Guerre des prix sur la 4G : le gouvernement veut que le régulateur des télécoms intervienne

Le gouvernement hausse le ton face à la guerre des prix dans les télécoms. La ministre des PME de l'innovation et de l'économie numérique veut que l'Arcep, le gendarme des télécoms, retrouve son pouvoir de sanctions pour réguler la compétition entre les quatre opérateurs dans la 4G et qui menace de s'étendre à l'internet fixe. Le risque est clair : que la bataille fasse un "mort" au détriment de l'emploi.

5 mn

(Crédits : REUTERS, Charles Platiau)

La ministre à l'Innovation Fleur Pellerin veut "remettre de l'ordre" dans la téléphonie mobile, en redonnant un pouvoir de sanctions à l'autorité du secteur, au moment où ce secteur est en proie à une intense guerre de prix et le théâtre d'invectives entre opérateurs.

Dans une interview dimanche au journal Le Parisien, la ministre juge nécessaire de "remettre de l'ordre dans ce secteur" et qu'il faut rendre à l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) le pouvoir de sanctions, qui lui avait été enlevé en juillet à la suite d'une décision du Conseil constitutionnel.

"Nous allons corriger cette situation début 2014 par voie d'ordonnance. Nous allons rendre son bâton au gendarme des télécoms", annonce Fleur Pellerin. La ministre avertit notamment que "si les engagements de couverture ne sont pas respectés, des sanctions dissuasives (astreintes financières, suspensions de licences, etc) seront prises".

A propos des déclarations des différents opérateurs ces derniers jours par médias interposés, Mme Pellerin a estimé que ces "invectives relèvent de la cour de récréation et (elle n'est) pas leur surveillante en chef". Elle déclare également que début 2014 un arrêté régulant la publicité pour mobiles sera mis en place par son ministère et le ministre de la Consommation Benoit Hamon.

"Comme pour la publicité des opérateurs sur le très haut débit, il imposera aux opérateurs de communiquer non plus sur des débits maximum théoriques mais sur des fourchettes de débit effectif", explique Mme Pellerin.

Interrogée sur la viabilité du fait d'avoir quatre opérateurs 4G en France, la ministre indique que le gouvernement doit aujourd'hui "assumer les conséquences de décisions prises par d'autres" et qu'il ne "peut pas décider d'un claquement de doigt d'en supprimer un".

"S'il y a des rapprochements, l'Autorité de la concurrence se prononcera. Nous n'en sommes pas là", conclut toutefois Fleur Pellerin.

Contagion de la guerre des prix à l'internet fixe

Tout cela intervient alors que la polémique ne faiblit pas. La guerre des prix sur la téléphonie mobile 4G qui a animé le marché des télécoms depuis dix jours pourrait maintenant s'étendre aux offres fixes des opérateurs, jusqu'ici relativement épargnées, faisant craindre une mise en danger de l'investissement et de l'emploi dans le secteur.

Le patron d'Iliad, Xavier Niel, qui a déclenché dès le début 2012 une première guerre des prix du mobile en proposant à son arrivée sur le marché des tarifs particulièrement bas pour la téléphonie mobile 2G et 3G, a relancé les hostilités début décembre en proposant la 4G au prix de la 3G, obligeant ses concurrents à lui emboîter le pas.

Cela a notamment été un rude coup pour Bouygues Telecom qui a fortement investi pour bénéficier au mieux de l'autorisation qui lui a été donnée de pouvoir utiliser pour la 4G la fréquence 1.800 MHz pour laquelle il possédait déjà une infrastructure. Cela lui a permis d'ouvrir commercialement son réseau avec un avantage concurrentiel en termes de couverture de la population.

La riposte du PDG du groupe Bouygues, Martin Bouygues, a donc été sanglante. Il a indiqué jeudi au quotidien le Figaro qu'il allait "déclarer la guerre dans l'internet fixe" en cassant les prix pour réduire les marges de son concurrent Xavier Niel.

"Dans l'Internet fixe, la fête est finie. Nous allons faire faire 150 euros d'économie par an aux abonnés du fixe qui choisiront ce service, ce qui fait une économie de 12,5 euros par mois. Qui dit mieux? Que Xavier Niel fasse la même chose s'il en est capable!" a déclaré M. Bouygues.

Bouygues Telecom "ne dispose pas d'une part de marché très importante sur le fixe aujourd'hui", rappelle Adrien Bourreau, expert dans le secteur télécom chez Kurt Salmon. "C'est le Petit Poucet sur le fixe, et c'est pour cette raison qu'il peut se permettre de menacer de casser les prix", estime-t-il.

Surenchère inquiétante

"Cette déclaration est une très mauvaise nouvelle pour tous les acteurs car les prix du fixe se tenaient relativement bien jusqu'à présent", assure pour sa part un analyste parisien souhaitant conserver l'anonymat. "Si Bouygues casse les prix sur le fixe, cela aura un impact sur les autres", affirme-t-il ajoutant que même si la marque Iliad est "très puissante", "c'est sûr qu'ils perdront des clients".

Les opérateurs traditionnels sont cependant "relativement bien armés par rapport à Free pour se protéger sur le fixe", alors que c'est le "talon d'Achille" du quatrième opérateur, Bouygues, assure cependant Thibaut de Smedt, directeur associé dans la banque d'affaires Bryan, Garnier&Co, qui se demande si Free ne va pas "être pris à son propre piège".

En effet, ce sont les confortables marges de 40% que Free fait dans le fixe - où il a néanmoins contribué à faire baisser les prix des offres combinées internet-téléphonie-télévision avec sa propre box- qui lui permettent de casser ainsi les prix dans le mobile, selon les analystes. Le titre d'Iliad a d'ailleurs plongé vendredi à la Bourse de Paris. Il a cloturé en baisse de 10,37% à 149,6 euros, dans un marché en hausse de 0,40%.

La surenchère à laquelle se livrent les opérateurs inquiète aussi le gouvernement comme le patronat qui se demandent quelles conséquences elle aura sur l'investissement à l'heure où le pays s'équipe en fibre optique, mais aussi sur l'emploi.

Montebourg prédit "la mort" d'un des quatre opérateurs français

Le président du Medef Pierre Gattaz a ainsi appelé vendredi les opérateurs à la prudence dans la guerre des prix qu'ils se livrent pour éviter "encore du chômage supplémentaire".

Les propos du président du Medef font écho aux déclarations du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, qui a mis en garde cette semaine contre "une guerre des prix ravageuse" susceptible de provoquer "la mort" d'un des quatre opérateurs français.

Pour M. De Smedt, cette conclusion semble inéluctable. "Ce qui est clair c'est qu'il y a un opérateur de trop. Il y a un jeu de concentration qui va par la force des choses s'opérer en France". Cependant, "rien n'est écarté", cela pourra se faire "par des jeux de mutualisation de réseau ou par des opérations plus capitalistiques", souligne-t-il.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 39
à écrit le 22/02/2014 à 12:43
Signaler
Avant de réguler la 4G, ils pourraient faire en sorte de créer un réseau général et le louer au fournisseurs. Au moins ils réguleraient et surtout limiteraient les ondes émise et absorbés par nos corps. Au lieu d'imposer des normes idiotes ils commen...

à écrit le 23/12/2013 à 13:58
Signaler
Si les prix baisses l'état encaisse moins (cf. ponction de TVA supplémentaire pour 2014) et son champion Orange dont il est toujours actionnaires ne risque plus de rapporter grand chose. Au fait combien ont rapporté les licences 4G au gouvernement? L...

à écrit le 23/12/2013 à 11:27
Signaler
Les télécoms sont en train d'y passer, c'est inéluctable et une fois fait il n'y aura jamais de retour au temps de la bonne grosse vache à lait de la télécommunication. C'est du à l'exigence d'interopérabilité, à sa conséquence qui est la normalisati...

le 23/12/2013 à 14:22
Signaler
+1E10! C'est exactement ça: enfin une analyse qui tient debout... Étonnant que cela soit dans les commentaires de la Tribune et pas dans le journal lui même... Il va falloir que nos amis journalistes se mettent à niveau s'ils veulent aussi cont...

à écrit le 23/12/2013 à 10:04
Signaler
Ce gourvernement se targue de faire un politique de l'offre , c est bien ce qui se passe dans les telecoms ( c est d'ailleurs le seul endroit ! ) et ils ne sont pas contents !

à écrit le 23/12/2013 à 9:31
Signaler
On met en cause ce gouvernement alors qu'il n'est que le bras dérégulateur de Bruxelles qui n'attend que de pouvoir réguler a sa manière!

à écrit le 23/12/2013 à 9:30
Signaler
On met en cause ce gouvernement alors qu'il n'est que le bras dérégulateur de Bruxelles qui n'attend que de pouvoir réguler a sa manière!

à écrit le 23/12/2013 à 8:36
Signaler
Le Gouvernement, incapable de gérer correctement les comptes de la nation, de résoudre durablement le problème de chômage, de réduire réellement la dette et les dépenses publiques ......veur faire de l'ingérance dans des affaires privées....c'est un ...

à écrit le 23/12/2013 à 8:32
Signaler
Ce gouvernement pratique l'interventionisme a tout va ..,, Qu'importe la guerre des prix si elle est , pour une fois , au benefice des clients Francais ?.. Il y a d'autres domaines ou ce gouvernement devrait mettre son nez : les tarifs des peages , l...

le 23/12/2013 à 14:13
Signaler
Oui il faudrait la même chose pour le coût de la vue de tous les jours ... Les indispensables... Logement , électricité , transport ... Du low cost qui ferait du bien aux porte monnaies ...

à écrit le 23/12/2013 à 6:03
Signaler
Que le gouvernement n'intervienne surtout pas quand la concurrence fonctionne.3 ou 4 opérateurs , les consommateurs que nous sommes s'en foutent. Moins le gouvernement parle, plus il semble intelligent. Toujours vouloir défendre les grosses entrepri...

à écrit le 23/12/2013 à 3:51
Signaler
Si il y a une conclusion a tirer de l'évolution du marche des télco Français de ces dernières années, c'est que la concurrence favorise, stimule (baisse des prix + enrichissement de l'offre)et qu'elle est bonne pour le consommateur.A l'opposé les sit...

à écrit le 23/12/2013 à 1:02
Signaler
desole mais j'ai pas compris: c' est quoi exactement le probleme avec un operateur qui disparaitrait? le marche fait son travail et c' est un probleme? Ah, oui, pardon. On est en France. Surtout ne pas mentionner le Marche, c' est un gros mot...

le 23/12/2013 à 10:25
Signaler
non, le problème c'est un régulateur (l'ARCEP) qui s'est cru obligé, afin de stimuler la concurrence, de faire intervenir un quatrième entrant sur le marché français qui n'est pas assez dynamique pour absorber 4 opérateurs distincts.

le 23/12/2013 à 14:02
Signaler
Ce n'est pas le marché qui manque de dynamisme, mais les opérateurs installés de longue date qui se sont endormis en regardant nos paiements tomber tous les mois.

à écrit le 22/12/2013 à 23:30
Signaler
C'est vrai qu'il est scandaleux que les prix aient baissé, l’état s'appuyait sur la 4G pour augmenter ses recettes de TVA et tout leur projet tombe a l'eau. Qu'il était bon le temps de l'oligopole et de l'entente sur les prix, les recettes de TVA, le...

le 23/12/2013 à 14:30
Signaler
Non la Taupe, il faut sortir du trou et se renseigner, sur les 3 operateurs, 2 perdent de l'argent et free n'en gagne qu'avec le fixe. Résultat, dégradation des réseaux. On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre.

à écrit le 22/12/2013 à 23:30
Signaler
C'est vrai qu'il est scandaleux que les prix aient baissé, l’état s'appuyait sur la 4G pour augmenter ses recettes de TVA et tout leur projet tombe a l'eau. Qu'il était bon le temps de l'oligopole et de l'entente sur les prix, les recettes de TVA, le...

à écrit le 22/12/2013 à 22:26
Signaler
Fleur doit intervenir. Il faut absolument que la baisse des prix qui redonne du pouvoir d'achat aux français et qui diminue les dividendes gras des actionnaires de FT, SFR, Bouygues et Free cesse!

à écrit le 22/12/2013 à 21:56
Signaler
19€ pour la 4G pour qui ils nous prennent chez Free Surement des Gueux, des Minables, des Pauvres Le peuple Français veut payer plus on se laissera pas faire il faut remettre le forfait a 60€ avec 1H00 de communication et 500 MO de données (mutual...

le 23/12/2013 à 16:03
Signaler
Tiens ça me rappelle une pub d'une certaine marque d'automobile dite "low cost

à écrit le 22/12/2013 à 20:40
Signaler
2014 : élections municipales + élections européennes + élections sénatoriales = ne vous tromper pas de bulletins car ces politiciens incompétents méritent une belle raclée dans les urnes !

à écrit le 22/12/2013 à 20:39
Signaler
2014 : élections municipales + élections européennes + élections sénatoriales = ne vous tromper pas de bulletins car ces politiciens incompétents méritent une belle raclée dans les urnes !

à écrit le 22/12/2013 à 20:03
Signaler
Non mais de ou elle ouvre sa bouche??? Que les ministres gèrent les trous dans les budgets. Que ces derniers laissent les ets privées jouées et faire du business Merde! C le communismes ou quoi????

à écrit le 22/12/2013 à 20:02
Signaler
L'état veut se mêler de tout en foutant le bordel ...

à écrit le 22/12/2013 à 19:33
Signaler
Baisse des rentrées de TVA ... la Fleur va faner !

à écrit le 22/12/2013 à 19:06
Signaler
Le corporatisme dans toute sa splandeur... On a enfin un pure player qui met le boxon et bien sûr l'Etat s'en mêle... Au nom de quoi ? C'est minable

à écrit le 22/12/2013 à 19:06
Signaler
Le corporatisme dans toute sa splandeur... On a enfin un pure player qui met le boxon et bien sûr l'Etat s'en mêle... Au nom de quoi ? C'est minable

à écrit le 22/12/2013 à 19:01
Signaler
quand un des operateurs va disparaitre, les prix vont remonter tt naturellement... moi je parie sur une fusion sfr bouygues

à écrit le 22/12/2013 à 18:31
Signaler
Des que quelque chose fonctionne tout seul et correctement selon le marché ecenomique ils veulent y mettre leurs grains de sel au nom de quoi ? Des lobby ...!

à écrit le 22/12/2013 à 18:22
Signaler
Il s'inquiète des rentrées de TVA?????

à écrit le 22/12/2013 à 18:17
Signaler
Elle doit vouloir de l'argent celle ci ! A suivre

à écrit le 22/12/2013 à 17:39
Signaler
Et un régulateur sur l'alignement des retraites du chômage et de l imposition avec une réduction drastique des salaires de nos politiques c'est pour quand?C'est urgent de nous montrés que vous êtes là par conviction!!!!

à écrit le 22/12/2013 à 16:56
Signaler
La licence pour les mobiles ont été décidés par Jospin et par Fabus ministre de l'économie. La 4eme licence devait aller au groupe Suez à l'époque encore Lyonnaise des eaux. La licence invendue est restée entre les mains des autorités jusqu'à ce que ...

à écrit le 22/12/2013 à 16:54
Signaler
Bienvenue chez les Cocos Socialos, les prix baissaient, les gens etaient contents, MAIS l'Etat toujours avide d'argent et de taxe rentrait moins de TVA, achtung ca va changer !!!

le 22/12/2013 à 18:35
Signaler
+2

à écrit le 22/12/2013 à 16:50
Signaler
Bienvenue chez les Cocos Socialos, les prix baissaient, les gens etaient contents, MAIS l'Etat toujours avide d'argent et de taxe rentrait moins de TVA, achtung ca va changer !!!

à écrit le 22/12/2013 à 16:41
Signaler
Et les emplois gagnés partout ailleurs grâce au pouvoir d'achat dégagé par des prix plus bas sur Internet ?

à écrit le 22/12/2013 à 16:37
Signaler
Pourquoi pour maintenir les prix plus élevés!!! donc plus de TVA

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.