Anne Lauvergeon, au cœur d'une nouvelle tempête judiciaire

La gestion d'Areva est mise en cause par la Cour des comptes et fait l'objet d'une enquête préliminaire par la Brigade financière. En cause: l'achat potentiellement suspect d'UraMin, une société canadienne possédant des gisements d'uranium en Afrique. Anne Lauvergeon, qui dirigeait alors l'entreprise, affirme avoir agi dans la légalité.
Anne Lauvergeon a dirigé Areva de 2001 à 2011.
Anne Lauvergeon a dirigé Areva de 2001 à 2011. (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)

UraMin a-t-il été acheté trop cher? L'acquisition de cette société canadienne possédant des mines d'uranium en Afrique pour 1,8 milliard d'euros en 2007 fait, selon Le Monde, l'objet de deux enquêtes. L'une d'elles serait menée par la Cour des comptes, pour une période allant de 2006- à 2012. L'autre aurait été lancée par la brigade financière après que les Sages de la rue Cambon lui ont fait part de leurs doutes à propos de cette acquisition. Elle porterait sur la période 2007-2011. 

En cause, d'après le quotidien: des doutes émis par des experts sur la valeur réelle des sites d'UraMin en Namibie qui auraient été cachés à l'Etat, un actionnaire d'Areva. L'enquête viserait des faits de "présentation ou publication de comptes inexacts ou infidèles", "diffusion d'informations fausses ou trompeuses", "faux et usage de faux". 

Un effet de Fukushima?

L'ex-dirigeante a répondu officiellement dans un communiqué et déclare avoir apporté ces mêmes éléments de réponse lors d'une audition à la Cour des comptes la semaine dernière. Elle y met en avant la croissance de "30%" du chiffre d'affaires d'Areva entre 2001 et 2011 et les "3 milliards d'euros de dividendes" reversés à l'Etat actionnaire. 

Sur le fonds de l'affaire, elle répond:

"Concernant l'acquisition d'Uramin en 2007, considérée comme stratégique à l'époque, elle a été soumise et validée par toutes les instances de décision du groupe, et les règles de Gouvernance"

Anne Lauvergeon met enfin en avant les "conséquences sur le prix de l'uranium de l'accident de Fukushima intervenu le 11 mars 2011", comme justification de la dépréciation de la société minière intervenue à la fin de l'année 2011. 

"Atomic" Anne

L'avocat d'Anne Lauvergeon, qui a dirigé le groupe entre 2001 et 2011 a, de son côté, affirmé que cette opération avait en fait été menée par le successeur de la femme d'affaires, Luc Oursel, ainsi que l'ancien directeur des activités minières de l'entreprise Sébastien de Montessus. "Lors de son passage chez Areva Anne Lauvergeon ne s'est jamais occupée des mines, mais uniquement de l'atome: ce n'est pas pour rien qu'on l'a surnommée "Atomic Anne", a-t-il affirmé selon des propos rapportés par Le Monde

Enquête pour espionnage

L'entourage de l'ancienne dirigeante aujourd'hui administratrice de plusieurs entreprises dont Rio Tinto, est par ailleurs impliquée dans une affaire d'espionnage, liée elle aussi à l'affaire UraMin. Une entreprise suisse d'intelligence économique Arp Services, en particulier son dirigeant Mario Brero sont soupçonnés d'avoir espionné l'époux d'Anne Lauvergeon, Olivier Fric ainsi que de la fille d'un ancien cadre d'Areva afin d'obtenir des informations sur le rachat d'UraMin. 

(Article créé le 10/04/2014 à  13:14, mis à jour à 16:25)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 23
à écrit le 11/04/2014 à 15:01
Signaler
Je ne retiendrai qu'un nom: Olivier FRIC. Fric, comme pognon, flouze, oseille, grisbi pour les anciens...

le 16/04/2014 à 10:21
Signaler
@JB38 Et vous c'est "Git…Beh…" sans doute ?

à écrit le 11/04/2014 à 14:29
Signaler
La réactivité de l'Etat à vaguement tenter de corriger ses errements est impressionnante : On lance une enquête 7 ans après les faits.

à écrit le 11/04/2014 à 11:07
Signaler
C'est quelqu'un d'exceptionnelle et l'on en a plutôt besoin en ce moment ou l'on manque cruellement de techniciens au niveau politique, la situation de notre pays le prouve , ils parlent beaucoup mais agissent peu sur les évènements .

le 11/04/2014 à 14:25
Signaler
C'est de l'humour j'imagine? Entre Uramine et l'EPR cette boite aurait déjà coulée si elle avait été privée.

à écrit le 11/04/2014 à 10:33
Signaler
Elle a sa carte au PS, il ne lui manque plus que d'être condamnée pour pouvoir entrer au gouvernement.

à écrit le 11/04/2014 à 4:39
Signaler
lorsque l'on ditige une entreprise on ne fait pas le choix de ses responsabilités peu importe qui suivait le dossier si il y a eu malversation elle devra en prendre l'entière responsabilité. Nous connaissons responsable mais pas coupable cela n'est p...

à écrit le 11/04/2014 à 2:20
Signaler
Elle travaille trop le soir. Ou alors Monsieur Fric est hyperactif.

à écrit le 10/04/2014 à 21:15
Signaler
Moi je sais où elle cache ses valises...

à écrit le 10/04/2014 à 20:37
Signaler
C'est notre " élite "...dans toute sa splendeur...!!!!

à écrit le 10/04/2014 à 19:39
Signaler
Quand on vous dit "tous pourris" ; moi je veux bien le croire.

à écrit le 10/04/2014 à 18:32
Signaler
Quant on manipule de telles sommes d'argent, on n'a pas le droit à l'erreur Allez voir le patrimoine de cette dame qui comme les autres se défile après s'être remplie les poches peut être légalement peut être pas mais pour un salarié il n'y aurait p...

à écrit le 10/04/2014 à 18:17
Signaler
On nous avait dit que les femmes changeraient la politique ! le nombre de femmes mis en examen explose !

le 10/04/2014 à 21:35
Signaler
Vous nous prenez pour des naïfs ?

à écrit le 10/04/2014 à 17:58
Signaler
Il peut arriver à n'importe quel chef d'entreprise de faire une mauvaise affaire, et ce serait illégal ou frauduleux que si Mme Lauvergeon, un proche ou une relation en avait tiré un profit personnel, ce qui ne semble pas être le cas. Je ne vois pas...

le 10/04/2014 à 21:24
Signaler
Pas clair tout ça mais quand une boite comme areva achète une autre boite qui prétend avoir plein d'uranium, mieux vaut s'assurer qu'il y en a effectivement. Mais personne n'a jamais voulu dire clairement si la dépréciation d'uramin venait de la chu...

à écrit le 10/04/2014 à 17:40
Signaler
La France et ses élites. Il suffit d'avoir fait les meilleures écoles pour prétendre pantoufler dans l'industrie étatique après un confortable poste de "dircab" dans l'un ou l'autre des ministères. Le parcours est immuable et les pertes pour l'ETAT a...

à écrit le 10/04/2014 à 17:15
Signaler
Françoise Giroud disait en 1974 que la parité sera effective le jour où on nommera des femmes incompétentes à des postes de responsabilité.Phrase qui peut être également lue au masculin, cf secrétaire d'état aux affaires européennes. Pour Atomic Anne...

à écrit le 10/04/2014 à 16:25
Signaler
Je connais la plupart des protagonistes sauf le Suisse et il y en a pas un pour racheter l'autre. Mme Lauvergeon et les gens qu'elle a nommés ont couté un max à Areva qui a bien du mal à s'en remettre

à écrit le 10/04/2014 à 15:57
Signaler
je vais vite la nommer secrétaire d'état chargée du démentellement des centrales nucléaires et je demanderai à ma ministre de jla ustice de faire taire ces méchants magistrats qui veulent du mal à l'ancienne sherpa de mon mentor

à écrit le 10/04/2014 à 15:19
Signaler
elle ne s'occupait pas des mines !!!! mais aujourd'hui elle est administratrice chez Rio Tinto , un grand mondial dans les...mines la société de conseil de son époux a t-elle jouée un rôle dans le rachat de cette mine?

à écrit le 10/04/2014 à 14:50
Signaler
Moi Je pense qu'elle est honnête , mais savait-elle ? là est la question ?

le 10/04/2014 à 18:33
Signaler
A ce niveau-là, ne pas savoir est une faute. C'était un montant énorme, pas l'achat d'une carrière de graviers. Elle ne figure pas dans le gouvernement Valls, je pense que le dossier n'est pas vide. Après, elle peut être innocentée par rapport à la l...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.