Politique économique : le gouvernement s'entête à faire des paris risqués

 |   |  821  mots
Pour restaurer la confiance des menages, des chefs d'entreprises et rassurer Bruxelles, le gouvernement prend des risques. Inconsidérés ?
Pour restaurer la confiance des menages, des chefs d'entreprises et rassurer Bruxelles, le gouvernement prend des risques. Inconsidérés ? (Crédits : Reuters)
Le gouvernement a tour à tour annoncé la reprise de l'économie, la baisse du nombre de demandeurs d'emplois et aujourd'hui, il anticipe une baisse du déficit public. A force de communiquer, l'exécutif met sa crédibilité en jeu.

Donner des gages. Depuis la fin 2012 et la prise de conscience par l'exécutif de l'état réel de l'économie française, le gouvernement a une priorité : donner des gages. A qui ? Aux Français, c'est-à-dire aux ménages et aux entreprises mais aussi à Bruxelles et aux agences de notation.

Pour quoi faire ? L'objectif est clair : restaurer la confiance des uns et des autres. C'est pour cette raison que François Hollande, le président de la République, a martelé l'année dernière que la courbe du chômage allait s'inverser fin 2013. Cet objectif s'est vite révélé impossible à atteindre. Mais parce qu'on ne déjuge pas le chef de l'Etat, Jean-Marc Ayrault, alors Premier ministre, et son ministre du Travail, Michel Sapin, n'ont pas eu d'autres choix que de faire semblant d'y croire en attendant un miracle. Un miracle qui n'est jamais venu, malheureusement pour les demandeurs d'emplois. La reprise économique, bien qu'annoncée, par l'exécutif, se fait  toujours attendre.

Ce n'est pas la première fois qu'un gouvernement se fixe des objectifs ambitieux qui se sont vite avérés irréalistes. C'est particulièrement le cas en matière de prévision de croissance. Depuis 2007, chaque année, les prévisions de PIB ont quasiment toujours été supérieures à celles observées in fine. Il suffit ensuite de faire intervenir des éléments exogènes non prévisibles - le climat, les tensions géopolitiques, le niveau de l'euro entre autres exemples déjà utilisés -  pour expliquer l'erreur de calcul.

Un pari - risqué - après l'autre

Le gouvernement a-t-il été échaudé ? Est-il prêt à faire de nouveaux paris risqués ? Apparemment, il s'entête.  La semaine dernière, Michel Sapin avait annoncé une jolie révision à la baisse du déficit public en 2015. Celui-ci devrait s'élever à 4,1% du PIB l'année prochaine et non plus à 4,4% comme initialement prévu. Mais le ministre des Finances ne s'était pas risqué à chiffrer l'amélioration attendue du déficit pour les deux années suivantes. Il avait simplement assuré que les objectifs étaient consolidés, en clair qu'il y avait une forte probabilité qu'ils soient atteints.

Il n'a pas attendu longtemps pour franchir le pas, une nouvelle fois soucieux de démontrer l'efficacité de la politique du gouvernement à l'opinion publique - l'austérité paye ! - et de rassurer Bruxelles sur la capacité de la France à tenir ses engagements communautaires en matière de déficit public. Dans un communiqué, le ministère des Finances a annoncé que le déficit public atteindra 3,6% du PIB en 2016 et 2,7% en 2017.

Une amélioration marginale du déficit

Jusqu'à maintenant, Bercy prévoyait des déficits de 3,8% et 2,8%. Cette amélioration des comptes publics s'explique par l'intégration de " l'ensemble des informations recueillies et des décisions nouvelles, intervenues depuis les précédentes estimations, annoncées début octobre ", explique Bercy dans un communiqué .

Concrètement, ces nouvelles prévisions intègrent " l'incidence du plan d'ajustement de 3,6 milliards d'euros annoncé le 27 octobre ainsi que les conséquences des amendements adoptés au cours des débats sur le projet de loi de finances pour 2015 et le projet de loi de finances rectificatif pour 2014 " , explique encore le communiqué.

Certes, le gouvernement peut arguer que cette amélioration du déficit est marginale. C'est incontestable. Mais atteindre cet objectif, même modeste sur le plan comptable, ne sera pas aisé. Pour deux raisons : d'une part, la prévision de croissance pour l'exercice 2015 du gouvernement est jugée optimiste par la plupart des économistes et les institutions.

Si le FMI table, comme le gouvernement, sur un taux de croissance de 1% en 2015 après +0,4% en 2014 -, l'OCDE et la Commission européenne anticipent respectivement une progression de 0,8% et de 0,7% de l'activité. Et après ? La reprise serait au rendez-vous si l'on se fie aux calculs du gouvernement. Actuellement, Bercy vise une croissance de 1,7% en 2016 et de 1,9% en 2017. Au regard de la situation actuelle de l'économie française, de l'absence de confiance des ménages et des chefs d'entreprises - tous les indicateurs de conjoncture sont dans le rouge - ces anticipations apparaissent pour le moins décalé. Pour l'instant.

