523 euros : ce que les stagiaires devraient gagner au minimum par mois dès 2015

 |   |  495  mots
Les parlementaires valident une hausse de 20% de la rémunération minimum des stagiaires. /Reuters
Les parlementaires valident une hausse de 20% de la rémunération minimum des stagiaires. /Reuters (Crédits : reuters.com)
Une commission mixte parlementaire a entériné une hausse de 20% de la gratification minimale des stagiaires. Elle ne reste obligatoire qu'à partir de deux mois de stage, mais pourra être perçue dès le premier mois.

Les stagiaires seront (un peu) mieux rémunérés. Au Parlement, une commission mixte paritaire (7 députés et 7 sénateurs) a trouvé un accord dans la nuit de mardi à mercredi sur une rémunération minimale des stagiaires de 523,06 euros par mois. La hausse de 87 euros proposée par le PS et votée le 15 mai par le Sénat a donc été validée.

Gratification du stage au bout de deux mois

En revanche, plusieurs propositions de réforme du statut des stagiaires ont été abandonnées. Ainsi, selon le texte qui doit encore être voté définitivement, la gratification reste obligatoire à partir de deux mois de stage révolus et non un seul comme le souhaitaient les sénateurs. Mais les stagiaires ayant droit à une gratification pourront être rémunérés dès leur premier mois de stage. 

Entrée en vigueur décalée

En outre, le texte définitif devrait être devrait entrer en vigueur en septembre 2015  - au lieu de septembre 2014 -  le temps de laisser les "petites structures publiques ou associatives" voter leur budget, a expliqué à l'AFP Chaynesse Khirouni, députée de Meurthe-et-Moselle et chargée du dossier. 

Tickets-restaurants, remboursement des frais de transport

Par ailleurs, le compromis valide les propositions du Sénat concernant l'alignement des avantages offerts aux stagiaires sur ceux des employés de l'entreprise. Les stagiaires pourront ainsi bénéficier de titres restaurants, d'un accès au restaurant d'entreprise et/ou du remboursement partiel des frais de transports si les salariés de l'entreprise bénéficient déjà de ces avantages. 

"Un recul pour un progrès"

Les ministres de l'Education Benoît Hamon, du Travail François Rebsamen et la secrétaire d'Etat chargée de l'Enseignement supérieur Geneviève Fioraso se sont réjouis dans un communiqué commun :

"Il s'agit de mesures fortes en faveur de l'amélioration de la situation sociale des jeunes. Ce texte, qui concrétise un engagement de campagne du président, renforcera la dimension pédagogique des stages et permettra de lutter contre les abus qui pénalisent les jeunes"

Si, au mois de mai, le collectif Génération-Précaire, qui défend l'intérêt des stagiaires, indiquait  de son côté "se réjouir des avancées concrètes obtenues au Sénat dans la discussion sur la proposition de loi sur les stages", le ton a quelque peu changé ce mercredi. Ainsi, Julien Bayou, porte-parole de EELV et membre de Génération Précaire s'offusque sur Twitter : 

Le gouvernement ayant engagé la procédure accélérée, le texte n'a fait l'objet que d'une seule lecture dans chaque chambre. Le compromis intervenu doit désormais être voté une dernière fois à l'Assemblée et au Sénat. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2014 à 3:53 :
Je trouve cette réforme intéressante. Étant stagiaire français au Québec, je me réjouis que les stages en France soient payés (Ici, je fais exactement le même travail qu'un employé et je ne touche rien, que du bénévolat). 523 euros n'est pas à l'image de se que l'on réalise mais combien de pays dans le monde paye ses stagiaires ? C'est un moyen de s'intégrer facilement dans le monde du travail, de se faire de l'expérience et de gagner un peu d'argent.
Pour un fois que ce gouvernement fait quelque chose de sensé, on ne va pas cracher dessus.
a écrit le 05/06/2014 à 3:46 :
Je trouve cette réforme intéressante. Étant stagiaire français au Québec, je me réjouis que les stages en France soient payés (Ici, je fais exactement le même travail qu'un employé et je ne touche rien, que du bénévolat). 523 euros n'est pas à l'image de se que l'on réalise mais combien de pays dans le monde paye ses stagiaires ? C'est un moyen de s'intégrer facilement dans le monde du travail, de se faire de l'expérience et de gagner un peu d'argent.
Pour un fois que ce gouvernement fait quelque chose de sensé, on ne va pas cracher dessus.
a écrit le 04/06/2014 à 19:34 :
Tiens ... Le smic jeune! C bien comme ça les entreprise n auront plus de scrupules a enchaîner les contrats de stages
a écrit le 04/06/2014 à 19:33 :
cette somme n'est pas pour encourager les stagiaires! c'est une aumône pour le travail qu'ils font! on exploite les individus, c'est carrément dégueulasse !!!!!! et dire que les politicards sont payés à rien faire......
a écrit le 04/06/2014 à 17:49 :
A quelques euros près, c'est le montant du RSA. Voilà ce que vaut le travail d'un stagiaire. C'est motivant.
Réponse de le 05/06/2014 à 8:36 :
Un loi qui accouche d'une souris
a écrit le 04/06/2014 à 17:29 :
Vous êtes/avez été stagiaire ? Faire le même travail qu'un cadre et le même temps de travail, en étant payé 436€ par mois, ça vous paraît vivable si on n'a pas de soutien extérieur ?

C'est une réforme qui va évidemment dans le bon sens... les stages sont très importants pour insérer les jeunes mais il y a parfois des abus de la part surtout des grandes entreprises. Encore faut-il avoir un minimum de recul et de réflexion pour s'en rendre compte au lieu d'être dans un discours mécanique de mépris de tout ce que font nos dirigeants.
a écrit le 04/06/2014 à 17:12 :
Super idée !!! ce n'est déja pas facile pour les jeunes de décrocher des stages en entreprise pour se mettre le pied à l'étrier du marché de l'emploi, mais alors la ca va tout améliorer !!!! Mais il est vrai qu'il faut empêcher les affreuses et méchantes entreprises d'abuser de la faiblesse notre jeunesse. Encore une excellente idée de notre non moins excellent gouvernement.
Réponse de le 04/06/2014 à 20:42 :
Ben les jeunes auront des stages de 59 jours maximum, pas 60 ni 61.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :