Intermittents : ce que propose le gouvernement

 |   |  493  mots
la mission de redéfinir le statut d'intermittent a été confiée à trois personnalités, dans l'espoir de rompre avec ce cycle infernal de crises et de tensions. (Photo: Reuters)
la mission de redéfinir le statut d'intermittent a été confiée à trois personnalités, dans l'espoir de "rompre avec ce cycle infernal de crises et de tensions". (Photo: Reuters) (Crédits : reuters.com)
A l'issue de la remise à Matignon du rapport du médiateur nommé pour ce dossier, le Premier ministre Manuel Valls a affirmé que le gouvernement agréera la convention d'assurance-chômage à l'origine du conflit. Il "financera" toutefois la non-application de la mesure la plus contestée.

A l'issue de la remise à Matignon du rapport du médiateur sur le dossier des intermittents, le Premier ministre Manuel Valls a défini les décisions prises par le gouvernement. Elles s'articulent autour de quatre points.

  • La convention d'assurance-chômage contestée sera agrée

Le gouvernement agréera la convention d'assurance-chômage dont certaines dispositions sont contestées par les intermittents du spectacle, a annoncé le Premier Ministre.

"Je le confirme, cette convention doit être agréée et elle sera agréée par le gouvernement. Il y va du respect de la signature des partenaires sociaux majoritaires qui l'ont signée", a-t-il affirmé.

  • L'Etat "financera" la non-application de la mesure la plus contestée

Toutefois, la mesure la plus contestée par les intermittents du spectacle ne s'appliquera pas au 1er juillet. Il s'agit du nouveau différé d'indemnisation ou délai de carence instauré par la convention d'assurance-chômage, qui repousse la date à partir de laquelle les intermittents au chômage commencent à percevoir leurs allocations.

L'Etat "financera" de manière transitoire le manque à gagner pour l'Unedic. Cette mesure devrait coûter 90 millions d'euros en année pleine, a précisé le Premier ministre.

Parlant d'un geste "d'apaisement", Manuel Valls a expliqué:

"L'Etat s'engagera dès le 1er juillet, il prendra lui-même en charge ce différé, c'est-à-dire qu'il le financera pour que Pôle Emploi n'ait pas à l'appliquer aux intermittents concernés".
"En d'autres termes, les intermittents concernés ne verront pas de changement de leur situation par rapport à leur situation actuelle. L'effet du différé sera totalement neutralisé par cette intervention de l'Etat", a-t-il ajouté, précisant que cette mesure serait "transitoire".

  • Une mission de trois personnalités redéfinira le statut d'intermittent

Afin de redéfinir le statut d'intermittent du spectacle, une mission a été confiée à trois personnalités, qui devront rendre leurs conclusions avant la fin de l'année, a annoncé le Premier Ministre.

"Il nous faut rompre avec ce cycle infernal de crises et de tensions" sur cette question pour mettre en place "un cadre enfin sécurisé et stabilisé", a-t-il estimé.
"Il va falloir inventer, innover, créer, les conditions d'une nouvelle donne pour l'intermittence", a-t-il ajouté.

Les trois personnalités sont Hortense Archambault, qui a codirigé le Festival d'Avignon, Jean-Denis Combrexel, ancien directeur général du Travail, et Jean-Patrick Gille, député PS nommé par le gouvernement comme médiateur dans le conflit.

  • Maintien des crédits budgétaires

Par ailleurs, les crédits budgétaires alloués à la création et au spectacle vivant seront "maintenus intégralement en 2015, 2016 et 2017", a annoncé Manuel Valls:

Il s'agit d'une "décision importante" prise "en plein accord avec le président de la République", a déclaré le Premier ministre.
"C'est un effort très significatif dans cette période de diminution de la dépense publique et il atteste de l'importance que nous accordons à la création culturelle", a-t-il souligné.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/06/2014 à 16:02 :
les entreprises sont là pour créer la richesse et l'emploi, elles y arriveront d'autant mieux qu'on leur mettra le moins de boulets aux pieds. Et il faut faire du social à partir de la création de richesse. Or la france persiste au nom d'un socialisme d'intérêts corporatistes égoistes (rien à voir avec l'intérêt général) à tuer les entreprises par des impôts, charges, droit du travail destructeur (11 000 articles).. et à augmenter la dépense en creusant la dette et ses intérêts : suicidaire.. ce n'est pas aux entreprise d'entretenir les danseuse et autres intermittents du travail comme il y en a tant d'autres, il faut des caisses autonomes qui assument leurs choix.
a écrit le 20/06/2014 à 19:58 :
la Culture représente 60 milliards de PIB (pas loin de 3%), en gros 7 fois ce que rapporte l'industrie automobile. En comptant les effets indirects on arrive à plus de 100 milliards de CA. Pour les pignoufs incultes, j'ajoute de 80% de ces sommes ne proviennent pas de financements publics (état ou collectivités locales).

C'est également 870 000 emplois directs et à peu près autant d'emplois indirects. Bref, l'ensemble est largement bénéficiaire pour la collectivité. Quand on n'est pas totalement idiot, Il faut savoir perdre 300 millions en prestations chomage, si ca permet de conserver 100 milliards d'activité économique rentable, tant pour les industriels du secteur que pour l'état.
Réponse de le 21/06/2014 à 16:05 :
chiffres totalement fantaisistes. les vrais chiffres de la cour des comptes, c'est que les intermittents représentent 3% des effectifs chomeurs et c'est 30% du déficit de la caisse chomage. en plus quantités d'abus, ...gains possible squ'il est sain de traiter. Car le socialisme à la française c'est être trés généreux mais uniquement avec l'argent des autres...que chacun assume ses choix et leurs conséquences, marre de toujours payer des impôts pour des profiteurs "socialos"
a écrit le 20/06/2014 à 17:51 :
La culture ne concerne quasiment plus que la bourgeoisie qui se vautre dans les théâtres et les festivals par soif de mondanités et d'appartenance à une prétendue élite éclairée. Je ne fréquente plus ces lieux dans lesquels seuls compte le paraître. Ce sont des institutions pour les bobos et comme toute institution, ça oppresse les exclus du système.
les intermittents ne sont que les complices de ce système, en dépit de leurs airs révolutionnaires
Réponse de le 20/06/2014 à 18:59 :
+1
a écrit le 20/06/2014 à 16:43 :
Ras le bol de cette sacro-sainte culture que l'on a sanctuarisée et qui n'est qu'un prétexte pour donner des privilèges à ceux qui ont la chance et le plaisir de travailler dans ce secteur !!! Au nom de quoi les précaires et les smicards qui bossent dans le bâtiment ou les services seraient moins méritants et devraient se résigner à se prolétariser toujours plus pour cotiser afin de rémunérer grassement cette prétendue élite culturelle !!!!
Réponse de le 20/06/2014 à 17:56 :
Il faut du spectacle et des jeux pour faire tenir le peuple tranquille !!!!
a écrit le 20/06/2014 à 15:50 :
On ne sera pas d'accord avec les posts haineux qui traitent les intermittents de profiteurs car ce n'est pas le cas. Les commentateurs mentent en parlant d'un coût supposé de 1 milliard alors que ce dernier ne dépasse pas les 300 millions. Il faut en effet déduire les indemnités chômage ordinaires que ces personnels toucheraient de toute façon. Sinon ce serait considérer que les artistes n'auraient pas le droit des chômeurs comme tous les autres. Pourtant il n'est pas possible d'approuver le régime en place par les effets pervers qu'il induit. Beaucoup de comédiens ne peuvent pas travailler par le prix bas des prestations qui est maintenu par ce régime et la concentration sur quelques individus qu'il force. On donne un niveau moyen mais protégé à certains, environ 110 000 contre une situation minable à d'autres, environ 160 000 comédiens professionnels et un traitement d'esclaves aux milliers d'occasionnels. A cela s'ajoute les abus de la télévision qui fait payer ses programmes, indirectement bien entendu, par le régime des intermittents. Il faut compléter par le scandale des financements de formation, pourtant fortement nécessaire dans ce métier difficile et que les comédiens paient le plus souvent de leur poche. Faire cesser le régime tout en revalorisant le cachet unique cinéma/théâtre/ télévision est la bonne solution. Ceux qui veulent profiter du spectacle doivent le payer, comme pour toute autre prestation. Ajourd'hui ce n'est pas le cas.
a écrit le 20/06/2014 à 15:14 :
la TRIBUNE il serait bon de parler du cas de Vincent LAMBERT - Merci -
Réponse de le 20/06/2014 à 17:00 :
Vincent lambert 2 millions d'euros de rapport financier mediatique pour les plaignants proches
a écrit le 20/06/2014 à 13:38 :
Le PS pense que les intermittents font encore partie de son électorat. Cela fait longtemps que ce n'est plus le cas.Les profiteurs ont encore gagnés sur le dos des travailleurs.
a écrit le 20/06/2014 à 13:19 :
Au lieu de râler, de critiquer, agissez! En tout cas, c'est ce que j'ai choisi de faire. Cela marchera ou cela ne marchera pas, mais au moins j'aurait tenté quelque chose. Mon engagement? Aider "Nous Citoyens" à se développer localement. Ce n'est peut-être pas grand chose, mais il y a un début à tout...
a écrit le 20/06/2014 à 12:55 :
Les fonds de pensions, principaux bailleurs de la république socialiste tissent lentement et sûrement leur toile ! En 2015, il sera trop tard !
a écrit le 20/06/2014 à 12:51 :
Nous sommes en pleine decheance face a notre jeunesse, des jeunes quittent le pays pour suivre une ideologie de refus de notre pays suite a un pouvoir raciste pour recuperer les voix du fn a tout prix, des controles policiers digne des annees d'occupation allemande
a écrit le 20/06/2014 à 12:26 :
et forts avec les faibles. Ils sont nuls de chez nul. Ils roulent la caisse et se font rouler eux memes. C'est vraiment insupportable de savoirqu'à nouveau ces gens là vont etre soutenus par le gouvernement t payés en parti par nos impots. Ce gouvernement est une catatstrophe qui est homogène avec celui de Sarkosy. Tuer l'économie française et appauvrir au maximum tous les français.
a écrit le 20/06/2014 à 11:31 :
Valls devient une copie de flambi 1 er
a écrit le 20/06/2014 à 11:29 :
L'ETAT a une fois de plus reculé. Les syndicats signataires de la convention sont bafoués. Ceux qui râlent le plus fort ont encore raison. Toujours aussi peu de gens profitent réellement de la "culture" . Elle est nécessaire la culture, mais elle a bon dos, sert de prétexte et elle finit par nous coûter un bras. Et la dette publique qui enfle....
a écrit le 20/06/2014 à 11:09 :
Concrètement, l'état dit une chose (appliquer un accord signé) et fera le contraire (financement en plus)
a écrit le 20/06/2014 à 10:36 :
La somme des deux est optimisée à leur profit par les entreprises de spectacles qui se débrouillent pour maximiser les indemnités chômage puisqu'elles ne sont que très faiblement à leur charge.
Voilà le problème !
Les financeurs des indemnités chômage, c'est à dire tous les non intermittents et entreprises hors spectacle sont les grands perdants de cette mutualisation qui joue toujours dans le même sens.
Ces indemnités chômage devraient être payées par les entreprises de spectacle à l'intérieur d'un système autonome et répercutées sur les consommateurs de divertissement.
L'Etat (c'est à dire les contribuables) ne devrait pas intervenir.
Réponse de le 20/06/2014 à 12:33 :
c'était ainsi jusqu'à ce que la droite change le système il y a plus de 10 ans. La mémoire courte de l'électeur
a écrit le 20/06/2014 à 9:03 :
Hollande est au plus bas des sondages, qu'il en profite pour faire toutes les reformes structurelles mais impopulaire. Baisse de l'assistanat et des fonctionnaires.
a écrit le 20/06/2014 à 7:40 :
C'est simple, on va encore saigner la classe moyenne !
a écrit le 20/06/2014 à 7:28 :
Et comme d hab...la reculade...et les couts pour le contribuable....
a écrit le 20/06/2014 à 5:27 :
Quand pourra t on arrêter ce système d indemnisation ? Le plus couteux de toutes les branches du chômage.
Dans aucun pays cela n existe !

Nous n en n avons plus les moyens.
Encore un nouveau recul !!
Réponse de le 20/06/2014 à 11:57 :
"Quand pourra t on arrêter ce système d indemnisation ?"
Quand les marchés ne prêteront plus au taux complaisant actuel ! A mon avis, avant la fin du quinquennat ! Si fin il ya !
Réponse de le 20/06/2014 à 11:59 :
Dès que le cave se rebiffe !
a écrit le 20/06/2014 à 0:55 :
Un manque de responsabilité. Appel au boycott des festivals..
Réponse de le 20/06/2014 à 18:07 :
je boycotterais volontiers , mais en fait il y a longtemps que j'ai fait le choix de boycotter la culture officielle tellement les injustices sont grandes dans ce secteur. Les rémunérations hallucinantes des prétendus artistes bien souvent en outre " fils de" me révoltent .
a écrit le 20/06/2014 à 0:07 :
Pitoyable gouvernement d'incapable...heureusement que je ne suis plus dans ce pays de branleurs...
Réponse de le 20/06/2014 à 7:01 :
Dans chaque pays il y a des lobbys qui créent des situations injuste au regard du peuple. Critiquer la France spécifiquement ne mène à rien.dans votre fameux pays, on trouvera les mêmes injustices sous d'autres formes avec d'autres victimes et d'autres rentiers... Alors qu'on se pose les bonnes questions sur la reforme de nos démocratie de manière à permettre plus de justice pour tous plutôt que délirer
a écrit le 19/06/2014 à 23:45 :
Messieurs du gouvernement pourriez vous aussi financer le diffère d indemnisation chômage vote pour les cadres lorsqu ils touchent une indemnité de licenciement ? A non, eux ils votent a droite et ils continuent à travailler donc on préfère avantager ces pseudos artistes qui votent bien. Bien entendu, au nom de la justice sociale ....
a écrit le 19/06/2014 à 23:43 :
Les partenaires sociaux c'est qui ??
C'est eux qui vont payer ?
Si c'est moi je suis pas pour
Mon avis importe peu sauf à payer des impôts en + (la seule solution socialiste)
a écrit le 19/06/2014 à 23:08 :
Au moins l'Etat assume enfin que ce régime spécial n'est qu'une subvention déguisée à des copains des milieux culturels ... C'est toujours ça de pris, mais effectivement ça ne contente pas grand monde.
a écrit le 19/06/2014 à 23:04 :
il faut faire payer ceux qui profite du syteme comme par ex producteur ect
et ils seront a l'équilibre
c simple NON
qui paie autrement NOUS
RA LE BOL
a écrit le 19/06/2014 à 22:38 :
Il vole l'argent des contribuables !
Réponse de le 19/06/2014 à 22:48 :
menteur......
Réponse de le 20/06/2014 à 4:52 :
Bien sur qu'il vole l'argent des contribuables...! Vous croyez qu'il sort d'ou cet argent??
a écrit le 19/06/2014 à 22:05 :
"Valls financera".... Devinez avec quel argent ? On pourrait créer une taxe aussi!
Réponse de le 19/06/2014 à 22:49 :
mauvaise foi ....
a écrit le 19/06/2014 à 21:03 :
Ils ont oublier de demander le statut de fonctionnaire aussi....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :