Intermittents : les mesures Valls ne font pas recette

Les mesures du Premier ministre destinées à apaiser la colère des intermittents semblent faire un flop. Pis, la CGT Spectacle confirme un préavis de grève pour l'ensemble du mois de juillet. De nombreux festivals se retrouvent sur la sellette.
Jean-Christophe Chanut
Avec le conflit des intermittents, la menace continue de planer sur la tenue du festival d'Avignon qui débute le 4 juillet
Avec le conflit des intermittents, la menace continue de planer sur la tenue du festival d'Avignon qui débute le 4 juillet (Crédits : Dano)

A priori, c'est raté. Les mesures annoncées par le Premier ministre pour calmer la colère des intermittents ne semblent pas rencontrer un grand succès! Pis, la CGT-Spectacle a reconduit  son préavis de grève pour tout le mois de juillet et appelé à une "grève massive" le 4, jour de l'ouverture du festival d'Avignon.

"Si le gouvernement ne nous entend pas pour sortir un plan d'apaisement équilibré et durable qui prenne en compte nos propositions, l'été ne se passera pas normalement!", a mis en garde le syndicat dans un communiqué, faisant peser une menace sur l'ensemble de la saison des festivals... Question de rapport de force.  D'ici là, les intermittents sont appelés à organiser un autre "temps fort de la mobilisation" le 26 juin, jour probable de l'agrément par le ministre du Travail de la nouvelle convention d'assurance-chômage finalisée le 22 mars qu'ils contestent.

A cet égard, une assemblée générale des intermittents est prévue lundi 23 juin à 18H30 à Paris.

Ce que craint la CGT

Pour la CGT-Spectacle, l'annonce par le Premier ministre d'une prise en charge financière par l'Etat du coût du différé d'indemnisation -- la mesure d'économie la plus contestée -- préfigure une sortie des intermittents du régime de l'assurance-chômage, ce que "souhaitent le Medef et la CFDT depuis des années".

"Pas plus qu'une subvention à l'industrie ou au commerce, l'assurance chômage n'est pas une subvention culturelle, c'est un droit de tous les salariés. Les investissements publics doivent aller, eux, aux services publics, à la création et à l'emploi", estime la confédération.

Le syndicat SUD est d'ailleurs sur la même longueur d'onde que la CGT en estimant que

"Pour tenter de gagner du temps sur les annulations des festivals de l'été et essayer de diviser le mouvement de lutte en cours, le Premier ministre invente l'agrément partiel de la convention d'assurance chômage. Il indique vouloir valider toutes les dispositions de cette nouvelle machine de guerre du patronat et de la cfdt/fo contre les chômeurs , les précaires, les intérimaires et les seniors. Et dans le même temps, Manuel Valls indique que l'Etat se substituerait financièrement à Pole Emploi pour compenser le nouveau différé inventé pour paupériser les intermittents. C'est du grand n'importe quoi".

La CGT ouverte à une concertation... si on l'écoute

La CGT note toutefois des points positifs dans les mesures annoncées par le gouvernement, comme le maintien des crédits d'investissements du ministère de la Culture dans le spectacle vivant jusqu'en 2017....

Une mesure qui, à l'inverse, est dénoncée par l'UPA (artisans employeurs), signataire de la nouvelle convention d'assurance chômage, qui regrette que " le gouvernement ait cru bon de maintenir d'office les crédits budgétaires consacrés à la création et au spectacle vivant jusqu'en 2017, semblant ainsi abandonner son rôle d'arbitrage et céder à une pression catégorielle, alors que le pays est appelé à une réduction massive de ses dépenses publiques".

Quant à la "grande" concertation sur le système de l'intermittence proposée par Manuel Valls, elle reçoit un soutien prudent de la CGT  qui la juge " acceptable", à condition que ses propositions "soient examinées".

En attendant, les nuages s'accumulent sur la saison des festivals...

Jean-Christophe Chanut

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 22/06/2014 à 1:50
Signaler
Les intermittants organisent eux-mêmes leur lock-out. Qui va s'en s'en plaindre?

à écrit le 21/06/2014 à 16:35
Signaler
Il est à noter que le coût pour la société de l'activité des artistes techniciens et comédiens serait plus élevé sans le statut des intermittents. En effet il tire les cachets vers le bas en privilégiant une petite partie du métier à la manière d'une...

le 22/06/2014 à 15:21
Signaler
Il y aurait simplement 5 fois moins d'intermittents. Ceux qui restent travailleraient plus et les caisses publiques ne s'en porteraient que mieux.

à écrit le 21/06/2014 à 10:27
Signaler
Le metier d intermitent ca s appelle auto entrepreneur. Le salariat n est pas adapte a ce type de metier alors que le statut d auto entrepreneur l est tout a fait. De plus le chomage devarit etre limite pour tous a un minimum du type 1200E par mois, ...

le 21/06/2014 à 12:07
Signaler
Je suis d'accord avec vous, surtout que les plus riches ne sont pas assujetti au chômage; en général ils ont des indemnités de départ qui sont plus élevé que ce qu'un travailleur touche durant toute sa vie. Un chômage identique pour tous permettrais ...

à écrit le 21/06/2014 à 9:04
Signaler
J'ai travaillé 40 ans dans le BTP Dommage que les "intemittents" du bâtiment et des TP n'aient pas droit à un système similaire ; ils auraient été très heureux ... Usuellement, on les appelle des "intérimaires" ...

à écrit le 21/06/2014 à 8:37
Signaler
Si les intermittents ne veulent pas du cadeau de l'état : pas grave... qu'ils le laissent. Tant que ces intermittents ne reclamment pas : 1- le plafonnement des allocations au salaire médian 2- l'exclusion du régime des gros diffuseurs ( TV,...)...

à écrit le 21/06/2014 à 7:23
Signaler
Ils veulent tout cad rien changer (sauf en mieux, en pire pour les contribuables)...comme d hab...

le 21/06/2014 à 14:34
Signaler
Pas les contribuables, les (autres) salariés...

à écrit le 20/06/2014 à 22:49
Signaler
Boycott de tousbles festivals..

à écrit le 20/06/2014 à 19:42
Signaler
allez la cgt, montrez ce que c'est un vrai syndicat de gauche, si vous avez les c... alors que c'est vos copains qui gouvernent... on veut rigoler 5 mn...

à écrit le 20/06/2014 à 18:22
Signaler
Le calendrier pour une réforme indispensable est très mal calculé par le gouvernement. En octobre ou novembre, les festivals sont terminés donc .... Maintenant, une nouvelle prise en otage et comme d hab : les politiques vont lâchés !!! Qui aura un j...

le 22/06/2014 à 13:40
Signaler
C'était le calendrier initial mais le gouvernement a estimé plus urgente la réforme de la formation professionnelle !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.