Commerce extérieur : quand cessera la chute ?

 |   |  798  mots
La balance commerciale tricolore est dans le rouge depuis 2003
La balance commerciale tricolore est dans le rouge depuis 2003 (Crédits : Reuters)
En janvier, le déficit commercial s’est élevé à 5,7 milliards d’euros, soit 500 millions de plus qu’en décembre. Selon une étude de COE-Rexecode, les parts de marchés des exportations françaises dans les exportations de la zone euro, qui s’étaient stabilisées à un faible niveau depuis 2010, sont reparties à la baisse à la fin de l'année dernière.

En 2017, le solde de la balance commerciale des produits manufacturés sera équilibré. C'est le pari fait par Nicole Bricq, la ministre du Commerce extérieur. Il semble osé, terriblement osé : la France ayant affiché en 2013 un déficit commercial dans le domaine industriel de 35,3 milliards d'euros. Un chiffre à comparer au déficit global, facture énergétique inclue, qui s'est élevé à 61,2 milliards d'euros en 2013, 67,3 milliards d'euros en 2012 et 74 milliards d'euros en 2011. Il faut remonter à 2002 pour observer le dernier excédent de la balance commercial tricolore. Il avait atteint 3,5 milliards d'euros. A titre de comparaison, l'Allemagne a dégagé un excédent de 200 milliards d'euros en 2013.

Un mauvais début d'année

L'objectif fixé par Nicole Bricq est d'autant plus ambitieux qu'aucune amélioration ne se dessine. En janvier, le déficit commercial s'est élevé à 5,7 milliards d'euros, soit 500 millions de plus qu'en décembre, marqué par une baisse de 1,4% des exportations sur un an. " Après un net rebond en décembre, les exportations se replient partiellement. L'évolution concerne au premier chef les biens manufacturés, mais le retour à la normale des ventes d'œuvres d'art et de matériel de guerre pèse également sur la tendance ", expliquent les services des Douanes. Une tendance sur laquelle devrait peser le niveau élevé de l'euro face au dollar, qui plombe la compétitivité-prix des produits made in France, n'en déplaise à Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif.

Arnaud Montebourg part en guerre contre l'euro fort

A plusieurs reprises, le ministre s'est en effet exprimé dans les médias en faveur d'une dépréciation de la monnaie unique, citant les chiffres de la direction du Trésor qui, dans le projet de loi de finances 2014, estime qu'une dépréciation de 10 % permettrait d'accroître le taux de croissance de l'économie française de 1,2 % et la création de 150.000 emplois.

Les parts de marché dans la zone euro baissent à nouveau

En attendant un repli très hypothétique de l'euro face au billet vert, les parts de marché de la France dans la zone euro reculent à nouveau. En recul depuis 1999, elles ont cessé de se replier en 2010 pour se stabiliser à un très faible niveau, estimé à 12,7% par une étude de COE-Rexecode, contre 17,5% en 1998. " Cet effritement en fin d'année 2013 s'explique principalement par le repli des performances relatives sur les marchés hors zone euro. Le rapport des exportations françaises de marchandises aux exportations allemandes est passé en dessous de 40% tout au long du second semestre 2013 ", explique Denis Ferrand au COE-Rexecode.

Deux décennies perdues

Le constat est donc clair. Depuis deux décennies, la France n'a donc pas su s'adapter à la mondialisation des échanges. Elle a donc perdu du terrain chez ses voisins européens, elle a subi la concurrence chinoise sur son pré carré africain - premier exportateur en 2002, elle est passée au cinquième rang en 2011 derrière la Chine, l'Inde, les États-Unis et l'Allemagne et sa part de marché a connu un recul continu depuis le début des années 2000, passant de 10,1 % en 2000 à 4,7 % en 2011 explique le rapport Védrine - , elle n'a pas réussi à augmenter le nombre d'entreprises exportatrices, qui n'a jamais dépassé les 130.000, contre plus de 400.000 en Allemagne, elle n'a pas su réorienter ses exportations vers les marchés en forte croissance, notamment les pays asiatiques, et enfin, elle n'a pas su favoriser la montée en gamme de ses produits manufacturés.

Le gouvernement est-il impuissant ?

Dans ce contexte, que peut faire le gouvernement ? Pas grand-chose, diront les mauvaises langues. Il faut bien avouer que les multiples plans exports lancés par les ministres du Commerce extérieur successifs n'ont pas produits les résultats escomptés. Souhaitée par Bercy, la réorientation des échanges vers les pays dits Grand large reste sans effet, 60% des exportations prenant la direction de l'Union européenne. Quand à l'efficacité du soutien public à l'export, elle est régulièrement mise en cause, notamment par la Cour des comptes, malgré les réformes engagées au sein d'Ubifrance, l'agence pour le développement international des entreprises.

Alors que la simplification du soutien public à l'export est en passe de s'intensifier, et en attendant que le mesures prises en faveur de l'innovation portent enfin leurs fruits - citons la simplification du crédit impôt recherche, la création des pôles de compétitivité, le lancement du Grand emprunt... -  une autre piste pourrait être étudiée par l'exécutif. Dans le cadre d'un remaniement ministériel, il pourrait être tenté de fusionner le ministère du Commerce extérieur avec le quai d'Orsay, de c'est-à-dire rapprocher la diplomatie économique et le commerce pur et simple pour renforcer la force de frappe du made in France hors de nos frontières.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2014 à 17:25 :
On pourrait pas exporter ces milliers de tableaux trop nombreux pour être exposés dans les musées ? (Si personne n'en veut, on pourrait alors envisager de se dispenser des frais de stockage / gardiennage...)
a écrit le 10/03/2014 à 8:41 :
la chute cessera quand les voleurs cesseront de taxer à outrance.Par exemple : 2,5 kg de peinture acrylique vendus 29€ au brico dépôt en France:le prix de 2,5 kg de peinture de meilleure qualité 18,40€ en Allemagne .Il me faut 30 kg de peinture , le calcul est vite fait.
a écrit le 09/03/2014 à 19:45 :
On voit bien que notre export, donc notre croissance recule en zone euro. Notre PIB stagne depuis 5 ans et la population augmente..., le PMI continue de chuter, et on compte 5,7 millions de chômeurs. C'est dans 10 ans la croissance? On rejette dans cette Europe trop de jeunes hors de la vie active, c'est un système à la Oliver Twist avec les sous-citoyens. Nous avons des as da croissance et du développement économique! On nous joue un Barjavel énergétique et une apocalypse industrielle? On entend dire que notre système social est destiné à exploser... Ne devrait-on pas se repentir?
a écrit le 09/03/2014 à 16:38 :
je crois qu'il est évident que la France doit sortir de l'euro. les chiffre du commerce extérieur sont sans appel. la seule vrai réforme consiste a revenir à notre monnaie national.
a écrit le 09/03/2014 à 13:08 :
Votre réponse est fonction si on est de gauche ou de droite. Il est exact que j'ai
vu dans la presse Allemande il y a des lustres le père Noël qui vivait dans les bois
et qui disait que voulez que je fasse avec l'allocation de chômage ?? Mais je maintiens
que Angela lors de son « intronisation » a remercié L'ex chancelier Schröder
du travail qu'il a réalisé. Les réformes ont ont été faites sur tout, y compris la réduction d'hôpitaux L'Allemagne dépose 396 brevets pour 1O millions d'habitant contre 144 pour la France. La transmission d'entreprises si l'héritier la conserve au moins 1O ans frais voisin de zéro. Je vous conseille de lire France Allemagne l'Heure de vérité édition Tallandier.
Jadis j'en savais davantage lorsque ma fille avec des Allemandes qu'elle avait connues à
l'Université de Montréal PQ
a écrit le 08/03/2014 à 22:10 :
Quand on sortira de l'euro. Aucune autre solution ne convient dans l'état des choses. Pour rebattre les cartes et noyer le poisson, nos chères institutions européennes vont modifier les apparences, prétendre harmoniser etc., mais rien n'y fera car harmoniser voudrait dire perte du leadership pour l'europe alémanique.
a écrit le 08/03/2014 à 19:29 :
Moi je vais acheter français a partir de maintenant le plus possible. Je vous invite à faire pareil.
Réponse de le 09/03/2014 à 8:40 :
Trop cher, il faute être riche!
Réponse de le 09/03/2014 à 9:56 :
Nous , nous achetons Français depuis 300 ans. :-)
a écrit le 08/03/2014 à 19:23 :
l'euro aura été un magnifique projet qui aura fait disparaître des pans entiers de l'industrie françaises, ralenti notre croissance,nuit aux rapport entre états européens, fait augmenter les impots du fait de la disparition de l'industrie et enfin fait augmenter le chomage. Heureusement nous avons l'euro
a écrit le 08/03/2014 à 18:44 :
Selon Bruno Durieux en février 2008, l'Allemagne est le seul des grands pays développés qui, par des réformes globales et profondes, difficiles et courageuses, réalisées pour l'essentiel par le chancelier Schröder, est parvenue à restaurer sa compétitivité et réduire ses déséquilibres internes. En particulier, ses finances publiques sont aujourd'hui équilibrées . Lorsque Angela a pris le pouvoir, elle a commencé à remercier Schröder, nousnos dirigeants se tient dans les pattes; l'Allemagne a tout fait
pour que les entreprises soient transmises lors de succession, Nous on TAXe et on taxe Volskwagen a connu des hauts et des bas mais a su rebondir en accord avec son personnel , nous la Grève . Un ambassadeur a écrit unlivre de comparaison des deux économies, cela aurait du fait bien avant
Réponse de le 08/03/2014 à 19:16 :
vous n'avez rien compris. Les réformes de Schroder ont fait plus de mal que de bien à l'Allemagne. Ce qui a fait du bien à l'Allemagne c'est de passer du mark à l'euro monnnaie moins surévaluée que le mark. L'Allemagne a ensuite mener une politque de compression salariale (c'est les fameuses réformes) pour détruire les autres pays de la zone euro.
a écrit le 08/03/2014 à 18:20 :
Selon Bruno Durieux en février 2008, l'Allemagne est le seul des grands pays développés qui, par des réformes globales et profondes, difficiles et courageuses, réalisées pour l'essentiel par le chancelier Schröder, est parvenue à restaurer sa compétitivité et réduire ses déséquilibres internes. En particulier, ses finances publiques sont aujourd'hui équilibrées . Lorsque Angela a pris le pouvoir, elle a commencé à remercier Schröder, nousnos dirigeants se tient dans les pattes; l'Allemagne a tout fait
pour que les entreprises soient transmises lors de succession, Nous on TAXe et on taxe Volskwagen a connu des hauts et des bas mais a su rebondir en accord avec son personnel , nous la Grève . Un ambassadeur a écrit unlivre de comparaison des deux économies, cela aurait du fait bien avant
a écrit le 08/03/2014 à 18:19 :
les commentaires sur cet article sont aussi désolants que l’incapacité des industriels à fabriquer des produits exportables avec une bonne marge, pour équilibrer le montant des importations.
Ce ne sont pas les commentaires sur les excès de l’État, des fonctionnaires et des syndicats qui rétablirons la balance commerciale, mais les dépenses de R&D des entreprises privées. A leur dirigeants d'agir. S'ils sont compétents ils réussirent à rétablir la situation. Sinon, nous continuerons à plonger et les pleureuses à gémir!
a écrit le 08/03/2014 à 16:02 :
On ne peut boycotter personne dans une économie où tous les intérêts sont croisés.
Mais on peut quitter l'Europe. Certains diront que c'est impossible , mais ça , ce sont ceux qui sont payés par Bruxelles.
Ce sera dur , mais , au moins , on saura pour quoi et pour qui on travaille.
La gestion de l'Europe par Bruxelles conduira tous les autres pays dans un appauvrissement absolu.
a écrit le 08/03/2014 à 15:48 :
L'Allemagne est notre pire ennemi économique. Arrêtons de faire semblant et boycottons TOUS les produits allemands : Volkswagen ( pas fiable en plus ), Audi, Stabilo Boss, Milka, Oral B, Braun, Lidl, Karcher. Vérifiez ce que vous acheter et reposer si c'est fabriqué en Allemagne.

Et on ira mieux.
Réponse de le 08/03/2014 à 17:12 :
En terme de voitures, j'achète sans regarder la nationalité, mon critère premier est la qualité et la durée de vie. Mon père a eu une Mercedes dont le compteur kilométrique a fait le tour passé 1 million de km et est reparti à zéro. Même si ces dernières années la qualité allemande a baissé, elle est tout de même devant la française dans ce domaine. Le jour où toute l'industrie automobile française s'alignera sur les standards de qualité de l'industrie allemande, on en reparlera.
Réponse de le 08/03/2014 à 19:18 :
Bing félicitations pour votre patriotisme économique face à l'ogre allemand
Réponse de le 08/03/2014 à 19:27 :
les allemands eux regardent la nationalité. Ils n'achètent qu'allemands pour soutenir leur économie même si la voiture allemande n'est pas la meilleure. continuez comme ça Bing Bing
a écrit le 08/03/2014 à 12:42 :
La prochaine presidente d'Ubifrance et de l'AFII est la secretaire generale de la mairie de Paris (Véronique Bédague) une enarque pur jus ! Avec cette meritocratie socialiste, on va toujours plus loin dans l'irreel
Réponse de le 08/03/2014 à 18:25 :
Je suis d'accord, ces gens sont complètement déconnectés du réel. Quitte à rester ces cette structure jacobiniste qu'est Ubifrance, autant placer à sa tête quelqu'un qui a une grosse expérience de l'export dans le privé. Les besoins des PME n'en seront que mieux ressentis. Les énarques (comme les Sciences-Po) sont les meilleurs pour brasser du vent sur la place centrale de Paris, mais sont en dessous-de tout quand il s'agit de pragmatisme économique et d'appréhender la mondialisation. Le jacobinisme est en train de nous tuer, tellement lentement que le pays ne s'en aperçoit pas.
a écrit le 08/03/2014 à 12:15 :
Les français se font avoir avec l'euro monnaie surévaluée. les autres monnaies du monde baissent et l'euro continue à monter. Le tissu industriel français va être éliminé rapidement comme ça
a écrit le 08/03/2014 à 12:08 :
Beaucoup de français critiquent l'Euro. Pourtant, ne sont-ce pas les mêmes, qui, en septembre 1992, ont adopté par référendum les clauses du traité de Maastricht instaurant la monnaie unique, dans le seul et unique but de vivre avec l'argent des allemands ? C'est ce que l'on appelle l'histoire de l'arroseur arrosé !
Réponse de le 08/03/2014 à 12:12 :
l'Allemagne ne donne aucun argent à l'Europe. Elle en prête et cet argent devra être rendu avec les intérêts. Par contre elle inonde la zone euro avec ses produits à moitié frabriqués en Europe de l'est et ainsi nous ruine.
Réponse de le 08/03/2014 à 12:26 :
l'Allemagne nous a bien eu et nous donne même des leçons de moral. on est vraiment des pigeons
a écrit le 08/03/2014 à 10:57 :
un grand merci à l'euro pour ce nouveau déficit commercial. et il y aura beaucoup d'autres à cause de cette monnaie qui devait apporter la prospérité en Europe.
a écrit le 08/03/2014 à 10:31 :
On veut notre franc.
a écrit le 08/03/2014 à 10:07 :
Si les français achètent français, il y aura une amélioration. Mais ils préfèrent juste se plaindre et acheter étranger.
Réponse de le 08/03/2014 à 10:41 :
Encore faudrait il que l'Etat cesse de massacrer le tissu industriel français par des mesures absurdes.
Réponse de le 08/03/2014 à 11:16 :
Cela vous empêche d'achetez français durant vos courses au supermarché ?
Réponse de le 08/03/2014 à 14:48 :
Le problème, c'est que l'on trouve de moins en moins de produits français dans les grandes surfaces. Quant aux produits de haute-technologie, quasiment aucun ne sont produits en France. 99% d'entre eux sont produits a l'étranger. Vous pouvez donc garder vos leçons de morale à deux balles pour vous.
Réponse de le 08/03/2014 à 15:09 :
Comme vous ne fréquentez que les magasins Aldi et Lidl, votre vue est tronquée ...
a écrit le 08/03/2014 à 10:04 :
la balance commerciale c'est dégradée depuis la politique du franc fort et le passage à l'euro. CONCLUSION ON SORT DE L'EURO;
Réponse de le 08/03/2014 à 14:27 :
60 % de nos échange à l'export sont dans la zone Euro ! Vous allez faire comment sachant qu'un Français sur 4 si ce n'est sur 1 sur 3 travaille pour l'export !!!
Réponse de le 08/03/2014 à 19:19 :
le problème c'est que nous avons la même monnaie que l'Allemagne alors qu'il ne faut pas
a écrit le 08/03/2014 à 10:03 :
il faut sortir du mark. la chute s'arrêtera. nous reprenderons aux allemands les parts de marché qu'ils nous ont pris
a écrit le 08/03/2014 à 9:49 :
Commerce extérieur : quand cessera la chute? Mais simplement quand on aura reconquis notre marché intérieur!
a écrit le 08/03/2014 à 9:35 :
Ce que l'article oublie de dire...c'est qu'en France nous avons le nombre de syndicats le plus performant d'Europe...et que le dernier gouvernement socialiste ...grâce au matraquage fiscal et législatif ...va rendre l'économie encore plus compétitive avec l'invention dantesque du pacte de responsabilité pour tous...! comme si les seules entreprises créatrices de richesses avaient besoins de ce boulet politico/économique supplémentaire....
Réponse de le 08/03/2014 à 10:27 :
comment expliquez vous les déficits commerciaux de la France avant l'arrivée de hollande ???
a écrit le 08/03/2014 à 9:25 :
Heureusement que Sarkozy est là pour cacher toutes ces mauvaises nouvelles ! Vive Hollande, mon président adoré ! :)
a écrit le 08/03/2014 à 9:18 :
Le socialisme a toujours détruit la situation économique des pays (cf URSS, Europe de l'est, Vietnam, Cuba...). Pourquoi en serait-il autrement? Entrepreneurs et capitaux chassés, travailleurs taxés, branleurs magnifiés ne peuvent conduire qu'à la chute d'un pays.
Réponse de le 08/03/2014 à 12:18 :
on est un peu dans la caricature.
Réponse de le 09/03/2014 à 8:43 :
Ceci dit il faut reconnaitre que nous nous avons les champions du monde!
a écrit le 08/03/2014 à 8:46 :
la france etant un pays tres a gauche, c'est normal de chanter: ''' c'est la chute finale'''
a écrit le 08/03/2014 à 7:13 :
vous avez d'un coté des politicards qui plombent les entreprises en impots, et vous avez de l'autre les jeunes ingénieurs qui ne veulent plus bosser, sont devenus completement nuls et ne pensent qu'a etre des managers, laissant la technique de coté....

Bref, la France est en décadence a tout les niveaux: le niveau des grandes écoles est en chute libre, car le niveau baisse pour de multiples raisons mais la principale est le clientellisme et la nulllité de étudiants.
Réponse de le 08/03/2014 à 9:27 :
mais on comprends que vous ,vous êtes à la hauteur !!!
Réponse de le 08/03/2014 à 12:29 :
il est une preuve vivante du déclin mdr
a écrit le 08/03/2014 à 2:17 :
La chute cessera quand ceux qui votent allègrement les impôts pour les autres (et surtout pas pour eux-mêmes grâce aux indemnités non imposables) comprendront qu'avec un système aussi inique il vaut mieux faire dos rond et surtout ne pas investir et se décarcasser pour ceux qui se la coulent douce.
a écrit le 07/03/2014 à 23:16 :
Dans le commerce existe la filière agricole avec les normes françaises qui sont différentes des normes européennes. Le bio européen n'est-il pas compétitif en France?
a écrit le 07/03/2014 à 20:35 :
La faiblesse croissante et inquiétante de nos exportations est également liée à la quasi absence d'entreprises de taille moyenne contrairement à l'Allemagne.D'autre part ,la coopération entre entreprises est quasiment nulle et ce toujours contrairement à nos voisins d'outre Rhin.Nous payons des décennies d'abandons .C'est tout le tissu économique Français qui doit être repensé avec des banques qui jouent ENFIN LEUR ROLE ! Si nous voulons préserver notre modèle social (1/2 de la dépense publique Française) ,nous sommes condamneés à réussir ...sinon LA CHUTE !
a écrit le 07/03/2014 à 20:14 :
L'explication de nos déboires peut se résumer en 2 chiffres : 80% des exportations d'un pays sont faits par l'industrie, 10% : poids de l'industrie dans l'économie en France, dernière en Europe a égalité avec la Grèce. On exporte pas car à part les A380 on n'a plus d'industrie en France, la France est un désert industriel. C'est juste factuel.
a écrit le 07/03/2014 à 19:44 :
La chute cessera quand les socialos seront foutus dehors.
Réponse de le 07/03/2014 à 19:54 :
Pourtant elle a eu lieu sous les 10 ans de droite de 2002 à 2012, et depuis l'arrivée "des socialos" la courbe est repartie dans le bon sens!

Vos croyances ont du mal à résister à des faits simples!
Réponse de le 07/03/2014 à 20:26 :
et après leur départ ,c'est quoi le programme ?
Réponse de le 07/03/2014 à 20:59 :
Sauf que l'UMP, c'est du socialisme de droite ...
Toujours des partis étatiste qui veulent que l'état s'occupe de tout, et qui, in fine, nous font sombrer dans la médiocrité. Les seuls qui tirent leur épingle du jeu sont les membres de la classe politique.
Réponse de le 08/03/2014 à 8:48 :
l'industrie se degrade effectivement depuis que la droite est au pouvoir debutt 2000... une GRANDE raison est l'application ' full power' des.... 35 heures
Réponse de le 08/03/2014 à 12:20 :
Début 2000 c'est aussi l'arrivée de .... l'euro
a écrit le 07/03/2014 à 19:12 :
Malheureusement pour elle la France est dans l’euro. La seule solution pour faire disparaitre le déficit de la balance commerciale est de faire une dévaluation interne comme l’ont fait les grecques et les espagnols, en cassant la demande par la baisse des salaires. Si elle n’était pas dans la zone euro et avait sa propre monnaie en taux de change flottant, comme ses produits sont moins recherchés que les produits allemands ou d’autres, sa monnaie se déprécieraient par rapport à la monnaie allemande, il y aurait certes une diminution du pouvoir d’achat de la population par hausse des produits importés, mais le mécanisme économique qui se mettrait en place améliorerait la compétitivité prix des produits fabriqués en France. En Zone euro, la France, pour redevenir compétitive, devrait baisser le coût du travail de l’ordre d’un tiers selon une estimation de la banque Goldman Sachs.
Réponse de le 07/03/2014 à 19:56 :
C'est qu'a fait et continue de faire Hollande, mais comme les autres pays d'Europe le font aussi, c'est le peuple européen qui souffre.
Réponse de le 08/03/2014 à 7:56 :
Il faut distinguer baisse des salaires et baisse des charges. Ce sont les charges qu'il faut baisser et d'abord les charges publiques.
Réponse de le 08/03/2014 à 8:19 :
Les charges étant aux deux tiers "sociales", je suis assez d'accord pour ne plus cotiser, à votre pension par exemple...
Réponse de le 08/03/2014 à 11:18 :
oui il suffit de supprimer la sécu pour garder l'euro
a écrit le 07/03/2014 à 18:32 :
L'Euro n'a pas grand chose à voir. Ce sont surtout les produits. La clientèle se détourne de plus en plus du made in France sauf quelques créneaux comme le luxe et les alcools. Avec son système social unique au monde, il lui est impossible de proposer des produits de qualité avec bon rapport qualité/prix. Les grèves continuelles ne favorisent guère l'enthousiasme des clients potentiels. Sans oublier Montebourg : un véritable repoussoir.
Réponse de le 07/03/2014 à 19:58 :
C'est certain la petite Bourgeoise Pékinoise pense à Montebourg et aux grèves quant elle achète son sac à main Louis Vuitton à Shangai!
Réponse de le 08/03/2014 à 12:23 :
il ne nous a pas sorti les fonctionnaires qui empêchent d'acheter le sac à main Louis Vuitton dommage
a écrit le 07/03/2014 à 18:02 :
Ubifrance a développé une base de données des appels d'offres mondiaux. Nous l'utilisons dans notre entreprise et c est un bon outil pour exporter. Ça s appelle proao.
a écrit le 07/03/2014 à 17:32 :
Y a un truc très simple à comprendre, on est à la fois concurrencés par des produits ou services européens très performants au plan industriel (Allemagne dans la bagnole et les machines-outils mais pas seulement, Pays Bas dans logistique ou fleurs par exemple mais pas seulement) ou moins chers (Espagne ou Italie du fait des bas salaires ou de l'économie souterraine ou les deux et de conditions moins contraignantes en matière de transparence ou de lutte contre la corruption) et par les pays hors Europe comme le Brésil (devise faible et salaires faibles idem en ce qui concerne la corruption) ou l’Asie dont Japon (technologie élevée et monnaie dévaluée) Corée (salaires encore faibles et monnaie qui devrait se dépréciercar le yen a dévalué) ou même la Chine (technologie faible sauf exception et monnaie faible). Sur le plan de l'aviation civile (la France et l'Allemagne tiennent compte tenu des options de produits prises et qui se sont avérées les bonnes mais nous ne gagnons pas d'argent par rapport aux amerlocs avec leur dollar sous-évalué, et quand à l'armement ou à l'aéronautique de défense, nous pâtissons à la fois du dollar mais surtout nos produits sont bloqués par les amerlocs sinon il y a longtemps qu'on aurait vendu le rafale de Dassault et d’autres systèmes de défense qui valent les leurs,. quant à l'Espace notre lanceur Ariane est concurrencé depuis peu par de nouveaux opérateurs privés qui profitent du dollar faible, de couts techniques faibles et de subventions indirectes de la Nasa.
Réponse de le 07/03/2014 à 18:40 :
C'est ce que je ne cesse de dire : l'euro trop fort va finir par flinguer complètement l'industrie Française...
Réponse de le 07/03/2014 à 20:21 :
et puis sans l'euro, on se portait comment, avant ???!
Réponse de le 08/03/2014 à 9:31 :
Sans l'Euro, le Franc aurait déjà été attaqué, et Hollande aurait eu les pires soucis pour éviter l'effondrement total de l'économie française, si ce n'est par la mise en place d'un contrôle des changes.
a écrit le 07/03/2014 à 16:53 :
Quand vous virerez cette administration d’incompétents!
Réponse de le 10/03/2014 à 11:20 :
exactement ,le problème et la solution sont là .
a écrit le 07/03/2014 à 16:41 :
Le pari de revenir a l'équilibre est impossible. il n'y a qu'a voir le secteur automobile : acheter une clio c'est donner du travail aux espagnols ou aux turcs !!! Le made in france n'a aucun sens
Réponse de le 07/03/2014 à 16:44 :
Vous avez raison : la marche pieds nus, c'est excellent !
a écrit le 07/03/2014 à 15:57 :
Baisser l'euro revient à baisser les salaires, c'est une escroquerie. Si nous ne sommes pas capables de tenir une politique économique de monnaie forte, c'est à dire qui s'accompagne de compétitivité, et ça fonctionne pour ceux qui jouent le jeu, que faisons-nous la dedans?
Réponse de le 07/03/2014 à 16:38 :
Que faisons-nous dans une zone Mark en effet ? Nous n'avons pas la même géographie, ni la même démographie, ni la même histoire que l'Allemagne. Il n'y a aucune harmonisation fiscale ou bancaire avec nos voisins. Aucune cohérence fédérale non plus et ce n'est pas demain la veille que les allemands accepteront les transferts budgétaires ou les eurobonds. Que faisons-nous dans ce "machin" qui n'intéresse que l'oligarchie, soit 0,1% de la population française ?
Réponse de le 07/03/2014 à 20:22 :
BIEN DIT !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :