"Le rachat d'Alstom par GE permettrait d'assurer son développement"

 |   |  679  mots
Aurélien Duthoit imagine davantage un rachat partiel d'Alstom, avec le secteur énergies, qui représente 70% des activités de l'industriel.  DR
Aurélien Duthoit imagine davantage un rachat partiel d'Alstom, avec le secteur "énergies", qui représente 70% des activités de l'industriel. DR (Crédits : DR)
La rumeur d'un rachat d'Alstom par l'américain General Electric a fait s'envoler le titre en Bourse (+17%) . Selon l'agence Bloomberg, GE proposerait 13 milliards d'euros pour l'acquisition du constructeur français de TGV. Une opération qui pourrait renforcer la position d'Alstom sur les marchés, selon Aurélien Duthoit, directeur des synthèses stratégiques chez Xerfi-Precepta.

Aurélien Duthoit, directeur des synthèses stratégiques chez Xerfi-Precepta, n'est pas surpris par la possibilité d'un rachat du spécialiste des infrastructures électriques et ferroviaires Alstom, qui souhaite lever des fonds. Mais il s'interroge quant à l'ampleur de cette opération, selon qu'elle concernera tout ou partie de l'industriel français, détenu à près de 30% par Bouygues. Le Figaro affirme jeudi après-midi que les discussions ne "porteraient que sur les activités "énergies" d'Alstom, et pas sur les transports". Entre une Opération publique d'achat (Opa) et une simple cession d'actifs, la donne change.

La Tribune : Quel sens industriel aurait un rachat d'Alstom par General Electric, l'un des plus grands groupes américains?

Aurélien Duthoit :  Tout dépend vraiment de l'ampleur de cette opération et des secteurs qu'elle va concerner. Il ne me semble pas inconcevable que GE souhaite racheter l'intégralité d'Alstom car ils ont des activités complémentaires. Par exemple dans les transports, le français a axé le développement de sa technologie dans l'acheminement des passagers alors que l'américain s'est spécialisé dans le fret. Une reprise de la partie transport permettrait à GE de se lancer dans un réseau ferroviaire à grande vitesse, aujourd'hui presque inexistant aux États-Unis.

Mais j'imagine davantage un rachat du secteur "énergies", qui représente 70% des activités d'Alstom. C'est celui qui génère le plus de bénéfice structurel et possède une bonne perspective de développement. Il faut tout de même rester prudent car s'il a une bonne position sur les centrales à gaz, il pourrait y avoir un problème au niveau de l'activité nucléaire. En effet, Alstom est l'un des premiers fournisseurs d'Areva pour la construction de centrales nucléaires, alors que GE est lui aussi déjà engagé sur des technologies similaires avec d'autres groupes, notamment au Japon.

Mais cette acquisition par GE pourrait rendre Alstom plus fort…

L'énorme avantage c'est que General Electric est l'un des plus gros groupes industriels au monde en termes de trésorerie, de production et de présence sur le globe. Alstom en sortirait renforcé sur certains marchés, comme celui des turbines où il est en concurrence avec l'allemand Siemens.

Justement, une telle opération ne serait-elle pas un nouvel exemple de l'incapacité de l'Union européenne à faire émerger des géants européens, capables de s'imposer à l'échelle mondiale ?

Certes, mais on touche ici à des questions de fierté nationale et de rivalités entre voisins. D'autant que les métiers d'Alstom et de Siemens se ressemblent. Le fait qu'ils ne soient pas complémentaires risquerait, à mon sens, de créer des doublons dans les technologies.

Y-a-t-il un quelconque lien avec l'échec du rachat de SFR par Bouygues, qui a finalement été remporté par Numericable ?

Bouygues étant l'actionnaire principal d'Alstom, on ne peut pas exclure que ces manœuvres de rapprochements soient le résultat indirect de la non-acquisition de SFR [pour lequel Bouygues a proposé 15 milliards d'euros en cash. NDLR]. Bouygues a montré qu'il souhaitait réorienter sa stratégie.

Dès ce matin, Manuel Valls indiquait « suivre le dossier avec attention ». Le gouvernement français, qui se montre très interventionniste, pourrait-il s'immiscer dans une telle opération et la politiser ?

Il y a en effet un risque de veto important de la part de l'État pour deux raisons. D'abord parce qu'Alstom a été « sauvé » par Nicolas Sarkozy en 2004 qui a favorisé une augmentation de son capital. Ce renflouement a été une opération salutaire pour le groupe, d'autant que l'État s'est ensuite désengagé. Alstom lui est donc un peu redevable, même si l'État n'est plus aux manettes.

Et puis il y a la charge symbolique que représente l'entreprise Alstom. Elle a fabriqué le train le plus rapide du monde et l'a exporté partout. C'est une fierté française. Si on annonce que la technologie du TGV va passer sous pavillon étranger, cela va créer une réaction épidermique. Alstom n'est pas un groupe comme les autres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2014 à 15:20 :
Que va-t-il rester aux générations futures... A part chômage et pauvreté... Dans un pays escargot, sans industrie, duquel fuient tous nos cerveaux (a juste titre au regard des perspectives résultant des politiques menées) qui, dans le passé, ont contribué à créer tous nos fleurons... La caste politique n'a visiblement pas fini son œuvre de destruction massive : et pour ma part, je pense que c'est de la trahison.
a écrit le 27/04/2014 à 8:22 :
"Le rachat d'Alstom par GE permettrait d'assurer son développement" => C'est une blague ??? Je me permets de rappeler que les 73% du business cédé touche les parties les plus lucratives! Nous avons besoin de ces "savoir faire" pour entretenir demain tout notre parc énergétique!!!!! Même si voir partir le TGV ça fait mal, Là on démantèle un groupe stratégique qui a une réelle histoire, c'est notre patrimoine!! Que l'on essaye de "dealer" en moins d'une semaine à l’insu de tous!!! Nous ne sommes pas dans le même contexte que 2004!!!!! P.Kron nous prend vraiment pour ce qu'on est pas!!
a écrit le 26/04/2014 à 18:38 :
Comme d'hab plus de chômage : licenciement de salariés, et reprise des savoir s faire... après faudra acheter les tgv à ge : creusement du deficit de la balance commerciale. ..
a écrit le 26/04/2014 à 11:35 :
les Américains achètent Français, cela devrait réjouir Montebourg dont le crédo est "Acheter Français " non ? Son opposition à ce rachat n'est-elle pas purement idéologique ?
a écrit le 25/04/2014 à 16:21 :
ah Xerfi !
Les specialistes du rien à fort cout.
Pas une approche sur AT transport.
Réponse de le 25/04/2014 à 17:10 :
Des maquignons ...
a écrit le 25/04/2014 à 16:10 :
Si GE ne reprend pas Alstom.. c'est la fin d'Asltom transport dans le monde... d'ici a 10 ans. les gros projets transports sont vendu en LOA.. donc budgété par le fournisseur directement.. le client achete un loyer avec tout compris.
a écrit le 25/04/2014 à 15:43 :
effectivement Alstom n/est pas un groupe comme les autres car noyauté par la C.G.T. toute puissante !
a écrit le 25/04/2014 à 14:49 :
les réactions épidermiques, est-ce la nouvelle version du sentiment d'insécurité de 2002...?
Réponse de le 25/04/2014 à 16:12 :
on t'en pose des questions ?? un peu de courage... allez donne ton opinion et on te reponds
a écrit le 25/04/2014 à 13:49 :
le TGV a vu le jour grâce à l' électronique de puissance américaine ! Nous nous couvrions de ridicule à l' époque avec le stellite TDF .
Alsthom doit comme la Snecma (Safran) assurer son avenir ave un partenaire ayant une surface financière et commerciale indiscutable .
Réponse de le 25/04/2014 à 15:48 :
Alstom n/a ni; la surface financière ,ni commerciale indiscutable indispensables a l/international !
Réponse de le 27/04/2014 à 20:00 :
Pardonnez mon ignorance crasse, mais qu'est ce que ce "stellite TDF" ?
a écrit le 25/04/2014 à 10:09 :
l'intéret d'une participation américaine est de permettre d'ouvrir à Alstom le marché US aujourdhui fermé par le protectionisme . Le danger de délocalisation est quand même bien moindre que lorsque l'on vend à l'Inde,la Chine,etc (Cf Arcelor).
De plus le partenaire GE est un partenaire compétent et loyal .
Mieux vaudrait donc voir cette évolution que de laisser Alstom dans l'isolement qui a conduit Peugeot au désastre
Quant au compétences ,Alstom et GE sont de même niveau technologique
Réponse de le 25/04/2014 à 17:11 :
La solution au protectionnisme américain ne doit surtout pas être de leur vendre toutes nos entreprises en espérant un accès à leur marché, mais un protectionnisme réciproque. Sinon, de qui se moque t'on ?
Réponse de le 27/04/2014 à 8:58 :
Merci @clodef, c'est du grand n'importe quoi au-dessus!!! Vendons tout...et puis achetons leurs à leurs prix, idée typique d'une vision à court terme. Je suis triste car effectivement, nous n'avons jamais su faire ce protectionnisme, c'est nos ingénieurs qui sont allés former nos soit disant clients/partenaires partout dans le monde... Vu qu'on arrivait pas à leur vendre nos produits, on leur a vendu les technologies et la formation en prime... Pas con le français!!
a écrit le 25/04/2014 à 9:42 :
On vend nos usines et surtout les brevets qui vont avec, puis nos usines sont fermées et nous achetons au prix fort ce que nous savions très bien faire à un prix raisonnable!!!
Réponse de le 25/04/2014 à 15:50 :
triste réalité voir Peugeot soldée aux chinois !
Réponse de le 27/04/2014 à 7:46 :
Triste réalité devenu courante!! Nous n'avons jamais su vendre et protéger nos idées! C'est une honte pour nos enfants et le patrimoine français! Continuons également à vendre ce qui rapporte encore car même si la vente de transport aurait touché l'image emblématique du TGV, là on cèderait les 73% qui rapporte!!!! Bravo et merci pour nous
a écrit le 25/04/2014 à 8:55 :
Par quel mal étrange les dirigeants de groupes français ne voient-ils que ce qui se trouve à l'ouest et jamais à l'est ?
A quoi ça sert de faire l'Europe si c'est pour tout brader à nos «amis» les américains. Que restera-il lorsque tout sera vendu?
Réponse de le 25/04/2014 à 16:14 :
si tu connais Siemens.. tu dis pas la meme chose... donc bon... tes generalités sont bonnes mais dans ce cas là ca marche pas.
a écrit le 25/04/2014 à 8:35 :
On peut faire tout le mécano industriel qu'on veut, mais il faut que des capacités de construction de centrales électriques et de trains restent en France ou en Europe parce que c'est stratégique. C'est d'ailleurs un des fonds de commerce de GE : construire ce genre d'équipements aux USA pour les USA. Alstom n'a pas de charge symbolique, bien au contraire : on en a besoin pour continuer à exister. C'est aussi simple que cela.
Et faisons l'Airbus des équipements stratégiques en regroupant Alstom et Siemens. Enfin !
a écrit le 25/04/2014 à 7:20 :
"Si on annonce que la technologie du TGV va passer sous pavillon étranger, cela va créer une réaction épidermique."