Croiser les doigts

D'autre part, réduisant la marge de manœuvre du gouvernement pour équilibrer les comptes publics, François Hollande a annoncé d'ores et déjà qu'il n'y aurait plus aucune hausse d'impôts, ni aucune taxe nouvelle jusqu'à la fin du quinquennat. Il n'y a plus qu'à espérer que l'impact négatif du plan d'économies de 50 milliards sur l'activité, notamment dans le bâtiment et les travaux publics, soit au moins compensé par les effets des allégements de fiscalité offerts par le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi et le Pacte de responsabilité. Sinon, il n'y a plus qu'à croiser les doigts pour que la croissance reparte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2014 à 22:37 :
ce genre de photo doit vite être oubliée elle vous colle à la peau comme la poisse .
a écrit le 17/12/2014 à 14:24 :
si la Russie se met en défaut .... ça va être la cata pour l’Europe !
a écrit le 17/12/2014 à 11:53 :
Non seulement l'économie est bloquée .... elle recule !
a écrit le 17/12/2014 à 0:43 :
hollande a fait des promesses mais fait tout pour qu'elles ne soient pas réalisées, il n'a rien fait au niveau réformes, et il attend une inversion du chomage tout comme on attend celle des impôts, mais dans les 2 doamines, on a la mauvais record d'europe, donc impossible qu'il y ait la moindre reprise..
attali a tweeté que la loi macron c'est 1% de ce qu'il faut faire, il a totalement raison, et c'est dramatique d'envoyer les jeunes au chômage quand on est assis sur une montagne de gaspillages publics, des dizaines de milliards, 200 au total, qui permettraient de baisser les imppôts et charges, et donc de revenir à 3% de croissance et 2 millions de chômeurs en moins..
a écrit le 16/12/2014 à 13:35 :
La democratie a des limites : installer à la direstion des affaires publiques des élus incompétents et irresponsables, c'est décoller en avion en élisant le "pilote" de l'avion. Crash garantie !
Réponse de le 16/12/2014 à 14:39 :
Vous oubliez un peu vite que Hollande était prof d'économie a Sciences PO,c'est donc un expert,il est le plus qualifié pour s'occuper du pays
Réponse de le 17/12/2014 à 0:47 :
je ne juge qu'aux résultats, il a plombé tous les comptes qui sont dans le rouge foncé : chomage, dépenses, dette, impots et charges, caisses publiques, ..etc etc...normal, ce n'est que le président du conseil général de corréze et il a réussi l'exploit d'en faire le département le plus endetté de france par habitant...il n'a fait que dépenser et recruter dans sa vie comme quantité d'élus et d'administratifs, il n'a jamais rien géré ni managé... sinon on n'aurait pas de mille feuille (30 milliards de gains) , ni les régimes spéciaux (22 milliards de gains), ni le trou de la sécu (60), ni la formation professionnelle.(32 milliards de gaspîllages) etc etc, merci qui ?
Réponse de le 17/12/2014 à 1:02 :
élu ps, vous faites comme tous les fonctionnaires et élus à coté de la vraie vie et qui ne servent à rien, vous n'avez toujours pas compris qu'on ne juge pas les responsables à leur diplôme mais aux actes et aux résultats.... et les résultats, impossible de faire pire que cette débacle économique, normal, aucun acte en regard du problème... cqfd
Réponse de le 17/12/2014 à 11:57 :
qu'il se mette a son compte qu'on rigole deux minutes !
Réponse de le 17/12/2014 à 12:00 :
"L’Etat a convenu en 2013 avec les sociétés d’autoroutes une hausse des péages de 1,5 % pour compenser l’augmentation de la redevance domaniale. " votre François est un stratège ! sic !
a écrit le 16/12/2014 à 11:36 :
On dirait les Charlots, tant par l’apparence que la crédibilité qu'ils inspirent...
Réponse de le 16/12/2014 à 14:00 :
Quand on voit qui la démocratie est capable d'amener au pouvoir, on est pris d'un frisson glacial...
a écrit le 16/12/2014 à 10:42 :
Quelle crédibilité ? Il n'y en a déjà plus. Après tant de mensonges, qui va croire la nième fable de ce gouvernement de zozos ?
a écrit le 16/12/2014 à 9:43 :
On sait ce qu'il faut faire, pour remettre nos systèmes en équilibre: diminuer les prestations sociales, augmenter le temps de travail (35 heures), qui a conduit à exacerber la demande de productivité des employeurs aux employés, avec les problèmes de stress et de pénibilité qui s'en sont suivis, diminuer la pression fiscale pour redonner de l'oxygène aux entreprises, et diminuer les dépenses publiques: tout cela relancera le travail: ya plus ka..
a écrit le 16/12/2014 à 8:42 :
Comme pour Bruxelles; Gagner du temps et le faire perdre aux autres est leur seule alternative!
a écrit le 15/12/2014 à 23:57 :
Il faudra que ces incapables paient en temps voulu, et qu'ils paient cher...
Réponse de le 16/12/2014 à 7:23 :
Pendant ce temps , ils en auront mis à gauche :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::
a écrit le 15/12/2014 à 23:45 :
Des bourricots!
L'ART DE FAIRE DU SOCIAL UNIQUEMENT AVEC L'ARGENT DES AUTRES !
C'EST CA LA (FAUSSE)GAUCHE
a écrit le 15/12/2014 à 23:33 :
Je pense qu'ils sont étonnés d'être encore là , et maintenant ils se disent qu'ils ont deux ans a tirer et ne savent plus quoi faire .
a écrit le 15/12/2014 à 22:01 :
Qu'ils en profitent bien
Il se permettent de raconter n'importe quoi depuis 2 ans et demi

Ils ne comprennent pas que c'est la parole de la France
En tous les cas les français comprennent bien qu'on se fout d'eux

Vivement les élections de mars qu'on rigole un peu
Dans 3 ans le PS sera comme le Pc
a écrit le 15/12/2014 à 21:22 :
C'est sans doute pour restaurer la confiance que les cadres ont appris aujourd'hui qu'ils n'auront plus de retraite dans quelques année. Pendant ce temps la que fait notre président, il parle de faire voter les étrangers. !!!
Les autres preoccupation du moment, interdire les feux de cheminée (trés important pour notre futur), interdire le diesel à Paris et j'en passe. Il faut de rendre à l'évidence, les français ont élus un incapable
Réponse de le 15/12/2014 à 21:52 :
en effet, les français ont élu 1 président incapable + des parlementaires godillots qui seront renvoyés dans leurs foyers ... ils n'en n'ont plus pour très longtemps a se gaver sur le dos de la république.
Réponse de le 16/12/2014 à 13:19 :
Ils continueront à se gaver sur notre dos avec les retraites malgré qu ils n ont rien fait de bien !!!
a écrit le 15/12/2014 à 20:46 :
Il y a longtemps qu'ils ont perdu toutes crédibilités!!
a écrit le 15/12/2014 à 19:35 :
COMME DIT SALVADORE ADAMO DANS UNE CHANSON? INCHALA???
a écrit le 15/12/2014 à 18:54 :
Attendez la fin du mandat va être pire !!!!!
a écrit le 15/12/2014 à 17:38 :
L'echec consommé de la politique Hollande Valls ne peut que conduire au dépôt d'une motion de censuredu gouvernement Valls Sapin Macron ;
C'est au parti socialiste qu'il convient de déposr et voter massivement cette motion de censure puisque l'exécutif fait le contraire des promesses électorales de 2012 et ce faisant la France s'enfonce dans la mlisère absolut.
Valls n'a pas les capacités à gouverner , il faut bien en faire le constat pour sauver les prochaines échéances électorales sinon les élus PS vont connaître l'affront de ne plus pouvoir constituer un groupe Parlementaire à la prochaine assemblée nationale.
a écrit le 15/12/2014 à 17:35 :
c'est un gouvernement de MENTEURS , déjà incapables de faire ce qu'ils avaient promis avant les élections ,ils continuent à nous raconter n'importe quoi , sans se rendre compte que personne ne les croit plus et n'écoute même plus ce qu'ils racontent! des Charlot
a écrit le 15/12/2014 à 17:25 :
On est tout à fait dans "1984" de Georges Orwell, avec le mensonge permanent, les éléments de langage, la novlangue, la réécriture des évènements, les prédictions continuellement fausses, et la recherche d'un nouveau peuple, propice à la reconduction des mêmes, avec en prime, la photo des guignols.
a écrit le 15/12/2014 à 17:20 :
Vous savez: les bonnes fées que l'on trouvent dans les dessins animés de Walt Dysney, existent.f. Hollande y croit dur comme fer !
a écrit le 15/12/2014 à 17:02 :
Qui ont les deux clowns sur la photo
a écrit le 15/12/2014 à 17:01 :
C'est l'illustration de l'empire du chiffre. Que du pipeau. On te bombarde de chiffre ultra précis (sans te donner un calcul de tolérance car on n'irait pas plus loin) et ensuite on t'expliquera dans 6 mois pourquoi le train de 18h17 a eu du retard. La réalité est l'ennemie du politique. Hélas...
a écrit le 15/12/2014 à 16:47 :
A force de prendre les gens pour des imbéciles, et de d'enfumer à tour de bras ,les français qui sont "aussi" instruits et qui "comprennent" considèrent les politiques comme des bateleurs d'orchestre et ne vont plus voter . Election partielle à TROYES : plus de 70 pour cent d'abstentions, bonjour la légitimité.
a écrit le 15/12/2014 à 16:22 :
Et dire que la France n'a pas mis dans sa Constitution de règles pour assurer les français qui votent pour un président qu'ils auront un gouvernement qui s'engage à gérer "en bon père de famille" le budget de l'état (recette = dépenses) et qu'il n'y aura aucune inégalité financière entre les salariés du privé et du public. Plus l'obligation de résorber la dette
a écrit le 15/12/2014 à 16:20 :
Un pari, sans risque, que devrait prendre le gouvernement :
Créer un nouveau contrat de travail, à durée non déterminée, qui n'entrerait pas dans les effectifs de l'entreprise. pour mettre fin au contrat, comme pour la rupture conventionnelle, pas de motif à justifier; à l'initiative de l'employeur ou de l'employé, une indemnité serait versée. (actuellement, rupture conventionnelle =1/5e de mois de salaire par an d'ancienneté : on pourrait doubler, tripler, quadripler ce chiffre !)
Qu'est-ce qu'on risque : le gouvernement s'engage à ne pas revoir ces conditions et la confiance reviendrait pour les employeurs, et les chomeurs retrouveraient du boulot ! Si ça marche trop bien, le gouvernement pourra toujours interrompre ce type de contrat... !!
a écrit le 15/12/2014 à 16:14 :
tous les indicateurs sont dans le rouge ?
nous créons plus d'usines, nous remontons au classement Banque Mondiale et autres classements pour l'investissement, nous dominons le Deloitte Faste 500 EMEA, Tech City UK s'inspire de la French Tech, nous exportons encore plus d'armes alors que cela baisse au niveau mondial je crois (pas forcément glorieux moralement, mais bon signe pour la high tech française), défaillances qui baissent...
aux Français de devenir fiers et conquérants, en plus d'être bons techniciens.
Réponse de le 15/12/2014 à 20:41 :
chomage en hausse, endettement qui dépasse les 2000 milliards et qui ne cesse d'augmenter, hausse de la fiscalité, mensonges à tous les sommets de l'état...vous avez raison, elle est belle la France!
a écrit le 15/12/2014 à 16:10 :
<< A force de communiquer, l'exécutif met sa crédibilité en jeu >> Parce qu'ils sont encore crédibles !
a écrit le 15/12/2014 à 16:06 :
bonne stratégie: si ça marche c'est tout bénèf et si ça rate cela ne changera rien.
Réponse de le 15/12/2014 à 16:42 :
Attendez le mois de mars

Les français que vous méprisez vont vous envoyer un nouveau message car celui des européennes n'a servit a rien

Vous allez etre la gauche responsable de l'arrivé du FN au pouvoir

A cause de votre faiblesse vos mensonges et votre incapacité à changer la moindre chose
Réponse de le 15/12/2014 à 17:08 :
Effectivement, quelque chose me dit que ce sera le FN qui gagnera la future présidentielle en plus face à l'ump qui a tout raté. Ce sera du gâteau car l'élection d'un (e) président (e) n'aura plus rien à voir avec une élection locale. Ce sera notre avenir et devenir qui seront en jeu et là, on regarde "pour sa pomme" et pas pour celle de l'europe et des "gavés" qui nous ont tous roulés dans la farine !
a écrit le 15/12/2014 à 16:02 :
"Pour quoi faire ? L'objectif est clair restaurer la confiance des uns et des autres".
na na berner Bruxelles
Réponse de le 15/12/2014 à 16:08 :
Le probleme est qu'ils sont tellement grillé que meme si c'était vrai personne ne les croirait !!
Réponse de le 15/12/2014 à 17:06 :
je suis d'accord Bruxelle avec vous n'est pas dupe bien sur. Mais Sapin en affichant facialement un objectif de réduction de deficit (et totalement bidon) conforme aux 3%, complique (un peu) la tache de Bruxelles avant d' appuyer sur le bouton "sanction" (qui est une arme nucleaire). C'est purement tactique, cynique et dangereux de la part de Sapin; C'est du sapin c'est tout!
a écrit le 15/12/2014 à 15:58 :
monsieur piliu, s'ils annoncent une baisse c'est qu'il va y avoir une hausse !!!
( et le responsable ca sera merkel, la bce, l'absence de croissance, les chinois, etc...)
quand on lit ' L'objectif est clair : restaurer la confiance des uns et des autres. ', on se dit que ces clowns n'ont vraiment eu aucun cours de communication ( ca peut arriver) et qu'ils sont conseilles par des charlots qui s'y connaissent encore moins ( ca c'est plus embetant)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :