ? N'avons-nous pas réussi à être de loin les champions...

le 10/12/2013 à 23:58
Signaler
Non l'Allemagne avant nous avait réduit son temps de travail (je crois proche de 35 et même 32h) Vous répétez ce que vous entendez ou lisez sans vérifier!

le 11/12/2013 à 6:07
Signaler
Non et non la réduction du temps de travail en Allemagne a eu lieu mais elle n a pas été de cide d'en haut d'un seul coup, de manière technocratique et surtout pas au même salaire. L'auteur de l'article conteste l'argument du manque de competivite d...

le 11/12/2013 à 7:01
Signaler
Je téléphone à votre patron pour : primo l 'informer de votre pratique désastreuse du français, secundo lui suggérer de vous expliquer que la conjoncture ne permet pas de vous augmenter dans les 10 prochaines années, vu votre faible niveau de qualifi...

le 11/12/2013 à 8:37
Signaler
Votre incroyable agressivité masque l'absence total de substance de vos arguments. Vous avez un problème avec les faits. Quand a mon niveau de qualification et d'études pas de problèmes on compare quand vous voulez.

à écrit le 10/12/2013 à 18:45
Signaler
retenir que le coût horaire ne veut rien dire ,c'est un paramêtre certe. Il faut inclure tout ce qui touche a ce coût horaire ; taxes diverses ,impôts,obligations que n'ont pas les autres pays . Le contart de travail Français est une containte que n...

le 10/12/2013 à 19:42
Signaler
Evidemment que les calculs de coût du travail incluent les taxes etc. Vous sortez d'où ? Quant au contrat de travail, ça m'étonnerait qu'il y ait un seul pay en Europe qui n'en ait pas. Vous dîtes n'importe quoi...

à écrit le 10/12/2013 à 18:43
Signaler
Tres bon aticle. de mon point de vue 'image de la France a l'etranger est en train d'voluer et il n'est pas dit que le French bashing soitbientot une specialite dela pesse UK. Affaire a suivre, Tres bon article.

à écrit le 10/12/2013 à 18:37
Signaler
bonjour avec la gauche au pouvoir , ils est peut probable qu'il y est une vrais réforme.... LES INEGALITES, ( inégalités) sont toujours aussi flagrante entre priver et public , sur le temps de travail en nombre d'année, sur les heures travailler men...

le 10/12/2013 à 21:44
Signaler
avec la gauche au pouvoir, oui depuis 1an et demi après 15 ans de droite... soyez juste

le 11/12/2013 à 9:42
Signaler
@mémoire courte Vous avez oublié Pinpin et tout le bien qu'il nous a fait de 1997 à 2002!

à écrit le 10/12/2013 à 18:32
Signaler
On est dans cet article en train de nous expliquer que, comme d'habitude, les étrangers n'ont rien compris sur la France et que, comme toujours, la France a raison. Tous les peuples qui perdent pied font pareil : la politique de l'autruche. Il vaudra...

le 10/12/2013 à 19:10
Signaler
En attendant, l'auteur de l'article apporte des arguments concrets (réforme des retraites passée malgré les manifestations). Par contre vos exemples sont contreproductifs : le mariage pour tous est passé malgré tout. Pour ce qui est de l'économie, on...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.