2018 : cette annonce de la fermeture de l'ensemble du parc nucléaire par le gouvernement Duflot risque de créer une réaction épidermique

2021 : cette création de grandes régions risque de créer une réaction épidermique

2022 : cette libre circulation élargie à tout le pourtour de la méditerranée risque de créer une réaction épidermique

2024 : ce rattachement de la Lotharingie (Alsace et Lorraine) comme Lander allemand risque de créer une réaction épidermique

2025 : cette annonce du rachat de Airbus par la Chine risque de créer une réaction épidermique.

2026 : cette conversion de Notre-Dame de Paris en temple bouddhiste risque de créer une réaction épidermique

2027 : cette délocalisation de la R&D d'Alstom aux Etats-Unis, de son siège social au Luxembourg et de sa production en Chine risque de créer...
a écrit le 25/04/2014 à 6:37 :
"Le rachat d'Alstom par GE permettrait d'assurer son développement"

Un peu comme le rachat de la Seita par Imperial Tobacco ?
Réponse de le 25/04/2014 à 16:17 :
et oui . ca s'apelle la lutte des classes. Elle existe toujours et de plus en plus.

On parle du dev d'alstom pas du deevloppement dans le bine etre des ouvriers... faut pas confondre et mettre de sentiments là dedans.
a écrit le 25/04/2014 à 0:52 :
"l'entreprise Alstom. Elle a fabriqué le train le plus rapide du monde et l'a exporté partout"
Oui, Alstom a bien fabriqué le train le plus rapide du monde. Par contre on ne peut pas dire que l'exportation de ce "fleuron français" soit une grande réussite. Le dernier en date, l'AGV, est un flop commercial. Les concurrents Siemens et Bombardier savent aussi construire des trains à grande vitesse et surtout arrivent à les vendre !
a écrit le 24/04/2014 à 21:20 :
L'Etat des canards colberts boiteux sauvera-t-il l'entreprise pour la grande stratégie nationale comme on associe psa avec Dongfeng? On n'est pas dans le grand pardon, on est dans le grand Paris, un pont plus loin, genre kwai, et quand est-ce qu'on prend les datchas?
a écrit le 24/04/2014 à 21:05 :
Rhoo, l'oncle sam prendrait une grande entreprise française? c'est de l'amicale du travail? Achetez vendez! On subventionne come pour Doux? ça rappelle GDF suez, on fusionne à défaut d'avoir de quoi se défendre... on est dans les grandes manœuvres. Les grands commis aux manettes vendront quand Versailles et le Louvre?
a écrit le 24/04/2014 à 20:58 :
Première nouvelle. Alsthom un des premiers fournisseurs d AREVA?? Beaucoup de contre vérité et méconnaissance du secteur dans cet interview notamment sur les synergie possible.
Réponse de le 25/04/2014 à 8:13 :
Hum..."Alsthom", c’était il y a 15 ans, maintenant, c'est Alstom sans le "h"...
méconnaissance vous disiez ? ;-)
a écrit le 24/04/2014 à 18:50 :
On se moque un peu des opérateurs téléphoniques qui sont des fabricants de courants d'air d'une "noblesse" toute récente ... un de perdu, dix de retrouvés. En revanche, Alstom est un des diamants du collier France, les américains le convoitent POUR EUX, ce sera General Electric et rien d'autre, ne nous faisons aucune illusion !
Réponse de le 27/04/2014 à 8:48 :
Malheureusement 100% d'accord avec vous. Je suis triste de voir ce qu'on fait de ce qu'on on a donné. On a été suffisament con pour vendre nos technologies en même temps que nos produits!! Et là on se débarrasse de la bijouterie(juste 73% qui marche), Bravo et merci P.Kron!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :