Réponse à un publiciste allemand adepte du « french bashing »

 |   |  1641  mots
La presse allemande est très friande du french bashing
La presse allemande est très friande du "french bashing" (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Dans Die Welt, un article entend montrer l’incapacité historique des Français à la réforme. Une analyse bancale qui révèle surtout l’état d’esprit inquiétant qui règne en Allemagne.

La lecture de la presse allemande devient de plus en plus pénible pour un lecteur français qui serait déjà lassé par les lamentations quotidiennes qu'il doit subir dans la presse de son pays. Le French Bashing, que l'on croyait jadis apanage britannique, est devenu en effet un des fonds de commerce les plus employés par la presse (souvent conservatrice) outre-Rhin.

Critique intellectualisante

La différence est cependant de taille avec la tradition francophobe des tabloïds anglais. Il n'est pas question dans la presse allemande de « grenouilles. » La critique est plus évoluée, plus intellectualisante, mais en réalité bien plus odieuse. Pour preuve, on pourra consulter cet article paru jeudi 28 novembre dans Die Welt, le quotidien « sérieux » du groupe Axel Springer sous la signature de Berthold Seewald et titré « Cinq raisons pour l'incapacité de la France à se réformer. »

Incorrigibles Français !

Ces raisons ne tiennent pas à la situation actuelle du pays. L'article se veut plus profond. Il entend prouver que l'histoire française prouve et explique cette incapacité française à la réforme, dont, en filigrane, on comprend combien l'Allemagne est la référence. Depuis le Moyen-âge, le Français ne saurait donc se réformer. Il serait quasiment génétiquement incapable de cet exercice dont Berthold Seewald se garde bien, par ailleurs, d'expliquer la substance. On conçoit la conclusion que chacun doit tirer de ce type d'article : faire l'Europe avec les Français est une chimère et l'Allemagne doit évidemment s'éloigner de ce voisin incorrigible et dangereux.

Un argumentaire bancal

L'article est étonnant : il utilise les grands moments historiques où précisément la France a changé pour prouver qu'elle ne peut changer. Mais comment prouver l'échec des réformes de Sully et de Richelieu par la révolution française ? Il s'écoule entre la mort de Richelieu et la convocation des Etats généraux 157 longues années. Un échec au bout de 157 ans est-il un échec ? Le modèle économique allemand est-il certain de tenir 157 ans ? L'histoire allemande n'est-elle qu'un long fleuve tranquille fait de réformes paisibles ? Doit-on en tirer quelques conclusions ? Berthold Seewald ne s'arrête pas à de tels détails. Il lui faut cinq raisons et il les trouve. Les voici : le centralisme, l'absolutisme, la révolution, le mépris du capitalisme et, pour finir en beauté, « la surestimation de soi. »

Le centralisme

Berthold Seewald peine à montrer en quoi ce centralisme est une malédiction de l'histoire française. Il ne trouve qu'à indiquer qu'aux 15ème et 16ème siècles, « des territoires ont été gagnés, puis perdus. » En réalité, historiquement, plus la France a été centralisée, plus elle a été puissante. Mieux même, c'est souvent cette centralisation qui, en luttant contre les conservatismes locaux, a permis à la France d'évoluer. Du reste, d'autres Etats centralisés, comme le Royaume-Uni (qui a longtemps fait sentir avec vigueur aux Ecossais et aux Irlandais ce qu'était son centralisme), le Danemark, la Suède, sont aussi des pays de « réformes. »

De surcroît, l'auteur doit bien mal connaître la France, avec ses « barons locaux » et ses lois de décentralisation qui donnent aux collectivités locales le pouvoir de détermination du taux des impôts locaux et donc d'une grande partie de leurs recettes. Pouvoir qui manquent aux Länder allemands, contraints d'accepter la péréquation adoptée au niveau national. Sur ce point, l'Allemagne est plus centralisée que la France.

L'absolutisme

Nul ne peut contester que la France a un régime politique très personnel. Sans doute ceci est une entrave aujourd'hui aux réformes. Mais la France n'est pas intrinsèquement absolutiste et l'absolutisme n'a pas toujours bloqué les réformes.

Premier point : la France a connu une des périodes les plus prospères de son histoire entre 1871 et 1914, période où elle avait un des régimes parlementaires les plus instables du monde. Mais sans doute alors Berthold Seewald aurait alors écrit un article expliquant que les Français sont d'incorrigibles anarchistes…

Enfin, l'absolutisme en France a souvent permis la réforme face aux résistances des Grands, voire du peuple. C'est l'affaiblissement du pouvoir royal qui a conduit à la révolution. C'est l'affaiblissement du pouvoir présidentiel qui aujourd'hui est préoccupant.

Cela est si vrai que les rois de Prusse avaient fait de la France leur modèle pour s'imposer dans le fatras allemand de l'après-guerre de trente ans. Et que l'Allemagne fut longtemps le plus farouche partisan, en Europe de l'absolutisme. Entre 1815 et 1848, le roi de Prusse envoyait la troupe pour mater les libéraux, tandis que la France avait un régime représentatif « réformé. »

La révolution

On connaît l'argument : la France ne se réforme pas, elle fait la révolution. Mais c'est oublier que ces révolutions ont précisément permis d'organiser ensuite une série de réformes dans le calme, réformes que l'on peut croire pertinentes puisqu'elles ont été adoptées dans de nombreux pays européens, notamment en pays allemands. Si les trônes ont succombé aux révolutions, les réformes fiscales, sociales et économiques se sont faites sans passer par la violence révolutionnaire. Les révolutions qui, en France, ont disparu depuis 1871, n'ont pas fait le welfare state, l'impôt sur le revenu, ni même le régime démocratique français. C'est après coup, progressivement, par les élections ou la négociation, mais aussi par les influences venues de l'étranger, que la France a changé. C'est aussi oublier que l'Allemagne a connu ses révolutions en 1848 ou en 1919, qui ont été manquées, mais qui ont conduit, elles aussi, à des « réformes par le haut. » Il n'y a pas là de différences entre les deux rives du Rhin.

Le mépris du capitalisme

La France serait réticente au capitalisme par nature. C'est l'argument souvent entendu outre-Rhin d'une France « foncièrement socialiste. » Rien de plus faux historiquement là encore. Après l'Angleterre (et loin derrière elle, mais plus près que l'Allemagne), la France est un des berceaux du capitalisme et de l'industrie. La lecture de Balzac serait utile à Berthold Seewald pour lui rappeler comment ce capitalisme s'est répandu dans l'ensemble de la société française du début du 19ème siècle.

Certes, la France a développé une critique du capitalisme depuis cette même époque et elle a eu longtemps un puissant parti communiste. Mais l'Allemagne ? N'est-elle pas un berceau du socialisme ? Où sont nés Karl Marx et Friedrich Engels ? Au temps où la SPD était un parti anti-capitaliste, avant la première guerre mondiale, n'était-il pas le premier parti d'Allemagne ? Et en 1932, le parti communiste allemand était le troisième parti d'Allemagne et le premier à Berlin ? Pourquoi ceci n'empêcherait pas la réforme outre-Rhin, et ne le permettrait pas de ce côté-ci du fleuve ?

Du reste, l'Allemagne a aussi développé une pensée conservatrice contre le « chaos capitaliste » qui ont inspiré ses dirigeants : celle de Friedrich List d'abord au 19ème siècle, puis celle de l'Ecole de Fribourg (« l'ordolibéralisme »), qui sont de vraies critiques du capitalisme et réclament, pour en compenser les méfaits, l'intervention de l'Etat. En France, c'est cette même pensée du « capitalisme corrigé » qui a dominé depuis la guerre. Et si le rôle de l'Etat est plus important en France qu'en Allemagne, ce n'est pas par « socialisme », mais parce que l'Allemagne attribue à des secteurs quasi-associatifs, notamment religieux, un rôle social plus important qu'en France. Ces secteurs sont, jusqu'en 2017, protégés avec la bénédiction étatique par des bas salaires.

Là encore, l'argument ne tient pas. La France n'est pas historiquement davantage « socialiste », ni rétive au capitalisme, que l'Allemagne. Le seul parti anticapitaliste d'Allemagne de poids, Die Linke, a réalisé 8,6 % aux élections fédérales de 2013. Le Front de gauche a obtenu 6,91 % au premier tour des élections législatives de 2012 en France. En ajoutant le pourcent de voix de l'extrême-gauche, on peut constater que des deux côtés du Rhin, le poids du « socialisme » est comparable.

La surestimation de soi

Là encore, Berthold Seewald devrait davantage s'intéresser à la France. Il y serait à son aise : le French Bashing y est de bon ton et présent dans toutes les colonnes. Le manque d'estime et de confiance des Français en eux-mêmes est flagrant. C'est ce qui les distinguent le plus des Allemands qui ne cessent depuis quatre ans de faire la leçon à l'Europe entière.

Le mythe de la « grande nation » arrogante ne tient pas plus que celui du Uhlan allemand voulant faire sauter le pont d'Iéna en 1815 à cause de son nom rappelant une défaite prussienne…

Quant aux « élites parisiennes bornées » dénoncée par l'article en conclusion, elles jouent certes un rôle négatif. Mais pas davantage que, en Europe, les économistes allemands qui craignent l'inflation quand la déflation menace et qui réclame toujours plus de réformes à des pays qui, comme la Grèce, ont vu leur PIB reculer de 23 % en quatre ans.

Un inquiétant état d'esprit

Les arguments de cet article sont donc d'une grande faiblesse. Mais le fait que Die Welt, bateau amiral du groupe conservateur Axel Springer publie un tel article est révélateur d'un état d'esprit inquiétant outre-Rhin. Celui d'un mépris envers ses partenaires européens et d'une fermeture d'esprit qui fait du « modèle allemand » le seul applicable et bon. Si l'Europe doit échouer, elle échouera sans doute aussi en raison de ce type de parti des esprits comme ceux Berthold Seewald.

Lire (en allemand), l'article de Die Welt ici.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2013 à 13:54 :
Bravo Monsieur Godin. Ce pauvre Berthold Seewald est tombé dans le piège tendu aux esprits superficiels. Henri Bergson dans son "Essai sur le possible et le réel" le disait si bien :
“Comme ne pas voir que si l’évènement s’explique toujours, après coup, par tels ou tels des évènements antécédents, un évènement tout différent se serait aussi bien expliqué, dans les mêmes circonstances, par des antécédents autrement choisis – que dis-je ? – par les mêmes antécédents autrement découpés, autrement distribués, autrement aperçus enfin par l’attention prospective. D’avant en arrière se poursuit un remodelage constant du passé par le présent, et de la cause par l’effet ! ”

Patrick Chabannes
a écrit le 01/12/2013 à 12:01 :
Je viens de lire l article de Berthold Seewald. Sorry mais je ne vois pas de "french basching " dans son article. Il fait un rappel de faits historiques et incontestables et son analyse est absolument realiste. Entre une analyse basée sur des faits et le dénigrement de mauvais gout . Il y a un monde.
Ceci dit, entre temps moi je vous dis que les allemands et les politiques allemands se foutent pas mal de la politque interieure francaise. Ils se disent : " s´il ne veulent pas comprendre, laissez les continuer comme ca...
Quel etait l´endettement de la France à la fin du riegne de Louis XiV?? C est ecrit noir sur blanc dans l article de Seewald. ... Weiter So ...mais le reveil sera douloureux !
a écrit le 01/12/2013 à 11:41 :
m Sebastien. ces belles raclées au cours de l histoire comme vous le dites si bien, on ete possible le jour où les USA sont arrivés en force. en 1916 comme en 1944..
Si vous prenez le cas 1940 ou 1870 ou les USA n étaient pas là voyez qui a prix la belle raclée !
Votre patrioitsme est queque peu déplacé cher monsieur Sebastien.
Prenez vos livres d´histoire et comptez les fois depuis Louis XiV oú la Prusse (Allemagne) a déclaré la guerre à la France et combien de fois cela a été le contraire.
Vous serez tres surpris chez Monsieurtr Sebastia.
Réponse de le 11/04/2014 à 19:41 :
pour info, les USA entre en guerre en avril 17 et se retrouvent en première ligne au printemps 18...
a écrit le 30/11/2013 à 21:57 :
Merci M. Godin pour votre excellent article.
a écrit le 30/11/2013 à 19:44 :
La France et l'Allemagne n'existent pas l'une sans l'autre. Et l'Europe n'est rien sans les deux ensembles. C'est comme çà : la question de la relation ne se pose donc même pas.
 Je vote personnellement pour une fusion entre les deux pays :


a) ce sont déjà deux économies très imbriquées : chacun est le premier partenaire commercial de l'autre
b) le fédéralisme à l'allemande pourrait libérer les énergies en France en nous débarrassant de la caste intello parisienne, et du parisianisme en tant que force rétrograde,
c) on ne parle pas la même langue, mais ce n'est pas un problème : il y a des tas de pays où on parle deux, voire trois langues,
et, oh!, d) on a déjà la même monnaie !
a écrit le 30/11/2013 à 18:38 :
Les allemands ont malheureusement raison............................
a écrit le 30/11/2013 à 15:47 :
Certains sur ce forum proposent d'acheter Francais plutot qu'Allemand. Bon why not ? mais regardons un peu les faits. Les biens industriels c'est grosso modo 80% des échanges. Alors l'industrie Francaise combien de divisions? Poids de l'industrie dans la richesse nationale 10% en France (dernière en europe) contre 22% en Allemagne. En claire il faut plus de 2 industrie Francaise pour "faire" l'industrie Allemande. Nombre d'entreprises de taille intermediaire (faire de lance de l'industrie) 2000 chez nous vs 14 000 en Allemagne. Deficit des biens de la France dans la composante industrielle : en 2011 44 Mds d'Euros.
Réponse de le 30/11/2013 à 16:09 :
De plus, il faut avoir l'offre qui interesse les clients. Pas la peine d'essayer de vendre des charrues s'il y a des tracteurs sur le marché (pour le plaisir de la carricature ..)
Réponse de le 30/11/2013 à 17:15 :
déjà, on est pas obligé d'acheter une voiture allemande, les voitures françaises actuelles sont tout aussi belles et fiables que celles des teutons.
Réponse de le 30/11/2013 à 19:43 :
C'est que vous n'avez jamais roulé une allemande
a écrit le 30/11/2013 à 9:30 :
L'Allemagne dont la seule philisophie économique est d'organiser la paupérisation de leur peuple et de leur voisins pour toujours avoir des ouvriers-esclaves à moins de 6€/h. Le crack de 2008 ou ils sont venus pleurer pour renflouer leur principales banques attirées par l'argent facile des subprimes (l'allemagne était le plus gros contributeur européen à l'arnaque)...Alors les donneurs de leçons feraient mieux de balayer chez eux car en fait c'est leur cupidité leur visions économiques ultra-libérales destinée uniquement à l'enrichissement d'une poignée d'oligarque et les miettes dont les classes moyennes sont heureux de se contenter...et les pauvres n'existent plus ou sont considérés comme des handicapé sociaux.
Réponse de le 30/11/2013 à 19:59 :
La paupérisation elle est déjà en cours, en France nous sommes certes bien plus généreux mais pas avec l'argent que l'on gagne avec l'argent que nous empruntons. Combien de temps ça va durer?
Le modèle Allemand est plus dur mais pérenne (au niveau économique pas démographique).
C'est bien plus compliqué que votre caricature.
Réponse de le 01/12/2013 à 7:34 :
Vous le dites vous même : le modèle allemand n 'est pas pérenne. Dans 15 ans, deux tiers des retraités allemands toucheront une retraite misérable. Le dépeuplement et le vieillissement seront tels que la déflation à la japonaise sera une douceur par rapport à ce que vivront les allemands...bon de notre côté nous serons dans un piteux état aussi : à force de privilégier la rente et la fonction publique, nous connaîtrons de graves troubles sociaux et politiques ...
Réponse de le 03/12/2013 à 11:30 :
DACIA?
L afrique pour la france?
Hypocrite
a écrit le 30/11/2013 à 8:57 :
Il y a t-il plus de "French Bashing" aujourd'hui que hier ? Les français ont toujours râler ( voir César et la conquête des Gaules ), sont régulièrement descendus dans la rue contre le pouvoir ( voir le nombre de révolutions ), mais les français si ils aiment critiquer et s'autoflageller et penser que l'herbe est toujours plus verte ailleurs, n’apprécient pas que des étrangers le fassent à leurs places. Les français à l’étranger sont toujours prompte à défendre leur pays. Maintenant force est de constater que le Hollande bashing comme le Sarko bashing se confondent avec le French bashing et que les médias et les réseaux sociaux qui amplifient la perception du phénomène. Mais quand on voit de plus de plus de personnes s’époumoner à chanter la marseillaise pour un simple match de foot ou s'agit-il seulement d'un nationalisme primaire ou d'un contre coup au french bashing ?
a écrit le 30/11/2013 à 0:30 :
Monsieur,
Je tenais à vous féliciter pour votre article sur " la Tribune" .
Vous avez su démonter les arguments anti-français de ce journaliste allemand avec brio.
Le brio français, justement... Car si tout ces anglais et allemands ne nous aiment pas, c'est n'est certainement pas à cause de notre " modèle social" mais surtout parce qu'on leur a régulièrement mis de belles raclées tout au long de leur histoire.
Je ne vous reproche pas de ne pas l'avoir mentionné dans votre article car vous auriez alors été la cible de tous ces esprits chagrins qui aiment à fustiger la France et l'honneur de ses armes...
En tous les cas, BRAVO !!!
Réponse de le 30/11/2013 à 8:18 :
D'accord avec vous sur la pertinence de l'article mais pas tout à fait sur le fond de cette "haine" anti-française. Les victoire militaires (ou plus souvent défaites face à l'Angleterre) ne sont pas le moteur de ce french-bashing, je pense qu'il s'agit avant tout de jalousie vis-à-vis de notre mode de vie (culture, beauté et diversification des paysages, gastronomie...). Habitant en bord de mer en Bretagne, vous n'imaginez pas le nombre de résidences occupées par des vacanciers ou retraités britanniques ou allemands. Ceux-ci passent leur vie à nous descendre mais dès qu'ils en ont la possibilité, s'offrent une longère, un chalet dans les Alpes ou un appart sur la côte d'azur! Hormis pour des raisons fiscales, a-t-on jamais vu un français partir passer sa retraite en Angleterre?
Réponse de le 30/11/2013 à 19:47 :
"Belles raclées " vous faites allusion à celle de la deuxième guerre mondiale ?
a écrit le 30/11/2013 à 0:18 :
Allez Romaric, relisez votre papier , et soyez honnête, si le French Bashing est stupide, il est à l'aune de votre German bashing intarissable qui rend votre propos aussi bête que le discours qu'il critique!
Je me souviens du Sarkozy bashing qui préconisait le vote "normal" pour Hollande. Ceux qui l'on voulu, l'ont leur Hollande maintenant et Sarkozy n'est plus là alors on bash les allemands, les russes les américains, les autres en général, çà ne fait pas une politique, çà ne crée pas un seul emploi pour les chomeurs.
Réponse de le 30/11/2013 à 7:35 :
Tiens ! Un petit troll UMPiste qui essaie de magnifier le bilan désastreux de l'ex : explosion des déficits et de la dette, fausses réformes qui alourdissent le coût de l'état providence, atlantisme forcené, affairisme ... bref aussi nuisible que l'actuel !
Réponse de le 01/12/2013 à 20:52 :
Tiens un troll PS décidément la parole est surveillées: On ne magnifie rien du tout, on se moque du bashing qui tente lamentablement de discréditer tout avis different en glorifiant les médiocres faute d'arguments et de résultats. C'était vrai hier , c'est vrai aujourd'hui,
a écrit le 30/11/2013 à 0:13 :
Bravo pour cet article qui remet les pendules à l'heure. Les Allemands sont entrain de détruire l'Europe par leur égoïsme. Ils seront les dindons de la farce une fois que ses partenaire arrêtent d'acheter Allemand pour équilibrer leurs balances commerciales. Sans l'Europe ils n'ont aucun poids et seront à la merci des géants. Et pour avoir travaillé avec eux, ils ne sont pas du coup efficaces ! Ils bénéficient juste d'une notoriété qui n'a plus lieu d'être et des travailleurs turcs payés une misères. C'est une population vieillissante qui rêvent. Leur chute sera rude !
Réponse de le 30/11/2013 à 14:48 :
il faut arrêter de consommer allemand, nous sommes le premier client de l'Allemagne.
Réponse de le 03/12/2013 à 12:41 :
C'est pas vrai,
C'est la Chine pour les machines
a écrit le 29/11/2013 à 21:37 :
J'ai l'impression que le « french bashing » irrite de plus en plus de monde en France.
Réponse de le 29/11/2013 à 22:18 :
non, nous récoltons ce que nous méritons, pour travailler tous les jours avec eux, j'ai eu plus d'une fois honte de notre pays et de ses tares.
Réponse de le 29/11/2013 à 22:46 :
demandez la nationalité allemande alors, n'ayez pas honte.
Réponse de le 30/11/2013 à 7:38 :
Chez nous, on commence à en avoir marre des pleureuses et des chochottes ...
Réponse de le 30/11/2013 à 8:48 :
Tout va tellement bien qu'il ne faut pas se remettre en question....
George a raison.
Le coq est le seul animal qui chante les 2 pieds dans la m....
Pauvre France... Si seulement on était un peu moins forts avec la bouche mais meilleurs au niveau résultats.....
Réponse de le 30/11/2013 à 12:59 :
Tiens, en parlant de pleureuse...
Réponse de le 03/12/2013 à 11:32 :
Est-ceque le fautes de la mirror, si on voir un personne grosse dans la mirror?
a écrit le 29/11/2013 à 21:37 :
beaucoup de contre-vérités et s'il vous plaît ne comparer pas le SPD ou les Verts allemands avec le PS ou Europe Ecologie qui restent accrochés à une idéologie anti capitaliste dont on a toujours vu les néfastes effets ! mais de même que l'ENA n'existe pas dans ce pays de mêle les journalistes et les professeurs ne sont pas formatés dans le moule socialo-gaucho-libertaire comme en France !
a écrit le 29/11/2013 à 19:58 :
Votre article recourt à la facilité et à des arguments faux. Vous comparez le score de Die Linke au seul score du Front de gauche, oubliant le score du NPA et celui de Lutte ouvrière, sans oublier celui du FN, qui a adopté avec Marine Le Pen des positions totalement anticapitalistes, alors que le FN de Jean-Marie Le Pen était plutôt ultra-libéral (certains disent que la bascule s'est faite sous l'influence d'Alain Soral).
D'autre part, les Verts français (dont la plupart des responsables sont d'anciens trotskystes) et la gauche du PS (des gens comme Hamon & Montebourg) ne sont pas particulièrement amis de la libre entreprise...

Il y a bel et bien en France un anticapitalisme et un anti-américanisme endémiques. La France, de tous les pays développés, est celui qui penche le plus à gauche (record mondial de prélèvements obligatoire, nombre record également de fonctionnaires par rapport aux salariés du privé)...

La pénétration des idées de gauche est telle que la droite française, souvent, n’ose pas prendre les mesures qui s’imposeraient. C’est ainsi que l’UMP n’a pas osé revenir sur les 35 heures… A comparer avec ce qu’on peut appeler le PS allemand, le SPD, qui avait de lui-même pris des mesures incroyablement favorables aux entreprises, sous Gerhardt Schröder… En somme, l’UMP est bien + à gauche que la gauche allemande. Et l’UMP, bien sûr, est plus à gauche que la gauche anglaise (penser à Tony Blair…).
Réponse de le 30/11/2013 à 7:37 :
L'UMP n'est (même) pas à gauche. Elle est devenue un répère d'affairistes. Les patriotes la fuient !
Réponse de le 03/12/2013 à 12:42 :
Cher prospero55
Vous avait raison, malheureusement
a écrit le 29/11/2013 à 18:06 :
Personnellement, je remercie Mme Merkel et le peuple allemand pour la solidarité dont ils ont fait preuve envers la France pour chasser les mollah du Mali. Le summum de l'individualisme et la preuve malheureuse que l'Europe reste à faire. Je remercie les constructeurs auto allemands qui font le forcing à Bruxelles pour ne pas baisser les taux de CO2 rejetés dans l'atmosphère, la planète attendra. l'Allemagne vit pour elle, la France s'occupe peut être trop des autres. Il y aurait tant à faire pour que l'Europe, première économie du monde prenne sa place pour la prospérité de tous les européens. Mais l'individualisme est triomphant et nous ramènera 100 ans en arrière si aucun effort de convergence n'est réalisé. je n'en vois pas même les prémices et ça me désespère. Les générations qui ont œuvré pour créer l'Europe après la guerre disparaissent. C'est aux citoyens de prendre le relai des politiques totalement incapables de fédérer sur ce projet.
Réponse de le 29/11/2013 à 19:47 :
@ bozo ;
Mai 2014 ...les Français repréparent la guillotine . Les têtes à Bruxelles vont tombées .
Réponse de le 29/11/2013 à 19:48 :
@ bozo ;
Mai 2014 ...les Français repréparent la guillotine . Les têtes à Bruxelles vont tombées .
Réponse de le 30/11/2013 à 1:54 :
Vous êtes serieux de vouloir aux Allemands de ne pas avoir participé à l'aventure Malien du president ? Lui, qui a joué solo en allant au Mali sans se concerter sur cet action militaire avec ses partenaires européens. Et vous osez ! de vous plaindre que les autres n'y ont pas participé (pour rappel : ni les Italiens, ni les Espagnols, ni les Néerlandais, ni les Britanniques, ni ... en fait aucun pays européen hormis la France n'a participé en Mali).
Réponse de le 30/11/2013 à 13:14 :
c'est le Mali qui a demandé à la France d'intervenir, et de toute façon les allemands ne participent jamais à une intervention militaire si cela ne rapporte pas d'argent. Ils préfèrent faire des armes ou du gaz, c'est plus lucratif.
Réponse de le 30/11/2013 à 14:07 :
Renseignez-vous avant de dire des contreverités. L'Allemagne a envoyé le troisième plus grand contingent militaire en Afghanistan après les Americains et Britanniques. Et on sait très bien pourquoi la France a eu tellement envie d'aller au Mali ... c'est très probablement pas faux de penser que ce n'était pas par altruisme mais plutôt pour garder les vois ouverts à l'Uranium pour Areva dans la region ...
Réponse de le 30/11/2013 à 17:20 :
c'est bizarre, vous n'évoquez jamais le fait que l'Allemagne est le troisième plus gros exportateur d'armes au monde, l'un de leurs premiers clients est la Grèce, a qui ils ont vendus des sous-marins, chars et ensuite ils leurs demandent de faire des économies, c'est plutôt paradoxal mais très allemand comme démarche.
Réponse de le 30/11/2013 à 18:19 :
Je comprendrais vos plaintes en vue des vents d'armes allemands aux Grèce si ces mêmes Grecques auront été forcés de les acheter. Mais ce n'est pas le cas. La Grèce a été suffisament souverains pour ne pas acheter du materiel aux Allemands. Et ne commencez pas à dire que les Grecques les ont acheter après avoir recu des pot de vins. Cela a été toujours la decision de la Grèce de prendre les pots de vin. Il en faut bien un qui se laisse corrompre et il est au moins aussi coupable de celui qui essaie d'acheter l'autre. Il est en plus pas surprenant que les Grecques se sont jeter sur tout materiel de guerre qu'ils ont pu obtenir si on sait que la Grèce se sent defiée depuis des decennies par la Turquie - les deux pays liés par un sentiment de concurrence voire conflit ayant ses racines dans le passé. C'est un peu simpliste voire demagogique d'accuser les Allemands des meaux de la Grèce.
a écrit le 29/11/2013 à 17:25 :
Personnellement, je remercie Mme Merkel et le peuple allemand pour la solidarité dont ils ont fait preuve envers la France pour chasser les mollah du Mali. Le summum de l'individualisme et la preuve malheureuse que l'Europe reste à faire. Je remercie les constructeurs auto allemands qui font le forcing à Bruxelles pour ne pas baisser les taux de CO2 rejetés dans l'atmosphère, la planète attendra. l'Allemagne vit pour elle, la France s'occupe peut être trop des autres. Il y aurait tant à faire pour que l'Europe, première économie du monde prenne sa place pour la prospérité de tous les européens. Mais l'individualisme est triomphant et nous ramènera 100 ans en arrière si aucun effort de convergence n'est réalisé. je n'en vois pas même les prémices et ça me désespère. Les générations qui ont œuvré pour créer l'Europe après la guerre disparaissent. C'est aux citoyens de prendre le relai des politiques totalement incapables de fédérer sur ce projet.
a écrit le 29/11/2013 à 16:30 :
l'allemagne a raison de faire du french bashing, elle ne fait pas du neo colonialisme en afrique, et ne fait pas des guerres au moyen orient ni en asie ni en afrique...
Réponse de le 29/11/2013 à 19:42 :
Avec 70 millions de tués à son actif au siècle dernier, manquerait plus que notre grande voisine soit impérialiste...
Réponse de le 29/11/2013 à 21:01 :
Depuis une certaine Seconde Guerre Mondiale, la Constitution Allemande interdit l'envoi de soldats en arme au-delà de ses frontières.
Si apparemment l'Allemagne ne pratique pas le néo-colonialisme au niveau étatique, il serait intéressant de savoir ce que font en ce domaine les entreprises allemandes. Par aileurs, certains employeurs allemands savent utiliser au "meilleur coût" les travailleurs venus de l'Est européen.
Aucun état n'a le monoploe des vices ou des vertus!
Réponse de le 29/11/2013 à 22:45 :
c'est sûr ils n'envoient plus de soldats mais par contre pour la vente d'armes, ce sont des champions et sans oublier le gaz.... en Syrie
Réponse de le 30/11/2013 à 2:01 :
Arretez avec le 2e guerre mondiale. C'est fatiguant. Est-ce le seul argument pour rejeter tous qui est allemand ? Certes, c'est l'Allemagne à côté des Japonais et, oui, des Sovietiques (partage de la Pologne entre Stalin et Hitler !) est responsable des morts de cette guerre d'un peu plus de 5 ans. Mais quand vous aimez les chiffres : Comparons le nombre total des morts durant les dernier 9 siecles et dites nous qui a fait plus : La France ou l'Allemagne.
Réponse de le 30/11/2013 à 11:00 :
je ne parlais pas de la seconde guerre mondial, mais de l'hypocrisie à être un des plus gros exportateur d'armes au monde et ensuite de faire croire que la guerre c'est pas bien du fait de leur passé peu glorieux.
Réponse de le 30/11/2013 à 11:29 :
je ne parlais pas de la seconde guerre mondial, mais de l'hypocrisie à être un des plus gros exportateur d'armes au monde et ensuite de faire croire que la guerre c'est pas bien du fait de leur passé peu glorieux.
a écrit le 29/11/2013 à 15:48 :
de voir que la Tribune s'en prend directement à l'Allemagne dès le premier article franco-critique quand nos "amis" anglosaxons qui insultent la France en permance depuis 30 ans, qui ont inventé un terme raciste pour nous désigner "chease eating surrender monkey" (entré dans le dictionnaire oxford selon wikipedia) dans tous leur médias voire leur films ou plateaux télé (voir Jay leno) en sortant propagandes et mensonges, eux, ne méritent pas un article?

Au contraire ce qu'ils reçoivent en échange de leur haine envers la France (appelée complaisament "sens de humour anglais" par certains) c'est presque de l'admiration...

Etonnant ce deux poids deux mesures.
Réponse de le 29/11/2013 à 22:13 :
Ils visent où ca fait mal semble-t-il mais ils ont raison.
a écrit le 29/11/2013 à 14:30 :
Qu'on accorde de l'attention aux analyses d'un écrivain, d'un sociologue, d'un historien... Mais les bavardages d'un vulgaire publiciste. Pourquoi accorder la moindre importance à quelqu'un qui n'en a aucune ?
Réponse de le 29/11/2013 à 15:26 :
Ce n'est pas faux, notre élite à l'air brillante mais au regard des résultats il faut bien avouer que nous avons un problème de leadership.
Notre autre souci vient de notre culture latine, nous sommes bien trop fiers, toujours a chercher un coupable autre que nous mêmes pour assumer nos propres échecs. Il n'y a qu'à lire la file pour s'en rendre compte.
C'est la force des allemands, ils sont pragmatiques, si ils se trompent ils assument et corrigent jusqu'à réussir. Il ne perdent pas leur énergie à mettre en cause ce qu'ils ne peuvent pas changer (les autres, le contexte....) mais se concentrent sur ce qu'il peuvent changer (eux-mêmes) afin de réussir.
C'est d'autant plus frustrant que la France à un potentiel énorme. Quel gâchis dans mon beau pays. Une fois de plus nous allons réagir trop tard et non pas anticiper et nous en paierons le prix.
Et ce n'est pas faute d'avoir été prévenu par nos voisins....
Réponse de le 29/11/2013 à 19:43 :
Bah vous savez, dans trois générations il n'y a plus d'allemands, alors faut relativiser ...
Réponse de le 29/11/2013 à 21:03 :
La concentration... quel mot malheureux s'agissant de l'Allemagne!
a écrit le 29/11/2013 à 13:53 :
Je suis allemand et je suis critique de mon état . Actuellement les acteur allemandes dansant autour d'un veau d'or , le secteur des énergies renouvelables . C'est un jeu dangereux et tres bête… . MAIS

L'élite de la France est soulevé de la réalité , les diplômés de l'ENA flottent dans les hautes sphères sans contact avec la vie des gens ordinaires. Depuis generations.

L'Allemagne est ( toujours ) pas trop centralisé , nous avons beaucoup de petites entreprises , les entreprises moyennes . Les Bundesländer ont des politique tres different, quelleque funcitiant autres sont comme la France or Greece (Berlin ou NRW)

Où sont ces petites et moyen entreprises en France ?
Quelles sont les innovations de la France là-bas ?
Les intellectuels francais sont plus BoBos que ici , membere de un culte Foucault et d'autres socialistes fauteuil,gauche caviar ou P.D. similaires . Il n'y a que les grandes entreprises ,inflexibles . Paris détermin et les provinces souffrent.
Les Citoyant croyant aux État , méfiance à l'égard du marché , et incapable de se réformer .
Ce qui est venu de France à l'innovation au cours des dernières années , de nouvelles formes de protestation et la grève générale ?
Qui achète les produits français , à l'exception des articles de haute luxe pour les dictateurs et les oligarques russes?
Vraiment, je ne connais pas trop des produits, ni pour des prives ni pour des entreprises.

Un regard sur les Etats d'Europe centrale et orientale montre comment vous pouvez convertir et a besoin. J'ai beaucoup d'admiration pour les citoyens de la Pologne , les Lituaniens , les Estoniens , les Tchèques , les Hongrois , les Slovaques , les Lettons . Toutes ces petites nations ont utilisé les 20 dernières années et ont même reconstruit . Vous avez secoué le joug du communisme .

Et en France ?
rien
La grande nation est en greve

On parle peu des langues étrangères , s'enfonce dans certains discours socialistes des années 1970 , alors que les banlieues brûlent. Dans le même temps on rencontre une classe à l'écart , la vue de la culture méditerranéenne comme le moyen ultime de la vie . Le Arrogance de quellesque français est incroyable. si QC n'avez pas le savoir du règlement que le Subjunctiv on est un UNTERMENSCH ou soushuman . Oh cette type de francais ne sais pas utilisier anglais ou allemande. c'est pathétique , peut-être quelque savoir de Espangol apprandant par un voyage d'agréement et de solidarite en Cuba.

Si maintenant vient à nouveau la Argument de la Shoah . Oui, c'était un crime inhumainne et terrible, mais nous les allemande travaillons sur cette question et nous parlons de ca fortement. Mais Trinanon et Versailles 1918 et en 1919 ont jeté les bases de la seconde guerre mondiale, et aussi de guerre de Balkans . Il faut également mentionner- s'il vous plait- la Guilitoine , la terror des Jacobines et l'impérialisme de Napoléon. Copiee par des Dictatores en Scieccle XXie.
Réponse de le 29/11/2013 à 22:29 :
Grande Nation est un terme le plus souvent utilisé dans l'espace germanophone comme synonyme de la France d'aujourd'hui. En France, le terme est utilisé seulement dans le contexte de la période napoléonienne et non à la France d'aujourd'hui. Dans l'espace germanophone, Prusse notamment, la notion est utilisée à partir de 1840 (La crise du Rhin) jusqu’à 1945 dans le cadre de l'idée d'une haine franco-allemande et pour la lutte anti-française. Cependant, même après 1945, le terme est répandu dans son traitement anti-français dans une forme atténuée. (source Wikipédia)
On voit bien que les allemands n'ont guère évoluer depuis 1840.
Devrait-on employer le terme IIIeme Reich en France pour parler de l'Allemagne actuelle? Cela vous ferait-i plaisir, cher monsieur Deutscher???
Et si je comprends bien en vous lisant que c'est à cause du Traité de Versailles, que vous avez gazés 5 millions de juifs??? expliquez-moi le rapport svp. Merci d'éclairer le petit Franzoze que je suis...
Réponse de le 29/11/2013 à 23:59 :
+10000000. Ils devraient même pas avoir le droit de parler au moins pendant dix générations avec le sang qu'ils ont dans leur mains et être devenus l'exemple même du mot monstre. Il peuvent refaire exactement la même chose aujourd'hui. Il y a qu'à voir le cynisme avec le quel ils traitent les pays du sud sans lequels leur civilisation serait resté a l état du mangeur de viande crue. La seule chose qu'il les a sauver de l anéantissement après la guerre était l existence du bloc communiste qui a donner une raison d exister aux allemends. Et j en passe des dettes effacées l'argent donné pour le rachat de l'Allemagne de l'est, et tellement d'autres facilites pour aider ce qui était le grand malade de l'Europe. Et voilà le remerciement. ...ces gens la c'est vraiment l honte de l'humanité.
Réponse de le 30/11/2013 à 2:05 :
et vous faites honte à la France avec votre haine folle.
Réponse de le 30/11/2013 à 17:16 :
le premier commentaire de "ein Deutscher" est limite aussi au niveau de la haine.
Réponse de le 30/11/2013 à 18:24 :
mais justement : C'est en limite. Tandis que celui qui a repondu à 23:59 le 29/11 a clairement depassé cette limite de loins par accusant tous les Allemands - même ceux nés bien après la 2e guerre mondiale - d'avoir le sang sur leurs mains et d'être l'exemple du mot monstre (citation: "Ils devraient même pas avoir le droit de parler au moins pendant dix générations avec le sang qu'ils ont dans leur mains et être devenus l'exemple même du mot monstre.") egigeant même qu'ils n'auront même pas droit à parler.
Réponse de le 03/12/2013 à 11:37 :
France est bétonné centralisé et inflexible . Peut-être le pays a besoin de sorte que la pression de la voie de la réforme . Je n'ai pas de haine de la France , seul le discours retiré ses intellectuels - altermondialiste - je n'aime pas . Croyance tenace dans le keynésianisme et l'effet de guérison de mesures de Paris je me sens dangereux une fois que nous avons la même monnaie . Jeux Mitterants sandbox avec l'économie rapidement clos , aujourd'hui, vous pouvez traire la Bosch .


en regard de toutes les allusion sur le II guerre mondial
Une différence entre l'Allemagne et la France , c'est que nous reconnaissons nos crimes de guerre . En français , ce n'est pas le cas .
Prenez le film " Indigènes " , les vagues de viol par les troupes auxiliaires ne sont même pas fait allusion à . Ces méfaits ont été encouragés par des officiers français.

Faire face à l' impérialisme et le carnage de la Révolution est le même . En ce qui concerne les conditions d'une paix après la Première Guerre mondiale, il y avait Clemencau les Français , qui ont ouvert la voie à la Seconde Guerre mondiale . Grâce à une paix et frontières injuste considéré seulement montré le fond de la montée des forces radicales dans l'Allemagne de Weimar . Les deux Napoléon et Clemanceau trouver des noms de rues .
a écrit le 29/11/2013 à 13:03 :
je viens de lire l'article de "Welt". Interessant. Un point de vue. La vérité? certainement pas mais un point de vue de quelqu un qui écrit dans un monde démocratique. Il y a des points que j approuve. a) centralisme:oui. impensable pour un allemand qui a plusieurs capitales comme munich, stuttgart, berlin, cologne.. et pas seulement paris. b) absolutisme. Et oui le président est la prolongation du roi. Mais l actuel en france est faible donc je ne comprends pas le problème. Je crois que l'allemagne a plutot un absolutisme Merkel dont ils ne se sortent pas. c) revolution. et oui, ils gueulent en france et coupent vite les tetes. En allemagne ils sont un peu trop lents (Adolf a ete vire grace aux americains.. Merkel est toujours là..). Et ils ont toujours raison: il est très difficile de prouver à un allemand qu il a tort. Un francais? il sait qu il a tord mais essaie avec un sourire de prouver qu il n a pas tort. d) capitalisme. ce n est de toute facon pas bon comme cela a été prouvé (à nouveau) avec la crise financière. Je ne comprends pas pourquoi cele serait mauvais que les francais en doutent. e) peu de critique sur eux-même? et bien, vous avez tout en France: la mer, la montagne, le froid, le soleil, le vin, le pain, le fromage. Il fait bon vivre en France (śauf Paris). Pas vraiment besoin d aller plus loin (a part travailler si le chomagne devient trop important). élite francais qui oh oui est issue en partie du système des grandes écoles. Mais bon, l'élitisme existe partout, aussi en allemagne, mais pas forcement si évident comme en france car là ils sortent des mêmes écoles. Il faudra peut etre virer les "grandes ecoles" pour la paix entre nations europeennes .. ou bien tout simplement faire prendre conscience aux "grandes écoles" qu ils n ont pas un droit de rentier mais ont le devoir de servir leur nation et aider le prochain (faire un serment ""Jules Vernes" pour s engager à l'évolution de la technique et de la société dans son pays en France? comme le serment des médecin?).
a écrit le 29/11/2013 à 12:49 :
@l'Allemagne - C'est pas beau la jalousie
a écrit le 29/11/2013 à 12:45 :
C'est vrai que l'Allemagne est capable de faire des réformes de Bismarck à Merkel en passant par Hitler. Bref, désolé mais votre modèle germanico-teuton vous pouvez vous le carrez où je pense
a écrit le 29/11/2013 à 12:38 :
Il y a du vrai dans ces critiques, mais l'important est de les accepter et d'évoluer, même si l'Allemagne n'est pas en position de donner des leçons.!
Notre monarchie est figée depuis des décennies et il faudra beaucoup plus que des critiques pour la faire changer.
a écrit le 29/11/2013 à 11:55 :
Ouais, bon, ben y a des abrutis en Allemagne comme en France quoi. De toute façon, l'histoire en témoigne amplement : depuis deux siècles, nos destins et réussites sont liés : toute chute de l'Allemagne nuirait à la France, et une (trop) grave crise française aurait de sérieuses répercussions en Allemagne. Nous sommes contraints à l'amitié, que de toute façon je partage par goût avec notamment l'ensemble de l'Europe : une pensée spéciale au merveilleux peuple italien, en passant - sans que cela ne diminue en rien le mérite et le génie des autres !
a écrit le 29/11/2013 à 11:44 :
Les allemands ont de l’expérience pour commenter notre incapacité à nous réformer.
Pendant la guerre de 1870 ils ont gagné parce que notre élite militaire croyait encore au potentiel des charges massives de cavalerie et notre artillerie était moins performante et très mal utilisée (pas de batteries massives).
Pendant la guerre de 39-45, là encore notre élite militaire ne croyait pas au potentiel de l’aviation ni des régiments de chars. Notre armée n’était pas adaptée à la guerre moderne, elle ne s’était pas « réformée »…
Pourtant dans les 2 cas nous avions le potentiel humain, technologique et financier pour rivaliser avec les allemands….
Aujourd’hui la guerre est économique mais une fois encore le pays n’est pas prêt. Il s’agit avant tout de la faillite de notre élite, c’est sa responsabilité de comprendre le présent et le futur et d’adapter notre pays à la réalité.
Croyez bien que les allemands regrettent la situation actuelle de la France car nous sommes un très important partenaire commercial et un allié naturel dans la compétition mondiale. L’état de notre pays est loin d’être une bonne nouvelle pour eux.
On ne peut pas régler un problème que l’on nie.
Etre un bon français ce n’est pas affirmer que tout va bien alors qu’on va dans le mur. Il faut réagir et réagir vite nos voisins sont inquiets et ils ont raison.
Réponse de le 29/11/2013 à 12:02 :
C'est la guerre de 14-18 que l'état major français ne croyait pas aux chars et aux avions et que les généraux et officiers étaient encore à la doctrine de 1870 et c'est pourquoi il y a eu autant de mort.
Quoi que on puisse faire la France est toujours en retard d'une guerre
Réponse de le 29/11/2013 à 12:36 :
Je ne parle pas de la guerre de 14-18 car nous l'avons gagné dans la douleur (guerre atroce) plus grâce au courage et au sacrifice incroyable du peuple et de l'armée française qu'aux choix stratégiques de notre élite militaire.
Pendant la courte bataille de France en 40 notre doctrine militaire était clairement inadaptée et nous avons fait un très mauvais emploi de nos chars et de notre aviation. Pourtant nos chars rivalisaient en nombre et en performance et notre aviation était correcte (sauf pour les bombardiers).
Réponse de le 29/11/2013 à 13:08 :
"Pourtant dans les 2 cas nous avions le potentiel humain, technologique et financier pour rivaliser avec les allemands…."

Ah oui ?

Vous ne pensez donc pas que l'affrontement de 1940 entre la France (40 millions d'habitants) et le Gross Deutschland (80 millions) était légèrement déséquilibré.

Intéressant.

(et ne venez pas nous bassiner avec les troupes coloniales ou les Anglais, tous les deux en trop faible nombre pour compenser la différence au début du conflit).

En 1914 c'était pareil : même nombre de soldats (à peu près), sauf que les classes d'âge en Allemagne étaient plus nombreuses qu'en France => troupes de meilleure qualité, notamment dans les réserves. Cf le livre du général Bach sur les fusillés de 1914, qui explique ce point.
Réponse de le 29/11/2013 à 13:33 :
La population allemande en 1939 est plus proche de 65 millions contre 40 millions en France.
Les armées françaises, britanniques, belges et néerlandaises réunies forment un ensemble de quelque 149 divisions soit environ 2 900 000 hommes. La Wehrmacht comporte 137 divisions soit 2 750 000 hommes.
La France dispose de plus de 10 000 canons, 2300 chars et 1 400 avions, les allemands disposent de 7 000 canons, 2500 chars et plus de 4 000 avions.
Le fait que nous manquions d'avions est déjà en soi un erreur stratégique mais nous nous sommes battus sur notre terrain. Nous aurions clairement pu faire mieux.
En se basant sur votre raisonnement nous n'aurions pas du gagner en 1918.
a écrit le 29/11/2013 à 11:39 :
@bartg : la france est une monarchie avec tous les ingrédients (cour, noblesse ....) pourquoi changer ?
Les critiques allemandes et autres sont légitimes, nous sommes mal placés pour donner des leçons aux autres surtout en ce moment.
L'europe et l'euro : il faut assumer ou revenir au franc
a écrit le 29/11/2013 à 11:35 :
Et pourtant ... est ce que les allemands ne seraient pas plus capables que nous de voir ce qui se passe en France ? Ceci dans la mesure où les intellectuels et média français se montrent dans leur globalité incapables de se montrer lucides vis à vis d'un modèle qu'ils ont contribué à construire. Pour moi qui travaille dans un environnement international, cotoyant au quotidien des européens, cela m'apporte un regard extérieur sur notre situation, et je trouve à ce titre que les arguments décriés dans l'article sont pertinents, au delà des approximations historiques. Par ailleurs nous critiquons une sois-disant carricature alors que nous construisons nous mêmes une carricature des allemands, voir les émissions de télé sur le travail en allemagne, complètement à charge et à coté de la plaque ...
a écrit le 29/11/2013 à 11:29 :
Et pourtant ... est ce que les allemands ne seraient pas plus capables que nous de voir ce qui se passe en France ? Ceci dans la mesure où les intellectuels et média français se montrent dans leur globalité incapables de se montrer lucides vis à vis d'un modèle qu'ils ont contribué à construire. Pour moi qui travaille dans un environnement international, cotoyant au quotidien des européens, cela m'apporte un regard extérieur sur notre situation, et je trouve à ce titre que les arguments décriés dans l'article sont pertinents, au delà des approximations historiques. Par ailleurs nous critiquons une sois-disant carricature alors que nous construisons nous mêmes une carricature des allemands, voir les émissions de télé sur le travail en allemagne, complètement à charge et à coté de la plaque ...
a écrit le 29/11/2013 à 11:26 :
On pourrait gloser à l'infini, cependant la meilleure façon de faire taire de French Bashing serait de mener les véritables réformes qui redresseraient la France, et de le faire sans arrogance et avec efficacité. Pourquoi sans arrogance : Parce qu'on se souvient hélàs de l'arrogance avec laquelle Mme Aubry expliquait au monde comment les 35h allaient faire disparaître le chômage en France... et avec quelle efficacité il a creusé le déficit sans créer d'emplois : exemple de ce qu'il ne faut pas faire ni en terme d'économie, ni en termes de glorification de l'image de la France.
Pour la France les remèdes sont connus : Casser le "mille feuille" administratif, réduire les subdivision administratives (par exemple à 4 grandes régions plus outre mer), casser les 35h, diviser les nombre de députés par 3, supprimer le Sénat, réécrire le code du travail sur 100 pages, rendre les retraites auto-suffisantes et aligner le public sur le privé, annuler le Smic, casser les monopoles et privilèges en tous genres (pharmaciens, taxis, journalistes, intermitents, ...), interdire les déficits par des mécanismes de remboursement en fonction de l'argent qu' il reste (santé, retraite), baisser la TVA, augmenter les droits de douane pour tout ce qui ne vient pas de la CEE, annuler la CMU.... et là , le monde serait admiratif des efforts de la France et tout le monde se tairait. Et là la France redécollerait et le chômage disparaitrait. Et là nos enfants ne seraient pas réduits à être les esclaves des chinois pour rembourser nos dettes passées ou à s'exiler vers une Allemagne qui aurait pris le large depuis longtemps.
Réponse de le 29/11/2013 à 11:50 :
fosco au pouvoir ! Patron, remettez moi un petit noir ....
Réponse de le 29/11/2013 à 12:31 :
@fosco : bravo + 10000
c'est exactement ce que je pense depuis bien longtemps..!
Réponse de le 29/11/2013 à 22:25 :
@fosco .

vos solutions ... trop complexe .
J'ai plus simple et plus égalitaire . La France c'est environ 2 millions de barril par jours importés à 99 % . Suffit de couper le robinet et on laisse les Français se réogarniser sur ... 1 ou 2 ans gnaak !
a écrit le 29/11/2013 à 11:18 :
Comparons donc l'Allemagne à la FRANCE....
L'Allemagne a inventé le Nazisme et la SHOA
La FRANCE a inventé les "droits de l homme"....
Qui peut donner une leçon à l'autre ?
Ecrire cet article sur nos histoire comparée en "omettant" 1939/1945 et Hitler.....il fallait oser. Ce "Barthold" inconnu parmi d autre a osé....C'est à cela qu on les reconnait disait Audiard.
Réponse de le 29/11/2013 à 12:45 :
si vous refaite l'histoire on peut aussi parler de la Saint Barthélémy et aussi des 40 ans de guerre Napoléonienne. Dans ce domaine ,la France est pas male placée ! Quant à la France qui a inventé les Droits de L'Homme , c'est malheureusement tout ce qu'elle a à offrir et heureusement que d'autres les ont inventés il y a 200 ans car depuis c'est creux !
a écrit le 29/11/2013 à 10:49 :
Il serait temps de regarder comment les autres pays nous voient, et pas seulement l'Allemagne....
a écrit le 29/11/2013 à 10:42 :
C'est quoi "le modèle allemand", battre le record de la situation démographique la plus catastrophique au monde, ? Berthold Seewald nous propose de suivre son modèle, le monde entier le lui bien laisse volontiers.
a écrit le 29/11/2013 à 10:33 :
Un article tres meprisant de la part d’un journal allemand mais tout a fait revelateur de la pensee en general de ce pays . Malheureusement le fond est tout a fait exact, la France est belle et bien aux abois incapable de se reformer, arrogante et un frein pour l’Europe .Notre pays vit des acquits du passe et ne comprends de l‘Allemagne .
a écrit le 29/11/2013 à 10:14 :
Cette polémique est superflue. Il est normal que les Allemands aient peur de devoir un jour payer pour la France, vu l'état de ses finances et l’esprit de son gouvernement. Et on peut attendre de la France, qui se croit toujours exemplaire, qu'elle se fâche de voir qu'on lui trouve des défauts. Mais elle a tort, cette bonne vieille France : il est rare qu'il n'y ait pas quelque chose à retenir d’une critique. Le détecter est plus utile que de contredire le reste. Les jugements du Welt, tels que transcrits par M. Godin, sont peut-être à l'emporte-pièce, mais tout n'y est pas faux. Je suis content d'être français pour le climat, certes. Mais je ne détesterais pas, aujourd'hui, d'être allemand pour leur développement économique, leur adaptation au monde actuel (alors que nous en sommes encore au colbertisme mercantiliste d'il y a plus de trois siècles!), leur fiscalité (tout commentaire est inutile), leur sagesse (ni bombe atomique, ni guéguerres, ni politique étrangère chimérique). J'aimerais bien aussi leur type de démocratie, largement préférable à notre royauté constitutionnelle en CDD. Au lieu d'exciter les lecteurs à l’hostilité qu'on voit dans certains commentaires, on aurait mieux fait, pourquoi pas? d'ignorer l'article en cause.
Réponse de le 29/11/2013 à 10:39 :
Cet article est très juste dans son analyse. Vous êtes l exemple type du dénigrement de ce qui est français. Il est évident que les défauts ne manquent pas chez nous. Mais connaissant bien les Allemands je peux vous dire que leur seul objectif est la domination de l Europe. Non dans la construction et la coopération mais pour leur seul intérêt.
a écrit le 29/11/2013 à 9:58 :
En parcourant des sondages gallup, au sujet de la supériorité culturelle, j'ai été intéressé par celui où l'on demande aux habitants des chaque pays s'il considère que sa culture est un modèle et supérieure aux autres. Dans les réponses, ce ne sont ni la France, ni l'Angleterre, (pourtant réputés pour leur supposée arrogance) qui ne sont que moins de 30% pour cent à le considérer, mais bien l'Allemagne, et de loin, à plus de 60%, qui considère que sa culture est supérieure aux autres. Édifiant.
Réponse de le 29/11/2013 à 11:00 :
vos lien svp?
a écrit le 29/11/2013 à 9:53 :
Dans le cochon tout est bon et ce doit-être pareil pour l'Allemagne tellement gratifié par les journalistes et les politiques que je me demande pourquoi ils ne font pas leurs valises pour ce merveilleux pays.
a écrit le 29/11/2013 à 9:51 :
Les allemands fabriquent de la merde (VW AUDI LIDL ALDI) fabriquée à l'est par leurs esclaves de l'est ...
a écrit le 29/11/2013 à 9:50 :
N'achetons plus de voitures allemandes et sutout pas la presse Axel Springer (Auto-Plus ) dont la mission (presque réussie) est de faire du french-bashing-auto et la promo du groupe VW.
Qu'ils vendent leur caisse aux Tchèque Slovaque qui les fabriquent pour 400 Euro/mois.
Réponse de le 03/12/2013 à 11:20 :
Et Dacia?
Scheinheillig...
Hyphocrite
a écrit le 29/11/2013 à 9:49 :
L'article évite soigneusement "l'épisode" des années 30 à 45. On voit là clairement comment l'Allemagne entend donner l'exemple à ses voisin plus ou moins proches. Quand on a provoqué et mis en oeuvre les deux seules guerres mondiales et les plus grandes tueries que la terre ait jamais connues, on se doit d'être un peu plus modeste. En particulier sur la capacité à se réformer "en douceur".
a écrit le 29/11/2013 à 9:41 :
le modèle économique de l Allemagne est brillant Mais a quelle prix !!!!!!!!!!!!
Comme la chine elle ne privilegie que sa demande extérieure avec pour conséquences un Taux de pauvreté et des salaires indignent d une grande nation industrialisée.
Un aveuglement quasi suicidaire pour l Europe a refuser l inflation pour je ne sais quelle traumatisme datant de la grande crise de 29 privant ainsi la BCE de la possibilité de jouer le rôle de stimulation de l économie que jouent toutes les banques centrales a travers le monde en cette période de crise économique
De même alors qu elle est est bénéficiaire refus dogmatique de stimuler la demande intérieure alors même que les allemands ont consenti à beaucoup d efforts privant ainsi les entreprises européennes de parts de marche salutaires en ces temps de marasme économique !!!!!!!
Politique de l euro fort qui handicape les autres nations européennes peu importe avec ses salaires bas et ses PME performantes elle exporte de toute façon mais pour combien de temps encore !!!!!
L Allemagne un modèle ......alors oui mais un modèle d égoïsme et de non solidarité avec les autres pays européens certainement pas un modèle a copier néfaste pour elle et ces citoyens a moyens et long terme qui c est fait rappeler à l ordre par Bruxelles pour ses excédents !!!!!!
L Allemagne est malheureusement aujourd'hui hui le cancer de l Europe on pourrait espérer mieux de cette nation qui a su réussir sa réunification ce qui je le concède n était pas facile !!!!
Mais aujourd'hui que propose t elle a l Europe si ce n est l austérité l austérité et encore l austérité !!!!!!
Mais il est vrai que le rêve secret de ses dirigeants est peut être de remplacer un jour ses habitants par des robots qui travailleraient pour rien cela ne changerait rien a ce pays vu de l intérieur vu son modèle économique !!!!!! Alors les européens ........
Très peu pour moi merci !!!!!!!!!!!
La plus grosse erreur des français est de rabâcher depuis plus de 15 ans qu il faut a l instar des PME allemandes grandir afin d être mieux armées pour conquérir de nouvelles parts de marche à l heure de la mondialisation qu a t on fait depuis !!!!! Rien ou presque ......
a écrit le 29/11/2013 à 9:20 :
J'ai vécu aux Etats-Unis dans les années 90 et je peux vous assurez que le French Bashing n'est pas "apanage britannique" comme vous l'écrivez. Pas un jour sans que j'entende ou lise des horreurs et des bêtises sur la France et surtout sur les Français. En fait de "French bashing", il s'agit plutôt de crétinerie teintée de racisme. Pénible et stupide.
Réponse de le 29/11/2013 à 10:40 :
Dans cet ordre d'idée , il me revient un souvenir : un chauffeur de taxi newyorkais à qui je parlais en français m'a répondu :" speak white please".
a écrit le 29/11/2013 à 9:10 :
Pourquoi dire si l'Europe doit échouer?. Elle a déjà échoué (la preuve en est l'attitude de l'Ukraine qui ne peut s'expliquer que par les seules pressions russes et celles de bien d'autres pays, jusque là, candidats à l'adhésion) et, il est vrai que les allemands qui nous ont fait des risettes pour mieux nous faire financer leur réunification et nous inonder de leurs produits, certes de qualité, n'y sont pas pour rien. Reste maintenant à tirer toutes les conséquences....
a écrit le 29/11/2013 à 8:59 :
et si déjà, on arrêtait le "French Bashing" .... en France !
a écrit le 29/11/2013 à 8:36 :
Il suffit de parcourir les 2 rives du Rhin pour voir la différnece entre les 2 pays. Ainsi l'axe autoroutier nord-sud n'est toujours pas achevé en Alsace alors qu'en Pays de Bade il est sur une bonne partie à 3 voies.... Et ainsi de suite ! De toutes façons le RU va quitter l'UE suivi sans doute de la RFA et d'autres pays satelittes. La France pourra cohabiter avec la Roumanie et la Bulgarie.
Réponse de le 29/11/2013 à 9:24 :
Vous pourriez suivre et quittez la France ça ferait un esprit négatif en moins
Réponse de le 29/11/2013 à 15:23 :
Mais que va devenir la RDA !?
Sinon, en dehors de l"autoroute, avez-vous d'autres éléments pour enrichir votre analyse ?
Réponse de le 29/11/2013 à 23:14 :
vous devez pas beaucoup parcourir les pays du Bade alors.
Il suffit de prendre l'autoroute Karlsruhe - Stuttgart qui est en travaux depuis 10 ans pour s'en rendre compte.
a écrit le 29/11/2013 à 8:18 :
Bonjour monsieur, un publiciste, c'est un spécialiste du droit public.

Merci
a écrit le 29/11/2013 à 7:58 :
N'achetons plus allemand. Montrons l'exemple aux autres peuples. Fini Fa douche, senseo, le chat, nivea, adidas, intersnacks, henkel, ... etc. Il existe de meilleurs produits français.
Réponse de le 29/11/2013 à 8:46 :
Pour la lessive ou les cosmétiques on peut achter les bons produits "français" P&G ainsi que Colgate-Palmolive ?
Réponse de le 29/11/2013 à 9:48 :
Merci Yvan, mais il y a t-il d'autres marques allemande à éviter ?
Réponse de le 29/11/2013 à 10:58 :
Renault, Peugeot, l'Oréal par exemple. Toutes ces marques utilisent des composants allemands, elles sont a boycottés de toute urgences.
a écrit le 29/11/2013 à 7:55 :
Le monde pense la meme chose...meme certains francais...... mais la France a raison contre le monde et donc ne bougera pas.... bien sur pour son bien ou pour ceux qui ont le plus d avantages en France Politiques, administration, regime speciaux....entourés par les banques...Pourquoi changer un systeme qui rapporte...au detriment des autres
Réponse de le 29/11/2013 à 9:25 :
Vous êtes payé par qui pour dénigre votre pays comme cela ? L'Allemagne ou le royaume "uni"
a écrit le 29/11/2013 à 7:53 :
qui a payé la réunification de ces enfoirés? c'est pas l'Europe des fois!
Réponse de le 29/11/2013 à 8:53 :
Et alors si on st assez con pour ça ? Et la PAC qui la finance ? Et l'Euro qui le sauve ... C'est quoi ces arguments débiles, nous sommes des mauvais tout simplement, si on avait écouté De Gaulle il n'y aurait pas eu les Ardennes, de grace pas d'excuses nos learders débiles à en pleurer sont les mêmes depuis toujours, ce n'est pas la France qui va mal depuis toujours c'est sont élites d'une incompétences génétiques. A part refaire le monde et très bien bouffer on fait quoi au juste ? Ok c'est vraiment cool mais pas 7/7 24/24 !!!
Réponse de le 29/11/2013 à 9:23 :
Merci de ne pas insulter les Allemands.
Réponse de le 29/11/2013 à 22:43 :
c'est pas une insulte, c'est une réalité, de même que la reconstruction de l'Allemagne suite à la 2ème guerre mondiale, il y en a qui ont la mémoire courte.
a écrit le 29/11/2013 à 7:46 :
Curieusement cet avis semble être partagé dans de nombreux pays, de la Suède aux USA ou Canada en passant par la Chine.. Il est vrai que le Venezuela et l"Argentine soutiennent à 100% La France socialiste. Dis moi qui sont tes amis je te dirai qui tu es
a écrit le 29/11/2013 à 7:24 :
pauvre allemagne ; un pays en plein déclin avec 8 millions de mini jobs à 400€/mois ( sûr qu'ils ont moins de chômeurs..) 9 millions d'allemands qui vivent en dessous du seuil de pauvreté , une démographie en berne , bref un pays vieillissant et à l'économie qui va s'effondrer mais qui veut continuer encore et toujours à donner des leçons aux autres ; ils ont réussi à mettre la gréce à genoux ,à mettre à mal l'espagne ,le portugal ,l'italie et ils voudraient bien "se faire" la france,une fois encore ; c'est mal nous connaitre ; la france avec tous ses atouts restera une référence en europe et dans le monde pour son modéle social , sa creativité et sa technicité ;alors que chacun balaye devant sa porte.....
Réponse de le 29/11/2013 à 13:18 :
C'est assez mesquin comme analyse. Les pays dont vous parlez se sont retrouvés dans leurs états actuels par leurs propres moyens. Ils ont triché et ils paient!
a écrit le 29/11/2013 à 7:10 :
C'est vrai, la france est parfaite, n'acceptons aucune critique. "Surestimation de soi" vous dites? En tout cas, ni humilité, ni honnèteté intellectuelle.
Réponse de le 29/11/2013 à 7:19 :
On a pas besoin d'un torchon allemand pour la critique vu qu'on est les champions de l'auto dénigrement (et de la pleurnicherie) !
Réponse de le 29/11/2013 à 7:53 :
Et bien il semblerait que si puisqu'on s'enfonce et qu'on ne fait rien.
a écrit le 29/11/2013 à 7:03 :
Très juste analyse des allemands, mais réveillez-vous bon sang!
La fierté c'est bien mais dans les circonstances actuelles c'est ridicule.
C'est pas la peine d'essayer de démonter les argumentaires de ceux qui disent la vérité en énonçant des faits. Il serait plus avisé d'utiliser cette énergie pour corriger la situation.
Réponse de le 29/11/2013 à 11:18 :
Tres bon commentaire.Merci.
Réponse de le 29/11/2013 à 11:19 :
Tres bon commentaire.Merci.
Réponse de le 29/11/2013 à 12:36 :
"Très juste analyse" ? Une petite phrase qui permet déjà d'apercevoir votre méconnaissance de l'économie et de la politique des 2 pays concernés. Cette analyse allemande est en l'occurence ridicule et les contre-arguments avancés correctes (même si plus un peu plus de profondeur eut été intéressant). Mais je ne parle ici que de l'article allemand cité. Je ne dis que toutes les analsyses allemandes sont fausses, ni que la France est parfaite, loin de là. Seulement on est les premiers au courant alors que les élites allemandes croient encore que leur modèle est parfait. Je vous rassure, aucun ne l'est et les allemands pauvres ont certes un travail mais n'en restent pas moins pauvres pour autant (pour ne citer que ce petit point là par exemple). Alors oui comme l'article français le dit ce french bashing gratuit, qui repose a priori sur une analyse profonde (et surtout fausse) de la société française à travers le temps, est dangereux car plus vicieux et moins grossier que celui des britanniques. Il n'y qu'à voir les français comme vous qui y croient aussi et seront prêts à ressortir ces "arguments" pour étayer leur futur discussion. Cela me fait peur...
Réponse de le 29/11/2013 à 12:37 :
"Très juste analyse" ? Une petite phrase qui permet déjà d'apercevoir votre méconnaissance de l'économie et de la politique des 2 pays concernés. Cette analyse allemande est en l'occurence ridicule et les contre-arguments avancés correctes (même si plus un peu plus de profondeur eut été intéressant). Mais je ne parle ici que de l'article allemand cité. Je ne dis que toutes les analsyses allemandes sont fausses, ni que la France est parfaite, loin de là. Seulement on est les premiers au courant alors que les élites allemandes croient encore que leur modèle est parfait. Je vous rassure, aucun ne l'est et les allemands pauvres ont certes un travail mais n'en restent pas moins pauvres pour autant (pour ne citer que ce petit point là par exemple). Alors oui comme l'article français le dit ce french bashing gratuit, qui repose a priori sur une analyse profonde (et surtout fausse) de la société française à travers le temps, est dangereux car plus vicieux et moins grossier que celui des britanniques. Il n'y qu'à voir les français comme vous qui y croient aussi et seront prêts à ressortir ces "arguments" pour étayer leur futur discussion. Cela me fait peur...
a écrit le 29/11/2013 à 6:03 :
Au Canada anglophone la France est considérer comme un pays des fainéants, racistes, et arrogants.
Réponse de le 29/11/2013 à 6:15 :
Et de gens qui ont un souci avec l'orthographe et la grammaire comme vous ?
Réponse de le 29/11/2013 à 8:02 :
Les saxons sont des peuples belliqueux et genocidaires (juif, indiens, ethnie africaine, ...). Ces gens sont plus dangereux que n'importe quel autre peuple. Mefions-nous.
Réponse de le 29/11/2013 à 9:49 :
@Vincent
C'est toujours mignon les racistes qui parlent de racisme.
a écrit le 29/11/2013 à 3:15 :
Il y a beaucoup de vrai dans cet article. Je connais l'Allemagne comme ma poche. J'y ai vécu plus de 10 ans de ma vie. Il se pourrait bien que la France soit (ou devienne rapidement) le maillon faible de l'Europe. Laquelle Europe serait alors en route pour l'implosion. Et c'est pas plus mal.
Réponse de le 29/11/2013 à 9:28 :
C'est l'Allemagne et le RU qui font imploser l'Europe depuis dix ans... et les EU à l'origine de la plus grande crise jamais connue depuis presque un siècle. Ne renversons pas les responsabilités !
a écrit le 29/11/2013 à 1:42 :
En effet Die Welt fait fort mais ce n'est pas grand chose par rapport à ce que l'on peut lire dans la presse spécialisée ici aux USA. La France y est traitée au mieux avec condescendance comme un pays neo-socialiste, au bord du gouffre, raciste, anti business et fuyant la modernité.

La presse étrangère n'est pas plus rigoureuse que la notre et la France sert souvent d'exemple pour démontrer qu'il y a pire que soit, avec les habituels poncifs dont certains ont un peu de vrai mais dont beaucoup sont fantasmés. Quand j'explique à un américain que la France est le premier producteur mondiale d'hélicoptères, d'avions civils, de bateaux de plaisance... ça lui semble étrange. Mais ça me permet d'effacer les petits rictus moqueurs qui suivent l'évocation obligatoire des 35h ou de la taxe à 75%...
Réponse de le 29/11/2013 à 6:18 :
Un pays qui a pratiqué la ségrégation raciale, le lynchage des noirs, qui a détruit l'Irak, l'Afghanistan après le Vietnam n'a aucune leçon à donner ...
Réponse de le 29/11/2013 à 7:08 :
En ce qui concerne le racisme, les USA évoluent depuis les années 60 en mentalités et en faits. C'est précisément l'objet de l'article allemand : la capacité à évoluer. Regardez en direction de la Maison Blanche même si une alouette ne fait pas le Printemps et si Washington n'est pas le cœur de l'Alabama. Les choses se font progressivement. Regardez aussi qui dirige Xerox, American Express, Delphi, ou qui est président de Mc Donalds oui Mc Donalds. Lorsque vous verrez la couleur de peau de Don Thompson, vous aurez comme sans doute beaucoup de lecteurs français, une énorme surprise. Regardez juste le conseil d'administration de Merck. Qui dirige l'entreprise, qui est DRH, et qui dirige toute la production. Cherchez leur équivalent en France, on vous dira que les noirs ne sont pas capables de piloter un avion et autres stéreotypes, comme je l'ai lu dans les commentaires de la Tribune même. Et ce que je lis dans les regards en rentrant dans une salle de réunion et que les participants découvrent mon métier. Cela me fait toujours sourire... Si l'on s'en tient à ce que dit la presse, toujours à prendre avec prudence, la France prend plutôt sur cette question non pas du racisme mais des préjugés bien ancrés, le chemin inverse. Je suis sans doute mieux placé que vous pour connaître le problème, même si il est vrai, je ne suis pas non plus certain que l'on puisse faire confiance à la presse et à ses sondages.
Réponse de le 29/11/2013 à 7:20 :
On se connaît ? Non alors question a priori vous vous posez là...
Réponse de le 29/11/2013 à 7:28 :
Les USA évoluent peut-être mais il n'y a quasiment aucun mariage mixte au sein de sa population (chacun pratiquant l'endogamie dans sa communauté ou en fonction de la couleur de peau). Ne parlons même pas des crimes ouvertement racistes et des mouvements supremacistes qui y ont pignon sur rue...
Réponse de le 29/11/2013 à 14:33 :
Toutes les arguements ici sont
TU QUOQUE...
toi aussi...

pour ma la France etait toujours un peux trop rigide, plus rigide que mon pays. Maintant vous avez cette buffons hollande, et vous etes un pays neo-socialist. Pas vraiment rasicst mais tres ferme et pas flexible.
a écrit le 28/11/2013 à 23:41 :
Elaguez un peu les branches et regardez la situation: nous en sommes aux grandes manoeuvres sur le contrôle de l'Europe, tant depuis les visées US qu'allemandes, dans un jeu de poker menteur à l'échelle de la planète.
La France qui était le seul pays capable de revendiquer une autonomie de l'Europe face à l'hégémonie US est maintenant aux mains des plus militants en faveur d'une intégration totale, cédant pour ce faire pan après pan de notre autonomie, de notre économie et de nos libertés.
Les allemands ont quasiment tout gagné. Je ne dis pas qu'ils ne l'ont pas mérité, tant nos propres élites politiques ont failli. La dernière incertitude réside dans la capacité des gouvernants français à préserver le statu quo (tenir le pays) le temps que tout soit bouclé, notamment le pacte transatlantique devant précéder l'accélération de l'intégration totale.
Nos brillants politiques n'ont donc plus comme arme de défense (et de chantage, notamment à l'accession à quelque commissariat) que celle de l'état même de notre pays. Tous les allemands ne sont pas prêts à accepter une fausse capitulation de la France au nouvel ordre mondial. Ceux-là voudraient une capitulation totale et un démantèlement du pays et de ses "spécificités". Et ils ont le soutien et des américains et de nombre d'autres pays. Il n'y a plus que l'Angleterre qui commence par un jeu de bascule vieux comme l'histoire, à vouloir ne pas aller si vite si loin.
Qu'un article de ce genre soit publié dans ce journal, quoi d'étonnant.
a écrit le 28/11/2013 à 23:26 :
L'Allemagne nous a montré qu'elle était capable en une décennie de faire une révolution, mettre au pouvoir un petit moustachu pas même allemand à la tête d'un état, lui confier avec le soutien de la bourgeoisie tous les pouvoirs, et en instumentalisant le capitalisme mettre l'économie du pays au service d'un projet raciste et destructeur visant à sauvegarder la prétendue supériorité du peuple allemand. L'auteur de l'article allemand aurait mieux fait de viser l'Allemagne dans son papier, il aurait gagné du temps et n'aurait pas eu à se fatiguer à manipuler des concepts politiques et des faits historiques pour pondre un papier d'une telle médiocrité.
Réponse de le 29/11/2013 à 11:03 :
un point godwin pour vous.
Réponse de le 29/11/2013 à 14:20 :
Cette dictator était un grand admirateur de napoléon bonappart. Il avait collectes un myriad des objet privee de cettte führer Francais...

la date des deux jours de voyage militariste vers la russe était exact la meme...
Je te donner aussi un points godwin, ce bon
Réponse de le 29/11/2013 à 17:14 :
Donc Hitler serait le pur produit de la pensée française car admirateur de Napoléon.
Une analyse originale........................
Réponse de le 29/11/2013 à 20:47 :
@Ein Deutscher
Vous avez raison de comparer Bonaparte et hittlerr. Mais Bonaparte n'a pas massacré des millions de femmes et enfants à Buchenwald et Auschwitz. Excusez-moi de mentionner ce point de détail aussi insignifiant...
Quant à votre comparaison des campagnes de Russie, leur ressemblance est frappante, à une nuance près : Bonaparte était le premier et ne bénéficiait donc pas de l'expérience d'un prédécesseur. hitllere si !
Réponse de le 29/11/2013 à 20:53 :
@Ein Deutscher
Vous avez raison de comparer Bonaparte et hittlerr. Mais Bonaparte n'a pas massacré des millions de femmes et enfants à Buchenwald et Auschwitz. Excusez-moi de mentionner ce point de détail aussi insignifiant...
Quant à votre comparaison des campagnes de Russie, leur ressemblance est frappante, à une nuance près : Bonaparte était le premier et ne bénéficiait donc pas de l'expérience d'un prédécesseur. hitllere si !
Réponse de le 29/11/2013 à 23:54 :
Hitler a commis les mêmes erreurs que celles commises 140 ans plus tôt par Napoléon... Tu parles d'une remise en question !
De toutes façons, ce débat est stérile. L'article original de die Welt a été pondu par un de ces petits éditorialistes nationalistes à la petite semaine, comme on peut en trouver dans the Telegraph. Ce monsieur à certainement t étudie l'histoire de France au travers d'ouvrages rédigés par la droite populiste allemande, c'est tout juste bon à utiliser comme papier toilette...
a écrit le 28/11/2013 à 22:12 :
J ai toujours beaucoup aimé l Allemagne et j aime beaucoup la France ! J ai toujours été bien accueillis en Allemagne, partout ou j ai été , nord , sud, est, ouest ! Nous admirons les allemands tout autant qu ils nous apprécient .
a écrit le 28/11/2013 à 21:07 :
Cette polémique est superflue. Ni la France ni l'Allemagne ne sont parfaites. Il est normal que les Allemands aient peur de devoir un jour payer pour la France, vu l'état de ses finances et de son gouvernement. Et on peut attendre de la France, qui se croit toujours exemplaire, qu'elle se fâche de voir qu'on prétend lui faire la leçon. Mais on ne progresse pas en balayant les critiques : il est rare qu'il n'y ait pas quelque chose à y prendre. Là où nous faisons bien, au contraire, il n'y a rien à changer. Donc les compliments, dont nous sommes friands, sont inutiles. Les jugements du Welt, tels que transcrits par M. Godin, sont peut-être à l'emporte-pièce, mais tout n'y est pas faux. Je suis content d'être français pour le climat. Mais je ne détesterais pas, aujourd'hui, d'être allemand pour leur développement économique, leur adaptation au monde actuel (alors que nous en sommes encore au colbertisme mercantiliste d'il y a plus de trois siècles), leur fiscalité (tout commentaire est inutile), leur sagesse (ni bombe atomique, ni guéguerres ici ou là, ni politique étrangère coûteuse et chimérique dont nous n'avons pas les moyens). J'aimerais bien aussi leur type de démocratie, préférable à notre royauté constitutionnelle en CDD. Au lieu d'exciter les lecteurs à une hostilité qu'on voit dans certains commentaires, on aurait mieux fait, pourquoi pas? d'ignorer l'article en cause.
Réponse de le 28/11/2013 à 22:03 :
Je suis d'accord avec vous qu'il serait préférable d'ignorer ce genre d'article, mais je ne vous suis pas sur la soi-disante sagesse des allemands. Il n'ont pas la bombe nucléaire non pas par sagesse mais par obligation vis-à-vis de l'Angleterre et de la France. Elle n'aura jamais la politique étrangère de la France car elle n'a pas le même passé. L'Allemagne, même si à moment elle aurait voulu, n'a jamais été une puissance colonial et donc n'a pas à gérer l'héritage des colonies ( attention, je ne dis pas que la France le fait correctement, mais quel que soit la façon de le faire, c'est une entreprise en soi qu'il faut gérer et ça coûte).
Réponse de le 28/11/2013 à 22:40 :
La "sagesse" ! Alors ça, il fallait oser ! La sagesse d'un pays qui a sombré dans la barbarie la plus sauvage il y a à peine 2 générations ?
Réponse de le 29/11/2013 à 9:39 :
Parlez nous de vichy ou de la guerre d'algérie... aujourd'hui la france a t'elle abandonné sa politique françafrique ? L'allemagne depuis 1945 est sage, mais la france ?
a écrit le 28/11/2013 à 20:44 :
Bizarre : 24 posts au compteur et on ne peut en lire que ... 9 !
Que fais-tu Anastasie ???
a écrit le 28/11/2013 à 20:16 :
En même temps, la Tribune nous a expliqué il y a peu que la suposée peur des Allemands de l'inflation a des raisons historiques ...
a écrit le 28/11/2013 à 20:11 :
Quel dommage que nos brillants voisins ne soient restés que 4 ans en France, on aurait pu en apprendre tellement plus de la rigueur allemande. Mais ne vous inquiétez pas le « german bashing » se développe de plus en plus en France et en Europe.
Réponse de le 28/11/2013 à 20:38 :
On va ressortir les tondeuses. Bien dégagées sur les oreilles, tu vas faire un malheur !
Réponse de le 28/11/2013 à 23:14 :
J'ai regardé un long métrage de l'époque , et j'ai pu observé à mon étonnement en visionnant une photo de Himmler et Goering , que la coupe de cheveux de Heinrich il y a 80 ans , était redevenue à la mode : il n'y a pas de sujet à polémique , juste une observation : bien dégagée au-dessus des oreilles !
a écrit le 28/11/2013 à 19:53 :
Ce brûlot germanique a pour sûr été écrit par un polémiste à la recherche d'un peu de notoriété. Germaniste de longue date, j'ai lu cet article avec beaucoup d'attention. Pour le lecteur averti, les axes développés sont exactement ceux typiquement utilisés des milieux nationalistes et suprématistes allemands. Chaque exemple cité pour la France peut très facilement être retourné contre l'auteur pour pointer les faiblesses et l'obsession française des nationalistes allemands: l'allusion à l'empire colonial français, jalousé par l'Allemagne à l'époque, l'écrasante victoire culturelle et intellectuelle de la France sur l'Allemagne, et l'influence française à partir du XVIIème siècle, la critique du "socialisme" français alors que l'Allemagne a été le terreau du communisme, que le nazisme s'est construit dessus, et qu'une grande partie de l'élite nazie a persisté après la défaite allemande en bénéficiant de complicités américaine. Le mythe de la suffisance et de l'abus de confiance en soi est plus un mal allemand qu'un mal français, l'auteur semble avoir un trou de mémoire de 100 ans concernant l'histoire de son pays... Je suis plutôt germanophile, mais là on tient un sacré torchon.
Réponse de le 29/11/2013 à 14:23 :
" l'écrasante victoire culturelle et intellectuelle de la France sur l'Allemagne,"
Das ist wohl ein Witz, oder?
a écrit le 28/11/2013 à 19:50 :
Les Allemands bavent devant notre mode de vie...une forme de jalousie . Qui rêve d' allez en
vacances en Allemagne ? Pourquoi une démographie aussi faible....la consommation inter
nul ? les infrastructures en ruines , la liste n' est pas exhaustive , bon la cigale gauloise énerve .
a écrit le 28/11/2013 à 19:38 :
La plus grande différence entre la France et l'Allemagne est que la France a toujours payé ses dettes quel qu'en soit le prix !
Réponse de le 28/11/2013 à 23:16 :
Nawe, c'est une nouvelle forme du mot "naïve" ?
a écrit le 28/11/2013 à 19:09 :
On pourrait aussi rajouter les retards considérables du projet Galileo dont la construction des satellites a été confiée à une obscure PME bavaroise (OHB je crois) et qui est incapable de les fabriquer car elle ne maîtrise pas toutes les techniques nécessaires ! Et qui maintenant vient pleurer auprès des Astrium et autres Thalès Alénia Space pour que ces "idiots et incompétents" ingénieurs français viennent les sortir de la m---e !
Et que dire intra-muros, des fiascos techniques de l'aéroport de Berlin et de la gare de Francfort ?
Réponse de le 28/11/2013 à 21:51 :
Je crois stuttgart plutot
Réponse de le 28/11/2013 à 22:42 :
Euh oui enfin des fiascos techniques on en a aussi dans nos rayons hein...
a écrit le 28/11/2013 à 18:57 :
Pour avoir fait mon service militaire en Allemagne de longs mois et vivre depuis plusieurs années dans une région où il y a beaucoup d'allemands (aéronautique), j'ai définitivement compris que la surestimation de soi et l'orgueil étouffant de ceux qui sont sûrs d'avoir toujours raison font partie de l'ADN des allemands. Et nous savons bien à Toulouse que, si l'A380 a eu plusieurs mois de retard, c'est en grande partie parce que le segment de l'avion monté et câblé en Allemagne une fois arrivé à Toulouse n'a pas été compatible avec le reste de l'aéronef : les allemands avaient refusé d'utiliser le logiciel défini par les bureaux études et projet, pour utiliser un logiciel bien à eux et .... évidemment meilleur ! Bien sûr ils ont dû faire machine arrière, mais cet exemple montre bien le mépris qu'ils ont pour ce qui n'est pas allemand. J'ai aussi de nombreux témoignages d'artisans qui travaillent chez les employés allemands d'Airbus, et qui vont toujours dans le même sens : arrogance, mépris et suffisance ; bref le complexe de la race supérieure.
Evidemment, il y a des braves gens partout, et des c..s partout. Mais je n'ai jamais acheté de matériel allemand : voitures, electro-ménager, robinets, etc...
L'argent est aussi un bulletin de vote !
Réponse de le 28/11/2013 à 20:22 :
Je cite Uranus: "la surestimation de soi et l'orgueil étouffant de ceux qui sont sûrs d'avoir toujours raison font partie de l'ADN des allemands" Et vous vous plaignez qu'un journal allemand explique l'incapacité de la France à se reformer par l'histoire ????
Réponse de le 28/11/2013 à 21:14 :
Moi aussi j'ai effectué mon service militaire comme appelé en Allemagne , et je m'y plaisais tellement que j'ai été mis en prison , car je ne désirai plus revenir en France !
Réponse de le 28/11/2013 à 21:31 :
effectivement, ceux qui les ont côtoyés n'achètent plus allemand.
a écrit le 28/11/2013 à 18:29 :
L’excès de centralisme conduit à beaucoup de gaspillage, et n'est pas du tout adapté avec une économie moderne. C'est cela que les français devrait corriger en premier !
Réponse de le 28/11/2013 à 19:20 :
Pas d'accord - Pour moi décentralisation = clientélisme ! En France en tout cas !

La situation de la France n'a fait qu'empirer à chaque fois qu'on a poussé la décentralisation et les français le sentent de plus en plus par leur impôts locaux !
Réponse de le 28/11/2013 à 19:20 :
Pas d'accord - Pour moi décentralisation = clientélisme ! En France en tout cas !

La situation de la France n'a fait qu'empirer à chaque fois qu'on a poussé la décentralisation et les français le sentent de plus en plus par leur impôts locaux !
a écrit le 28/11/2013 à 18:17 :
Der Spiegel, qui est notoirement de gauche, fait plein de remarques equivalentes sur ' le modele a la francaise pour tous paye par eurobonds'... au lieu de critiquer les allemands et leur french bashing, commencez a arreter de regarder votre nombril !
a écrit le 28/11/2013 à 18:11 :
M. Godin aime bien l'histoire et connait bien l'Allemagne, et sans doute sur le long terme il a raison, les Allemands ne valent pas mieux que nous et vice-versa. En tout cas nous sommes deux très grandes nations qui peuvent être fières de leur histoire.
Mais depuis 30 ans c'est une autre histoire, et le bilan n'est pas flatteur pour nous. Il n'y a qu'à regarder les efforts qu'ont fait les Allemands pour digérer la RDA, pendant que la rue renvoyait Juppé à ses chères études quand il a voulu réformer le pays.
Réponse de le 28/11/2013 à 21:16 :
Il ne faudrait pas que la situation actuelle nous aveugle. La propsérité de l'Allemagne ,est très récente et ne remonte pas à 30 ans. De 2001 à 2013 l'Allemagne a été en déficit budgétaire quasi continuellement (sauf années 2006-2007), son coût du travail est resté supérieur à celui de l a France jusqu'en 2005, le solde commercial français est resté meilleur que le sien jusqu'en 2002. On sait sur quoi repose le succès apparent de notre voisin, reste à savoir s'il est durable. Il y a de gros doutes également sur le montant réelle de sa dette qui selon certains économistes locaux est non pas de 2000 milliards mais de 7000 milliards si l'on inclut la dette sociale , soit 270% du PIB.
Réponse de le 28/11/2013 à 23:31 :
Et si vous incluez la dette sociale en France, ça donne quoi ?
a écrit le 28/11/2013 à 17:57 :
Il n'y a que la vérité qui blesse.
Réponse de le 28/11/2013 à 18:02 :
En ce qui vous concerne, c'est exact...
Réponse de le 28/11/2013 à 18:09 :
Lisez l'article avant d'écrire....si vous capable de comprendre !
Réponse de le 28/11/2013 à 23:12 :
Je me rappelle la Germanie, livre de l'historien romain Tacite (1er - 2e siècle apr. J-C). On y lit, entre autres que le peuple transrhénan est paresseux, d'intellect comme de son physique, désorganisé, ivrogne et rétif à la civilisation. Certes, il lui reconnaît des vertus militaires, surtout dans les épaisses forêts qui couvraient alors le pays (un peu comme le Viet Cong). Mais aussi, des vertus militaires similaires étaient reconnus aux guerriers celtes, gaulois, que Brennus avait. emmenés jusqu'à prendre Rome elle-même (et ne pas savoir en faire oeuvre utile).

17 à 18 siècles plus tard, publicistes et écrivains allemands tançaient une France centralisée, où l'organisation, le respect du commandement et les vertus guerrières étaient plus développées que chez eux (qui depuis Bouvines étaient dominés dans ces disciplines). La douceur de vivre à l'Allemande était alors à l'honneur, Allemagne patrie des poètes, et des libertés germaniques. France, nation casquée, cuirassée et bottée (militariste).

À lire Mme de Staël (qui avait de la sympathie pour le mode de vie allemand comme on en aurai aujourd'hui pour celui des tahitiens), la France était dynamique, toujours mue par un projet grandiose, perdue en elle-même, éloignée de l'essentiel. L'Allemagne était restée simple, un peu nonchalante, calme et réservée, modeste et authentique.

Mais oui, une certaine haine de l'Allemagne à la France est devenue de bon ton dans certains milieux. Jalousie, sentiment d'humiliation (la domination culturelle française le devait tout autant à la supériorité de son armée) sentiment d'infériorité coexistaient sans doute tout à la fois pour la motiver. Herder, philosophe allemand du 18e haïssait la France , promouvait contre les Lumières une philosophie particuliariste (opposée à l'universalisme Français).

Tout cela a changé, un peu, après la défaite de 1870. Ni les français ni les allemands n'étaient devenus meilleures ou moins bons à faire la guerre, de lapoésie ou de la philosphie, ou encore de l'industrie. Leur organisation avait changé (l'Allemagne goûtait aux joies du pouvoir concentré, la France d'une certaine pagaille parlementaire, bref, les germains étaient francisés et les français germanisés aurait-on pu dire) et des politiques malheureuses les avaient précipités dans des abimes. Mais dans le fond, c'est toujours la même histoire depuis le traité de Verdun divisant l'empire de Charlemagne. Nos 2 pays sont tantôt forts quant l'autre est faible et en conçoivent du ressentiment. Tout cela n'est pas sérieux, il serait plus avisé de nous respecer mutuellement et de croire en les forces de l'autre. La France comme l'Allemagne ont toujours démontré avoir une force prodigieuse et à se sortir des pires troubles.
Réponse de le 29/11/2013 à 0:03 :
@Tacite: Le seul commentaire lucide et reflechi ! Merci !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :