Sarkozy, Juppé, Fillon... la guerre des trois aura-t-elle lieu ?

Maintenant élu à la présidence de l'UMP, Nicolas Sarkozy va chercher à installer son hégémonie sur la droite pour assommer la concurrence en cas de primaire à droite en 2016. François FIllon et Alain Juppé ont compris la manœuvre.
Jean-Christophe Chanut
A l'UMP, la guerre des trois aura-t-elle lieu entre Nicolas Sarkozy et les deux anciens premiers ministres François Fillon et Alain Juppé?
A l'UMP, la guerre des trois aura-t-elle lieu entre Nicolas Sarkozy et les deux anciens premiers ministres François Fillon et Alain Juppé? (Crédits : Reuters)

L'opération « reconquête » de Nicolas Sarkozy peut se comparer au lancement d'une fusée à trois étages. D'abord, retrouver la présidence de l'UMP, c'est le premier étage. Il peut être largué, car l'opération a réussi. L'ancien chef de l'Etat a retrouvé son poste à l'UMP, qu'il a déjà occupé en 2004. Mais, cette fois, c'est avec 64,5% des suffrages qu'il est arrivé en tête et non plus avec 85%... Et le satellite Le Maire a emmagasiné plus de 29% des voix. Prometteur. Il convient, maintenant, de bien manœuvrer le deuxième étage. Celui qui doit permettre à l'ancien maire de Neuilly-sur-Seine de passer le cap de la primaire à droite, prévue pour 2016. Restera alors, à propulser le dernier étage vers l'élection présidentielle de 2017. Mais, attention, dans l'univers sarkozyste, il y a beaucoup de planètes qui refusent d'entrer dans son système solaire, sans parler de météorites qui pourraient bien heurter la fusée... En clair: les affaires judiciaires.

"Tous en dessous de moi"

De fait, les astres Juppé et Fillon refusent, toujours et encore à ce stade, de se mettre sur l'orbite Sarkozy. Astucieusement, à peine élu, Nicolas Sarkozy a appelé au rassemblement de la famille UMP. Mais, au lieu de dire, en substance, « tous derrière moi », c'est plutôt « tous en dessous de moi ». En tout cas, c'est ce qui ressort de sa proposition d'instituer un « comité des anciens premiers ministres » appelé à "l'aider" à piloter l'UMP.

Si Edouard Balladur, Dominique de Villepin et Jean-Pierre Raffarin devraient intégrer cette instance, il en va différemment de François Fillon pour qui c'est d'ores et déjà « niet ». Quant à Alain Juppé, très sceptique, il attend une rencontre avec Nicolas Sarkozy cette semaine avant de se prononcer. Mais François Fillon et Alain Juppé ont assez d'heures de vol en politique pour savoir que ce comité peut constituer un piège pour eux. Alain Juppé a toujours répété qu'il ne calerait pas sa conduite « sur le tempo de Nicolas Sarkozy ». François Fillon, qui se livre actuellement à un tour de France, affiche également une grande volonté d'indépendance. C'est d'ailleurs lui qui est le plus avancé en matière de programme, notamment économique.


Un seul objectif: la primaire

Les deux anciens premiers ministres ne veulent absolument pas se trouver dans la position des  "dominés" face à un Nicolas Sarkozy "dominant", où alors ils perdent toutes leurs chances pour la primaire de 2016. Or, c'est ce rendez-vous qui est primordial pour les deux hommes... et surtout son organisation. Nicolas Sarkozy et son entourage ont beau chercher à rassurer en répétant que les primaires auront bien lieu, le doute subsiste quant à leur degré d'ouverture. Surtout quand Nicolas Sarkozy s'interroge sur le besoin d'y faire participer les sympathisants du Modem alors que son président, François Bayrou a appelé à voter François Hollande en 2012.

Potentiellement, la primaire à droite pourrait concerner environ 3 millions d'électeurs. Et plus le spectre est large, plus Alain Juppé sait qu'il a ses chances. A l'inverse, Nicolas Sarkozy profiterait davantage d'un collège électoral le plus resserré possible aux sympathisants de l'UMP, là où l'on trouve le plus de « sarkolâtres ».

L'organisation des primaires va donc être très importante. On sait que les votants devront normalement signer une sorte de « charte d'adhésion aux valeurs » défendues par la droite. Or, par exemple, si cette charte contient un engagement de revenir sur la loi Taubira sur le « mariage pour tous », un certain nombre d'électeurs ne se déplaceront pas pour voter... Pour le plus grand profit de Nicolas Sarkozy. C'est exactement la même chose si l'on demande aux votants de la primaire de pouvoir les inscrire sur une liste de « sympathisants actifs » - on ne peut pas les forcer à adhérer - , là aussi, il y aura alors de la perte en ligne. Ce sont toutes ces petites choses que les concurrents de Nicolas Sarkozy vont surveiller, non seulement François Fillon et Alain Juppé mais aussi Bruno Le Maire qui, fort de sa légitimité avec son score très honorable, compte peser. Le député de l'Eure, s'était engagé durant la campagne à respecter le principe de la « primaire ouverte ».

La primaire à droite: arme anti-FN

Cette primaire de 2016 est en effet incontournable. Elle constitue même le... vrai premier tour de la présidentielle de 2017. Sauf amélioration soudaine de la situation économique, on ne voit pas, à ce stade, comment le candidat issu du camp socialiste pourra franchir le premier tour. En revanche, le candidat adoubé par l'UMP, voire l'UDI, lui, a toute les chances de se retrouver au second tour face à ... Marine Le Pen (FN) et de l'emporter. Car, le « réflexe républicain » (apport des voix de gauche, en l'occurrence) devrait jouer en sa faveur. Même si ce « réflexe républicain » ne sera certainement pas aussi fort, loin de là, qu'en mai 2002 quand Jacques Chirac avait « écrasé » Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle avec plus de 80% des voix. En 2017, beaucoup de sympathisants de gauche devraient se réfugier dans l'abstention, surtout si c'est Nicolas Sarkozy qui porte les couleurs de l'UMP.

Nicolas Sarkozy sait cela. Il lui faut donc continuer à piloter sa fusée « reconquête » avec une certaine subtilité. Ce qui l'oblige à accepter de passer par les primaires, mais sans se mettre en danger. Refuser tout bonnement les primaires serait une erreur. Car, soit un candidat UDI sort du bois et le premier tour de la présidentielle devient alors très délicat pour Nicolas Sarkozy qui pourrait perdre quelques pourcentages de voix déterminants; soit c'est Alain Juppé lui-même qui se lance malgré tout, sans l'appui de l'UMP - dont le nom va d'ailleurs changer - mais avec celui des centristes. Un peu sur le modèle d'Edouard Balladur en 1995. Mais, là aussi, la présence de deux ténors de la droite au premier tour peut très mal se finir.

En tout cas, on le voit, l'UMP est actuellement nettement plus dans la stratégie politique que dans la phase d'élaboration d'un programme économique crédible. Ce temps devrait venir prochainement... On verra alors la réalité des différences avec la politique menée par le gouvernement socialiste actuel, tendance Manuel Valls. Ce sera un peu le jeu des 7 erreurs...

Jean-Christophe Chanut

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 60
à écrit le 07/12/2014 à 18:07
Signaler
Avec l'émergence de Le Maire, Juppé et Fillon ont perdu de leur importance. Ils sont passés au second rang!

à écrit le 03/12/2014 à 5:50
Signaler
Ca fait rêver hein? Et pourquoi pas Hollande 2022 aussi, au point où nous en sommes...

à écrit le 02/12/2014 à 19:42
Signaler
Le vote électronique a révélé une réalité du rejet MASSIF de Sarkozy puisque 50 % des adhérents de l'UMP n'ont pas voté alors qu'ils pouvaient le faire de chez eux bien au chaud ; In finé Sarkozy n'a le soutient Minoritaire de 24/25 % des adhérents ...

à écrit le 02/12/2014 à 18:54
Signaler
Coluche est mort, maintenant des restos du coeur brulent

à écrit le 02/12/2014 à 18:40
Signaler
ah les subtilités de la politique, si bien décrites dans cet article. La stratégie de NS n'est pas de bâtir un programme "innovant" (est ce possible) mais de détruire ses amis et rivaux afin de passer les primaires. Quant à la question d'améliorer le...

à écrit le 02/12/2014 à 16:59
Signaler
Sarkozy Hollande sont politiques les plus détestés aujourd'hui, si les Présidentielles avaient lieu demain, Marine Le Pen serait élue à 60%

le 02/12/2014 à 19:45
Signaler
Oui, et on serait encore plus dans la mouise. Suffit de lire le programme économique du FN.

à écrit le 02/12/2014 à 16:53
Signaler
Quand l'article dit que Juppé,Fillon,Le Maire ne veulent pas se retrouver dans la situation de "dominés",il a tout dit.C'est pourtant ce que Sarkozy va s'efforcer de faire.Alors je ne vois pas comment on peut unir des hommes qui vont s'étriper dans d...

à écrit le 02/12/2014 à 14:06
Signaler
La vraie, la seule réalité de tout ce cirque "médiatique" est qu’ils se fouttent totalement et grandiosement du peuple de France, et que l'on retrouve "les mêmes" depuis 5 ans, 10 ans, 20 ans.... 40 ans. Les seuls qui n'y sont pas, se sont ceux qui s...

le 02/12/2014 à 15:35
Signaler
Vous avez tord de mettre tout le monde dans le même sac ! Changez de lunettes peut-être ?

le 02/12/2014 à 16:44
Signaler
C'est des pros de la com et du mensonge permanent Le plus grave c'est de voir les élus remettre Sarko en piste et guerini au sénat et balkany a la mairie À vomir !!

le 02/12/2014 à 17:59
Signaler
on se demande qui pourrait être contre ce que vous dites!!!! Terrible constat que celui de nos gouvernants...ce pays tient grâce à nous qui respectons les lois...des fois on se demande si nous ne sommes pas un peu idiots...se poser la question est u...

le 02/12/2014 à 18:18
Signaler
@ 76 et @ Oui : Parfait ! Bien résumé la " situation " ! Tout à fait d' accord avec vous !

à écrit le 02/12/2014 à 13:30
Signaler
Au fond, le problème de Sarkozy, c'est le meme que celui de Hollande, ils subissent un entourage très néfaste qui s'impose à eux, et lorsqu'il choisissent leur entourage, ils ne savent pas recruter les bons et sélectionnent les plus mauvais En que...

le 02/12/2014 à 15:34
Signaler
Non, le vrai problème est que N Sarkozy est avant tout clivant ! Difficile de faire une union sincère dans ces conditions...

le 02/12/2014 à 18:22
Signaler
Vous voulez dire qu' ils sont quelque part victimes de leur entourage ? Moi je dirais plutôt " victime " de leur propre nature ...

à écrit le 02/12/2014 à 13:27
Signaler
Sarko est à la masse : Monter dans un char tirer par Galouzeau , Villepin , Raffarin et Balladur ne devrait pas rapporter gros !!!

à écrit le 02/12/2014 à 12:40
Signaler
Candidat UDI contre candidat FN

à écrit le 02/12/2014 à 12:33
Signaler
On a vu Sarko 1 c'était déjà vraiment nul du vent du vent et du vent Alors promis Sarko 2 avec les mêmes promesses ce sera mieux !!! Moi je dis niet il a eu sa chance Bye bye et rendez vous chez le juge pour les big magouilles

à écrit le 02/12/2014 à 12:24
Signaler
Juppé est le candidat naturel pour 2017.Sarko,Mariton et Lemaire doivent mettre le parti a son service.Fillon est la solution de remplacement au cas ou Juppé aurait des problèmes de santé vu son age

le 02/12/2014 à 16:04
Signaler
Le Sarko peut se mefier on ne dit plus les dents de la mer mais les dents de Lemaire.

le 02/12/2014 à 17:43
Signaler
@Pangolin; oué, même qu'on pourrait recruter les ministres dans les prisons pour rester cohérent ! Condmané pour abuss de biens sociaux (c'est-à-dire vol d'argent public), on pourrait lui remettre directement les clés du coffre et attribuer Versaille...

à écrit le 02/12/2014 à 12:15
Signaler
Il revient et promis, il va faire sauter la banque. Le champagne, les billets d'euro et même les anges seront de la fête.

à écrit le 02/12/2014 à 12:06
Signaler
Ni Jupé et ses ouilles (d'ailleurs bien peu nombreuses dans les faits, et pour cause), ni Fillon et ses soutiens, ni Le Maire, n'ont la surface et les c...pour aller au clash et créer un nouveau parti de centre droit qui pourrait fusionner avec ce qu...

à écrit le 02/12/2014 à 12:06
Signaler
Sarkosy a divisé les français et augmenté les impôts de façon très importante sans aucun résultat probant. Son retour est une mauvaise nouvelle pour tous car les "memes" reviendront pour d'aussi mauvais résultats. Le seul qui tient un discours conc...

à écrit le 02/12/2014 à 12:03
Signaler
La guerre de Trois...au minimum. Une guerre de tranchée pour certains, une guerre de mouvement pour d'autres, mais en aucun cas une guerre éclair. Les 2 dernières guerres mondiales ont duré environ 4 ans. Le temps des élections sera passé avant le te...

à écrit le 02/12/2014 à 11:47
Signaler
la primaire ce sera le premier tour de la présidentielle ,Juppé avec l aide de Bayrou fera minimum 25 pour cent , Sarko aura du mal à faire 15 .

à écrit le 02/12/2014 à 11:21
Signaler
Ca va hein ... Programme économique "crédible", avec les chimères éternelles du PS qui seront de retour en 2017, plus le machin délirant de celle qui est donc supposée être au deuxième tour, ça ne devrait pas être bien difficile. Disons, crédible rel...

le 02/12/2014 à 11:43
Signaler
Au fond, les seuls crédibles, ce sont dont on ne parle pas assez, Dupont-Aignan est parfaitement crédible et constant Bayrou est aussi parfaitement crédible et constant Mélanchon aussi est aussi parfaitement crédible et lucide Bleu Marine aussi e...

à écrit le 02/12/2014 à 11:08
Signaler
pendant ce temps la dictature socialiste ce mets en place pour ecraser les petites gens

le 02/12/2014 à 17:41
Signaler
militant UMP "SE MET !!!etnon ce mets à moins que vous ne vouliez le manger!!

à écrit le 02/12/2014 à 11:04
Signaler
Les clefs de la bergerie ont été données au loup ; seul avantage, nous savons qu'il y est désormais à l'intérieur. A tous ceux qui comprennent le peu d'intérêt à la nation que cet homme peut apporter ; de s'en méfier. Et de baliser la sortie, pour s'...

à écrit le 02/12/2014 à 11:04
Signaler
dans l'interet de la France MM.Fillon Juppé auraient du accepter .

le 02/12/2014 à 23:31
Signaler
merci !

à écrit le 02/12/2014 à 11:04
Signaler
dans l'interet de la France MM.Fillon Juppé auraient du accepter .

à écrit le 02/12/2014 à 10:48
Signaler
Attention Messieurs FILLON et JUPPE, NS est habile, rusé, intelligent, calculateur, manipulateur, machiavélique.......à la MITTERRAND....presque.

le 02/12/2014 à 11:20
Signaler
Non, N Sarkozy est avant tout clivant ! Là est le danger, car ça peut se révéler contre-productif...

le 02/12/2014 à 19:26
Signaler
mais NS est nettement plus à mème que Juppé pour diriger l'UMP.

à écrit le 02/12/2014 à 10:39
Signaler
.... Les Pieds nickelés !

à écrit le 02/12/2014 à 10:37
Signaler
NS est surtout populaire auprès des "ségniors" de l'UMP car il brandit toujours faute de programme à la manière de LE PEN la menace factice de l'immigration. Il fait en plus oublier les millions évaporés de sa campagne de 2012 et l'abus de biens soci...

à écrit le 02/12/2014 à 10:33
Signaler
J'ai voté pour Sarko pour son premier mandat mais ne revoterais pas une deuxième fois pour lui comme de nombreux français. Faudra-t-il faire un dessin à Sarko pour qu'il comprenne comme pour Hollande en dehors de l'UMP que les français n'en veulent p...

le 02/12/2014 à 11:14
Signaler
Sarkosy plus jamais!!!!

à écrit le 02/12/2014 à 10:13
Signaler
N'importe qui sauf Juppé ,le Hollande bis.

le 02/12/2014 à 10:58
Signaler
vous avez raison surtout pas Juppé.

à écrit le 02/12/2014 à 9:53
Signaler
Alors qu'avec Juppé elle était certaine de gagner avec au moins 55% en 2017, elle se choisit le politicien le plus impopulaire de France à part Hollande. Le seul qui a une vraie chance de perdre face à Hollande ou Vals, voire même face à la Le Pen. D...

le 02/12/2014 à 18:33
Signaler
" Avec Juppé " ? Juppé n' en espérait pas tant lui même et a fait office de " larbin " dans cette histoire ... Et puis vous savez le boucher du coin lui aussi peut faire l' affaire Non ?

le 02/12/2014 à 19:23
Signaler
C est tout le contraire JUPPE ne travaille que pour lui : surtout pas Juppé.

à écrit le 02/12/2014 à 9:42
Signaler
Faute de bonnes perspectives dans le domaine économique français, La Tribune devient un "journal de politique intérieure". Ou plutôt, elle surfe sur la vague Sarkozy en mettant sa petite contribution à la pensée unique de nos médias : le commérage. L...

le 02/12/2014 à 12:25
Signaler
Je vous comprends, mon ami, je vous comprends….

à écrit le 02/12/2014 à 9:35
Signaler
No comment.

à écrit le 02/12/2014 à 9:09
Signaler
On veut du neuf une politique de réformes structurelles libérales pour sortir le pays de l'ornière avec des hommes politiques intégres c'est tout

le 02/12/2014 à 9:37
Signaler
Les réformes structurelles libérales c'est l'accroissement des inégalités.

à écrit le 02/12/2014 à 9:08
Signaler
Ça y est, enfin de nouvelles têtes...

à écrit le 02/12/2014 à 8:47
Signaler
Sur proposition de Balladur, Sarkozy et ses valets proposent un comité "ballabidule" qui prête à rire ; A nous les électeurs de droite d'en bas, il ne nous reste plus qu'à espérer que Jupé n'ira pas se mêler dans cette nasse des bigmalins de Sarkozy...

à écrit le 02/12/2014 à 8:41
Signaler
Ca y est !!! Ce n est plus Jacquadit mais Sarko aurait dit ! Tout les jours journaux et émissions vont nous bassiner avec les aventures de Joe Dalton. En faite c est bon pour lui, pour exister il n a pas besoin de s exprimer directement, les jou...

à écrit le 02/12/2014 à 8:32
Signaler
Curieux cet appui des médias aux débris de notre vie démocratique. Pourquoi ne mettre en avant que des has been?

à écrit le 02/12/2014 à 8:16
Signaler
Attention de ne pas centrer le débat sur des personnes, mais sur des idées, et cette idée force, c'est l'énergie. On en parle beaucoup dans le camp adverse (transition énergétique)

à écrit le 02/12/2014 à 8:07
Signaler
Il faut laisser le petit bonhomme a talonettes se debrouiller avec ses casseroles ce n'est pas notre probleme.

à écrit le 02/12/2014 à 7:44
Signaler
Que deviendra l'UMP de Sarkozy si ce dernier est rattrapé par les affaires ?

le 02/12/2014 à 9:17
Signaler
C'est prévu : VILLEPIN prendra sa place et le tour est joué.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.