Christian Eckert n'exclut pas de nouvelles hausses d'impôts en 2015

 |   |  308  mots
On ne peut pas graver dans le marbre une situation qui dépend d'un contexte international que nous ne maîtrisons pas, a déclaré Christian Eckert jeudi 13 novembre sur RTL.
"On ne peut pas graver dans le marbre une situation qui dépend d'un contexte international que nous ne maîtrisons pas", a déclaré Christian Eckert jeudi 13 novembre sur RTL. (Crédits : Reuters)
Le Secrétaire d'Etat chargé du Budget a expliqué qu'une promesse ne pouvait pas être "gravée dans le marbre" étant donné que le contexte international était à considérer comme une variable exogène. Avant de revenir sur ses propos.

Finalement non ? Au lendemain de l'adoption par le gouvernement d'une loi de finances rectificative pour 2014, le secrétaire d'Etat chargé du Budget a reconnu jeudi 13 novembre sur l'antenne de RTL qu'une hausse d'impôts en 2015 ne pouvait être totalement exclue. Avant de rectifier ses dires auprès de l'AFP.

Une promesse non tenue ?

Il faut dire que le 6 novembre, François Hollande en avait bel et bien fait la promesse :

"A partir de l'année prochaine, il n'y aura pas d'impôt supplémentaire pour qui que ce soit".

Or, la hausse de 20% de la taxe sur les résidences secondaires semble démontrer le contraire. Confronté à cette contradiction, Christian Eckert a d'abord précisé que cela n'entrait pas dans la catégorie des nouveaux impôts :

"On n'est pas l'année prochaine". "Cette disposition avait été annoncée bien avant cette intervention du président de la République".

150 millions d'euros pour les communes

Et de préciser

"Elle pourra toujours être retravaillée par les parlementaires". "C'est une mesure qui a été demandée par les communes et qui renflouera le budget" de celles qui le décideront". "Au total, cela pourrait rapporter 150 millions d'euros".

Mais alors, à quoi sert la parole présidentielle si les taxes et les impôts continuent d'augmenter ? Christian Eckert a conclu :

"On ne peut pas graver dans le marbre une situation qui dépend d'un contexte international que nous ne maîtrisons pas"

Mais il a ensuite rectifié ses propos auprès de l'AFP, affirmant que "l'engagement du président de ne pas décider d'augmentations supplémentaires d'impôts pour qui que ce soit à partir de 2015 (serait) tenu." "Le taux de prélèvement obligatoire baissera jusqu'en 2017", a-t-il encore assuré.

"Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent", disait Jacques Chirac et Charles Pasqua, en reprenant les propos d'Henri Queuille...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/11/2014 à 16:44 :
Quelle bande d'incompétents et d'inconséquents. Toujours un qui l'ouvre pour prouver qu'il existe.
Du temps du petit haineux, on avait Estrosi, Morano, etc...., maintenant on a ce genre de gugusses, et ce n'est pas mieux
a écrit le 13/11/2014 à 16:29 :
Ce prof de math profondément incompétent à son poste, rongé par l'idéologie socialiste, est un des plus néfastes. Il est le père de l'acharnement fiscal actuel. Pauvre pays foutu.
Réponse de le 13/11/2014 à 16:34 :
et par ailleurs gros propriétaire immobilier, ce qui explique que les impôts s’abattent surtout sur les salariés, les entrepreneurs, et toutes ces "niches" immobilières (exonération d'impôts et autre, rabaissement de la durée de détention etc...). Trotskiste, mais égoïste !!
a écrit le 13/11/2014 à 15:10 :
Que l'on appelle çà taxe ou impôt ou contribution ou autre terme issu du cerveau détraqué des énarques et similaires, c'est toujours de l'argent prélevé aux particuliers et entreprises, et dévoré par des instances publiques. Plus ces prélèvements qui deviennent insupportables et souvent mal utilisés augmentent, moins il en reste pour consommer ou investir. Donc pour la croissance, ce n'est pas demain la veille.
a écrit le 13/11/2014 à 14:22 :
le vieil adage, trop d'impôts tue l'impôt risque de devenir réalité........ et ruine les revenus disponibles.....

il va donc falloir commencer à réfléchir au "comment produire de la richesse"....pour que les revenus générers... génèrent eux mêmes de l'impot plutôt que d'en créer de nouveau ou augmenter les anciens....
a écrit le 13/11/2014 à 13:48 :
Les promesses n'obligent que ceux qui y croient.
a écrit le 13/11/2014 à 13:23 :
Malheureusement pour nous, pauvres contribuables, l'avenir proche va nous confirmer que c'est ECKERT qui dit vrai
a écrit le 13/11/2014 à 13:19 :
Qu il se rassure, plus personne ne croit les socialistes depuis maintenant quelques temps... Par contre, quelque soit les taxes votées, elles rapporteront de moins en moins car l economie étant en complète stagnation, il n y a plus de mouvements monétaires donc de moins en moins de revenu pour l état!!!
a écrit le 13/11/2014 à 13:19 :
Pas d'impôt supplémentaire, mais .. a écrit le 13/11/2014 à 11:30 :

Il faut savoir écouter FH, quand il dit qu'il n'y aura pas de nouvel impôt ou d'impôt supplémentaire ; il ne dit pas qu'il n'y aura pas d'augmentation de ceux qui existent déjà !! Il
a écrit le 13/11/2014 à 13:16 :
Hausse d'impôt ou pas, les citoyens ne veulent plus se fatiguer pour le roi de Prusse.
la machine fiscale patine et ils commencent à s'en rendre compte même à Bercy, mais le pire est à venir évidemment comme c'est la cas dans tous les régimes oeuvrant dans l'intérêt dit "général" c'est à dire de leur électorat
a écrit le 13/11/2014 à 13:09 :
Aprés les taxes, les surtaxes et plus les impôts frappent moins les rentrées fiscales suivent.
C'est ça la république populaire française.
La pauvreté se répand et l'hiver va être trés dur pour beaucoup.
a écrit le 13/11/2014 à 12:55 :
Et au meme moment, l'assemblee refuse de re-instaurer le jour de carence dans la fonction publique tout en nous sortant tous les argument indignes possibles.
Le PS gouverne pour sa clientele electorale et contre l'avenir de la France, c'est devenu une evidence pour qui sait voire.
a écrit le 13/11/2014 à 12:30 :
Vu les dérapages successifs de nos comptes publics, rien d'étonnant à cette annonce. J'ai l'impression que le gouvernement ne contrôle plus rien et encore moins le déficit qui ne cesse de croitre malgré les multiples hausses d'impôts. Ils refusent de faire la saignée nécessaire (on y passera tous tôt ou tard il ne faut pas se leurrer) dans les dépenses publiques et comptent sur une croissance qui n'arrivera jamais pour les raisons citées plus haut. Bruxelles avait l'occasion de sanctionner les incapables du gouvernement ...
Réponse de le 13/11/2014 à 13:15 :
"Vu les dérapages successifs de nos..." ministres, nous autres électeurs sommes de beau niguaud de continuer à voter pour eux. Une petite purge ne ferait pas de mal.
a écrit le 13/11/2014 à 12:12 :
Sans commentaire...
a écrit le 13/11/2014 à 11:59 :
Bonjour la "stabilité" fiscale. On ne sait vraiment plus sur quel pied danser. Ca rajoute un stress supplémentaire : sur qui va tomber la prochaine taxe?
a écrit le 13/11/2014 à 11:55 :
PITOYABLE ce gouvernement de marionnettes HOLLANDAISES, comme j'ai bien fait de ne pas rester en France, ne serait-ce que fiscalement ! Qu'ils continuent tous à mentir tous les matins au breakfast et j'applaudirai l'arrivée du FN en 2017 ! Je reviendrai rien que pour voter la déchéance bolchevique.
a écrit le 13/11/2014 à 11:54 :
De toute façon cela fait 2 ans que toutes les promesses ne sont pas tenues alors!!!
Nous avons a faire a une équipe d'amateurs!
a écrit le 13/11/2014 à 11:50 :
mais mr ECKERT LES GASPILLAGES VOUS POUVEZ LES MAITRISER !!! IL SUFFIT D'eN AVOIR LE COURAGE POLITIQUE ,,,,
LE cumul des indemnites des elus cela peut etre tout de suite,la suppression de le reserve parlementaire,le cumul emploi retraite des elus qui doivent montrer l'exemple
la suppression des cures thermales de complaisance ,la maitrise de l'immigration, l'alegnement des regimes de retraites ; RECENT L4ALIGNEMENT DES ALLOCATIONS FAMILIALES POURQUOI LES FONCTIONNAIRES TOUCHENT 3 % DU SALAIRE POUR DEUX ENFANTS 8 POUR TROIS LA LISTE EST LONGUE
a écrit le 13/11/2014 à 11:42 :
Au lieu d'augmenter les impôts Monsieur Christian Eckert et ses compagnons guignols feraient mieux de réduire leurs avantages et privilèges ainsi que rémunération y compris les fonctionnaires et territoriaux au nombre stratosphérique, fermer les administrations publiques sans utilités ou en doublons, etc, etc, avant que la société civile descende dans la rue contre cette caste de nababs de monarques et vassaux qui ne font aucun effort pour réduire le déficit....
a écrit le 13/11/2014 à 11:41 :
Vivement que les socialistes quittent le pouvoir, ils sont trop mauvais.
a écrit le 13/11/2014 à 11:40 :
ami entends tu les ........contact PRUNIER a LONDRES courage fuyons......FRANÇAIS, FRANÇAISES a tout les hommes de bonnes volontés vos connaissez la suite !!!!!
a écrit le 13/11/2014 à 11:39 :
Qque part, M.Eckert parle le bon sens! on ne peut pas promettre qu'il n'y ait pas de hausse (ni de baisse) d'impôts. Le vrai problème est que M. Hollande a fait une promesse inverse qui n'est pas crédible. Le vrai vrai problème est que M. Hollande n' a pas de cap, pas de ligne directrice pour la France et qu'il matraque les contribuables en se disant que la crise va passer et que ça ira mieux. cette posture attentiste est dangereuse sur le long terme. Qd on est ds un gouvernement sans cap, tout le monde dit ce qu'il veut; d'où les cafouillages.
a écrit le 13/11/2014 à 11:33 :
Cela confirme bien si besoin est qu'il y en un qui raconte que des conneries.
a écrit le 13/11/2014 à 11:30 :
Il faut savoir écouter FH, il dit qu'il n'y aura pas de nouvel impôt ou d'impôt supplémentaire ; il n'a pas dit qu'il n'y aura pas d'augmentation de ceux qui existent déjà !!
Réponse de le 13/11/2014 à 16:35 :
un des fondements du socialisme est le mensonge.Mais bon, ça doit séduire, puisque qu'un vote malheureux nous condamne à 5 années de misère...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :