Kerviel sera libéré mais sous bracelet électronique

 |   |  350  mots
Jérôme Kerviel pourra quitter son domicile de 7H à 20H30 chaque jour pour se rendre au travail - dans une société de conseil en logiciels informatiques - et sortir chaque week-end et jour férié.
Jérôme Kerviel pourra quitter son domicile de 7H à 20H30 chaque jour pour se rendre au travail - dans une société de conseil en logiciels informatiques - et sortir chaque week-end et jour férié. (Crédits : reuters.com)
Au total, l'ex-trader, considéré dans le monde comme un des symboles des dérives de la finance, aura donc passé un peu plus de 150 jours, soit près de cinq mois, derrière les barreaux.

Retour à la "vie normale". La cour d'appel de Paris a accepté jeudi la remise en liberté sous bracelet électronique de Jérôme Kerviel, l'ex-trader de la Société Générale incarcéré pour avoir causé une perte de 4,9 milliards d'euros à la banque.

Au total, l'ex-trader, considéré dans le monde comme un des symboles des dérives de la finance, aura donc passé un peu plus de 150 jours, soit près de cinq mois, derrière les barreaux.

Une décision qui était en appel

Début août, l'ex-trader avait obtenu son placement sous bracelet électronique d'un juge d'application des peines (JAP) d'Evry, mais le parquet avait fait appel de cette décision, ce qui en avait suspendu l'application dans l'attente de celle de la Cour d'appel de Paris.

La défense de l'ex-trader a appuyé sa demande de placement sous bracelet sur le fait qu'une fois déduites sa détention provisoire et les remises de peines automatiques prévues par la loi, Jérôme Kerviel pouvait solliciter en juillet 2015, soit à la moitié de sa peine, une libération conditionnelle.

Or, l'article 723-7 du code de procédure pénale prévoit qu'une mesure d'aménagement de peine "peut être exécutée un an avant" la mi-peine, permettant à l'ex-trader de la demander dès maintenant.

Promesse d'embauche

Jérôme Kerviel a présenté "une promesse d'embauche dans une société respectable", avait plaidé son avocat David Koubbi, en précisant que son client disposait également d'un appartement. Il pourra quitter son domicile de 7H à 20H30 chaque jour pour se rendre au travail - dans une société de conseil en logiciels informatiques - et sortir chaque week-end et jour férié, ont détaillé des sources judiciaires à l'AFP.

Durant son parcours judiciaire, l'ex-trader, qui avait en 2008 joué 50 milliards d'euros sur les marchés au nom de sa banque en camouflant ses positions, a reconnu une part de responsabilité avant de se présenter comme la victime d'un système, accusant la Société Générale de machination et la justice de partialité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/09/2014 à 20:22 :
A quand la prison pour le patron voyou de la BNP qui a du payer une amende 7 milliards d'euro ?
a écrit le 05/09/2014 à 13:21 :
je pense que cet homme n'est pas dangereux pour la société. Je n'en dirai pas autant de voir des voleurs et criminels avec un bracelet électronique, qui de surcroit ne fonctionne pas toujours
a écrit le 04/09/2014 à 19:43 :
Pendant ce temps la les vrais responsables courrent toujours . .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :