Macron sur l'assurance chômage : la gauche entre mesure et indignation

 |   |  547  mots
A propos de l'assurance chômage, le ministre de l'Économie a déclaré: Comme l'État garantit financièrement le régime, il peut aussi reprendre la main si les blocages sont trop lourds. Le sujet reviendra en temps voulu.
A propos de l'assurance chômage, le ministre de l'Économie a déclaré: "Comme l'État garantit financièrement le régime, il peut aussi reprendre la main si les blocages sont trop lourds. Le sujet reviendra en temps voulu." (Crédits : reuters.com)
Le ministre de l'Économie a estimé que la réforme de l'assurance chômage "est insuffisante". Il a surpris les membres du gouvernement et de la majorité du parti, tantôt d'accord, tantôt méfiants. Et provoqué la colère du Parti de gauche.

Emmanuel Macron a relancé un débat "tabou" à gauche sur l'assurance chômage. Lors de son interview accordée au JDD dimanche 12 octobre, dans lequel il annonce un "New Deal" afin d'accélérer les réformes, le ministre de l'Économie a expliqué, à propos de l'assurance chômage, qu'il ne devait "pas y avoir de tabou ni de posture" étant donné que son déficit atteint les "4 milliards d'euros". Les réactions de la gauche gouvernementale étaient teintées de prudence.

"Il n'y a pas de précipitation"

Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti socialiste, s'est surtout prononcé sur la forme, sur iTélé, dimanche 12 octobre:

"La gauche n'a pas de tabous mais elle a quelques totems. En particulier le fait que, quand un président de la République s'exprime, les ministres appliquent."

Le secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert, a également suivi Emmanuel Macron dans son idée de réformer en insistant cette fois sur le fond, dimanche 12 octobre, invité au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro:

"Quatre milliards d'euros de déficit chronique sur l'assurance chômage, c'est un élément sur lequel nous devons travailler. Nous devons le réduire. Aux partenaires de décider si c'est en jouant sur la durée, sur le niveau, sur les moyens mis pour le retour à l'emploi. C'est vrai que s'ils n'arrivent pas à un accord, nous verrons comme le gouvernement, éventuellement, légifèrera sur le sujet."

Il a toutefois nuancé: "Il n'y a pas de précipitation, il y a un appel à la discussion entre les partenaires sociaux et au travail des partenaires sociaux pour réduire le déficit et pour envisager une meilleure utilisation des fonds disponibles de l'Unedic pour le retour à l'emploi."

L'assurance chômage, un "acquis social"

"L'assurance chômage est un acquis social et ce n'est pas en période de crise qu'il faut toucher à un acquis social comme celui-ci", a souligné pour sa part Ségolène Royal, ministre de l'Écologie, dans la journée de dimanche au micro de France Inter. Elle a considéré que les propos du ministre de l'Économie avaient pu être mal interprétés:

"Je n'ai pas vu ni lu dans la prise de parole d'Emmanuel Macron une quelconque intention de réformer l'assurance chômage. Il y a peut-être une petite maladresse, sur l'utilisation du vocabulaire."

De la mesure. C'était le maître-mot de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, devant les caméras d'iTélé :

"Aucun sujet n'est tabou mais il faut savoir prendre le temps de la réflexion et associer les acteurs qui sont directement concernés."

Le parti de gauche, particulièrement remonté

Au sein de la gauche radicale, les propos du ministre de l'économie ont créé un véritable tollé. Dans un communiqué publié dimanche 12 octobre, le Parti de gauche s'est ulcéré:

"Le mythe des chômeurs qui préfèreraient rester chez eux pour toucher les indemnités est un mensonge et une honte. Emmanuel Macron ne s'est pas arrêté là cette semaine et a également critiqué les entreprises qui augmentaient selon lui trop les salaires. Il est temps que ce grand bourgeois retourne d'où il vient et cesse d'insulter le peuple." français."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2014 à 14:26 :
C'est sûr, il vaut mieux taper sur les chômeurs... plutôt que sur l'absentéisme des députés grassement payés du parlement européen ou national, leurs régimes de retraites hors norme et hors raison, le cumul de mandats, la fraude fiscale des multinationales, etc. Un chômeur c'est facile, il est seul, même les salariés finissent par lui tomber dessus. Jusqu'au jour où chômeur lui aussi....
Réponse de le 13/10/2014 à 15:39 :
Oui, vous avez raison, trouvons vite quelque chose à réformer avant, de préférence irréformable, ça évitera de faire quelque chose concernant votre bout de gras à vous. Le coût de l'assurance chômage est très important, ça ajoute directement au coût du travail, et donc plus de chômage. C'est donc un sujet comme un autre.
a écrit le 13/10/2014 à 14:07 :
Bref, Hollande et Valls n'ont plus aucune autorité sur le gouvernement... Et pourtant, ils sont payés pour ça.
a écrit le 13/10/2014 à 12:47 :
UN DISCOURS SUIVANT L4AUDITOIRE CELA NE dure pas logtemps une version pour bruxelles une version pour les contribuableS c'est prendre le peuple pour de C . . QU'il commence par faire le ménage à Bercy ARTHUIS COMME MOSCOVICI N'ONTJAMAIS REUSSI à savoir combien d'agents à BERCY
a écrit le 13/10/2014 à 12:31 :
faire tout ce foin et désigné comme bouc émmissaire les 1.4 millions d' allocataires ayant cotisés.... pour 4 milliards de déficit c' est pas un peu beaucoup ? admettons et entrons dans la logique ultra libéral macronesque, n' indemnisons plus du tout le chômage, il en résultera quoi ? cela donnera t-il du boulot aux 2 autres millions de chômeurs non indemnisés ( qui pointe tout les mois rappelons le ) et aux 8 millions au total de sans emploi dans ce pays ? vas-y Macron, explique comment tu leurs donne du boulot ? j' attends.
a écrit le 13/10/2014 à 11:38 :
LE CHOMAGE EST LA CONSECANCE DE LA CRISE? S EN PRENDRE AUX CHOMEURS C EST MESQUIN ET PETIT ? COMME MACRON???
Réponse de le 13/10/2014 à 12:40 :
1 _Conséquence 3 _Qu'on sait cance
2 _ Consékance 4 _ Konsékence
a écrit le 13/10/2014 à 10:29 :
On voit bien que le clivage gauche/droite assis sur des idéologies déconnectées de la réalité ne donne rien et que la solution est forcément au centre: Macron ou Valls n'ont rien à faire dans un parti dit 'socialiste', car le socialisme c'est comme le nationalisme de MLP, ca ne marche pas, ca n'apporte rien au niveau économlque. Le parti de gauche est une farce, comme le FN, ils sont dans des postures de théatre uniquement pour récuper des voix et donc du fric et du pouvoir, mais ils ne fournissent aucune solution. L'avenir de la France c'est d'avoir enfin au moins un grand parti qui n'est plus collé à des idées d'il y a 100 ou 150 ans mais à la réalité du monde moderne.
a écrit le 13/10/2014 à 10:10 :
Macron n'est qu'un incapable qui, comme tout incapable notoire, ne fait rien pour créer des emplois, alors ses commentaires dans la presse people n'intéressent personne, sauf son égal Valls lui aussi commentateur de l'actualité tels de piètres scribouillards comédiens sans talent sans compétences économiques.
Réponse de le 13/10/2014 à 10:29 :
Je ne suis d'accord avec vous .... sans réformeS on va dans le mur !!!!!!!!!
a écrit le 13/10/2014 à 9:57 :
8 milliards d'euros voilà la dépense faramineuse des privilèges injustifiés des 5,5 millions d'agents publics, territoriaux, salariés d'entreprises publiques (ratp, sncf, edf, gdf,...) y compris députés, sénateurs, présidents des régions, départementaux,... Le Gouvernement cherche à faire 20 milliards d'économies ? Macron manque de courage pour s’attaquer à la vraie dépense. Il sera bientôt marron !
a écrit le 13/10/2014 à 9:36 :
Le roi François a dit non aux réformes .... on va dans le mur !
Réponse de le 13/10/2014 à 9:54 :
C'est le roi Wall Street et ses banksters qui ne veut pas de réformes en France plutôt !
a écrit le 13/10/2014 à 9:32 :
encore une fois , cette cacophonie montre que ce gouvernement "gouverne" à vue,sans leader , pauvre de nous !
a écrit le 13/10/2014 à 9:26 :
Emmanuel Macron risque de ne pas rester très longtemps au gouvernement, malheur à celui qui dit la vérité.
a écrit le 13/10/2014 à 9:25 :

Mr Cambadelis, pourquoi un ministre n'aurait-il pas le droit de donner son avis quand le Pdt est un incapable notoire ?
a écrit le 13/10/2014 à 8:47 :
Et alors la relance…. c'est pour hier ? :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :