Le déficit de l'Etat baisse très légèrement en octobre

 |   |  463  mots
Les dépenses de l'Etat reculent, certes, mais moins vite que les dépenses !
Les dépenses de l'Etat reculent, certes, mais moins vite que les dépenses !
En octobre, les dépenses de l’Etat ont reculé moins vite que les recettes. Le lancement du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) a fait chuter le produit de l’impôt sur les sociétés. Michel Sapin, le ministre des Finances a annoncé la semaine dernière un recul plus important que prévu du déficit public en 2015.

Fin octobre, le déficit de l'Etat français atteignait 84,7 milliards d'euros, en léger recul par rapport à celui de 86 milliards d'euros enregistré un an plus tôt à la même date, a annoncé mardi le ministère des Finances.

Précisément, l'Etat a vu ses dépenses cumulées à fin octobre reculer de 2,3% sur un an, et ses recettes baisser de 2,8%.

Quand les dépenses baissent moins que les recettes

Pour expliquer cette baisse des dépenses, l'Etat met en avant la contraction du déficit des comptes spéciaux, qui recouvre les avances aux collectivités territoriales et les régimes de pension spéciaux. Celui-ci s'est contracté à 4,45 milliards d'euros, contre - 4,97 milliards un an plus tôt, en raison d'une forte baisse des avances aux collectivités territoriales.

Quant aux dépenses liées au budget général et aux prélèvements sur recettes, elles atteignaient fin octobre 317,9 milliards d'euros, soit une baisse de 7,6 milliards sur un an. Conséquence de la faiblesse des taux d'intérêts, la charge de la dette, l'une des plus grosses dépenses de l'Etat chaque année, a diminué de 2 milliards d'euros sur un an.

L'impact du CICE

Si les dépenses reculent, les recettes se replient davantage encore. Fin octobre, hors remboursements et dégrèvements, elles s'élevaient à 237,6 milliards d'euros, soit une baisse de 6,8 milliards par rapport, au montant observé en octobre 2013.

Le produit de l'impôt sur les sociétés au 31 octobre a chuté de 34,3% sur un an, conséquence de l'entrée en vigueur du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE). Sur la même période, les recettes de l'impôt sur le revenu affichent une hausse de 6,4% sur un an.

La TVA, qui pèse à elle seule la moitié des recettes de l'Etat avec 114,7 milliards d'euros engrangés fin octobre, a rapporté 2,2% de plus qu'au 31 octobre 2013, preuve de la résilience de la consommation.

Michel Sapin est confiant

En dépit de résultats mi-figue mi-raisin, Michel Sapin, le ministre de Finances en est convaincu : cette amélioration du déficit se prolongera dans les prochains mois. La semaine dernière, il a annoncé que le déficit de l'Etat passerait de 4,4 % à 4,1% du PIB entre 2014 et 2015, ce qui représente une amélioration de 0,3 point par rapport à l'estimation initiale pour l'année prochaine. A l'origine de cette performance ? Un ajustement des prévisions de dépenses et de recettes, un renforcement de la lutte contre la fraude et l'optimisation fiscale. Vivement 2015 ! En conséquence, les prévisions pour 2016 et 2017 sont " consolidées " estime le ministre des Finances. Pour l'instant, Bercy vise un déficit de 3,8% en 2016 et de 2,8% en 2017. A Bruxelles, pour l'instant, le doute reste de mise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2014 à 14:29 :
La société est opprimée par l'Etat français, c'est ainsi que des professions précaires font grève contre l'administration.
L'Etat détruit l'économie alors qu'on ne réforme pas le 1000 feuilles... c'est un Etat bourreau!
a écrit le 09/12/2014 à 14:15 :
Le déficit, voila l'austérité coupable de l'Etat!
Le sud européen est aux prises avec des Fuhreurs strabiques fascistes qui détruisent l’économie et la société. C’est un régime de piraterie sociale ! On annonce 500 députés à l’ump, on parle de démission, s’agit-il des missions de l’Assemblée ?
a écrit le 09/12/2014 à 11:59 :
Les dépenses baissent moins vite que les dépenses ? Quelqu'un pour m'expliquer cette phrase?
a écrit le 09/12/2014 à 11:28 :
Il suffit pourtant d'augmenter impôts et taxes! La recette, simple, fait partie de l'arsenal socialiste .
a écrit le 09/12/2014 à 11:25 :
il serait utile de rapporter dans cet articles toutes les certitudes passées de M. SAPIN....Et de constater qu'elles ne se sont JAMAIS produites !!! ....
Donc le déficit en 2015 sera de 4,7% et malheureusement de plus de 5% en 2017.... car plus de chomage, remontée des taux européens, et baisse des salaires..... donc moins de croissance et moins de recettes fiscales.
a écrit le 09/12/2014 à 10:58 :
Il baisse, ou il progresse moins vite ? Ce qui est kif-kif pour les énarques, mais pas pour le petit peuple.
Réponse de le 09/12/2014 à 11:11 :
En France, plutôt que de réduire le deficit et à terme la dette, on ralentit la hausse naturelle des dépenses de nos Apu.. Triste pays

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :