Ventes de médicaments en grande surface : Emmanuel Macron a-t-il eu tort de reculer ?

 |   |  624  mots
En 2014, les prix des médicaments restent très dispersés avec un rapport situé entre 1,5 et 4,1 selon les pharmacies constate l'association Familles rurales
En 2014, les prix des médicaments restent très dispersés avec un rapport situé entre 1,5 et 4,1 selon les pharmacies constate l'association Familles rurales (Crédits : reuters.com)
Un temps envisagée, la vente de médicaments sans ordonnance en grande surface ne fait finalement pas partie des mesures contenues dans le projet de loi pour la croissance et l'activité présenté récemment par le ministre de l'Economie. Restaurer un peu de concurrence dans ce secteur n'aurait pourtant pas été un mal.

Et si Emmanuel Macron avait eu tort ? « On ne mettra pas des médicaments (...) en grande surface (...) parce qu'aujourd'hui on ne manque pas de pharmacies, les prix ne sont pas excessifs (...) et ensuite parce qu'il y a une sensibilité forte que j'ai pu mesurer dans mes contacts sur la sécurité sanitaire. (...) L'idée que des médicaments, même non prescrits, puissent être vendus en supermarché, c'est un peu une atteinte au modèle de société auquel les Français tiennent ", avait déclaré le ministre le 16 octobre sur l'antenne de France Inter au lendemain de la présentation officielle de son projet de loi pour la croissance et l'activité, décevant les espoirs des grandes enseignes et notamment de Leclerc.

La balle est dans le camp de Marisol Touraine

Ce n'est pas la seule reculade. La simplification des règles d'installation des pharmacies et du secteur des prothèses dentaires et la mise en place d'une transparence des coûts accrue est reportée elle aussi. Ces mesures pourraient être intégrées dans la future loi de santé que portera en début d'année Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales. Pour l'instant, le texte ne contient pas une ligne sur ces sujets...

Et pourtant... Réalisée par l'association Familles rurales, la cinquième édition de l'Observatoire des médicaments témoigne certes d'une stabilité des médicaments en vente libre mais constate également d'importants écarts de prix entre les officines.

Précisément, dans les pharmacies physiques, les prix restent stables, mais les écarts de prix sont entre deux et quatre fois plus importants. L'association note que les médicaments sont moins chers quand ils sont en accès libre. En 2014, les prix des médicaments " restent très dispersés avec un rapport situé entre 1,5 et 4,1 " selon les pharmacies, constate l'association. L'écart moyen peut aller jusqu'à 4,40 euros et jusqu'à plus de 6 euros sur une boîte. " On ne constate pas de resserrement des écarts" en comparant les années ", poursuit l'étude.

Demander le ticket de caisse

L'association relève également que " les prix figurent de moins en moins sur les boîtes ", étant plutôt affichés sur les présentoirs. Elle recommande donc aux consommateurs de demander systématiquement un ticket de caisse pour avoir les prix détaillés des produits qu'ils achètent.

Résultat, les prix ont peu varié entre 2013 et 2014 avec des hausses allant de +0,8% à +10,3% pour le sérum Physiologica et des baisses de 0,8% à 3,4% pour l'anti-diarrhéique Imodium. Sur cinq ans, depuis 2010, seuls trois des quatorze produits retenus pour cette étude ont vu leurs prix baisser.

Les frais d'expédition sont très élevés

Sur les sites Internet de vente de médicaments autorisée depuis 2013 et liés à une pharmacie physique, les prix sont certes moins élevés mais les écarts entre sites sont aussi très importants. Faut-il faire ses courses sur Internet ? Parce que les frais d'envoi sont en moyenne de 5,91 euros et parce que certains sites ne respectent pas le guide des bonnes pratiques de vente de médicaments en ligne, " acheter sur internet ne revient pas moins cher ", estime Dominique Marmier, le président de Familles rurales.

Au regard de ces résultats, les conclusions de l'étude sont les suivantes : " au regard des années, les prix des médicaments sont restés stables, et par conséquent l'objectif du ministère de la santé de baisse des prix, en mettant certains médicaments en accès libre, n'est pas atteint. Quant à l'achat de médicaments sur Internet n'est pas nécessairement moins cher. Dans les deux cas, des écarts importants pour un même médicament subsistent ", précise l'étude.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2014 à 20:01 :
Comparer ce qui comparable le petit pharma ne vende pas beaucoup. Et les charge aussi important il oblige les vends plus cher. Si vous achetez des fruits dans grand magasin et dans petit magasin
Vous pouvez trouver les écarte de prix 4 FOIS PLUS. On peut trouvez 10 FOIS PLUS DANS UN endroit Isolé.(je suis pas pharma).
a écrit le 18/12/2014 à 14:46 :
Forcément que les prix ont augmenté depuis 2010, la TVA est passe de 5,5% a 10%! De plus quand est ce qu ' un structure fera une étude digne de ce nom en comparant les prix à la molécule et non pas à la marque!!! Toutes les pharmacie n'ont pas du physiologica elle travaille avec d'autre fournisseur de sérum physiologique comme physiodose...
A savoir que si les médicaments passent en grande surface cela fera gagné 0,49€ par an et par habitant! Ça c est du pouvoir d'achat!!!! Plus tous les risques sanitaires encourus.
a écrit le 18/12/2014 à 8:56 :
Je précise que je ne suis pas pharmacien.
J'ai toujours beaucoup de mal à considérer que souhaiter la présence de la grande distribution dans un marché soit un gage de libre concurrence. Selon moi, la concurrence se mesure plutôt au nombre des acteurs et là, avec 22000 en France, on peut dire que la concurrence est maximale. Sur le médicament, la part du conseil est essentielle, le prix du produit est assez secondaire, car sauf addiction, on a rarement besoin d'une quantité importante d'un produit donné. On a plutôt besoin du bon produit et une fois.
Les prix des médicaments OTC en France sont assez variables mais le bas de la fourchette est très basse si l'on compare avec les autres pays européens.
a écrit le 18/12/2014 à 7:58 :
Dans les pays où les médicaments sont autorisés en grande surface, ils sont plus chers qu'en France! L'exemple le l'Italie est frappant!!
a écrit le 17/12/2014 à 22:40 :
Non il a eu raison d'interdire la vente en grande surface - les médicaments ne sont pas des bonbons -
a écrit le 17/12/2014 à 20:44 :
"Mettre un peu de concurrence dans le secteur n'aurait pas fait de mal " Parce que des prix de 1 à 4 ce n'est pas de la concurrence ? Quel prix ferait la grande distribution ? Zéro peut être ...Un peu de sérieux !
Réponse de le 18/12/2014 à 7:57 :
Elle ne gênerait pas ceux qui sont à 1 mais ceux qui abusent, notamment dans les petites villes seraient amenés à modérer leurs tarifs. Pour ma part, j'habite dans une petite ville et je constate un écart du simple au double par rapport à la grande ville à 15 km.
Réponse de le 18/12/2014 à 8:00 :
Les Leclercs et autres ne sont pas des philanthropes! Ils cherchent surtout à éliminer leurs concurrents pour ensuite augmenter largement leurs prix!
Réponse de le 18/12/2014 à 8:42 :
allez habiter en ville alors ! On ne peut pas avoir le beurre , l argent du ..............
a écrit le 17/12/2014 à 18:50 :
et Bruxelles ne dit rien ????????? comme quoi on pourrait aussi se foutre aussi de Bruxelles et des déficits ! il suffit de le vouloir ! les pharmaciens ont gagné , longue vie aux lobbies , c'est comme aux états unis , tant pisd pour le petit peuple qui continuera à engraisser les pharmaciens qui s'enrichissent tout de même sur le dos de la sécu et des assurés ! très déçue perso , c'est comme avec la Droite, rien de changé !
Réponse de le 18/12/2014 à 19:24 :
Vous parlez de lobbies... Mais ne pensez vous pas un seul instant que celui des grandes surfaces soit bien plus puissant?? Soyons sérieux.

Les Pharmaciens s'engraissent sur le dos du petit peuple et grâce à la sécurité sociale?
Soit
Donc si je vous suis on laisse les grandes surfaces vendre ces médicaments et ainsi seules quelques dizaines de patrons se gaveront sans qu'ils ne compensent toutes les personnes qui auront perdu leur travail à cause de toutes les pharmacies....

Pardonnez moi je préfère encore donner mon argent à un pharmacien, quitte à perdre quelques centimes sur une année (et encore je constate que ma pharmacie vend moins cher plusieurs produits par rapport à ma grande surface) et garder un des seuls commerces de proximité qu'il nous reste.
a écrit le 17/12/2014 à 18:43 :
ce n'est pas en faisant gagner au mieux quelques euros par mois au consommateur que l'on va relancer le pays et la croissance...c est ce que n'avait pas compris le "robin des bois" Montebourg, qui cherchait des boucs émissaires plutôt que de s'attaquer aux postes de dépenses qui plombent vraiment le pouvoir d'achat des Francais ( impôts, en particulier locaux, énergie, transports, assurances...).
Réponse de le 17/12/2014 à 18:52 :
quelques euros ? cela peut être beaucoup , puisque les écarts peuvent etre importants selon les officines suivant les produits déremboursés ! aux pauvres de boycotter les produits inutiles et d'acheter dentifrices et autres produits standards en grande surface !!! il en existe même si les médicaments prescrits par le toubib ne le sont pas
Réponse de le 18/12/2014 à 8:03 :
Je suppose que vous comptez financer la baisse des impôts par la dette ? La baisse des impôts est une tâche à long terme, cela a pris 15 ans en Allemagne. A court terme, ce sont justement les petits ruisseaux qui font les grandes rivières et quelques euros de moins sur plusieurs postes, cela fait finalement beaucoup.
Le poste énergie est justement un des plus faciles à faire baisser avec les actions de l'Etat déjà en place. Il ne tient qu'à vous d'être moins énergivore.
Réponse de le 18/12/2014 à 10:00 :
10 euros par an par Français, ça fait presque un milliard !! Quasiment rien du tout.
a écrit le 17/12/2014 à 17:51 :
Quelle attitude etrange --- aux USA, Royaume-Uni et ailleurs les medicaments sans ordonnances sont vendus dans les grands surfaces (et d'ailleurs meme dans les buralistes, stations-services) sans probleme. A ma connaissance, il n'a pas de plainte des pharmanciens et ou des chaines de pharmacies... peut-etre c'est encore une difference francaise, mais elle n'est pas justifee. Il vaudra mieux penser a l'interet des consommateurs, qu'aux pharmaciens qui ont un monopole digne de l'Ancien Regime.
Réponse de le 18/12/2014 à 12:25 :
en Angleterre : 10 fois plus de greffe du foie du au paracetamol en vente libre !! et en plus il est trois plus cher que dans les pharmacies françaises ....
a écrit le 17/12/2014 à 17:31 :
Encore quelques mois et il restera que 7 dimanche au lieu de 5
Macron est obligé d'écouter ces chefs

Hollande et Valls ont très peur des manifestations donc ils ne feront que du vent comme ils font depuis 2 ans

Rendez vous en mars pour avoir l'avis des français rires !!!


a écrit le 17/12/2014 à 17:05 :
La vente des médicaments en grande surface n'arrivera jamais en France. Le lobby des pharmacien est bien trop puissant!
Réponse de le 17/12/2014 à 18:54 :
mais comment font les pharmaciens britanniques ? Bruxelles ne sert vraiment à rien , sinon nous serrer la ceinture avec des restrictions budgétaires , sinon rien ..
a écrit le 17/12/2014 à 17:01 :
Chacun son métier,ont ne doit pas jouer avec la santé ,Leclerc et consorts font agence de voyage , boulangerie, bijoux,poissonniers ,banques etc... et quand ils auront fait couler les petits magasins ils pratiqueront les prix qu'ils veulent.A ce jour ils créent 5 emplois ,mais en suppriment 8 dans les commerces alentours donc bilan négatif Ces grands magasins mangent dans tout les râteliers
a écrit le 17/12/2014 à 17:01 :
Ah le lobby des pharmaciens a encore gagné....
a écrit le 17/12/2014 à 16:34 :
Il ne restera que le travail du dimanche, deux de plus dans l'année voir trois et des autocars pour les sans dents,sans voiture où sans gare sncf à proximité de leur domicile...les pharmaciens les notaires et autres 'nantis' on ne touche pas aux avantages! et silence sur les avantages des politiciens qui pourront continuer de s'engraisser en toute tranquillité sur le dos de leurs concitoyens.
Réponse de le 17/12/2014 à 18:30 :
où avez vous vu des nantis chez la majorité des pharmaciens ? savez vous au moins de quoi vous parlez ? préférez vous continuer à faire vivre des commerces de proximité ou aider ME Leclerc à construire sa 37eme piscine, bénéficier de conseils de professionnels de santé disponibles ou alors de la fromagère qui ira suppléer en cas d'affluence au rayon médicaments perdu entre celui du papier toilette et des parfums d’intérieur ? arrêtez de parler de ce que vous ne connaissez pas et sortez de vos préjugés d'un autre siècle !!!
Réponse de le 18/12/2014 à 13:56 :
Pas nantis les pharmaciens ?
Le revenu net mensuel médian des pharmaciens est ainsi estimé à 7 671 euros, "tiré d’un rapport de l’Inspection générale des finances" du milieu d'année.
sortez de vos préjugés d'un autre siècle.
Réponse de le 18/12/2014 à 19:08 :
Ce même rapport qui définit le salaire moyen avec 20 pharmacies (sur les 22.000 que compte le territoire français), réparties sur deux départements parmi les plus riches de france. Ah oui, c'est vrai, c'est représentatif du salaire des pharmaciens en france...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :