Le Medef se passera désormais de Jean-Claude Volot

L’ancien médiateur national du crédit et des relations inter-entreprises quitte l’organisation patronale pour se consacrer au développement international de son entreprise, Dedienne Aerospace.
Fabien Piliu
Jean-Claude Volot quitte le Medef, moins d'un an après son arrivée
Jean-Claude Volot quitte le Medef, moins d'un an après son arrivée

Pierre Gattaz et le Medef devront désormais se passer des services de Jean-Claude Volot. L'ancien médiateur national du crédit et des relations inter-entreprises a annoncé son départ du Medef sur Twitter.

 

Depuis juillet, il occupait la fonction de vice-président en charge du Pôle Internationalisation et Filières. Les raisons de son départ ? Il souhaite se consacrer davantage au développement international de son entreprise, Dedienne Aerospace, un sous-traitant aéronautique déjà implanté aux Etats-Unis, à Miami, et en Chine, à Zhuhai. Un bureau sera bientôt ouvert en Inde. " J'ai racheté cette entreprise il y a une quinzaine d'années. Après des premières années délicates, où il a fallu construire une marque et la faire reconnaître, nous récoltons enfin le fruit de nos efforts en profitant des incroyables opportunités que nous offrent le développement du secteur aéronautique ", explique Jean-Claude Volot à La Tribune.

Ce ne serait pas la seule raison à ce départ soudain. " Jean-Claude avait un peu de mal à faire évoluer le Medef aussi vite qu'il le voulait. C'est une grosse structure avec beaucoup de compétences et de savoirs mais elle souffre des mêmes lenteurs que celles dénoncées dans l'administration ", explique un proche du chef d'entreprise

Un franc-tireur

Avec ce départ, Pierre Gattaz perd un de ses plus fameux francs-tireurs. En tribune ou sur Twitter, Jean-Claude Volot ne se privait pas de dire tout haut ce que le policé Pierre Gattaz ne pouvait que susurrer à demi mot, n'hésitant pas, dans ses commentaires, à s'en prendre ad hominem. François Hollande, Benoît Hamon, Sylvia Pinel ou encore Michel Sapin, à qui il reprochait de n'avoir jamais créé un emploi et émis une feuille de paie, étaient ses souffre-douleur favoris.

Déjà, en 2012

Ce n'est pas la première fois que Jean-Claude Volot décide brutalement d'interrompre une de ses missions, hors des ses activités entrepreneuriales.

En juillet 2012, pour les mêmes raisons que celles évoquées aujourd'hui, il avait subitement quitté la médiation nationale des relations inter-entreprises qu'il présidait depuis 2010 avant de se lancer quelques mois plus tard dans la course à la présidence du Medef. " Après plus de quatre années passées bénévolement au service de l'Etat, j'ai décidé de reprendre pleinement mes activités de chef d'entreprise. Il est vital pour notre tissu économique de poursuivre l'action en faveur du rééquilibrage des rapports de force et l'amélioration des relations inter-entreprises", expliquait-il dans un courrier.

Qui lui succèdera ?

Une course qu'il fut le premier à mener, dès l'été 2011, bien avant Pierre Gattaz, Patrick Bernasconi ou Geoffroy Roux de Bézieux, ce qui lui valu quelques soucis avec Laurence Parisot, l'ancienne présidente du Medef, qui comptait maîtriser de bout en bout le processus électoral.

Qui succédera à Jean-Claude Volot au Medef. Son successeur n'est pas encore connu. " J'ai proposé à Pierre Gattaz de l'accompagner lors du processus de recrutement ", précise-t-il. Dans un communiqué, le Medef annonce prendre acte de son choix. " L'accompagnement des PME et des ETI à la conquête de nouveaux marchés à l'international reste une mission essentielle du Medef ", précise le Mouvement. Un peu plus tôt, son président, Pierre Gattaz commentait ainsi cette annonce sur Twitter. 

 

Fabien Piliu

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 20/01/2014 à 11:27
Signaler
Nous on se passera du MEDEF

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.