Tout savoir (ou presque) sur les revenus, la consommation, les dépenses, et le logement des Français

 |   |  959  mots
Le revenu salarial net s'est élevé à 20.100 euros annuels en 2012
Le revenu salarial net s'est élevé à 20.100 euros annuels en 2012 (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Comme chaque année, l'Insee publie son "portrait social de la France". Une mine de données sur le travail, le revenu, la consommation ou le logement des Français. Ainsi, le revenu disponible médian atteint 1.645 euros nets mensuels.

C'est une véritable mine ! Chaque année l'Insee publie " France, portrait social ", un ouvrage qui concentre tout ce que l'on veut savoir sur le marché du travail, les revenus, les dépenses, la consommation ou le logement des Français. S'ajoutent à cela des coups de projecteurs, sur tel ou tel sujet, différents d'une année sur l'autre. Le crû 2014 met ainsi en exergue des dossiers consacrés à la situation de la France « après plusieurs années de crise » - avec une augmentation de 56% du nombre de chômeurs de longue durée entre 2008 et 2013 ! -, la politique de la ville ou encore les sans-domiciles en France métropolitaine.
Sur les revenus et le marché du travail, voici les principaux points saillants de la livraison 2014.


- Le revenu salarial net : 20.100 euros annuels en moyenne


En 2012, le revenu salarial net moyen de l'ensemble de la population salariée s'établit à 20.100 euros annuels. Mais un quart des salariés a perçu moins de 9.570 euros de revenu salarial net par an (salariés en contrat de travail précaire ou à temps partiel) alors que le revenu salarial moyen du dernier quart (les 25% de salariés les mieux rémunérés) s'élevait à plus de 25.460 euros. Le revenu salarial moyen des hommes s'élevait à 22.920 euros et celui des femmes à 17.060.
Le revenu salarial moyen atteint 19.510 euros pour les personnes travaillant principalement dans le secteur privé et les entreprises publiques, contre 22.130 euros dans la fonction publique. L'écart de revenu salarial de 13 % entre public et privé vient de la combinaison de deux facteurs : une durée moyenne de l'emploi en équivalent temps plein supérieure de 12% dans la fonction publique en raison d'une plus grande stabilité des emplois ; un salaire horaire plus élevé en moyenne de 1 % qui s'explique pour l'essentiel par des différences de qualification des emplois
En euros constants, le revenu salarial a augmenté de 0,2 % par an en moyenne entre 2007 et 2012 après 0,6 % par an entre 2002 et 2007.

- La population active : 28,6 millions de personnes


En 2013, la population active (nombre de personnes en emploi ou au chômage) était estimée à 28,6 millions, dont 14,9 millions d'hommes et 13,7 millions de femmes. Le taux d'activité des personnes âgées de 15 à 64 ans a ainsi progressé de 0,4 point par rapport à 2012 pour s'établir à 71,1%, une augmentation due à la hausse du taux d'activité des "séniors" en raison principalement, selon l'Insee, des réformes récentes des retraites.


- La durée du travail : 40,7 heures


En 2012, selon l'Insee, la durée hebdomadaire moyenne du travail déclarée par les personnes de 15 ans ou plus ayant un emploi est de 37,5 heures : 40,7 heures pour celles à temps complet et 23,1 heures pour celles à temps partiel. La durée de travail hebdomadaire moyenne est largement supérieure chez les indépendants:  54,7 heures pour les agriculteurs et 47,9 heures pour les artisans, commerçants et chefs d'entreprise. La durée habituelle hebdomadaire est de 36,2 heures pour l'ensemble des salariés, soit 39,2 heures pour ceux à temps complets (du fait des heures supplémentaires) et 23,3 heures pour ceux à temps partiel.

>>LIRE AUSSI: Travail le week-end : les catégories les plus concernées depuis 25 ans

- Un niveau de vie médian de 1.645 euros mensuels


En 2012, la moitié des personnes ont un niveau de vie inférieur à 19.740 euros en France métropolitaine. Soit un niveau de vie médian (50% au dessus et 50% en dessous ) de 1.645 euros par mois. Le niveau de vie correspond au revenu disponible qui comprend les revenus fiscaux déclarés à l'administration ainsi que les revenus financiers non déclarés (produit d'assurance-vie, livrets exonérés), les prestations sociales, etc. Le tout net des principaux impôts directs (IR, taxe d'habitation, CSG, CRDS, etc.). Les 10% des personnes les plus aisées ont un niveau de vie supérieur à 37.430 euros, soit 3,5 fois plus que les 10% les plus pauvres.


- Le taux de pauvreté : 13,9 % de la population


En 2012, 8,5 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté monétaire fixé à 60% du niveau de vie médian. En 2012, ce seuil s'établissait à 987 euros par mois. Et la moitié des personnes pauvres avaient un niveau de vie inférieur à 784 euros mensuels. Le taux de pauvreté s'élève ainsi à 13,9% de la population.


- Le coût de la protection sociale : 695 milliards d'euros!


En 2012, les dépenses de l'ensemble des régimes de protection sociale s'élèvent à 695 milliards d'euros, dont 653 milliards consacrés aux prestations de protection sociale (soit 31,2% du PIB). Les prestations de protection sociales (vieillesse, santé, etc.) ont progressé de 3, 3 % en valeur en 2012, après 3,0% en 2011. Cette croissance est inférieure à celle observée sur une plus longue période (+ 4,6% en moyenne annuelle entre 2000 et 2009).


- La consommation et l'épargne des ménages en recul


En 2013, la dépense de consommation des ménages s'est légèrement redressée (0,2%), après un recul historique en 2012 (- 0,5%). Selon l'Insee, le pouvoir d'achat du revenu disponible a stagné en 2013 après une baisse de 0,9% en 2012 dans un contexte de ralentissement des prix (+ 0,6% après + 1,4%). Le revenu brut disponible des ménages progressant moins vite que leur consommation, le taux d'épargne des ménages se replie à 15,1%. Le taux d'épargne financière des ménages, en revanche, remonte à 5,8% après trois années de recul.


. Le logement : 57,6% de propriétaires


Au 1er janvier 2014, on compte 34,7 millions de logements en France, soit 1,1% de plus qu'en 2013. Le parc de logements est essentiellement composé de résidences principales (82,9%). Le poids des résidences secondaires et des résidences occasionnelle est en légère diminution depuis une dizaine d'années (9,9% en 2000 et 9,2% en 2014). En revanche, le nombre des logements vacants remonte légèrement (6,9% en 2009 et 7,9% en 2013). Par ailleurs, 57,6% des Français sont propriétaires de leur résidence principale alors que 39,3% en sont locataires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2014 à 9:06 :
Il faudra quand même qu'on nous explique comment l'économie peut fonctionner correctement avec des salaires très bas et de la précarité (ce que demande monsieur Gattaz); n'importe qui avec un minimum de bon sens et d'honnêteté intellectuelle comprendra que la consommation, la croissance, etc sont liées à des revenus un temps soit peu confortables. Personnellement, à quarante et quelques, je n'achète presque rien en dehors de dépenses de base, alors que je travaille depuis vingt ans (et quinze dans la même entreprise; je suis sur ce plan un privilégié aujourd'hui), faute de salaire correct. Alors en ce qui concerne les jeunes employés qui sont payés au minimum du minimum, et que certains voudraient voir payés encore plus bas, je n'imagine même pas quel genre de "consommateurs" ils peuvent bien faire. Allez! un petit crédit à la consommation pour faire parti prochainement des surendettés (au moindre découvert de ma part, ma banque s'empresse de m'en proposer un...
a écrit le 20/11/2014 à 22:03 :
C'est amusant il y a quelques mois on nous annonçait que le salaire net moyen des Français était de 2200 euro. Jusqu'à preuve du contraire 12*2200 n'est pas égal à 20100 euros. Qui ment? Je pencherais pour le premier voir même les deux et vous?
a écrit le 20/11/2014 à 21:48 :
Si on retire les rémunérations du top 1% des plus hauts salaires, il tombe à combien le revenu median?
a écrit le 20/11/2014 à 11:12 :
C'est très bien d'avoir donner des valeurs médianes des revenus ce qui reproduit bien plus la réalité que les valeurs moyennes. Par contre des tableaux avec les comparatifs des années précédentes auraient été très instructifs.
Réponse de le 20/11/2014 à 22:08 :
Le problème est que dans ce type de méthode on pense que ceux du publique sont mieux payés alors que si je bossais dans le privé, je toucherais plus en faisant les 3 huit qu'aujourd'hui a mon travail de cadre moyen... Mais comme il y a beaucoup voir même énormément de haut cadres (ils sont aussi nombreux que les cadres moyens voir même plus nombreux); ces chiffres sont trompés.
a écrit le 20/11/2014 à 8:23 :
Pipo pipo, le revenu salarial annuel net est plus élevé dans vos chiffres que la normale !
Faites donc une moyenne du revenu annuel net des retraités et vous verrez que vos chiffres sont beaucoup plus bas que ce que vous avancés.
Pour les politiques pas de soucis pour eux, ils ont leurs arrières assuré à vie et ça ne les empêche pas de ponctionner les pauvres gens qui se font 1200€ par mois. Ils feraient bien de baisser leurs revenus et payer plus d'impôts, il leur en resterait encore un bon paquet, ils aideraient les autres.!
Réponse de le 20/11/2014 à 12:05 :
Le revenu salarial moyen, comme son nom l'indique, ne prend en compte que les salariés. C'est donc normal que les retraités ne soient pas inclus dedans et que sa valeur soit plus élevée que ce à quoi vous vous attendiez.
a écrit le 19/11/2014 à 21:11 :
Et dans toute ça la vraie question.
Une personne travaillant avec se salaire ne peux pas se loger.
La base de la vie n est ce pas.
Trouver un loyer de 500 euro sans aide ?
Travailler et ne pas.pouvoir se loger ?
La est la vraie détresse.
a écrit le 19/11/2014 à 19:12 :
28.6 millions d'actifs...66 millions d'habitants???
Réponse de le 19/11/2014 à 20:14 :
Les 28,6 millions représentent effectivement peu par rapport à la population totale du fait de la prolongation des études et du vieillissement de la population. Pour info, les 28.6 millions sont très proches des 29 a 30 millions de personnes âgées de 24 a 59 ans, sachant que les départs des entreprises (retraites, pré retraites...) est de 59 ans en moyenne.
a écrit le 19/11/2014 à 17:36 :
Avant les fins d' années il est de coutume de revoir tous les chiffres à la baises ...
" Un niveau de vie médian de 1645 euros mensuels " ? Par quel miracle on en arrive à une telle somme ? En appliquant à la réalité la méthode la plus floue possible : une moyenne ! Bref, on est nécessairement très loin du compte ...
" Selon l' INSEE " C'est tout le problème justement !
La réalité c' est 11 millions ou + de personnes en situation de grande pauvreté + de 5 millions de personnes sans emploi - corruption à tous les étages, pouvoirs et privilèges de + en + marqués, INJUSTICES SUR TOUS LES FRONTS ! Impunité totale pour les escrocs en cols blancs et autres " dissimulés " de la fraude et de l' arnaque ( députés, bonimenteurs de foire patentés - politiques, lobbys de toutes sortes, dentistes escrocs etc etc ... ) et la liste est loin d' être exhaustive ... Et puis en parallèle on a toujours les nantis et autres moyens au ventre bien remplis pour estimer que tout va bien dans le " meilleur des mondes ". .
Réponse de le 19/11/2014 à 18:16 :
Conséquence d' un empressement et de ma " maladresse " ; on doit lire " tous les
chiffres à la baisse " encore que ...
Réponse de le 26/11/2014 à 7:18 :
henri a raison.
a écrit le 19/11/2014 à 17:35 :
Et le seuil de pauvreté est de 11844€ pour une personne seule! Oui il y a de plus en plus de pauvres et quand on lit que les caisses de retraites complémentaires frôlent la faillite compte tenu d'absence de cotisations des robots et consécutivement des chômeurs toujours plus nombreux, l'avenir s'annonce noir.
a écrit le 19/11/2014 à 17:05 :
(En 2013, la population active (nombre de personnes en emploi ou au chômage) était estimée à 28,6 millions.) Si on enlève les chômeurs et ce qui foutent rien -10 millions il n'y pas grand monde qui produit en France.
Réponse de le 19/11/2014 à 19:13 :
oui...ça m'a aussi interpellé!
a écrit le 19/11/2014 à 14:37 :
durée hebdomadaire de travail chez les indépendants de 54.5 heures hebdomadaires???cela confirme ce que je pensais malheureusement sur le manque de productivité des petits indépendants incapables d'effectuer leur travail en 35h comme les employés territoriaux par exemple!
Réponse de le 19/11/2014 à 20:19 :
Vous lire est un régal ! Malheureusement peu de monde est rentré dans votre jeu aujourd'hui. Dommage car c'était très provoquant et prometteur !
a écrit le 19/11/2014 à 12:34 :
Un groupe de travail anime par un depute nord vat presenter au premier ministre une carence de 18 mois avant de percevoir retraite carsat , priorite du pouvoir d'achat aux actifs
Réponse de le 19/11/2014 à 13:03 :
Le Ps ça ose tout, c'est à ça qu'on le reconnait. Il n'a même pas idée, pour faire une telle proposition, de savoir comment vivront les personnes avec le salaire médian, pendant 18 mois...vous pensez que ces personnes auront accumulé une épargne telle, qui leur permettra d'attendre si longtemps...?
Réponse de le 20/11/2014 à 22:12 :
Mieux vaut écrire ça que d'être manchot... Quoi que!
a écrit le 19/11/2014 à 10:30 :
L'information cruciale qui manque désespérément, c'est l'évolution du pouvoir d'achat réellement disponible : budget contraint augmente bien plus vite que le cout de la vie officiel !
a écrit le 19/11/2014 à 10:30 :
L'information cruciale qui manque désespérément, c'est l'évolution du pouvoir d'achat réellement disponible : budget contraint augmente bien plus vite que le cout de la vie officiel !
a écrit le 19/11/2014 à 9:58 :
Tentez voir une simulation avec 80% de propriétaires…
Après un choc certain mais nécessaire sur les BTP en charge du logement, ( à basculer sur les travaux d'efficacité energétique ), la charge immobilière pourrait être divisé par 2 ou 3 selon certains, pour redevenir une valeur non plus spéculative mais endo-structurante, et ensuite profiter de ce levier ( qui ne constitue qu'un simple rééquilibrage européen ), comme point de relance économique ôtant enfin cette charge immobilière abusive sur la valeur du travail français en berne dans ce monde inter-nation-alisé.
Pour y arriver, une Idée simple : une loi courageuse limitant la possession de 3 ou 4 logements maximum par citoyen, certain crieront que c'est un coup de grâce portée à la liberté d'entreprendre, il suffit de reconsidérer le libéralisme qualitativement et non plus quantitativement.. et je répondrais également que l'on s'attache ( intérêt, soin), bien plus à un "bien" qu'on possède qu'à un "ap-part" qu'on emprunte… Ceci vaut pour tout ce qui encadre et définit ce "bien", nation incluse..
Réponse de le 19/11/2014 à 10:38 :
Si vous êtes convaincu de ce que vous dites tant mieux, mais il y a bien longtemps que les investisseurs se retirent tranquillement et arrête d'investir dans l'immobilier. qui par définition est Immobile donc taxable jusqu'à la moelle... Vos appartements seront juste possédés par des sociétés, ou par personne et tomberont en ruine...
Réponse de le 19/11/2014 à 11:43 :
Les investisseurs arrêtent d'investir.. En masse oui, l'expérience espagnole leur a suffit
Même si le million de logements manquants est exagéré, il en demeure un déficit important (entre 500 000 et 700 000), il constitue un levier non négligeable pour notre économie.
Et donc, une telle proposition de loi doit avoir la rapidité et l'inconditionnalité nécessaire pour pouvoir faire basculer la nature des propriétaires sans changer le volume des propriétés (de toute façon au point mort).
Votre critique devrait plutôt s'attarder sur l'effondrement prévisible du prix de l'immobilier par déconcentration de l'offre plutôt que de sa vétusté..
Le parc immobilier en terme d'efficacité énergétique est d'une vétusté "prodigieuse", une telle "remise en possession" couplé à une probable montée des coûts énergétiques relanceraient cette économie vertueuse de l'isolation et gestion énergétique (véritable transition énergétique)...
La propriété est un des fondements de la liberté économique (sociétale pour certain)..
Ma proposition n'est peut être pas idéale, mais elle œuvre à vouloir la rétablir..
Enfin les méthodes douces me semblent bien trop "contrôlées" aujourd'hui..
Réponse de le 20/11/2014 à 22:15 :
Le véritable problème de l'immobilier est cet norme 2012... Faut pas ce leurrer le surcout de la construction va faire mal et dans quelques années ça va s'empirer car les logements vont manquer. Quand de propriétaires comme moi sont prêt a changer d'emploi plutôt que de déménager, ça devient grave!
a écrit le 19/11/2014 à 9:54 :
LES SALAIRES DES ELITES REPRESENTE ENTRE 35% ET 40% DU BUJET ANNUEL? DONC IL EST TEMPT DE FAIRE DES ECONOMIES DE CE COTE LA ? DANS UNE ENTREPRISSE QUAND CELA VA MAL LE PATRON IL SE DEFAIT TOUJOURS DES GROS SALAIRES EN PREMIER??? DONC EN FRANCE IL Y A TROP D ELITES ET DE REPRENTATION POLITIQUE GRASSEMENT RENUMEREZ? LE GOUVERNEMENT A ENCORE DES PISTES POUR ECONOMISEZ???EN AURAS T IL LE COURAGE PLOLITIQUE???
Réponse de le 19/11/2014 à 10:41 :
arrêtez un peu d'écrire en majuscule svp
Réponse de le 19/11/2014 à 18:09 :
Vous avez raison !
Réponse de le 20/11/2014 à 22:17 :
Vous l'avez lu? Moi j'ai arrêter le tout majuscule est illisible! Je le relierais quand il apprendra à écrire en minuscules!
Réponse de le 26/11/2014 à 7:16 :
Je l' ai lu mais il est vrai que ce n' est pas toujours facile ...
a écrit le 19/11/2014 à 9:25 :
57,6 % de propriétaires ? Un propriétaire de taxes n'est plus qu'un propriétaire dépossédé soit un locataire de l'état. Attention au mot propriétaire ...
Réponse de le 19/11/2014 à 10:06 :
Vendez !
Réponse de le 19/11/2014 à 10:39 :
C'est déja fait...
Réponse de le 20/11/2014 à 22:19 :
Avec les nouvelles normes, le nombre de propriétaires va baisser. Et bien évidemment les prix des locations vont grimper en flèche car il y aura plus de demande. Mais bon je suis à l'abri. J'ai une maison a moi et si mon bouleau me transfert ailleurs j'en change. J'y perdrais moins!
a écrit le 19/11/2014 à 7:52 :
Bof c'est comme l'indice des prix difficile de s'y retrouver dans cette montagne de chiffre..
Réponse de le 19/11/2014 à 9:31 :
@carlos : pas d accord avec vous ! Ces chiffres prouvent que la France ne va pas si mal que ça ; les salaires ont augmenté plus vite que l inflation ,l état providence a continuer d augmenter les aides , le nombre de propriétaires a augmenté ( sauf les résidences secondaires , ce que le bon neuneu souhaite) etc ...
Réponse de le 19/11/2014 à 10:03 :
Eh oui la France ne va pas si mal que cela...enfin pour pas plus de 85% de la population et encore : avec les chiffres suivant, on ne peux se réjouir de cette situation
Le taux de pauvreté : 13,9 % de la population
Un niveau de vie médian de 1.645 euros mensuels
Réponse de le 19/11/2014 à 16:50 :
Les chiffres sont toujours en dessous de la vérité; il ne faut pas effrayer le français moyen. En vérité c' est la GRANDE PAUVRETÉ pour de + de + de français !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :