Smic : pas de coup de pouce en vue, pas de "sous-smic" non plus

François Rebsamen estime qu'une hausse du Smic au-delà de l'inflation n'est "pas toujours la bonne solution". Le ministre du Travail a également rejeté la proposition du Medef d'un Smic "dérogatoire".

2 mn

François Rebsamen, ministre du Travail, plaide pour le statu quo sur le Smic.
François Rebsamen, ministre du Travail, plaide pour le statu quo sur le Smic. (Crédits : reuters.com)

Le ministre du Travail François Rebsamen a affirmé lundi qu"'un coup de pouce" au Smic n'est "pas toujours la bonne solution" et il a exclu par ailleurs un "Smic dérogatoire" ou "un sous-Smic", une piste avancée par le patronat.

"Pas toujours la bonne solution"

"Dans le Smic, il y a un engagement national: quand la croissance revient, le Smic doit augmenter. Quand elle n'est pas là, le coup de pouce n'est pas toujours une bonne solution", a affirmé le ministre lors d'un colloque sur le salaire minimum organisé par Force ouvrière.

Selon lui, "l'objectif prioritaire, c'est l'emploi et l'investissement" et "les salaires découleront du redémarrage des deux premiers". Il a rappelé que "le Smic progresse chaque année. Mais nous avons un défi majeur pour redresser notre pays, dont la compétitivité a été abîmée".

Après son élection, François Hollande avait donné un coup de pouce auSmic, revalorisé de 2% en juin 2012. Mais depuis le salaire minimum a évolué en fonction des seuls mécanismes légaux (dont l'évolution des prix et des salaires). La prochaine évolution du Smic doit intervenir le 1er janvier 2015.

Un Smic toujours unique

Le ministre a par ailleurs "rejeté tout Smic dérogatoire ou un "sous-Smic" pour les jeunes ou les demandeurs d'emploi de longue durée", estimant que "l'efficacité économique de ce type de solution n'est pas démontrée".

"Je ne suis pas non plus pour des Smic qui seraient différents d'une région française à une autre: le Smic est un outil national de solidarité et doit demeurer le même partout sur le territoire national", a affirmé le ministre.

"Pour un jeune pleinement dans la vie active, la règle est à travail égal, salaire égal. La société française ne veut pas d'une solution inégalitaire", a-t-il dit. "La problématique est la même pour les demandeurs d'emploi de longue durée. Demander de choisir entre un emploi ou un salaire n'est pas acceptable", a-t-il insisté.

La prime d'activité en soutien

"Nous traitons à la fois des inégalités de salaires et d'accès à l'emploi" et c'est "le sens de la nouvelle prime d'activité: soutenir les salaires et rendre l'emploi davantage incitatif", a-t-il argué.

Le président du Medef Pierre Gattaz avait suggéré une rémunération plus faible que le Smic mais complétée par une aide temporaire de l'Etat pour réintégrer dans les entreprises les populations très éloignées de l'emploi, comme les chômeurs de longue durée.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 25/11/2014 à 9:29
Signaler
toujours les mêmes qui subissent , mais tous ces "politiques" ne se privent pas ,surtout ne pas toucher à leurs privilèges, ils se prennent pour des seigneurs

à écrit le 25/11/2014 à 9:07
Signaler
Monsieur François Rebsamen, ministre du Travail, à quand un coup de pouce en vue de la baisse généralisé des rémunérations des parlementaires pour cause d'endettement stratosphérique de l'état français. Faudra_t_il que les français descendent dans la...

le 25/11/2014 à 22:45
Signaler
Ca a toujours été comme ça, soit il faut attendre une révolution, soit une guerre. Et là il n'y a rien. Personne dans les rues, l'industrie pas bloquée... A croire que les nouvelles technologies rendent les citoyens plus con et docile....

à écrit le 24/11/2014 à 20:42
Signaler
Et pendant ce temps, le timbre poste augmente de 15%. Faudrait peut-être les lécher aussi!!!

à écrit le 24/11/2014 à 20:31
Signaler
Il vaut mieux aimer les patrons et verser des dividendes mirobolants aux actionnaires. Quand on vous dit qu'ils sont tout "pourris".!!!!! Je le pense......

le 25/11/2014 à 8:35
Signaler
En effet, les pleureuses du MEDEF recoivent des tombereaux d'aides publiques pour se payer des salaires démesurés et se verser des dividendes. En celà Valls Rebsamen Sapin Macron Hollande sont le fauteuil grand confort luxe pour toutes la pègre fina...

à écrit le 24/11/2014 à 19:25
Signaler
Des commentaires de la part de gens qui ne sont pas au courant de la vraie vie ,tout augmente tout et le salaire non il peut nous rapeller combien il gagne par mois pour décider ainsi de maintenir la tête sous l'eau les petits salaires

à écrit le 24/11/2014 à 19:20
Signaler
Il a raison il a bloque ma retraite de 2890 euros , la justice sociale pour tout le monde

le 25/11/2014 à 9:31
Signaler
ne vous plaignez pas, beaucoup aimerait avoir votre retraite, même des salariés le voudraient

le 25/11/2014 à 11:36
Signaler
desirerait avoir votre retraite .

à écrit le 24/11/2014 à 18:53
Signaler
Rebsamen: il aune idée sur le réel pouvoir d'achat de ceux qui sont au Smic??? . Encore un sinistre ministre incompétent qui plus est à son ministère.

à écrit le 24/11/2014 à 18:52
Signaler
voila bien encore une guerre de principe, on a surtout la gauche poussé le SMIC au dela de l'inflation.. en fait pourquoi payer des salariés a ce niveau ?? a mon avis il vaut mieux en avoir moins qui savent travailler.... bon enfin, mais on oublie l...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.