Réforme fiscale : Moscovici n'a "jamais été fâché" avec Ayrault

 |   |  355  mots
Pierre Moscovici est venu au secours de Jean-Marc Ayrault, affirmant que ses relations avec Matignon étaient excellentes
Pierre Moscovici est venu au secours de Jean-Marc Ayrault, affirmant que ses relations avec Matignon étaient "excellentes" (Crédits : reuters.com)
Le ministre de l'Economie a tenu à assurer que ses relations avec Matignon était au beau fixe, en particulier après le lancement du chantier sur la fiscalité par Jean-Marc Ayrault qui a donné lieu à des rumeurs sur des changements à la direction des Finances et du Trésor.

Chaises musicales à Bercy, frictions avec Matignon... l'annonce d'une "remise à plat de la fiscalité" par Jean-Marc Ayrault le 19 novembre a donné lieu à de nombreuses rumeurs sur les relations entre le Premier ministre et le ministre de l'Economie. Lequel les a balayées ce lundi lors d'une interview sur Europe 1. Pierre Moscovici a assuré que:

"Les relations entre Jean-Marc Ayrault et moi, entre Matignon et Bercy, sont excellentes."

Il a en outre martelé n'avoir "jamais été fâché" avec le Premier ministre. "Il y a eu entre nous une discussion à un moment donné sur la nomination d'un directeur au ministère des Finances. Ça a duré 24 heures et ça n'a pas du tout eu je ne sais quel retentissement", a cependant reconnu Pierre Moscovici. De nouveaux directeurs du Trésor et du Budget devaient être nommés, selon des informations du "Canard enchaîné" et du "Monde"

Impôt sur les société: taux élevé, assiette étroite

Le ministre de l'Economie a affirmé être "totalement investi dans la remise à plat de la fiscalité", voulue par le chef du gouvernement, contrairement à des rumeurs prétendant le contraire. Il a par exemple abordé la fiscalité des entreprises. "Le taux d'impôt des sociétés est élevé et son assiette, trop étroite", a-t-il affirmé.  

Des tensions entre le Parlement et le Premier ministre  avaient également été suggérées par Claude Bartolone lui-même. Le président de l'Assemblée nationale a dit "faire avec" Jean-Marc Ayrault. Ce dernier s'est défendu dans une interview télévisée le 19 décembre à TF1.

4G: arbitrer la guerre des prix entre opérateurs télécoms

Par ailleurs, sur un tout autre sujet, le ministre de l'Economie a appuyé ce lundi les propos de Fleur Pellerin au sujet de la guerre des prix que se livrent les opérateurs télécoms pour la 4G. "Il faut réguler ce secteur", a-t-il affirmé sans donner plus de détails. La ministre des PME de l'innovation et de l'économie numérique veut que l'Arcep, le gendarme des télécoms, retrouve son pouvoir de sanctions pour arbitrer cette compétition. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2013 à 12:29 :
Profitez bien de cette fin d'année. Mosco nous a pondu des joyeusetés pour 2014, entre autre , la majoration des pensions de retraites pour ceux qui ont eu 3 enfants et plus qui sera désormais fiscalisée. Cette mesure doit rapporter 1,2 milliard d'euros afin de financer les régimes de base des retraites.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :