Aucune amélioration du chômage à attendre au premier semestre 2015

 |   |  569  mots
La France ne créera pas assez d'emplois au premier semestre 2015 pour absorber la progression de la population active.
La France ne créera pas assez d'emplois au premier semestre 2015 pour absorber la progression de la population active. (Crédits : reuters.com)
Selon les dernières projections de l'Insee, le taux de chômage en France métropolitaine grimperait à 10,2% fin juin 2015. Les créations d'emplois attendues (18.000) seraient nettement insuffisantes pour absorber la progression de la population active.

L'inversion de la courbe du chômage ne sera pas encore pour le premier semestre 2015 si l'on en croit la dernière note de conjoncture de l'Insee. Au contraire, la situation risque, une fois encore, de se se dégrader.

Alors que le taux de chômage devrait avoisiner les 9,9% en France métropolitaine à la fin de cette année, ce taux grimperait à 10,2% à la fin juin 2015 et même à 10,6% en tenant compte des DOM. Bien entendu, ce mauvais résultat est dû à la conjoncture morose mais aussi, problème spécifique à la France, à la croissance soutenue de la population active.

La population active progresserait de 64.000 personnes au premier semestre...

Pour 2014,  l'Insee estime que, in fine, la population active française aura augmenté de 145.000 personnes en 2014. Ce qui signifie qu'il aurait fallu créer au moins 145.000 emplois pour que le chômage ne progresse pas. Et cette tendance se poursuivrait au premier semestre 2015 avec une nouvelle augmentation de la population active de 64.000 personnes sur les six premiers mois de l'année. Or, l'Insee table, tous secteurs confondus, sur une très faible progression de l'emploi au premier semestre 2015 avec 18.000 postes supplémentaires. Un nombre nettement insuffisant, donc, pour absorber le surcroît de population active.

...  pour seulement 18.000 emplois créés

Au chapitre de l'emploi, dans le détail, l'Insee table donc sur une situation toujours dégradée... mais moins que les années précédentes. En 2013, l'emploi marchand avait diminué de 69.000 postes. En 2014, les pertes d'emplois devraient être à peu près du même niveau (-77.000). A noter que l'Institut estime que les conséquences du ralentissement de l'activité sur l'emploi ont  été en partie compensées par l'effet de la montée en charge du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE).

A cet égard, toujours selon l'Insee, le CICE permettrait d'enrichir la croissance en emplois de 15.000 postes par trimestre depuis le second semestre 2013.

Par secteur, l'emploi dans le tertiaire marchand, y compris l'intérim, progresserait de 22.000 postes au premier semestre 2015. En revanche, l'emploi industriel baisserait de nouveau sur les six premiers mois de l'année prochaine (- 12.000) après avoir reculé de 20.000 postes au second semestre 2014.

Il en va de même dans la construction où l'emploi salarié décroît presque continuellement depuis 2008. Ce serait encore le cas au premier semestre 2015 avec 22.000 postes perdus, après 27.000 disparus au second semestre 2014.

La rustine des contrats aidés

Dans ce contexte, pour parer au plus pressé, le gouvernement a décidé de continuer de mettre le paquet sur les contrats aidés dans le secteur non marchand. Ainsi, l'emploi non marchand, après avoir augmenté de 58.000 postes en 2014, continuerait, mais de façon ralentie, à augmenter sur les six premiers mois de l'année 205 (+ 19.000 emplois). Cette progression sera donc essentiellement due aux emplois aidés. Il y en auraient 19.000 de plus au premier semestre 2015 après, déjà, une progression de 9.000 au second semestre 2014. L'Insee note que, au total, 380.000 personnes ont bénéficié d'un contrat aidé dans le secteur non marchand en 2014.

La situation globale n'est donc pas fameuse. Et encore, cela aurait pu être pire. En effet, selon l'Insee, à compter du premier trimestre 2015, les mesures cumulées du CICE et des nouveaux allègements de cotisations sociales patronales vont permettre d'enrichir la croissance de 20.000 emplois par trimestre. Pour autant, la fameuse inversion de la courbe du chômage ne se produira pas avant 2016. Au mieux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/12/2014 à 0:59 :
Voila l'Europe bourreau.... les fonctionnaires rentiers exploitent la population et volent le retraites et les emplois.
a écrit le 21/12/2014 à 0:51 :
A quand un mouvement Podémos à 28% pour protester contre l'Europe du chômage?
L'administration n'est pas capable de pourvoir au non pourvu... alors qu'on nous dit que des gens ne payent pas d'impôts...
a écrit le 21/12/2014 à 0:40 :
Cette Europe est cinglée, ce n'est pas une ZMO, c'est une usine à gaz avec des désaxés subventionnés qui prônent la violence. On prend le jeunes pour cible. A quand 5 millions de retraités?
On nos publie le suicide français... alors sommes-nous fous?
a écrit le 20/12/2014 à 22:59 :
mais attendez, attendez, n'y avait-il pas un grand manitou au nom de Montebourg qui avait promis monts et merveilles si l'euro est à 1,20 USD? Ben, on y est depuis un moment, mais on n'attend plus rien de Montebourg. Hasard?? Et la belle promesse alors? Du vent et du sable pour les yeux des élécteurs crédules. Finalement, il est tout aussi amateur que les autres à l'Elysée ou à Matignon.
a écrit le 20/12/2014 à 14:16 :
Vous avez raison il faut acheter des pates Lustucru : elles sont fabriquées en France.
a écrit le 20/12/2014 à 14:12 :
il faut acheter français pour faire baisser le chômage.
a écrit le 20/12/2014 à 12:08 :
Merci M. Hollande et oublions vite fait les éternels râleurs qui continueront de ronchonner même quand on leur donne de bonnes nouvelles. C'est Sarko qui doit enrager... Allez, je vais prendre ma carte du PS pour la première fois, ma famille également. Il ne me reste plus qu'à convaincre mes amis. On ne va tout de même pas se laisser berner avec le retour de ce dernier dont on ne connait que trop les motivations... (vengeance, Justice...)
a écrit le 20/12/2014 à 11:05 :
il est possible de revenir à la prospérité si on traite les vrais problèmes de la france.
et nos politiques et administrations sont les seuls responsables en France de nos tristes records :
- record de dépense publique et d'effectifs à 35h (max, 42 dans les collectivités + le jour du maire.., 20h pour les conducteurs de trains..)
- records de gaspillages publics par dizaines de milliards, 200 milliards de dépense de plus que l'allemagne, ce qui reboucle avec ces gaspillages (sécu, collectivités à veau l'eau, formation professionnelle, mille feuille, l'usine fantôme publique qui ne cesse de produire des règles inapplicables..
- record d'anti performance de ces services tés coûteux
- record en impôts et charges sur les ménages et les entreprises...

donc la france a un énorme potentiel en pme et entreprises, créativité, mais c'est le politique + les administrations qui détruisent ce potentiel pour transformer toute la richesse produite en dépenses inutiles, dettes, intérets à payer...et donc tous les comptes dans le rouge... c'est exode, entre 15 et 30 000 par mois en diplomés, patrons start up...
la situation est la faute aux politiques + administrations, facile de rétablir en france une situation de prospérité, à condition de virer cette dictature politico-administrative qui refuse les réformes demandées par le peuple, qui se gave d'argent public (pris au privé), mais qui tient toutes les manettes...
c'est ça le seul vrai problème majeur de la france et les vrais leviers, tout le sreste est accessoire ou alibi pour faire diversion ...
Réponse de le 20/12/2014 à 23:09 :
je suis entièrement de votre avis, nous avons une caste politique et une administration (qui s'est donné une structure à son goût) qui sont une véritable tare pour la France et incapables de nous accompagner au XXIème siècle en matière économique. Peut-être faisons nous fausse route en confiant à l'Etat des responsabilités qu'il ne peut manifestement assumer.
a écrit le 20/12/2014 à 10:37 :
il ne peut y avoir aucune reprise ni amélioration du chômage temps que les ménages et les entreprises resteront les plus asphyxies d'europe en impôts et charges.
on ne peut pas demander à un coureur de gagner si on lui a mis un sac de 30kg de cailloux sur le dos, pas plus qu'on ne peut lui demander de gagner de suite si on lui enlève 1kg (le pacte de responsabilité, quelle bêtise d'énarque !!)
il faut baisser drastiquement les dépenses publiques, là aussi record absolu, et avec de piètres performances et en déclin..
ça tome bien, on est assis sur des gisements phénoménaux de gains, des dizaines de milliards par postes : mille feuille, régimes spéciaux, financement des syndicats..
et son on supprime ces 200 milliards de gains faciles sans toucher aux prestations, on repasse à 3% de croissance et 2 millions de chômeurs en moins...la chance de la france à avoir cette situation qui n'a rien à voir avec beaucoup...

mais hollande gére les affaires courantes et attend que la reprise vienne d'ailleurs..on aura que des miettes si on reste autant asphixiés...
a écrit le 20/12/2014 à 9:30 :
Madame, Monsieur,
Merci à vous qui lirez ces quelques lignes.
La France est en crise dit-on, à tel point qu'un jeune adulte de trente ans n'a jamais entendu autre chose, aujourd'hui, dans l'écho médiatique.
Pourtant, bon an mal an, le niveau de vie a progressé et le nombre de pauvres depuis trente ans a diminué, quoiqu'en dise certains. Le pays fait toujours partie du peleton de tête de l'index de développement humain, avant l'Allemagne, l'Italie, le Royaume-Uni.
Alors pourquoi cet acharnement dans les média à ne privilégier que les mauvaises nouvelles, on organise la dépression nerveuse collective.
Comment résister à la litanie de morts, de catastrophes, de mauvaises nouvelles que nous égraine, tous les 1/4 d'heures s'il vous plait, France Info avec l'ensembles des média.
La France vit une profonde dépression, au sens social mais aussi médical du terme, il n'est pour sans convaincre qu'à écouter les paroles de nos jeunes chanteurs francophones distillées sur les ondes qui sont d'une tristesse absolue.
Il faut réagir, sauf à imaginer un sombre dessein de quelques uns, les média doivent maîtriser leur course au sensationnel et revenir à l'information objective qui cherche à correspondre à la réalité,car tout ne va pas si mal en France!

N'écoutons plus France Info si le positif ne reprend pas le dessus!!
A-t-on vu un coureur gagner si, dés sa naissanece, on lui inculque qu'il est vraiment trés mauvais?
Réponse de le 20/12/2014 à 10:53 :
c'est vrai que la france est le pays du pessimisme, mais il faut aussi être réaliste, nos politiques sabotent complétement la création de richesse des entreprises en les plombant d'impots, de charges, de contraintes (11 000 articles du code du travail, pénibilité...), voire de haine anti entreprises, alors que c'est le privé qui finance le public...
on avance que par l'action, et les axes de progrès sont énormes si on s'attaque aux vrais problèmes : dépense publique (gaspillages), mille feuille, simplification des régles (immense chantier), culture d'entreprendre dès l'école (avec nos fonctionnaires gauchistes ?), ....
il est possible de revenir trés vite à 3% de croissance à condition de gérer et manager le public et politique qui nous ruine et détruit la société
a écrit le 19/12/2014 à 16:41 :
Il n'y aura aucune amélioration sur le chômage. Cela ne dépend pas des politiques. Mais plus généralement du système de la société moderne qui fonctionne grâce à de plus en plus d'automatismes. Une multitude de taches sont fait sans les hommes, sans parler des robots. . Aux US un nouveau terme désigne ce problème: la croissance sans emploi. Dans certaines projection 30% de chômage sont annoncé.
Réponse de le 20/12/2014 à 11:00 :
dire que les politiques ne peuvent rien est un non sens, car nos politiques au contraire sont responsables en France de nos tristes records :
- record de dépense publique et d'effectifs
- records de gaspillages publics par dizaines de milliards, 200 milliards de dépense de plus que l'allemagne, ce qui reboucle avec ces gaspillages (sécu, collectivités à veau l'eau, formation professionnelle, mille feuille, l'usine fantôme publique qui ne cesse de produire des régles inapplicables..
- record d'anti performance de ces services tés coûteux
- record en impôts et charges sur les ménages et les entreprises...

donc la france a un énorme potentiel en pme et entreprises, créativité, mais c'est le politique + les administrations qui détruisent ce potentiel pour transformer toute la richesse produite en dépense, dettes, intérets à payer...et donc tous les comptes dans le rouge... c'est exode, entre 15 et 30 000 par mois en diplomés, patrons start up...
la situation est la faute aux politiques + administrations, facile de rétablir en france une situation de prospérité, à condition de virer cette dictature politico-administrative qui refuse les réformes demandées par le peuple, qui se gave d'argent public (pris au privé), et qui détient les manettes... c'est ça le seul vrai problème...
Réponse de le 20/12/2014 à 11:27 :
Oui c'est une évidence...mais malheureusement peu partagée encore. La part des salaires dans la valeur ajoutée ne cesse de diminuer...par ailleurs la croissance existe bien mais elle est physique et non plus financière. Ce qui faisait la croissance c'était la main d'oeuvre que seuls les services publics continuent maintenant à fournir. Il faudra trouver un autre modèle ne reposant plus exclusivement sur les salaires...
a écrit le 19/12/2014 à 15:21 :
La question n'est pas "Est-ce que le chômage va augmenter ou baisser ?" car nous savons par avance qu'il va se multiplier. La concentration des entreprises et l'évolution de la IT va faire de ravages. La question est "Que faisons-nous pour ne pas exclure d'une vie normale des millions de français ?" On voit ici qu'il est nécessaire d'exiger une disponibilité immédiate à l'emploi en contrepartie du versement d'un salaire permanent. Il serait de 80% du smic, en attente, pour les plus de 25 ans avec une décote d'encore 20% pour les moins de 25 ans. C'est ce que je nomme la fin du chômage et qui est une mesure incontournable réduisant bien entendu les prestations sociales correspondantes devenues inutiles. Ne pas aborder correctement ce thème inévitable revient à faire le jeu de la classe politique en poste, constituée comme un global parti sur cette question, afin que rien n'avance. Or un minimum de réflexion verrait la solution énoncée présenter un profil économiquement plus favorable. Le seul frein est d'identifier réellement les français et d'expulser les autres séjournant sans moyens de subsistance. Il faudra bien y venir avant de ruiner totalement tous le pays car l'écroulement de la France reviendrait à celui des pays proches. Entamons cette action.
Réponse de le 20/12/2014 à 11:33 :
Votre salaire permanent s'appelle l'allocation universelle (ou le revenu de base) qui est une doctrine parfaitement connue de beaucoup de gens (plutôt des économistes ou des ingénieurs car ce n'est pas encore très populaire). Il consiste de fait à redistribuer universellement et inconditionnellement la rente qui s'accumule aujourd'hui au détriment des salaires (le prix de la main d'oeuvre baisse car elle est concurrencée par les machines et les logiciels). Cette évolution est à peu près inéluctable dans le siècle qui vient...
Réponse de le 20/12/2014 à 22:39 :
Et vous créez une entreprise, vous, dans ces conditions ??? ... moi, je revends la mienne et vous adresse mon relevé d'identité bancaire...!
a écrit le 19/12/2014 à 14:55 :
dans la structure économique mondiale ,tout est orienté vers la suppression d'emploi humain,"cher", pour les remplacer par des automatismes ,des systèmes numériques,
le dernier en date sont les drones qui tuent à distances ,violent l'intimité de ton voisin.
j'aime beaucoup voyager, j'avais une bonne agence de voyage... maintenant je fais tous tout seul Booking Go-voyage Sncf.com, trenitalia.com, abritel.
pour le financier, banques en lignes.
pour l'alimentaire chrono-drive et consort, cà je ne l'utilise pas car ,je n'ai pas confiance
dans le salarié qui fait le picking, car il va mettre ce que son chef va lui dire de prendre.
Donc il faudra intégrer dans les futurs choix économiques ,la composante : 25% de chomeurs
qui devront être nourris , logés, et bien vivre.
les promesses des politiques sont des inepties.

ouvrons les yeux
Réponse de le 19/12/2014 à 16:46 :
Très bon résumé de la situation qui est bien plus globale que Française. .Malheureusement cet état de fait est caché par les castes dirigeantes
a écrit le 19/12/2014 à 13:26 :
LES PROMESSES SONT FAITES POUR CEUX QUI VEULENT BIEN LES CROIRE ET NOS HOMMES POLITIQUE EN VIVE BIEN GRASSEMENT???
a écrit le 19/12/2014 à 11:03 :
Excepté sur la planète Terre à cause d'un manque de justice sociale, de phobie administrative, de comptes en Suisse et de fausses factures.
Hollande ne l'avait pas vu venir alors sa promesse aux sans dents a été jetée à la poubelle de l'Elysée.
Mais Michel Sapin nous prédit un bel hiver. C'est toujours cela de gagné.
a écrit le 19/12/2014 à 10:58 :
soyons rassurant ' ni au premier semestre, ni dans les semestres qui suivent'
voila, au moins ca donne de la visibilite !!!
a écrit le 19/12/2014 à 10:17 :
Hollande n'espère qu'une chose: 4 ans de misère pour les français, puis en 2017 une moindre misère: il fera alors croire aux benêts qui l'ont élu qu'il a réussi...
Réponse de le 19/12/2014 à 17:41 :
Il y a bien des benets (souvent les mêmes d'ailleurs) qui ont pu voter Sarko !
Réponse de le 20/12/2014 à 10:42 :
certes, mais sarko était actif voire hyperactif, le mollasson ne fait rien, il dépense et recrute, de quoi couler n'importe quelle pme si elle gérait de même...
pire, il continue d'asphixier les ménages et les entreprises d'impôts et charges pour éviter de traiter les énormes gaspillages publics...donc il s'achéte ses voies avec les 22 milliards de régimes spéciaux, et envoie thaubira faire la chasse à cour contre sarko pour ses quelques millions de dépassement...
vive le roi ...
a écrit le 19/12/2014 à 10:10 :
et le deuxième et le premier et le deuxième et le premier et le deuxième ainsi de suite jusqu'au premier semestre de 2017. Et après bye bye les socialeux and co ho ho.²
a écrit le 19/12/2014 à 10:04 :
Il faudrait peut être réfléchir à ce qu'est un emploi : le paiement d'une Somme, en échange d'un service !! Toutes les autres contraintes sont dissuasives ! Achèteriez vous une voiture si, dès lors que vous en êtes propriétaire, vous seriez obligé d'offrir 2 heures par jour de votre temps à faire du transport gratuit autour de chez vous, obligé d'offrir le repas à vos passagers, de prendre en charge leur nuit d'hôtel si par exemple la météo ou le trafic vous bloqué toute la nuit, obligé de les dédommager lorsqu'ils ont été suffisamment transporté par vous, .... !!!
Réponse de le 19/12/2014 à 13:13 :
Quel est le rapport entre votre commentaire et l'article ?? Merci pour votre très bonne définition du terme "emploi".
Réponse de le 19/12/2014 à 22:47 :
C'est pareil quand un employeur offr un salaire contre un travail : l'état lui met tout un t'as de contraintes en plus, qui dissuade d'investir dans l'emploi !!!
Réponse de le 20/12/2014 à 11:40 :
Non je comprends ce que dit pensée. Il faut maintenant distinguer clairement le prix (ou le coût) du travail qui suit le marché...et oblige à constater que le prix de marché du travail faiblement qualifié ne permet plus de fournir un salaire autorisant la survie...et le revenu disponible qui est le salaire corrigé du solde des prélèvements et allocations. Seul le revenu disponible doit être protégé.
a écrit le 19/12/2014 à 9:52 :
Les 'sans dents' vident leur épargne pour payer leurs factures et aider leurs enfants où petits enfants aux chômages alors la croissance même pas en rêve...
a écrit le 19/12/2014 à 9:49 :
Les entreprises qui arrivent à gagner de l'argent, ce sont celles qui n'ont pas besoin de salariés, qui sous traitent leurs emplois (sous-traitants, intérim, ...), ou qui délocalisent !!!
Soit on se plaint d'une réalité comme certains se plaignent de la pluie (on peut toujours faire des manifs pour dire qu'on est contre !!!), soit on comprend qu'il y a un problème du marché du travail !!
Soit on libère celui qui est prêt à créer des emplois (en le laissant libre de mettre fin au CDI, en lissant les seuils sociaux, et en laissant la liberté chez lui à celui qui a créé son entreprise (voire les emplois des autres !!)
NON, le travail n'est pas un du !! Celui qui crée un emploi, faudrait penser à le remercier au lieu de lui délivrer une liste d'obligations et de taxes !! Eh oui : tant qu'on ne détaxera pas le travail, les employeurs créeront le moins possible d'emploi ! Si on peut remplacer un emploi par un robot, le système actuel rend l'opération gagnante à tout les coups !!
a écrit le 19/12/2014 à 9:48 :
Mais vous êtes des défaitistes à La Tribune (:P) ! Ca fait 18 mois que le père François et son Sapin vous disent que la reprise est là, que "ça frémit", que "le plus dur est passé" ! Et vous ne les croyez pas ? Ah, j'oubliais les bonnes nouvelles pour 2015 : pas d'augmentation des IMPOTS... Mais rassurez-vous, des TAXES nouvelles, il y en aura à la pelle, on sera sucés jusqu'à la moelle, ainsi que les traditionnelles nouveautés "pour notre sécurité" : radars biface, PV pour les cyclistes et piétons... La vie est belle en Hollandie !
a écrit le 19/12/2014 à 9:44 :
Etonnant que vous ne croyez pas aux notes de l'INSEE, les impots baissent le pouvoir d'achat va augmenter. Pas de hausse sur les produits alimentaires.
Avec cela sans pouvoir d'achat ni baisse du chomage on va augmenter le PIB au 1 er semestre de 0,7 %, c'est une équation a combien d'inconnus....... Dumou est meme plus optimiste c'est dire ????
a écrit le 19/12/2014 à 9:39 :
Vous avez besoin d'une baby-sitter pour garder votre enfant le mercredi ap midi :
- vous lui demandez de venir voir une fois ce que vous attendez d'aller : le gouvernement vous impose de rémunérer la stagiaire, lui offrir le repas ou tickets resto !
- le gouvernement vous obligé a lui faire un contrat d'un minimum de 24 heures hebdo !
- vos charges ont encore augmentées depuis 2012 malgré les beau discours "je vous aime !"
- le jour où votre belle-mère prend votre enfant en vacances,... vous avez obligation de continuer à la payer à vie au risque de se retrouver au prud'hommes, parce que vous n'avez pas déterminé une durée au départ !
VOILÀ : vous transférer ce genre de problème pour l'employeur avec n'importe quel salarié, et vous comprendrez que PERSONNE n'embauche s'il n'y est pas contraint !!!
a écrit le 19/12/2014 à 9:33 :
Ceux qui votent avec un tel cynisme les taxes et impôts pour les autres mais surtout pas pour eux-mêmes (indemnités non-imposables) ne peuvent pas comprendre les sans dents écrasés de taxes et de charges. Dans ces conditions, la seule croissance possible c'est celle du chômage.
a écrit le 19/12/2014 à 9:24 :
Hollande avec ses 70 milliards d'impots et de taxes supplémentaires a réussi à stopper durablement la consommation des ménages car il n'est tout simplement pas possible de dépenser l'argent que Hollande nous a pris (lui et les politiques professionnels UMP et PS, par contre, n'ont pas vu leurs feuilles d'impots augmenter ; comme c'est bizarre le socialisme = la générosité avec l'argent des autres !). L'économie, les entreprises et les commerces ne tournent pas, les dépots de bilan dans l'industrie et fermetures de commerces vont continuer et il n'y aura pas d'embauche en perspective sauf dans la fonction publique. Avec 80 milliards de déficits en 2014 et 5 millions de fonctionnaires, Hollande peut continuer a faire exploser la dette ; on n'est plus à quelques dizaines de milliards de déficit supplémentaires !
a écrit le 19/12/2014 à 9:12 :
En tous cas François Hollande à réussi à inverser la courbe du nombre de fonctionnaires, il est reparti à la hausse !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :