Dans les entreprises du CAC 40, un administrateur sur trois est une femme

 |   |  512  mots
Najat Vallaud-Belkacem, la ministre du Droit des femmes, dévoilait ces chiffres ce jeudi à l'occasion de l'ouverture du Global summit of women (Sommet mondial des femmes) à Paris. (Photo : Reuters)
Najat Vallaud-Belkacem, la ministre du Droit des femmes, dévoilait ces chiffres ce jeudi à l'occasion de l'ouverture du Global summit of women (Sommet mondial des femmes) à Paris. (Photo : Reuters) (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Un seuil symbolique (30%) vient d'être dépassé dans les conseils d'administrations des entreprises françaises cotées au CAC 40. Mais dans les instances exécutives, le plafond de verre reste solide.

Débattre (ou se disputer) avec des femmes, eux y sont contraints. N'en déplaise à Vladimir Poutine, les conseils d'administration français semblent d'ailleurs s'être soumis à cette obligation légale avec une certaine bonne volonté. 

Trois fois plus de femmes en cinq ans

Les conseils d'administration des entreprises du CAC 40 comptent désormais 30,3% de femmes, selon le baromètre réalisé par le cabinet Ethics and Board. En un an, cette part a gagné deux points, et elle a même triplé en cinq ans. 

Des entreprises plus petites, celles du SBF 120, ont suivi le mouvement, avec un rythme encore plus rapide. La part des femmes dans leurs conseils d'administration progresse de 3,1 points à 28,8%. 

Une autre étude, réalisée en 2013 par le cabinet Ernst and Young, qui prenait en compte davantage de sociétés, évaluait à 24% la part des femmes dans les conseils d'administration.

40% en 2017

Ces sociétés se plient à la loi Copé-Zimmermann qui impose un minimum de femmes dans ces instances dirigeantes aux entreprises de plus de 500 salariés et  réalisant plus de 50 millions de chiffre d'affaires. L'objectif pour 2014 était de 20%, il est donc déjà dépassé. Pour 2017, il devra être de 40%. 

Najat Vallaud-Belkacem, la ministre du Droit des femmes, dévoilait ces chiffres ce jeudi à l'occasion de l'ouverture du Global summit of women (Sommet mondial des femmes) à Paris. À ses yeux, ces chiffres "attestent de la réussite de la stratégie choisie par la France qui a fixé des quotas"

Cumulardes... 

Toutefois, ces résulatts occultent d'autres blocages qui relèvent eux aussi du "plafond de verre". D'abord les femmes qui sont choisies dans ces conseils cumulent régulièrement plusieurs postes. Ce qui, selon les points de vue, révèle la difficulté de "trouver de nouvelles têtes" ou bien les réticences des dirigeants à nommer des femmes qu'ils ne connaissent pas. 

>> Cumulardes, étrangères, seniors... qui sont les dames du CAC 40?

Par ailleurs, certains observateurs pointent le fait que les administratrices se voient moins souvent que les hommes confier des tâches jugées cruciales pour la croissance à court terme de l'entreprise. Elles sont ainsi moins fréquentes qu'eux dans les comités de stratégie et bien plus souvent membres des comités d'éthique ou chargées de la responsabilité sociale des entreprises, comme le pointe cette étude de l'Observatoire de la Parité. 

Encore rares dans les "Codir" et les "Comex"

En outre, dans d'autres instances dirigeantes, dont les membres ont des rôles exécutifs, les femmes sont encore rares. Dans les entreprises du CAC 40, seules 10,3% des membres de comités de direction ou des comités exécutifs sont des femmes. Elles sont 12,1% dans les entreprises du SBF 120. Soit, respectivement, une hausse de 0,3 et 0,1 point depuis septembre. Ces comités ne sont pas soumis à des quotas. 

Quelques entreprises (27 en tout) ont cependant, fait montre de bonne volonté, selon le ministère du Droit des femmes. Elles ont en effet pris des engagements pour rendre leurs postes exécutifs plus paritaire. Dix autres devraient s'y associer prochainement. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2014 à 12:49 :
Vous êtes devenues des cibles en pourcentage. Votre compétence n'est pas un sujet !!!!
Réponse de le 05/06/2014 à 15:16 :
Parce que pour les 70% d’hommes le problème de compétence ne se poserait pas !! La différence statistique ne se justifie pas en terme de formation, c’est donc l’insuffisance du concept de “plafond de verre” pour penser toute la problématique d’accès des femmes aux responsabilités : l’obstacle ne se dresse pas qu’à la porte des instances de direction, mais c’est sur tout un parcours semé d’embûches qui retarde les carrières féminines, qu’il faut pouvoir agir, étape par étape. Où l’on note en particulier un vertigineux “gap” femmes/hommes au moment de passer du niveau d’entrée dans l’entreprise au niveau “middle management”.
a écrit le 05/06/2014 à 12:24 :
Une question : est-ce que leurs salaires sont-ils égaux à ceux de leurs collègues hommes ?
Réponse de le 05/06/2014 à 14:20 :
Un administrateur ne touche pas de salaire, mais des jetons de présence. Bien sûr les mêmes pour chacun(e)....
a écrit le 05/06/2014 à 11:47 :
Que c'est con de faire de la politique sur des statistiques, et à nouveau diviser les français par leur sexe, revenu, origine...
Il y a 80% de joueur de consoles qui sont des hommes... Que faut-il faire? Des aides pour les femmes lors de l'achat d'une console. S'il y a plus d'hommes motivés par le pouvoir et la cupiité, c'est normal d'en avoir plus en bout de chaine. Les cotas sont une stupidité de la bien pensance qui ruine notre pays...
Réponse de le 05/06/2014 à 12:50 :
Ces politiques de soi disant "bonne morale" ne servent en rien a améliorer notre économie alors que nous sommes dans la panade
Réponse de le 05/06/2014 à 13:20 :
les femmes ont parfois des "handicaps" pouvant nuire à une carrière: grossesse, allaitement, troubles menstruels,...,et il est normal de compenser ceci.
Par contre, faire des différences entre les individus, hormis sur un temps donné pour changer plus vite les mentalités, est profondément antirépublicain et devrait être interdit par le conseil constitutionnel.
Réponse de le 05/06/2014 à 16:45 :
Avez-vous déjà eu l'impression qu'un emploi vous avait été refusé en raison de votre sexe? Avez-vous déjà vu quelqu'un faire l'objet d'un traitement inéquitable sur la base de ce critère, ou vous a-t-on demandé d'appliquer un traitement discriminatoire à l'égard d'autrui pour ce même motif? Avez-vous été victime d'insultes ou de harcèlement, ou avez-vous eu l'impression que l'on vous traitait de manière inappropriée en raison de votre sexe? C’est pour tout ce sexisme que la justice française et Européenne à forgé des règles de non-discrimination liée au sexe.
« Les femmes seront électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes »
Article 17 de l’ordonnance du 21 avril 1944.
L'intégration de la dimension de genre est la prise en compte de cette dimension dans toutes les étapes du processus politique - élaboration, application, suivi et évaluation - en vue de favoriser l'égalité entre les femmes et les hommes. Il s'agit d'évaluer la manière dont les politiques influent sur la vie et le statut des femmes et des hommes - et d'assumer la responsabilité de leur modification si nécessaire. Quel que soit le domaine d'activité, les femmes sont sous-représentées aux postes à responsabilité. Les raisons de cette sous-représentation des femmes au pouvoir et dans la prise de décision sont multiples et complexes. En particulier dans les plus hautes sphères, les femmes restent largement sous-représentées aux postes de haut niveau, et ce aussi bien en politique que dans le monde des affaires ou dans d'autres domaines.
Réponse de le 19/06/2014 à 9:07 :
taranis On ne s'affole sur les écrits tenus ci-dessus qui sont simplement des provocations pour vous émouvoir.Allez Taranis foncez oh les cœurs.
a écrit le 05/06/2014 à 10:58 :
connait-on approximativement le nombre de femmes potentiellement apte(au sens parcours professionnel compatible avec) à cette fonction par rapport aux hommes ?
Réponse de le 05/06/2014 à 14:22 :
(Simone Veil): "Nous serons arrivés à l'égalité quand il y aura autant de femmes incompétentes dans les Conseils d'Administration qu'il y a aujourd'hui d'hommes incompétents"
Réponse de le 05/06/2014 à 14:49 :
justement le nombre d'un administrateur sur 3 qui est une femme peut sembler beaucoup dans cette population particulièrement masculine d'incompétents
Réponse de le 05/06/2014 à 15:15 :
Les femmes assument aujourd’hui pleinement leur désir de réussir au plus haut niveau, quitte même à consentir plus volontiers qu’hier à d’éventuels sacrifices pour atteindre leurs objectifs. On ne pourra plus dire qu’elles veulent le beurre et l’argent du beurre! Elles persistent néanmoins à exprimer une moindre confiance en elles que leurs homologues masculins Mais cette prise de conscience du rôle clé de la “self confidence” dans l’accomplissement professionnel ouvre aux femmes de réelles perspectives pour se donner les moyens de développer leur potentiel par delà le domaine des strictes compétences techniques. La grande inconnue à ce jour demeure la question de la parentalité. Son articulation avec le développement de carrière sera-t-elle mieux “négociée” et dans les relations avec l’employeur et au sein des foyers par les femmes nées après 1980 que par leurs aînées ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :