Intermittents : de l'accord du 22 mars au festival d'Avignon, un résumé de l'intrigue

Deux spectacles d'ouverture annulés à Avignon vendredi, des représentations à Aix-en-Provence perturbées et d'autres événements culturels menacés... La mobilisation des intermittents se poursuit en ce début de saison des festivals, après plusieurs mois de lutte. Résumé du drame qui se joue autour de l'assurance chômage des intermittents du spectacle.
Comme lors de la précédente contestation de 2003, Avignon fait figure de principal théâtre des opérations des intermittents. Le plus grand festival de théâtre du monde, off compris, rapporterait en tout 25 millions d'euros à la ville. (Photo: Reuters)
Comme lors de la précédente contestation de 2003, Avignon fait figure de principal théâtre des opérations des intermittents. Le plus grand festival de théâtre du monde, "off" compris, rapporterait en tout 25 millions d'euros à la ville. (Photo: Reuters) (Crédits : reuters.com)

Le Prince de Hombourg n'ouvrira pas le bal à Avignon. La recréation par l'italien Giorgio Barberio Corsetti, 53 ans, après la célèbre version avec Gérard Philippe et Jean Vilar de la pièce de Kleist, qui devait ouvrir le festival d'Avignon "in" au Palais des Papes, est annulée.

De même, l'autre spectacle d'ouverture, un ballet du chorégraphe belge Alain Platel au nom prédestiné (Coup fatal) est lui aussi annulé. En fin de matinée Olivier Py, le directeur du festival, a annoncé ces décisions votées la veille par une large majorité des employés de l'organisation. Le coût de ces annulations était estimé à 29.000 euros en billetterie. Les possesseurs de billets pourront soit se faire rembourser, soit choisir un autre spectacle du festival.

Deux décisions qui couronnent plusieurs mois de lutte des intermittents du spectacle et laissent présager un été chaud sur la scène culturelle. Pour ceux qui n'auraient pas suivi de près ce conflit social qui secoue l'un des secteurs les plus rentables pour l'économie française, en voici un résumé. 

  • L'argument

Au cœur de la contestation, l'accord sur l'assurance-chômage conclu entre partenaires sociaux le 22 mars. Celui-ci prévoit, entre autres, l'extension du délai de carence pour obtenir les indemnisations chômage à un plus grand nombre de bénéficiaires et la hausse des cotisations.

>> >> Les raisons de la colère des intermittents du spectacle

  • Prologue

Avant même l'annonce de l'accord, la mobilisation s'est organisée, avivée par les positions du Medef. En février, l'organisation patronale avait proposé un alignement de l'assurance-chômage des intermittents sur celle des intérimaires. Et ce, malgré les spécificités des métiers concernés qui, par définition, ne garantissent pas des rentrées de revenus régulières.

En mai, pendant le festival de Cannes, le plateau du Grand Journal est investi, tandis que d'autres actions sont organisées un peu partout en France et que le PS se divise sur la question.

  • Ouverture

C'est surtout au mois de juin que le mouvement s'intensifie.  Le 4, la Traviata, qui devait ouvrir le Printemps des Comédiens à Montpellier, est annulée. 

La semaine suivante, le festival d'art lyrique d'Aix-en-Provence donne aux protestataires l'occasion de s'exprimer. Anne Hidalgo, nouvellement élue à la mairie de Paris, écrit à François Rebsamen, le ministre du Travail, pour lui demander de "rouvrir" la discussion sur l'assurance-chômage des intermittents. Sa consœur lilloise Martine Aubry avait déjà fait la même chose en mai. 

Fin juin, à l'approche du 1er juillet, date à laquelle la nouvelle convention d'assurance-chômage entrait en vigueur, et au début de la saison des festivals, les tensions s'accroissent.

  • L'intrigue se complexifie

Ainsi, le 19 juin, Manuel Valls annonce-t-il un "geste". Tout en prévenant que la réforme sera agréé par l'Etat, le gouvernement prévoit de ne pas appliquer la modification concernant le délai de carence. De façon transitoire, c'est l'Etat qui prendra le relais. Coût estimé: 90 millions d'euros.  En outre, une mission ad hoc est nommée afin de proposer un nouveau statut pour les intermittents. 

>> Intermittents: ce que propose le gouvernement

  • L'apogée?

Cette tentative d'apaisement échoue. Et la semaine suivante, la ministre de la Culture Aurélie Filipetti publie une tribune dans Le Monde dans laquelle elle appelle les artistes et les techniciens qui protestent à maintenir les représentations prévues au cours de l'été.

A Avignon, le message n'est entendu qu'en partie: le 2 juillet, le "in" vote à 80% le maintien des principales représentations mais, le lendemain, il décide d'annuler la première du Prince de Hombourg

Ailleurs en France, d'autres événements culturels pourraient être perturbés voire suspendus dans les prochains jours. En effet, la CGT Spectacle a maintenu son appel à une "grève massive" dans tout le pays ce vendredi. A Paris, le Théâtre de la Ville, par exemple, affichait jeudi son soutien sur Twitter aux protestataires d'Avignon:

#intermittents#JournéeMobilisationNationale : le @TheaVilleParis ! La pluie ne nous arrête pas #TDV4JUILpic.twitter.com/Yt3KgqWqJc

- Théâtre de la Ville (@TheaVilleParis) 4 Juillet 2014
  • Les acteurs

Sur scène, la ministre de la Culture, Aurélie Filipetti se retrouve au premier rang. Ce vendredi, elle a déclaré "respecter absolument le droit de grève""Cela fait onze ans  qu'ils sont inquiets, celaa fait onze ans qu'ils veulent une vraie réforme du régime de l'intermittence", a-t-elle jugé sur France Inter.

D'autres figures émergent. C'est le cas du triumvirat nommé fin juin par le gouvernement. Il comprend Jean-Patrick Gille, député PS, et rapporteur de la mission d'information sur les métiers artistiques, Hortense Archambault, qui a codirigé le Festival d'Avignon et Jean-Denis Combrexel, ancien directeur général du Travail. Chargés de redéfinir le statut des intermittents, ils se réunissent tous les jeudis jusqu'au 24 juillet et doivent reprendre leurs travaux en septembre. Leur rapport est attendu pour décembre. 

Du côté des directeurs de festival, le metteur en scène Olivier Py, qui fut entre autres directeur du théâtre de l'Odéon, se retrouve plus que jamais sous les projecteurs en tant que maître d'oeuvre à Avignon. A Aix, c'est Bernard Focroulle, ex-directeur du Théâtre de la Monnaie à Bruxelles, qui se retrouve en première ligne. 

Chez les intermittents, les comédiens Samuel Churin et Nicolas Bouchaud ont régulièrement pris la parole dans les médias. Ils sont loin d'être les seuls. 

  • Les décors

Comme lors de la précédente contestation de 2003, Avignon fait figure de principal théâtre des opérations. Le plus grand festival de théâtre du monde, "off" compris, rapporterait en tout 25 millions d'euros à la ville. Pour l'instant, un blocage total n'est pas prévu. L'annulation des deux spectacles d'ouverture ne devrait pas empêcher la diffusion sur France 2 de la répétition générale qui s'est tenue jeudi soir. Seule la météo pourrait perturber sa retransmission sur grand écran à Marseille et Avignon. Mais d'autres actions doivent avoir lieu. Ainsi la parade ouvrant traditionnellement le "off" sera-t-elle silencieuse. 

Non loin d'Avignon, le festival Aix-en-Provence se poursuit malgré quelques perturbations. Ainsi, l'opéra Ariodante de Haendel a-t-il été interrompu à deux reprises jeudi en raison d'une manifestation qui s'est tenue à proximité de l'Archevêché où avait lieu la représentation. Bernard Focroulle avait lui aussi agité les risques financiers d'éventuelles annulations prévenant que chaque représentation annulée à Aix "coûterait au moins 150.000 euros". La tenue de Il Turco in Italia de Rossini, à l'Archevêché toujours, reste incertaine. 

  • Quelques répliques choc

"Je donne de l'humanité aux gens qui m'en refusent, qui contestent mon statut de poète."

Une phrase lancée lors du festival Étonnants Voyageurs qui se tenait à Saint-Malo du 7 au 9 juin par Yvon Le Men, poète breton radié rétroactivement du régime des intermittents et qui doit rembourser près de 30.000 euros d'indemnités. 

"Valls est donc aux ordres du Medef? Nos actions ne connaîtront pas de pause".

Un tweet qui a beaucoup "tourné" sur les comptes des différentes coordonnations régionales d'intermittent, comme ici, en île de France

Dans sa tribune publiée par le Monde le 30 juin, Aurélie Filippetti écrit à propos des festivals qu'ils :

"génèrent bien sûr des retombées économiques considérables, mais ce sont d'abord des moments intimes, intenses" au cours desquels "chacun (...) est renvoyé (...) à la nécessité impérieuse de donner un sens 'aux changements confus d'un monde en gestation'", en reprenant une citation d'Aragon. 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 06/07/2014 à 16:22
Signaler
Definition de la SOLIDARITE selon les intermittents, C'est a dire payer pour leur caisse ultradeficitaire. Merci a Valls pour la reforme.

le 06/07/2014 à 23:30
Signaler
Eh bien oui! il faut les soutenir quitte à baisser les autres retraites.

le 06/07/2014 à 23:31
Signaler
Je suis content que vous voyez juste.

à écrit le 06/07/2014 à 12:11
Signaler
Voilà comment les payer…Il faut prendre dans les caisses de la caf qui a offert en 2013 95 millions d'euros à 300.000 personnes pour les vacances. Même pas pour qu'ils trouvent un travail… Non non non, pour aller s'amuser... A moins que çà soit les ...

à écrit le 06/07/2014 à 12:04
Signaler
Mais c'est pas là qu'il faut réformer et démentir un démenti C"est là, vous avez oublié - les régimes spéciaux dont les hommes politiques font partis - les multitudes de caisses… qui sont là pour noyer le poisson - les avantages pour les CMU / R...

à écrit le 06/07/2014 à 10:51
Signaler
Ce sont des privilégiés qu'il faut redresser rapidement. Ils coûtent 1milliard par an à l'assurance chômage pour 110.000 personnes !!! Ensuite il faudra s'attaquer aux privilèges des gouvernants (appartements et voitures de fonction , frais de repre...

à écrit le 06/07/2014 à 9:20
Signaler
Sur cette question de la place de la "culture" dans notre économie, sur les couts supportés par l'état ou les collectivités locales, et les réelles ou pseudo retombées économiques, force est de constater que l'on est toujours dans le noir absolu. Il ...

à écrit le 06/07/2014 à 9:13
Signaler
Au patronat de prendre ses responsabilités en dénonçant les accords ET en prenant du personnel en CDI (c'est possible, d'autres pays le fond) ça nous évitera d entretenir a grand frais des pics assiettes qui se prétendent artistes.

à écrit le 05/07/2014 à 21:23
Signaler
A quand un système unique, avec un même taux de cotisation pour tous, et des mêmes droits pour chacun ? Comment expliquer que les intérimaires soient moins bien traités que les intermittents? Comment justifier que les fonctionnaires ne participent ...

le 06/07/2014 à 11:48
Signaler
çà ce n'est que la partie visible. Mais vous avez oublié - les régimes spéciaux dont les hommes politiques font partis - les multitudes de caisses… qui sont là pour noyer le poisson - les avantages pour les CMU / RSA / AME et autres… - tout le ...

à écrit le 05/07/2014 à 16:33
Signaler
que de mépris pour la culture vous parlez sans connaitre les statuts - les spectacles apportent énormément de bonheur aux spectateurs - lisez les statuts des intermittents avant de vous exprimez de la sorte salut

le 05/07/2014 à 19:18
Signaler
si vous voulez donner du bonheur rendez l'argent que vous volez aux gens qui ne vous ont rien demandé, eux ne font pas les poches de leurs voisins pour faire les courses. Quand au mépris de la culture parlez pour vous meme, se créer des rentes sur le...

le 06/07/2014 à 10:23
Signaler
La "Culture" ne partage pas beaucoup ... Les "Richisimes" se rfugient en Suise, à Londres ... pour ne pas partager Joëlle, commencez par partager avnat de critiquer Il y a plein de précaires dans d'autres professions qui ne beneficient pas d'un sta...

à écrit le 05/07/2014 à 15:36
Signaler
vous n'y comprenez rien voyez un peu autour de vous ce que gagnent les directeurs de sociétés, les politiques et vous faites la misère à des intermittents qui travaillent énormément combien d'heures gratuites pour un spectacle - arrêtez ceux qui ne...

le 05/07/2014 à 15:52
Signaler
je ne comprends pas en quoi le fait que des gens gagnent plus d'argent que les intermittents légitime le fait de braquer la caisse d'assurances chomage.

le 05/07/2014 à 16:40
Signaler
ils ne braquent pas la caisse d'assurance chomage, ils demandent d'être reconnu pour le travail effectué 1 spectacle combien de jours de répétition sans salaire allez visité Suresnes cité danse 2012 vous allez voir le travail des artistes et de ...

le 05/07/2014 à 17:07
Signaler
"braquage" c'est un holdup ce sont des pacifistes qui réclament leur droit il serait bon de vous informer avant de critiquer (chacun pour soi) les intermittents travaillent pour présenter leur spectacle - ils ne sont pas assis le cul sur une chai...

le 05/07/2014 à 20:11
Signaler
Une fois de plus je ne comprends pas …. en quoi le fait de prendre dans la caisse de chômage apporte de la reconnaissance ? vous croyez que l'ouvrier au smic du pas de calais qui n'a pas les moyens de s'offrir des distractions est reconnaissant des i...

à écrit le 05/07/2014 à 15:31
Signaler
j'aimerais que vous vous penchiez sur le salaire des interevants sur TF1, etc..eux touchent énormément on n'en parle pas. Les intermittents mouillent leur chemise pur une heure de spectacle combien de jour pour finaliser celui-ci. .et les politique...

le 06/07/2014 à 10:29
Signaler
Bien sûr ! Mais la "Culture" ne partage pas ... avec les autres Il y a des intermittents très peu payés dans le bâtiment ; pourquoi n'ont-ils pas droit au même régime ??? La différence est que TOUS les salariés du bâtiment côtisent, même ceux qui on...

à écrit le 05/07/2014 à 14:27
Signaler
En vérité je vous le dis, ce que veulent ces un-tiers-mi-temps ( et encore...) , c'est continuer à vivre aux crochets des salariés et employeurs du privé, qui paient chaque année UN MILLIARD pour ce régime hyper privilégié. On comprend facilement qu...

à écrit le 05/07/2014 à 13:09
Signaler
Spectateur c le moment de faire grève et ne plus aller aux spectacles

le 05/07/2014 à 15:43
Signaler
vous parlez pour ne rien dire regardez autour de vous vous êtes quelqu'un qui ne connait rien mais qui se permet de parler informez-vous et ensuite vous pourrez donner votre opinion voyez les riches avant de critiquez .....

le 05/07/2014 à 20:17
Signaler
Ah qu'ils sont pratiques ces riches, toujours le même argument les riches, l'évasion fiscale etc … toujours la même manoeuvre de diversion pour ne surtout pas que l'on s'aperçoive de la supercherie de ce statut qui frappe 27 millions d'actifs, du plu...

à écrit le 05/07/2014 à 10:49
Signaler
Annulez tout si cela vous chante. L'écrasante majorité des français en a marre de payer pour ces catégories qui souhaite maintenir a leur seule profit une singularité bien française. Ou changez de job, si, si, promis, cela arrive a plein de gens...

le 05/07/2014 à 11:38
Signaler
Moi j'en est surtout marre de payer pour les banques...je ne suis pas intermittent, juste réaliste. Ceux qui nous plombent, ce sont ceux qui font mu-muse avec notre argent sur le grand casino des produits dérivés et qu'une fois perdu, on fait appel a...

le 05/07/2014 à 12:42
Signaler
stephane, de quoi parlez-vous ? En quoi vous coûtent les banques ?...

le 05/07/2014 à 13:12
Signaler
@stephane Aux dernières nouvelles BNP Paribas va généreusement offrir plus de 8 millions de dollars pour financer le socialisme américain...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.